NEWS :

1er Sept.

Cyrillo : foire aux questions
54 réponses
à tes questions !

23 sept.

184 histoires
en accès
avant-première.

C’est quoi cet accès ?


Valable pour 2020,
Simple,
En CB ou Paypal,
Discret.

Cyrillo20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

TOP AUTEUR 2020 ROMAIN

Le fils du notaire

J'ai eu 18 ans il y a un mois. Pour mon anniversaire, mes parents ont mis le paquet. Comme c'était le mois d'août, ça s'est passé sur la pelouse. C'était fastueux et j'ai eu une montagne de cadeaux. Il faut que je vous dise que mon père est notaire et qu'il est le maire de la ville.

Tous les notables étaient présents, même le pharmacien qui n'aime pas papa. Ma soeur Anémone a profité de cette occasion pour présenter son nouveau fiancé à mes parents.

Elle s'est pointé avec un vieux qui doit avoir au moins 35 ans . Je dois reconnaître qu'il est très beau avec ses longs cheveux bouclés et ses grands yeux verts. Mais, même si c'est un beau parti, il a quand même 35 ans, ce mec. C'est un vieux, non ? Il se prénomme Jérôme.

Mes parents semblaient enchantés et ils ont été très gentils avec lui. Faut dire que soeurette n'est pas facile à caser. Elle a un visage d'ange encadré par de longs cheveux blond vénitien. Elle a des yeux bleus pervenche emplis d'innocence et une ravissante petite bouche en coeur qui - selon les rumeurs - est capable d'avaler les queues les plus gigantesques. À 23 ans, elle accroche à son palmarès 12 fiancés et une cinquantaine de copains. Papa n'en peut plus.

Parfois il gueule :

- Maintenant que ma fille est une pute, il ne manquerait plus que mon fils soit un pédé !

Il ne pense pas ce qu'il dit, parce que tout de suite après, il me prend par les épaules pour roucouler que je suis la fierté de sa vie. Que je vais, bien entendu, devenir notaire comme lui et que je vais lui fabriquer une kyrielle de petits enfants.

Le problème c'est que je n'ai ni envie de devenir notaire, ni envie de faire des gosses pour lui faire plaisir. Je crois bien que je suis attiré par les hommes.

Mon père de notaire est un homme cultivé. Il dit comme ça que l'homosexualité est une maladie et que l'on va rapidement trouver un vaccin pour la soigner. Alors j'attends le vaccin. Il semblerait que sois beau gosse parce que les filles me tournent autour, surtout à la piscine. J'ai aussi des copains qui disent que je suis bien tanké et qui me tâtent souvent les pecs et les abdos dans les vestiaires du stade.

Malgré mon gabarit, je suis timide et méfiant et je refuse les invites en rougissant. Je n'oublie pas que la ville est petite et que papa est le maire. Il faut que je me tienne à carreau. Pourtant, dans mon caleçon, des fois ça remue fort.

Je suis donc toujours puceau. Bien sûr, je me branle très souvent devant mon ordi en visionnant des vidéos gays mais j'ai un peu peur de faire la même chose que tous ces mecs qui poussent des cris bizarres. Certains semblent même beaucoup souffrir.

Par comparaison, sous les douches du stade, j'ai constaté que j'avais une grosse queue de bourricot et des couilles comme des abricots. Ça me fait un gros paquet entre les jambes que beaucoup de gens regardent attentivement. C'est quelquefois gênant.

J'ai plein de copines qui aiment bien me toucher les fesses. Elles disent que j'ai un joli petit cul mais je me demande ce qu'elles pourraient bien en faire. Les femmes sont étranges.

Le surlendemain de mon anniversaire, je suis dans ma chambre en train d'étrenner mes nouveaux jeux vidéo. Mes parents sont partis passer quelques jours à Paris. Je suis seul à la maison. C'est cool, je suis tranquille et le frigo est plein.

Le carillon sonne et je vais voir qui cela peut bien être. Aucune visite n'était prévue.

C'est le Jérôme. Il cherche ma frangine.

Debout sur le perron, avec son blouson court et son jean slim, il me paraît encore plus grand qu'avant-hier. Il a un grand sourire rempli de dents blanches et des fils d'argent dans les cheveux. C'est un beau vieux, il faut l'admettre.

Il entre comme chez lui et me dit qu'il va attendre ma soeur ici. Ils se sont fixé rendez-vous à la maison des parents. Je suis un peu étonné parce qu'Anémone à un appart en ville.

Mais qu'importe, ils ont peut-être le projet de récupérer des affaires à elle, encore stockées dans le garage. Ma frangine laisse toujours tout traîner derrière elle, sauf les mecs.

Je lui offre un verre et il retire son blouson. On cause et je constate qu'il est intéressant. J'aime bien sa voix et son rire. Il a de belles lèvres charnues et secoue parfois sa crinière bouclée en faisant jouer les muscles de son cou. Il regarde souvent mes pieds nus.

Quand je lui parle de mes jeux vidéo, il me dit que cela l'intéresse et qu'il aimerait bien les voir. Je dois reconnaître que c'est un vieux moderne. Je lui propose de faire une partie et nous allons à ma chambre. Je le précède et j'entre le premier.

Il verrouille la porte derrière lui et c'est moins une qu'il n'avale la clé comme le fait toujours le Grand méchant loup quand il a fini par coincer les trois petits cochons.

-    Pourquoi tu fermes la porte à clé, Jérôme ? Que je questionne bêtement.

-    Pour que l'on soit tranquilles. Me répond-il en tirant les rideaux.

Interloqué, je le regarde déboutonner tranquillement sa chemise. Il a de grandes mains parcourues de veines. Je n'ai pas peur mais un trouble étrange m'envahit. Dans la pénombre il me semble soudain jeune et encore plus beau. Je n'aime pas du tout son comportement. Où se croit-il ?

-    Qu'est-ce que tu veux faire ? Que je bêle.

-    M'occuper de toi. Qu'il me répond avec un grand sourire de loup.

-    T'occuper de moi, comment ça ? Que je hoquette.

- Ouais. Ta soeur m'a dit que tu étais puceau. Il ne faut pas rester comme ça, ce n'est pas bon pour la santé. Qu'il roucoule, le vieux de ma frangine.

-    Ça va pas la tête !! T'es complètement chtarbé , mec !! Que je criaille.

- Pas du tout. Je suis un gentil monsieur qui va te rendre un grand service, crois-moi.

Là, j'hallucine ! Si ce mec croit qu'il va me dépuceler aussi facilement, il va tomber sur un os, et un gros, je confirme ! Je vais le pulvériser le vieux ! Je suis sportif et du genre plutôt bien barraqué. Mais... quand Jérôme tombe la chemise, je comprends que le rapport de forces ne sera pas à mon avantage.

Un vrai Tarzan le Jérôme. Il a des muscles de partout et chacun d'eux semble animé de sa propre vie. Sous sa peau bronzée de surfer ça roule comme des vagues. C'est un bel animal !

Je me campe crânement pour faire face à son assaut. Le combat sera inégal, mais je suis bien déterminé à sauver l'honneur de mon petit cul vierge. Vaille que vaille.

Mais au lieu de se ruer sur moi comme je m'y attends, il s'avance posément, les bras ballants et se plaque à moi pour me faire respirer sa peau. L'odeur légèrement ambrée de l'épiderme doré de l'homme me fait défaillir. Jérôme serait-il le Diable ?

Pour le repousser, je fais l'erreur de poser les mains sur ses pectoraux. Je suis électrocuté par ce contact fantastique et me retrouve avec pas davantage de force qu'un petit chaton. Les bras toujours ballants, il incline la tête pour déposer un léger baiser sur ma joue et je suis une seconde fois électrocuté. Ce mec est un taser humain.

La douceur de ses lèvres me fait frissonner. Nous sommes poitrine contre poitrine. Il est un peu plus grand que moi. Je voudrais bien savoir si tout le reste de son corps est aussi dur et chaud que le sont ses pectoraux. Il murmure :

-    N'ai pas peur, prends-moi dans tes bras et serre moi.

Sans se préoccuper de mon avis, mes mains glissent sur ses flancs et mes bras encerclent sa fine taille cambrée. Pour la première fois de ma vie je serre un homme contre moi.

- Faisons un câlin. Je ne t'en demanderai pas plus, promis. Me souffle-t-il dans l'oreille.

Il m'apprivoise, je le sais. Je n'ai que l'instinct mais lui il a la connaissance. Il a presque le double de mon âge et pourtant il est si jeune soudain, si fort et si doux. Ses mains saisissent le bas de mon t-shirt qui glisse vers le haut, je relève les bras tout naturellement et me retrouve torse nu devant lui.

- Que tu es beau. Me dit-il avant de sucer et d'aspirer mes mamelons qui deviennent durs sous sa langue.

Que suis-je en train de faire ? Où plutôt que suis-je en train de me laisser faire ?

Je commence à m'en foutre. Je me laisse aller vers cet homme qui me désire mais qui ne semble pas vouloir me brusquer. Il va peut-être bien me libérer. Me libérer de ce tabou que papa brandit à bout de bras. Pauvre papa, il ne va jamais s'en remettre. Je deviendrais peut-être notaire pour le consoler. Je suis un bon fils, après tout.

Sans effort, les bras musculeux de Jérôme me soulèvent et me déposent sur le lit. Il se redresse, arrache ses baskets et ses socquettes, puis déboucle le jean qu'il fait glisser le long de ses jambes superbes. Il est monté comme un taureau de corrida et ses grosses couilles pendantes sont rasées. Les miennes ne le sont pas, je n'ai pas encore osé le faire.

Nu, il s'avance vers le lit avec la grâce majestueuse d'un tigre du Bengale. Lit sur lequel je m'étale comme une marmelade. Suis-je donc une proie si facile ? Pour ne pas paraître trop nigaud, je retire mon jean pour exhiber mes jambes que je crois belles aussi. Je garde mon slip parce qu'il m'a dit qu'il ne s'agissait que d'un câlin. Ne prenons pas trop de risques.

Jérôme se coule sur le lit et hume mon corps comme mon chat Pouf hume sa pâtée préférée aux foies de volaille avant de la dévorer.

Ses mains glissent sur mes abdos et sur mes cuisses et sa bouche cherche ma queue raide à travers mon slip qui commence vite à s'inquiéter. Je redresse la tête pour ne voir qu'une épaisse chevelure qui ondule sur mon bas-ventre. Une bouche avide a englouti mon sexe et mes orteils se crispent. C'est ça un câlin ?

Le slip a déclaré forfait et s'est enfui sur mes genoux. Une main s'empare de mon pénis tout mouillé pour permettre à la bouche de gober mes gros testicules en entier. Alerte, je suis ravagé ! Mais des doigts lubrifiés, profitant lâchement de ma surprise, pénètrent déjà dans mon cul qui ne sait plus quoi faire. Je suis anéanti ! Je ne veux plus que ça s'arrête et je m'enfonce, liquéfié, dans le matelas. C'est ça un câlin ?

Quand mon prédateur estime - à juste titre - que je suis suffisamment défait, il me survole en s'appuyant sur ses bras tendus. Ses lèvres se posent sur les miennes et un bout de langue me demande gentiment un droit d'entrée. J'hésite parce que je ne sais pas embrasser. Je cède pourtant en ouvrant la bouche et une langue pédagogique vient lisser mes dents et caresser ma langue timide. Que c'est doux et étonnant.

Mon pénis dur fait de l'escrime avec celui de Jérôme. Mais je le sais de taille à lui résister héroïquement, je ne me fais aucun souci pour lui.

Jérôme abandonne ma bouche curieuse et remonte au-dessus de moi pour m'offrir ses pectoraux bombés. Il pose son téton gauche sur mes lèvres et m'ordonne : " Mords ! ". Obéissant, je mordille le mamelon dur. Le poil tondu me picote les joues.

-    Plus fort, fais-moi mal. Gronde-t-il.

Sa voix rauque est un défi de fauve. Alors, je mords. Je mords avec autant d'appétit que je mords ces pommes reinettes que j'aime tant. Je m'aperçois que j'aime beaucoup le faire souffrir. Le gémissement de Jérôme est presque un sanglot quand il m'offre son autre téton que je mastique avec encore plus d'ardeur. C'est clair qu'il y a un fond de sadisme en moi. On fera avec. Après tout, c'est lui qui est venu me chercher, non ?

- Mon salaud, tu es un véritable cannibale et j'ai l'impression que tu as pris plaisir à me bouffer. Me gronde-t-il en se frottant les pecs.

- Affirmatif. Que je ronronne en me léchant les babines.

Je lui dis que j'aimerais bien bouffer ses couilles aussi. Pour me faire plaisir, il me les donne avec un soupir résigné et je le fais rugir en les lui mastiquant pendant de longues minutes. Sur mon front, son sexe tressaute et de son urètre coule un long filet de miellat.

Pendant mon repas, il place ses bras derrière le dos et avec un flacon sorti de nulle part il me graisse abondamment la queue par gestes vrillants. Après m'avoir arraché des dents ce qui reste de son scrotum, il se met à croupetons et place son cul au-dessus de mon gourdin vertical. Tête relevée, j'assiste à son empalement. Spontanément mes mains caressent sa chevelure brune et bouclée qui s'incline vers moi.

-    Putain, que tu es gros, mec. Grimace-t-il en s'enfonçant peu à peu sur moi.

Son cul est comme un fourreau à la fois souple et ferme qui glisse et serre ma queue qui devient folle et commence à s'activer frénétiquement. Elle s'enfonce, cogne et redescend par saccades de plus en plus rapides. Mes reins ondulent et je ferme les yeux. Putain c'est trop bon. J'ai vu faire dans les vidéo gays, alors je sais faire. Je me redresse, j'étreins le torse de Jérôme à plein bras et le bascule en arrière sans que ma queue ne ressorte de son cul.

Le dos de l'homme heurte le mur avec un bruit sourd. J'ai coincé le beau Tarzan et je n'ai pas besoin de mode d'emploi. Moi aussi je suis fort, très fort. Je le pilonne comme une bête et je mords ses cheveux. Je le tiens et je le plie, il est à moi. Tout au fond de lui, mon gland touche quelque chose de plus dur. Dans un râle il me dit que je lui boxe la prostate et que je le démonte grave. Jérôme me donne son cul pour obtenir le mien, je le sais. Alors, j'en profite.

Quand je jouis, je me déchaîne parce que mon pieu coulisse maintenant dans une marée fluide de sperme. Plus j'entends gémir Jérôme, plus je le défonce. Vidé, je me laisse enfin choir dans les draps et laisse ma proie déplier son grand corps. Je flotte dans l'extase.

Sans un mot, Jérôme s'allonge le long de moi et caresse mon torse d'une main légère. Je regarde un instant le plafond qui me semble tout nouveau et je m'endors d'un coup.

Quand j'ouvre les yeux, mon partenaire me regarde en souriant, la tête appuyée sur son poing. Il a des yeux vert menthe. Il me semble soudain si présent et si charnel que j'ai envie de l'embrasser. Il me tend un verre d'eau fraîche que j'engloutis.

  -    Maintenant, c'est à ton tour. Ronronne-t-il.

Ses doigts font distraitement rouler mes boules dans leur sac et ma queue prend son temps pour se redresser. Elle sera bientôt de nouveau raide, je le sais.

-    C'est beau d'avoir 18 ans. Sourit Jérôme avant d'avaler goulûment mon gland.

Cela doit être vrai puisqu'il le dit. Jérôme est un très bon prof qui n'hésite décidément pas à payer de sa personne dans les travaux pratiques. C'est fun d'apprendre à baiser avec lui. Mais maintenant que c'est à mon tour de me faire trouer le cul, je ne sais pas trop comment cela va se passer. Il faut que je sois très brave. J'espère qu'il n'est pas trop rancunier parce que je n'ai pas été très gentil avec lui.

J'aurais dû entraîner mon trou avec les plugs de soeurette mais j'aime pas le rose. Je préfère les doigts de son fiancé. Ils sont longs et savent y faire parce que maintenant j'ondule sur les draps en miaulant comme Pouf quand il réclame son bol de lait Goria.

Jérôme s'agenouille entre mes cuisses écartées. Il a enfilé une capote luisante de gel et tient à la main un petit flacon qu'il m'ordonne de respirer. C'est du Poppers, qu'il me dit. Cela va m'aider à l'accepter. Alors j'aspire deux grands coups et je me sens flotter.

Je suis couché sur le dos, les bras en croix et nos regards se croisent dans la pénombre. Mes jambes reposent sur ses épaules, larges et musculeuses. Il est impressionnant de force.

Il a tant excité mon cul que maintenant j'en veux plus. Je veux qu'il vienne en moi. Tant pis si j'ai mal, je le veux. Il pousse sur ma petite rosette qui s'ouvre timidement. Jérôme me dit d'aspirer encore du Poppers et tandis que je me remplis les poumons, il rentre entier en moi. Je suis défloré.

Son monstre a écartelé mes sphincters et j'ai mal. Je me sens rempli et possédé et je panique quelques secondes. Mais la voix grave de Jérôme vient à mon secours, elle me dit que cela va vite passer, elle me dit que je suis très beau et très sensuel, elle caresse mon ego comme le renard caressa l'ego du corbeau. Je souffle de grands coups et la douleur s'apaise.

Le temps s'arrête quand sa queue coulisse à travers mon anneau dilaté. Jérôme est gros et long, très long. Son sexe glisse et s'enfonce si loin que je m'étonne d'être si profond. Mes forces m'abandonnent, elles coulent hors de moi. Je me laisse aller. Comment pourrais-je faire autrement ? Je suis devenu un objet de plaisir anéanti de plaisir.

Je ne pèse plus rien entre les bras du Tarzan qui me tourne et me retourne, me plie et me courbe avec autant d'aisance que si j'étais un édredon. C'est un anéantissement et je m'entends gémir. Une main a empoigné ma queue et la branle avec force et  lenteur. Dix fois je crois jouir et dix fois je ne jouis pourtant pas. Le pieu de l'homme, parfois sort de mon cul assoupli pour y revenir, énorme, toujours plus dur, plus profond pour me démanteler à fond.

Jérôme n'est pas brutal avec moi mais il est inflexible et j'aime ça. Il a deviné que ne suis pas du genre doux et qu'il faut être énergique avec moi. Je ne suis pas un petit faon mignon mais probablement un jeune fauve un peu trop méchant. Peut-être ai-je trop attendu pour sauter le pas et que maintenant j'ai des tonnes de frustrations à évacuer ?

Enroulé autour de moi comme un python, la bouche contre mon oreille, l'homme musculeux me dit qu'il va me faire payer les petites misères que je lui ai infligées. Il va tout me prendre. Ses menaces rauques exacerbent mon plaisir et quand il murmure qu'il va me tuer à grands coups de bite, je jouis en gueulant. Quand je me suis réveillé, il était parti et il avait posé une rose rouge sur mon ventre.

Jérôme m'a dit que j'étais doué, que j'avais du potentiel et que j'apprenais très vite mais je pense que je dois m'améliorer pour lui plaire encore davantage. C'est un vieux à la page. Serais-je un gérontophile ?

Anémone et Jérôme vont se marier le mois prochain. Papa est aux anges. Il dit comme ça que sa famille va enfin devenir respectable. Bien entendu, je ne lui ai pas dit que j'étais devenu pédé comme un phoque mais pour limiter les dégâts je lui ai dit que je voulais devenir notaire... comme lui. J'ai cru qu'il allait s'évanouir de bonheur.

Jérôme possède une grande maison près de la faculté de droit. Anémone et lui vont s'y installer après leur mariage pour la remplir de plein d'enfants sages et charmants.

Jérôme est un gendre idéal. Pour mes trois premières années de fac, il a proposé à papa de m'héberger afin de veiller sur moi. Papa est au septième ciel et ne veut plus en redescendre. Nous nageons tous dans le bonheur.

À présent, il faut que je vous laisse parce que j'ai rendez-vous avec Jérôme pour mon quatrième cours particulier. J'ai tant à apprendre. Cette fois-ci il viendra avec son sac plein de jouets d'acier et de caoutchouc. J'ai hâte car il m'a dit que j'aimerais beaucoup.

Romain

alain.romain@orange.fr

Toutes les histoires de Romain (Clic ici)

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

🟢 22 Sept. | +20

Les nouvelles | 20

Sauna Bossuet Urso21ff
Vendredy le surfer pacifique | 1 Jam
Vendredy le surfer pacifique | 2 Jam
La fenêtre d’en face Frank
Rencontre improbable Jozyk
Chaude course de Taxi Petitcul57
Bal costumé Marcus
Le Chauffagiste Hétéro Lucas
Débauche au sauna Mastermick
Rachid le couvreur LE7
Dans le bois Frank
Histoire coquine par Whatsapp Abdon14
Uber sexe XXX_duncan
Mon premier plan adultère Kalcetos67
Mon service militaire | 1 Tom
Mon service militaire | 2 Curieux84
Dépucelage dans une voiture Martin__ch
Préservatif troué Meetmemz
Au lycée, dans les vestiaires  Meetmemz
Un anniversaire très spécial  Meetmemz

🟢 Septembre 2020 | 56

Les nouvelles | 43

1ère expérience | 2 Scal69
Un chaud soir d'été John BBM
Application Honey Bear
Un retour de soirée agité Bearwan
Travail en s'amusant Pititgayy
Acte manqué Vif
Les premières fois avec Lakdar Chopassif
Puta Louis
Fouille corporelle à l’aéroport Valentin.pm
Mus Greg
Dépucelé par mon maître Jeromesoumis
Colocataire militaire Gie29000
Initiation par deux frères GGD
Démon au visage d’ange LE7
Dépucelé par un daddy Samir
Mon beau jardinier Pti'chaton
Après-midi torride José
Plan d'un soir | 1 Chuuuut17
Plan d'un soir | 2 Chuuuut17
Expérience des saunas Hellboy62
Le nouveau voisin latino Jhbichaud
Un soir d’été Wmax
La salope | 1 Balous
Mon prof de techno rebeu Chris.77
Jean Claude Frank
Dorian, mon mâle Ddapell
Les deux blacks du métro Femelle
Plan suce rapide dans mon parking Femelle
À disposition pendant une nuit Alex
Mon père, ce cobaye Valent1
La soirée étudiante Femelle
Chez un client Femelle
Mon daddy… PierreH
Duo d'avocats | 1 Sasha Minton
Duo d'avocats | 2 Sasha Minton
Exposition à Lisieux Julien
Vacances découverte Ludo64
La salope du dimanche Abdon14
Initiations en Bretagne Kiwis
Partie de campagne Chrysippe
Copains d’école Frank
Baisé devant la loge de la concierge Femelle
Petit Slip José

Les séries | +13

Soumission & Domination | +1 Jardinier
001 | ... | 580

Poil de Carotte | 6 Jam
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6

Hétéro endurant | 6 Seithan
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6

Publie ton histoire

RETOUR AUX HISTOIRES

2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi


| Mise à jour : mercredi 15 janvier 2020 à 01:52 |
©2000 Cyrillo.biz.
Retourner en haut