PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Famille recomposée - 23

Une heure plus tard, les jumeaux et Miky partaient, laissant Gabin à table avec son deuxième chocolat chaud. La journée était un peu froide mais avec un soleil très vif d'automne. Jaco conduisait, Toni était passager, et Miky à l'arrière. Et tous les trois se sentaient légers et heureux : leur nouvelle vie commune se passait idéalement ; bien sûr Miky était comblé, mais les jumeaux aussi, ils s'étaient retrouvés, Toni se sentait désiré, pouvait baiser quand il voulait, et ne se surprenait plus d'avoir si rapidement adopté la sexualité de son frère et son mode de vie. Entre ses deux colosses, identiques, Miky était comme dans un rêve, et un rêve réel. Il les trouvaient parfaits, parfaits pour lui, ne souhaitant qu'être l'instrument de leur plaisir et de leur bonheur – et chacun savait que l'autre songeait au bonheur des autres. C'est dans cet état qu'ils arrivèrent au centre commercial, et il fallait bien un peu d'euphorie pour affronter ces espaces que Miky, surtout, détestait. Souvent des gens les observaient : deux géants bruns d'1m92 avec un ptit blond bouclé entre eux, avec une tête de moins… Eh oui, un maçon, un menuisier et un futur prof, deux actifs extraordinaires et un passif toujours consentant pour ses mâles… Gabin, lui, son petit déjeuner terminé, sortit sa bite pour l'admirer et soupesa ses couilles ; il n'était pas loin de lui parler : elle était belle, elle était gâtée depuis quelques jours, et il éprouvait en la regardant la même satisfaction que les trois autres habitants de la maison, à distance, et il se disait en se la faisant grossir qu'il aurait déjà pu, là, fournir à Miky une deuxième ration de son mets préféré. Et le mieux, c'était qu'il savait avec certitude qu'il n'y aurait pas à attendre longtemps avant de le voir, et de le sentir, pomper avec appétit entre ses cuisses.

Enfin les trois amants arrivèrent au rayon des lits lits, et voyant les king size ils ne purent s'empêcher d'imaginer ce qui s'y passerait bientôt. Miky frétillait : il se représentait les deux corps sublimes nus, débordant de virilité, l'attendant allongés pour se repaître de lui… Jaco se voyait le limer en levrette pendant qu'il pompait son frère… Toni pensait la même chose, honorant l'arrière, embrassant son frère qui limait la bouche de Miky… Bref, les trois paquets se raidissaient, et Miky, qui les laissa consulter les étiquettes techniques, jetait des yeux tout brillants sur leurs entrejambes fournies. Comme Superman, il aurait pu voir à travers. Ils choisirent, Miky confirma, et Toni ne céda pas tant que Jaco le laisse payer : c'était bien la moindre des choses, etc. etc. Miky furtivement caressa le paquet de Jaco : pas de doute, les 22/7 étaient bien présents, bien durs ; il souffla à l'oreille : « Papa… j'ai vraiment une grosse faim… ». Jaco le regarda d'un œil complice, alla expliquer à Toni que « le ptit avait un besoin pressant », qui faillit exploser de rire à la face du vendeur. Ils se retrouveraient à la caisse. Jaco et Miky partirent aux toilettes : dès la porte de la cabine refermée, tous deux mus par ce « besoin pressant », Jaco baissa son froc et son slip en même temps que Miky s'agenouillait ; il prit la grosse queue tendue avec empressement et pompa avec joie la grosse tétine violacée : « ooooh putain, bébé… ». C'était de la purge efficace, Miky voulait quelque chose de hard : il leva les bras en l''air, gardant le gland en bouche ; Jaco comprit aussitôt : il plaqua Miky contre la paroi et tint serrés les poignets de Miky ensemble, puis il lima la bouche avide, tantôt regardant sa grosse queue la forer, l'écarteler, tantôt levant les yeux au ciel, concentré sur la seule sensation de se branler dans des lèvres. Mais son ptit était trop beau comme ça, soumis, les yeux mouillés, à encaisser la vigueur de son papa ; c'était fou de voir sur son visage à la fois les efforts pour bien subir, et la satisfaction de servir son mâle. Jaco ne pouvait jamais tenir longtemps en voyant ça. Le bassin s'agita encore plus frénétiquement, et avec quelques « bébé ! bébé !! » le plaisir monta violemment des couilles, et Jaco tapissa la bouche et la gorge de son foutre. Il étouffait ses râles mais soufflait comme un bœuf ; il arrêta ses mouvements et sa bite pulsa encore deux fois sous deux gros jets ; il vit nettement les joues de Miky se creuser pour aspirer les retardataires du canal. Il lâcha les poignets de Miky qui aussitôt en profita pour saisir les fesses de son homme, et s'empaler la bouche sur sa queue, déglutir sur le gland, arrachant à Jaco un long « aaaah » de plaisir.

Puis Jaco le releva, essuya deux larmes avec ses pouces et l'embrassa avec fougue. Il le tourna dos à lui, baissa son froc, saisit sa bite raide ; il le paqua contre lui, sa main libre atteignant sous le pull un téton, et il branla bite et téton, en murmurant à Miky des grossièretés et en lui esquissant ce qui l'attendait avec ce nouveau lit : deux grosses poutres qui allaient lui en donner par les deux trous jusqu'à ce qu'il pleure. Miky évidemment jouit en 2 minutes et largua son jus dans la cuvette, à moitié soutenu par Jaco. Après un autre baiser et un rhabillage attentif, ils sortirent de la cabine, virent le visage éberlué d'un type se lavant les mains, et Miky se lécha ostensiblement les lèvres… Enfin ils quittèrent les toilettes, et allèrent choisir les parures de drap spéciales. Quand ils regagnèrent les caisses, Toni faisait la queue. Il y avait du monde.
-       Soulagés ? demanda Toni avec un clin d'œil.
-       Oui, tous les deux, ça fait du bien, répondit son frère.
-       Veinards !
-       Attends, je t'oublie pas, toi, corrigea Miky, attends un peu en voiture…
Toni paya enfin, et s'arrangea pour que le lit soit livré l'après-midi même. Il ne restait plus qu'à passer à son boulot : il avait fini dans l'entrepôt le double bureau dont ils avaient parlé. Au moment de monter en voiture, Miky réitéra son invitation, et fit monter Toni à l'arrière. Dès qu'ils furent en route, Toni baissa jean et slip et Miky lui fit une bonne pipe, dont Jaco, dans le rétro, ne rata aucun détail ; même, quand Toni sentit la sauce arriver, il enfonça la tête de Miky sur sa bite et fixa son frère dans le reflet en jouissant à longs jets, et à longs râles de soulagement. Les deux frères se comprenaient bien : ils aimaient voir l'extase sur le visage de l'autre et se faisaient partager cette vision chaque fois qu'ils pouvaient. Mais Jaco ne put rouler de pelle amoureuse à son jumeau : eh oui, il fallait quand même regarder la route aussi… Quand Miky se rassit, Toni le prit contre lui et l'embrassa tendrement dans ses boucles. Ils arrivèrent au boulot, et en un quart d'heure le double bureau était à l'arrière : une belle réussite, Toni savait travailler ! Il n'y avait plus qu'à emboîter les pièces dans la chambre. Bref, les trois amants rentrèrent, la première mission accomplie, et Miky, qui pensait qu'il était 11h et qu'il avait eu 5 copieuses décharges de sperme, ne pouvait se sentir mieux.
Après une bière au retour, avec Gabin, les deux jeunes débarrassèrent la chambre, les hommes s'activèrent en bas, puis montèrent déplacer le lit de Toni dans la chambre de Gabin, tout content de bientôt dormir dans un espace pour deux personnes. Ce fut autour du lit deux places de Jaco de passer dans la chambre. Le bureau fut descendu au garage, et le double monté par Toni et Gabin. Miky et Jaco se mirent à la cuisine. Miky se disait que décidément cette journée était fantastique, tout se passait bien, tous s'entendaient à merveille. Jaco dut le sentir car il lui dit : « c'est cool, hein ? » et il rajouta devant l'assentiment de son ptit : « c'est grâce à toi, tu sais. » Miky s'en trouva tout ému et fit un câlin à Jaco avant de reprendre la popote. Quand Toni les appela, ils découvrirent la nouvelle chambre de Gabin : il y avait moins de place pour circuler, mais le double bureau était super, et Gabin ravi. Miky rajouta oreiller et coussins au lit, puis ils descendirent manger.
-       Bon Gabin, ça te dérange pas que je dorme avec eux maintenant ?
-       Bah non euh… c'est toi qui vois.
-       Parce que… on fonctionne à trois hein… sûr que ça te choque pas ?
-       Non, non… si c'est cool pour toi, tant mieux.
-       Bien. Et en plus tu récupères un lit ! allez, à nous, et merci encore Jaco… merci Miky !
Ils levèrent tous leur verre. Ils parlaient de choses et d'autres mais tous bandouillaient en pensant au lit king size…
Les deux jeunes montèrent quand les mâles prirent un petit dijo : Gabin allait préparer ses affaires pour le basket et Miky installer les siennes sur le bureau. Une fois son sac prêt, Gabin dégaina sa bite au nez de Miky, assis : « tu me suces avant que j'y aille ? ». Et Miky lui fit une bonne et longue pipe, souvent profonde, douce, jusqu'à ce que Gabin lui tienne la tête pour se branler le gland entre ses lèvres ; Miky pointait sa langue sous le frein, et Gabin déchargea en bonne quantité, les giclées frappaient bien au palais ! Il poussa un grand « ouf » quand Miky eut fini de bien tout aspirer et qu'il se rhabilla : « putain, qu'elle était bonne ! nickel ! à toute et prépare-toi pour Seb hein ! », ajouta-t-il en ébouriffant Miky. Et celui-ci resta quelques minutes à savourer l'idée que le jus lui glissait dans l'œsophage et tapissait son estomac, puis il continua de classer dossiers et bouquins.
Bientôt Miky entendit les coups de hachette : les mâles coupaient le bois. Il partit prendre un bain et se fit un lavement, plus une bonne lubrification interne : il savait bien que la soirée allait être chaude ! Puis il se remit à bosser ses cours, jusqu'à ce qu'on sonne : c'était le lit. Il alla chercher les jumeaux… En fait vers 18h tout était installé, lit refait, le ménage… Jaco alluma la cheminée, Toni sortit du garage avec Miky un gros tapis épais à mettre devant l'âtre.  Gabin appela : il ne rentrait pas finalement, mais il dit à Miky que la double vidange n'était que partie remise. Il avait une soirée  avec des meufs et sortait le soir avec Seb et elles… il espérait bien avoir « quelques loches à peloter, au minimum » ! Miky allait donc rester seul avec ses mâles, et son trou se mit à palpiter et son ventre se tordre de désir. Le temps que les males prennent leur douche commune, Miky déploya une grande efficacité : il réaménagea le salon, pour rapprocher le sofa du feu, devant le tapis moelleux, et plaça sur le côté la table basse, qu'il garnit de bières et de petites choses à manger. Le feu avait déjà bien chauffé la pièce ; Miky n'alluma qu'une lampe supplémentaire, d'un jaune doux et feutré. Il mit aussi un CD de Depeche Mode qu'aimait Jaco. Quand les mâles descendirent, tee-shirts, shorts, chaussettes, ils trouvèrent génial le petit arrangement, et remercièrent par des baisers à trois les préparations de Miky.
-       Maintenant je voudrais vous demander quelque chose.
-       Dis-nous, bébé.
-       Je voudrais vous récompenser pour tous les efforts de la journée, et pour le bois. Installez-vous sur le sofa, mais mettez-vous tout nus…
-       Qu'est-ce qu'il nous prépare, le coquin ? demanda Toni en enlevant ses fringues.
-       Je m'attends à tout, mais ce sera super, répondit Jaco faisant de même, et observant Miky installer un petit tabouret au siège rembourré en cuir.

mike

cherchebiberon64@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Famille recomposée - L'ami Mathieu - Correspondances
Défouloir pour homme marié - La communauté - À la fac - Blanche fesse - Abdel - Boucheafion - Pine d'âne - Petit gorêts

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

21 mai 2019

Nouvelles (15)

Découverte Femelle
Une bonne salope sur un parking Chubbyslut
Complainte du garçon... Jako
Mon coloc me trouble -01 Svven
Mon coloc me trouble -02 Svven
Mon coloc me trouble -03 Svven
Mon coloc me trouble -04 Svven
Dépucelage à la plage Femelle
Découverte de nouveaux plaisirs Paupours
Louvain-La-Neuve sur un parking Nico
Sauna, mon premier dominant Femelle
Mes rêves J.S.
Domination à la forge Theo49
L’ange pervers Frank
L’ange pervers -02 Frank

La suite (8)

L'éveil du Renart -07 Renart
L'éveil du Renart -Fin Renart
Valentin et Simon -02 Aeshenn
Kader -16 Cédric T
Colocation -09 Emerick
Colocation -10 Emerick
Stage BTS à la ferme -13 Stéphane
Les potes de mon grand-frère 4/2 Marc 67

Mai 2019

Nouvelles

Sauna Sun city Julien
Ma première chez les hommes 13008
Une sacrée initiation Lucif
Mon prof, mon pote et moi ? Étalon
Un bon prêt en liquide Pititgayy
Le copain de ma fille Jeanmarc
Soumis en cam Lope75
Jeux de rôle musclés Stéphane
Les potes de mon grand-frère 3-1 Marc 67
Travesti éduquée par son maître Julia2
Mise à dispo  Lopeajus39
Sissy Bumi88
Tournante de rêve Jerem72
Le clandestin Jako
Les skets de mon pote d’internat Kifflesket
Ma (Dé) Formation Matiti Yah
Un plan psychologique Alcide
Révélation nocturne Pierredelavega
Enfin ! T&R
Au mariage de mon neveu Eliot
La chienne exhib Pol
Bar bien chaud Caramel
Réalité fantasmée Fred
Un taxi ? Houne66
Rendez-vous chez le médecin Paul75
Randonnée initiatique Ron
Comment j’ai sucé mon cousin Romain
Prague Astro
Vengeance Julian Lerkin

La suite

Un amour de soumis -06 Elfe
Au Sauna de Sochaux -02 Chatenois25
Un examen oral -03 Gogo
Les skets ... -02 Kifflesket
Soumission & Domination -527 Jardinier
Soumission & Domination -528 Jardinier
Soumission & Domination -529 Jardinier
Soumission & Domination -530 Jardinier
Frenchies -12 Pititgayy
Le patient rebeu -02 Dirtybator
Stage BTS à la ferme -12 Stéphane
Ma (Dé) Formation -02 Matiti Yah
Ma (Dé) Formation -03 Matiti Yah
L'éveil du Renart -04 Renart
L'éveil du Renart -05 Renart
L'éveil du Renart -06 Renart
Kader -15 Cédric T
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)