PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Famille recomposée - 22

Le repas se passa idéalement, surtout que Gabin reçut des félicitations pour le 16. Ca le changeait des habituelles engueulades de son père ! Mais Gabin pensait aussi, et surtout, à son père en train de baiser Miky, et rebandait par intermittences. Il lui en fallait de l'appétit et de l'endurance à ce mec pour s'enfiler les trois gros pieux ! Les quatre hommes s'installèrent ensuite au salon, devant la télé. Jaco dit qu'il serait bientôt temps de faire du feu dans la cheminée, idée qui emballa tout le monde. Mais comme la discussion tourna vite autour du boulot des jumeaux, des contrats, du chef de Jaco qui était vraiment chiant, Gabin monta. Jaco se demandait s'il n'allait pas finir par claquer la porte et s'occuper de sa propre entreprise. Les frères en parlèrent un moment. Miky, lui, s'était allongé sur les cuisses des jumeaux, un bouquin posé sur celles de Toni, et lisait. Jaco lui caressait les fesses tendrement, tout en parlant et jetant un œil à la télé. Mais la lecture n'était pas très enthousiasmante, et la proximité de l'entrejambe de Toni n'aidait pas Miky à se concentrer… Il délaissa le livre, et posa la tête sur le paquet offert, et Toni lui caressa les cheveux. Seulement, et comme si souvent, il était impossible à Miky d'être aussi près d'une bite sans vouloir sucer : il commença à frotter doucement son visage.

-       Ah ! dit Jaco, j'en connais un qui a bien envie d'une petite douceur.

-       Encore ?! demanda Toni, amusé.

-       Ben je pourrais te faire une vraie sucette, là ; tout à l'heure tu t'es juste branlé…, répondit Miky.

-       Ok, ben je vais voir ce que je peux faire, fit Toni se dégageant un peu pour ouvrir son jean et le baisser en même temps que son slip. Tiens, fais-moi une petite sucette alors.

Sa queue était aussi grosse que molle, et le gland apparaissait au tiers sous le prépuce épais et brun. Car Miky n'aimait pas uniquement les bites bien dures : molles, il était fasciné par leur gonflement progressif, il aimait les voir se développer, s'allonger et s'élargir, et chez Toni c'était le cas parfait pour admirer la prise de volume ! Miky suça le gland et très vite sentit et vit la bandaison se faire ; très vite aussi il dut lever la tête sous la pression de la bite. Il s'appuya sur un coude et Toni lui offrit plus de commodité. Jaco, qui saluait l'artiste, lui dégagea le froc et le slip, et caressa la peau douce de ses fesses toutes blanches ; de son autre main, il attira Toni par la nuque pour l'embrasser, et entre deux coups de langue, le questionner : « t'es bien, frangin ?... la bouche de Miky… la bouche de ton frère… », et Toni répondait chaleureusement à son baiser et ressentait tout l'appétit de Miky qui pompait son gourdin devenu énorme. Les jumeaux se chauffaient, surtout Jaco qui mit un doigt dans le cul de Miky – et ce dernier, tout au plaisir de sa dégustation, avait oublié ce que son homme allait pouvoir découvrir - Jaco interrompit le baiser :

-       Eh dis donc, coquin, tu t'es fait élargir ?

-       Hein ? dit Toni, c'est Gabin ?!

-       Ben ça peut être que lui, dit Jaco, reniflant son doigt, et il t'a fécondé en plus !

Miky, seulement à moitié gêné, lâcha la bite de Toni le temps de confirmer, et reprit le bon gros gland. Cette nouvelle enflamma aussitôt l'excitation de Toni qui lui plaqua la tête pour s'enfoncer plus loin dans sa gorge.

-       Tu l'aimes la bite familiale, gourmand ! tiens, savoure bien !

-       C'est bien mon Miky, ça, un affamé de bites !, continua Jaco, lui recollant deux doigt direct.

Et Miky se fit limer des deux côtés, énergiquement, et commençait à gémir comme quelqu'un qui réclame ; son trou s'ouvrait et Jaco comprit qu'il lui en fallait plus : tandis que Toni le questionnait sur les performances de son « fiston », Jaco, en quelques secondes, se leva, sortit sa bite, déjà assez raide, et mit Miky en levrette pour l'enculer sans ménagement. Le pieu de Toni étouffait ses cris.

-       Il en veut, là, je sens qu'il est bouillant !, dit Jaco en se démenant.

-       Il t'a bien fourré ? hein ?... il a la bite de son père !... t'as dû bien couiner, hein ? ouiiii, bouffe-moi bien la bite ! allez !....Jaco, passe-moi son trou !...

D'un geste, Jaco sortit sa queue et indiqua d'un mouvement sur le bassin de Miky qu'il fallait pivoter ; Toni eut vite fait de baisser encore plus son jean et encula Miky qui avait déjà gobé le pieu luisant de Jaco. La tournante dura un bon quart d'heure, les mâles étaient déchaînés, et Miky au bord de l'orgasme ainsi traité. Les frères se l'offraient l'un à l'autre et d'une claque sur le cul le faisaient pivoter. Il était accoudé et offrait ses trous, palpant de temps en temps les couilles alourdies qui ballotaient. « Tu vas en avoir, t'inquiète !... Jaco, on lui gave la boche, mon fiston lui a fait le cul !... putain, ça monte ! ». Et les deux atteignirent peu après l'orgasme ; ils se placèrent debout côte à côte, se finirent à la main devant Miky : « viens chercher ! », « ouvre ta bouche ! ». Miky s'était rassis, mais en se calant deux doigts dans le cul bien ouvert et en se branlant furieusement. Jaco lui renversa la tête et les jumeaux, gland contre gland, lui remplirent la bouche de jus en se vidant les couilles avec un bonheur bien sonore. Ils pouvaient voir la flaque blanche disparaître, avalée, puis reconstituée aussitôt par leurs jets. Miky ne tint pas longtemps avec ce double apport de nectar et se jouit dessus en tétant et léchant les glands généreux de ses mâles. Scié par le plaisir il s'affala en arrière et lécha ses doigts gluants ; les deux frères s'assirent aussi pour récupérer. Tous trois haletaient, et quand Toni, les voyant le froc aux chevilles, lâcha un « eh ben, quel tableau ! », ils éclatèrent de rire. Mais la demi-heure qui suivit, les jumeaux rhabillés voulurent tout savoir de la baise avec Gabin, et Miky s'exécuta volontiers : il raconta non seulement cette première sodo « à deux cartouches », mais aussi les pipes fréquentes, purges qui permettaient à Gabin de se consacrer au boulot, enfin. Toni fut ravi, et éclairé ; Jaco ne le fut pas moins. Quand Miky leur dit que d'ailleurs c'était l'heure de le soulager comme récompense des révisions, ils l'encouragèrent à ne pas tarder, lui souhaitant même de se régaler. Après quelques bisous à trois, Miky monta.

Gabin était sur son lit, à poil, un casque sur les oreilles, en train de se palucher gentiment. En voyant Miky entrer, il dégagea une oreille, saisit son chibre en disant : « prête et pleine ! », mais comme Miky était déjà grimpé sur le lit, il se ravisa : « dis, tu me boufferais pas un peu le cul avant ? », et bien sûr Miky redescendit, s'agenouilla au bord, le temps que Gabin s'en approche et relève ses belles cuisses de basketteur. Le beau trou du cul lui était offert et Miky se jeta dessus avec plaisir, un vrai régal. En léchant bien il arracha à Gabin une avalanche de aaah et de hmmm, puis il écarta à pleines mains pour atteindre les muqueuses plus fines, toutes roses, et là Gabin ne finit plus de couiner. Quand Miky remonta vers les boules pour lécher, Gabin redescendit les cuisses, saisit sa bite et se branla pendant que Miky avait la bouche pleines de ses couilles : « ouais, putain ! ouais !! suce mes grosses couilles ! ça monte…. Ouais, putain, ça vieeeent ! » - Miky goba le gland, et Gabin juta violemment, à grands jets contre le palais, le torse secoué en avant. Miky se gava de ce bon foutre, le troisième de la maison, qui rejoignit celui des deux mâles. Il vida tout, puis lécha et nettoya, alors que Gabin, affalé, reprenait son souffle. Ils sourirent finalement dans un « bonne nuit » réciproque, et Miky, passé vite fait à la salle de bain, alla se coucher et s'endormit comme une masse. A moitié conscient, il sentit Jaco le presser contre lui quand il alla au lit.

Et le lendemain matin, ce qu'il sentit d'abord, ce fut la bouche de Jaco autour de son gland. En ouvrant les yeux, il vit le cul de son homme, ce cul viril puissant, velu, qu'il vénérait autant que sa bite. En 69 au-dessus de lui, Jaco le suçait. Miky attira davantage ses fesses, et lui lécha amoureusement le cul, tout en se disant qu'il y avait de la continuité avec la veille et la rondelle de Gabin. Ce cul était chaud, et bon, et peut-être plus bronzé, la rondelle plus bistre, mais souvent travaillée à la langue par Miky elle s'ouvrait plus facilement sur le rose des muqueuses dont Miky se régalait, et Jaco en geignait de bonheur sans cesser de pomper. Il avalait complètement sa queue. Il n'était pas rare qu'il suce son « ptit », mais là, Jaco alla jusqu'à le faire jouir dans sa bouche, lui faisant soulever le bassin de plaisir, et il avala son sperme, ce qui était plus rare, car il n'était pas trop fan… Miky trouva la force, malgré l'orgasme, de lui enfoncer à moitié sa langue dans le trou, et Jaco se branla en grognant : il adorait ! Puis il recula, sa bite à hauteur du visage de Miky, et en haletant « papa te donne, tiens, bébé », il juta sa crème matinale dans la bouche gourmande de Miky, qui s'en repaissait le plus au réveil. Ils se reprirent dans les bras, tous deux l'haleine au sperme, et reprirent leur souffle, blottis.

Toni était déjà en bas, debout à couper du pain, quand ils descendirent en slip, et le café coulait. Miky l'embrassa, et s'agenouilla, Toni sortant sa queue, et comme les habitudes étaient prises, il pompa la bite de Toni avec amour, pendant que Jaco s'installait à table. En 5mn Miky obtint le bon jus de mâle qu'il lui fallait pour démarrer sa journée, en deuxième ration. Miky s'assit, flatté d'une main par Jaco, et Toni embrassa son frère avant de s'asseoir avec eux. Et tout contents et soulagés, tous les trois se mirent à manger. Il fut question des courses, et surtout de l'achat du lit king size, pour qu'ils puissent dormir à trois. Comment réaménager, l'achat des draps, bref le programme de la journée se fit ; Jaco voulait aussi couper du bois. Et tout à faire le jour même vu que le dimanche il irait voir ses filles. Miky aurait du boulot avec les cours et finirait avec eux l'aménagement des chambres, le lit de Toni irait s'ajouter à celui de Gabin, le lit double actuel de Jaco allant dans la chambre, ex-chambre, de Toni. Ils s'étaient levés plus tard et il ne fallait pas tarder pour le magasin. Les jumeaux partirent pour la douche en encourageant Miky à aller téter le « troisième laitier » de la maison.

Il y avait déjà assez de jour dans la chambre. Gabin n'était qu'à moitié couvert d'une couette ; il dépassait de partout, allongé de côté. Il avait encore son casque sur les oreilles, mais avec un écouteur sur l'œil, et la bouche ouverte. Miky le trouva craquant et rit presque ; il s'assit sur le lit et se pencha pour respirer son odeur, puis baisa son épaule. Quand Gabin ouvrit un œil en grommelant, Miky posa un bisou sur ses lèvres et descendit dans son cou, tandis que sa main passait sous la couette. Il malaxa les couilles, les généreuses, les prodigieuses, chargées par la nuit. Gabin était maintenant sur le dos et il dégagea la couette pour apparaître totalement nu ; il commençait à bander. Il passa un bras sous sa nuque, poussa la tête de Miky et ferma les yeux. Miky commença sa pipe en léchant toute la longueur, longtemps, des couilles au gland. Puis il fit la pipe matinale, celle qui libérait bien les sucs nocturnes ; il s'appliqua, sans effort, bien installé entre les longues jambes du jeune homme, qui caressait ses boucles et soupirait profondément. Mais les soupirs devinrent vite des gémissements, des encouragements, des compliments ; et cela n'échappait pas aux jumeaux qui, de l'autre côté de la porte, écoutaient en cachette, le pieu à la main. Ils avaient lancé la douche sans y entrer, guettant l'arrivée de Miky. Ils s'amusaient comme des gamins, tantôt imitant le visage ravi de Gabin, tantôt la pipe faite par Miky. Et bientôt ils entendirent les cris précipités de Gabin et plusieurs aaaah de soulagement, sans doute pour chaque décharge : « aaaah ouais !... prends bien tout… hmmm ! ». Quand ils allèrent enfin à la douche, Gabin, vidé, s'abandonnait complètement à la langue de Miky. Ce dernier, repu, se rassit et résuma le plan de la journée à Gabin, qui avait l'entraînement l'aprem et aucune envie d'aller aux courses.

mike

cherchebiberon64@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Famille recomposée - L'ami Mathieu - Correspondances
Défouloir pour homme marié - La communauté - À la fac - Blanche fesse - Abdel - Boucheafion - Pine d'âne - Petit gorêts

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

14 aout 2019

Nouvelles (20)

Abdou Romain
L’école de danse Noah93
Hétéro, juste ce qu'il faut Hugo
What a TØS Sexaddict49
Première hard Tours37
Plan à 3 en extérieur Sylou69
Fouille révélatrice à l’aéroport KarlJ
La piscine Quentin94
Un sauna de verre Glaudoun
Défonce au camping Heysi37
Pauvre Cyrillo Romain
Mes dépucelages -01 XXL
Mes dépucelages -02 XXL
Le fils du shérif -01 Matt
Le fils du shérif -02 Matt
Le fils du shérif -03 Matt
Faire durer le plaisir Frank
Faire durer le plaisir -02 Frank
M Renart
M -02 Renart

La suite (9)

Le cul -02 chuuuut17
Un étudiant appliqué -09 Amical72
Un étudiant appliqué -10 Amical72
Un étudiant appliqué -11 Amical72
Mariage pour tous -14 Yan
Passion en toutes lettres -21 Romain
Passion en toutes lettres -22 Romain
Passion en toutes lettres -23 Cyrillo
Passion en toutes lettres -24 Romain

Aout 2019

Nouvelle

Amoureux de Dimitri Chopassif
Prof de sport Victobg
Lost in Cocktown Pititgayy
Il m’offre son c... Seithan
Jardinier bien bâti Virilbgmuscle06
Mes années de fac Louisallenk
Toilettes publiques Hugo
Anniversaire de mon beauf Linox
La Cage d’escalier Éric
Révélation au club de natation WhiteKnight
Mehdi, le livreur de pizza Pol
Les vices de l’internat Lloh
Le volleyeur et le rugbyman Dolto
Chienne à rebeu Larbin
Nils -01 Renart

La suite

Passion en toutes lettres -17 Romain
Passion en toutes lettres -18 Cyrillo
Passion en toutes lettres -19 Romain
Passion en toutes lettres -20 Cyrillo
La grosse bite de mon beauf -08 Ghost writer
Un étudiant appliqué -07 Amical72
Un étudiant appliqué -08 Amical72
Amour inaccessible -05 Miangemidemon
Nils -02 Renart
Mariage pour tous -13 Yan
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)