PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Famille recomposée - 21

Miky rentra à 15h : semaine finie ! Il prit un bain, constata en faisant son lavement que sa rondelle était sensible, rangea un peu la maison, fit une tarte. Il se sentait plein d'énergie et il savait pourquoi : il allait bientôt avoir encore du foutre et ça le motivait toujours. Il était bien content de vider de nouveau Jérémy et Daniel. Vers 17h il fila en vélo au boulot de Jaco. Il faisait un peu frisquet mais il savait qu'il recevrait de quoi se réchauffer. Dans le bosquet du coin de la rue, il cacha son vélo, traversa à pied entre les arbres pour déboucher à l'arrière de l'entrepôt. C'était un peu le bordel, une immense benne, des palettes plus ou moins empilées, des parpaings. A droite de la grande porte coulissante il y avait une petite porte, et il  comprit qu'un coin avait été aménagé : à droite de la porte, un empilage de petites palettes, et juste à côté, une autre palette, large, au sol avec quelques parpaings pouvant former un banc. Miky s'assit là. C'était coupé du vent et heureusement. La porte s'ouvrit 5 mn après, Miky se leva ; Daniel apparut : « Salut, ptit gourmand », dit-il avant de l'embrasser à pleine bouche, « tiens, assieds-toi, j'ai ton goûter, minou », et il dézippa son bleu de travail, sortant juste sa bite, hyper grosse et bandée. « Hmmm…. Une bonne bouche pour finir la semaine », dit-il dès que Miky commença à le sucer, « j'y ai pensé toute la journée, et je crois que tu vas avoir une bonne dose ». Miky se régalait, et ça l'encourageait s'il était besoin…

-       Et ton ptit cul, ça va ?

-       Oui, t'inquiète, lui dit Miky en riant à moitié, et se dépêchant de reprendre le gland.

-       T'as vraiment un cul de reine, tu sais… un cul pour combler une bite, jte jure !... hmmm, ouais, allez, régale-toi… c'est bon la bite hein, vas-y pompe, pompe, regarde-moi, t'es une bonne gourmande… Tiens, je te sors mes couilles… bien lourdes hein ? ça te plait oui ! tu sais que c'est bien plein, elles sont bien chargées… ouais suce, suce, ça bouillonne là… tu vas l'avoir ton lait de couilles… hmmm !... hmmm, putain ouais ! ouais !!... aaaAAAh, prends tout !... aaahhh !! AAaaahh, ouais, gâche pas une goutte, hmmm… lèche-bien… regarde-moi minou…coquin, tu m'as vidé !

-       Hmmm, c'était super bon, merci !

-       Non, merci à toi, et merci pour hier aussi…

-       Ben j'aime bien ta bite, et ça m'a fait du bien.

Daniel l'écoutait et le regardait lécher son gland et le presser pour les dernières gouttes ; comme il aimait le naturel de Miky ! et comme ça lui manquait à la maison !... « Bon je vais te chercher Jérémy, s'il a pas déjà explosé… tu le verrais, bien énervé d'être plein à bloc ! Vendredi prochain alors ? » et il rentra, tandis que Miky continuait de déglutir.

La pipe faite à Jérémy fut différente : il était assis et fumait, Miky à genoux pompait et branlait la queue sortie du bleu. « T'en reprendras bien un peu ? » avait dit le gars en rejoignant son pompeur et sortant son pieu tendu « putain cette bouche ! », s'était-il exclamé avant de se rouler une clope. « C'est clair, ta bouche est faite pour la bite… ouais, astique bien ». Miky en cherchant à palper les couilles repéra un trou dans le tissu à l'aine et introduisit son index, jusqu'au trou du cul. « Aaah ouais !... vas-y, branle-moi un peu le cul… hmmm… » Avec ce traitement, et après tant d'attente, Jérémy décolla rapidement, plaqua à plusieurs reprises la tête de Miky à fond, et chaud bouillant, gueulait : « salope ! tire-moi le jus, vas-y ! oh putain ! oh putaaaain !! » Miky sentit sous la bite enfoncée aux trois-quarts les gonflements spasmodiques et perçut nettement quatre bons gros jets ; il gémissait de plaisir, couvert par les ahanements de Jérémy qui maintenait sa tête en continuant de se vider.  La rondelle comprimait le doigt, et Miky attendit pour le sortir délicatement.

-       Aaah, putain Miky, tu m'as fait du bien, j'en pouvais plus !

-       J'ai bien vu, répondit Miky en riant, je crois qu'y avait du monde là-dedans !

-       C'était plein à craquer, oui ! C'était bon ?

-       Super bon, merci !

-       Au moins toi tu t'occupes de mes couilles… avec la purge d'hier et celle-là, je renouvelle le stock !

-       Il est vraiment bon, ton jus.

-       Et toi t'es vraiment un pro !

Après cet échange d'amabilités et la promesse du vendredi suivant, Jérémy alla chercher Jaco. Mais celui-ci mit du temps à se montrer. « Putain, le chef nous lâche pas ! », dit-il en arrivant enfin, « j'me vide les couilles vite fait, bébé ?... on fera plus long ce soir… ». Miky, déjà excité par les bleus de travail et le jus des deux collègues, mourait de désir pour son homme, et lui palpait les 22/7, archi raides, en le regardant avec envie :

-       Vas-y, papa, fais-moi la gorge…

« Faire la gorge », expression sur le modèle de « faire le cul », ça désignait une pipe express entre eux deux, qui l'avait souvent pratiquée, où Miky se faisait uniquement limer la bouche et les amygdales, la tête tenue par les deux grosses paluches de son mâle, jusqu'à ce que celui-ci se vide. Jaco comprit tout de suite, et sortit son gourdin. Une fois bien calé dans la bouche de son ptit, et celui-ci bien installé, il lui prit la tête et commença sans douceur à lui bourriner la gorge. Miky tendit sa langue et dégagea l'entrée, que le gros gland perfora bientôt, sous les râles  de bonheur de Jaco. Miky savait qu'il baverait un max, ils avaient pratiqué bien souvent cette purge, où il n'était qu'un trou servant à branler la bite de son homme ; il aimait ça aussi : il avait tellement d'autres occasions de sucer activement ; là, Jaco faisait tout. La tête bouclée était fermement immobilisée, et Jaco grognait en limant dans la bouche, puis au-delà. Il savait parfaitement comment ne pas trop gêner Miky ni l'étouffer. Il grommelait des mots incompréhensibles, où Miky ne percevait que des bribes comme « papa grosse bite purge bébé doser »…Puis Jaco gueula, et beugla comme un animal en se pliant en deux ; Miky le saisit aux fesses et se laissa inonder de jus, par grosses giclées, et heureusement qu'il avait appris, à force, à ne plus s'étouffer dans cette position, le gland coincé aux amygdales ! Il put savourer chaque décharge avec la sensation délicieuse d'être perfusé. Ce fut plus compliqué de supporter les soubresauts de Jaco, dont le corps entier était emporté par l'orgasme ; mais le mâle, se connaissant bien, préserva Miky au mieux tout en restant dans sa bouche. Quand il en sortit, il remonta Miky vers sa bouche et l'embrassa avec amour, tout en soufflant encore, et le serra très fort contre lui en lui suçant la langue. « Je t'aime tellement, bébé ! ». Miky en pleura presque, puis redescendit lécher cette matraque pleine de bave, pendant que son mâle lui expliquait la suite : dans un petit quart d'heure, il serait avec la camionnette à l'angle du bosquet. Et puis il s'éclipsa. Une demi-heure plus tard, les deux amoureux rentraient à la maison, Miky aux anges, une main sur la cuisse de son homme, Jaco tout content que Miky soit content. Ils rirent pas mal de la voix grave de Miky…

Gabin à 17h fut surpris de ne trouver personne, et déçu car sa queue frétillait depuis un moment. Il monta dans sa chambre et se mit au boulot, pensant à la future pipe libératrice ainsi méritée. Il n'entendit pas Jaco et Miky rentrer, ni, peu de temps après, Toni. Celui-ci embrassa son frère sur la bouche et roula une pelle à Miky dans la cuisine. Il demanda s'il avait encore faim, en s'empoignant le paquet, et Jaco lui dit que, comme il venait de lui détruire la gorge, il serait sympa de plutôt se branler pour le nourrir. Alors que Toni sortait sa queue, Miky insista pour au moins téter le gland, ce qui se fit : pendant que Jaco préparait un peu de cuisine, Miky à genoux suça le gland de Toni qui se branla vigoureusement dans sa bouche, jusqu'à exploser de bonheur en l'enfoutrant copieusement. « Voilà un sirop qui devrait faire passer… », dit-il après en riant. Et les trois de rire en même temps, avant de tous se mettre à préparer le repas. Comme les jumeaux sortaient des bières pour fêter la fin de la semaine, Miky pensa à Gabin qui devait attendre sa libération, et le rejoignit, laissant ses hommes aux fourneaux et au débriefing du boulot.

Gabin était assis et lisait un cours ; il annonça fièrement un 16 au rattrapage d'anglais, se touchant déjà le paquet avec un sourire coquin… Miky s'assit entre ses cuisses. « Je mets la cam ? » demanda Gabin. Miky acquiesça et avant de commencer à sucer, il salua Seb qui apparut aussitôt et montra sa queue raide dans le même temps. Gabin se fit donc sucer debout, mais Miky eut une autre idée… « Je crois qu'un 16 ça vaut bien autre chose… » : il se releva, baissa jean et slip aux chevilles et s'installa au bord du lit à 4 pattes, cul tendu, et bien visible pour Seb. Il mit de la salive sur ses doigts et se doigta doucement. Seb et Gabin auraient pu juter rien qu'à le mater, mais Gabin ne mata pas longtemps : il se mit à poil, mit aussi de la salive sur son gland, qu'il poussa contre la rondelle. Miky le sentit bien passer, après ses exploits de la veille, mais après un petit cri, il se contint et enfonça sa tête dans l'oreiller qu'il ramena sous lui. Tout en s'enfonçant, Gabin poussa un long et feutré « aaaaaaaaah », émerveillé des sensations que lui donnait ce petit cul. Sa queue lui parut énorme entre les deux petits globes blancs et lisses. Seb se branlait comme en fou en voyant le beau cul de Gabin qui poussait et se contractait ; il imaginait le trou de Miky dévasté par la poutre de son pote. Miky, lui, encaissait, se félicitait des lois de l'hérédité, car il n'y avait aucun doute, c'étaient bien les 22/7 familiaux qui le remplissaient si bien ; il n'eut plus qu'une envie, s'ouvrir et s'ouvrir encore pour se faire fourrer. Ce que personne ne voyait, c'était le visage de Gabin : de l'euphorie, de l'incrédulité, un plaisir extrême ; il ne quittait pas des yeux son pieu qui entrait et ressortait entre les fesses menues… « quel beau cul !... quel BON cul !... oh putain, mes couilles !... ». C'était impossible de résister, de tenir, il fallait qu'il se vide déjà, le fourreau merveilleux, si glissant, chaud et moulant de Miky avait raison de lui. Seb ne perçut que difficilement les jurons et exclamations rengorgés de son pote, mais en voyant les crispations des fesses et les sursauts du corps, il n'eut aucun doute : Gabin jouissait, dans le cul de Miky, et ça le fit cracher avec intensité. Gabin et Miky entendirent même son feulement. Miky était heureux de donner pour la première fois du plaisir à Gabin par le cul ; sa grosse queue tressautait à l'intérieur, en même temps qu'une chaleur se diffusait bien au fond, sous les petits cris aigus mais étouffés ; plaisir d'être fécondé, plaisir de sentir et entendre le plaisir du mâle grâce à soi.

Mais Gabin revint vite de son étourdissement : il n'allait pas en rester à un enfilage de 3 minutes ! Il sentait bien qu'il s'était sacrément vidé, mais aussi libéré et prêt pour une session plus longue : il grimpa sur le bord du lit, et fléchit complètement les jambes pour monter Miky, en appui sur ses omoplates. Seb eut droit alors à un spectacle plus complet : les cuisses musculeuses de Gabin encadrant celles, plus fines et claires, de Miky, et l'énorme cylindre fiché entre ses fesses, qui entra en action ; il eut du mal à croire qu'un petit cul pareil puisse encaisser ce mandrin, et pourtant … et Gabin se lâcha, pistonna, perforant bien plus longtemps, faisant gémir Miky dans l'oreiller, lui demandant s'il la sentait bien, et s'exclamant sans cesse que c'était bon, que c'était le pied. Seb avait repris sa branlette. Cette fois cela dura bien un quart d'heure, dont les deux dernières minutes furent un démontage en règle, sec, brutal ; on entendait les chairs claquer, et les cris étouffés de Miky, et les râles de Gabin, qui s'encourageait et se félicitait de si bien « bourrer ce cul…salope ! ». De l'autre côté de l'écran, les encouragements de Seb étaient clairs : « pète-lui le cul, ouais ! vas-y ! défonce-le bien ! » Le nez sur l'ordi il gueula longuement en s'arrosant le torse de foutre. Gabin dut faire un effort surhumain pour ne pas hurler son plaisir, et n'émettre qu'un râle rauque entrecoupé, en inondant une seconde fois le cul de Miky, complètement soumis et dans les vapes.  Quand Gabin sortit sa queue, le trou de Miky resta ouvert, noir et rouge, quelques secondes, et hypnotisé Seb vit une petite cascade de sperme s'en écouler, glisser le long des couilles et tomber sur le lit. Il ne vit qu'après que Gabin s'était allongé sur le dos à côté de Miky, le ventre soulevé par sa respiration, achevé, mais … embrassant Miky à pleine bouche. Sa grosse bite encore raide avait toujours des spasmes. Il n'avait pas réfléchi, en un regard à Miky il avait su qu'il fallait au moins ce baiser pour le remercier de ce plaisir extraordinaire, et chacun trouva la langue de l'autre délicieuse, et les lèvres, et la salive. Chacun avait du bonheur dans les yeux. Quand Miky quitta la bouche de Gabin, il lui fit un sourire, et Gabin comme Seb hallucinèrent quand ils le virent pivoter et descendre gober la bite rouge, luisante. « Ouais… » lâcha Seb, tout simplement scotché ; Gabin regarda quelques secondes le spectacle, avant d'abandonner : il reposa la tête, vaincu par le plaisir. Miky le nettoya en pompant très délicatement le membre merveilleux. Après quoi Miky se redressa et se remit dos caméra, et Seb put voir un gros paquet de foutre lui sortir du cul directement sur le lit. Il écarta les fesses à deux mains et poussa, et il en sortit encore. Il en rit même, et Gabin sortit de son coma pour voir : une vraie mare de jus sur son lit ! Il rit, et Seb rit, et c'est ainsi que les trois jeunes finalement se mirent à discuter.

-       Je pourrai avoir ton cul aussi ?

-       Ben oui, mais si tu me donnes du jus en bouche avant ou après…

-       Oh t'inquiète, t'en auras, et puis on sera deux.

-       Putain Seb, je suis dans un état, reprit Gabin, le pied absolu !

-       J'ai vu, et je vois ! dit en riant son pote, t'as l'air bien détendu Gab' !

-       Mais toi, t'as pas juté ? demanda-t-il à Miky.

-       Oh c'est rien, j'ai adoré, de toute façon ma priorité c'est d'être rempli et moins de me vider.

-       Mais tu bandes sévère là…

A ce moment-là, la voix de Toni les appela pour le repas. Ils coupèrent la cam et se rhabillèrent. Mais avant de descendre, Miky avoua à Gabin qu'il baisait avec son père aussi maintenant. Il fut d'abord très surpris, ne voyant pas du tout son père se faire un mec ; mais il venait d'apprendre, et au mieux, quels plaisirs on pouvait avoir avec Miky, et il comprit finalement très bien que son père ait cédé à la tentation. « Donc, en gros, tu te tapes les trois gars de la famille !... ben ça, c'est la puissance des 22/7, je vois que ça… ». Avant de sortir de la chambre, Gabin retourna Miky et lui roula une grosse pelle, en lui demandant confirmation qu'ils remettraient ça bientôt, à quoi Miky acquiesça.

mike

cherchebiberon64@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Famille recomposée - L'ami Mathieu - Correspondances
Défouloir pour homme marié - La communauté - À la fac - Blanche fesse - Abdel - Boucheafion - Pine d'âne - Petit gorêts

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

19/03 : 17 Nouvelles

Andrew Aeshenn
La fibre paternelle gaydu71
Parfaite femelle Femelle
Retour de soirée Vap
Le serveur de la plage Eric
Le sandwich taiwanais Jako
Cours particuliers Julespg
Les toilettes du train Marc
Combien sont-ils ? Houne66
Pas vu venir celle-là ! James
Seul… Jako
Première avec un homme mûr Curiosite40
Dernier sauna à Paris Chopassif
Lieu de drague Puteadispo
Le mec de ma coloc Bryan
Siaka, le bel Ivoirien Gregmrs
L’internat Matte070

La suite... 7 épisodes

Le moniteur moto -09 Sketfan
Ma gorge défoncée -05 Mâlelope
Mon demi-frère hétéro -05 Oldyano
Stage BTS à la ferme -09 Stéphane
Soumission & Domination -523 Jardinier
Le patient -05 d.kine.75
Mariage pour tous -05 Yan
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)