Shop Gay

Cyrillo20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Sextoy
Sexshop

Job d'été très formateur

Chapitre 1

Pendant l'été de mes 23 ans, comme beaucoup d'autres, je travaillais en tant que commis dans un restaurant dans le sud est de la France.
Généralement je changeais d'établissement et donc de patron. Ça me permettait de découvrir plusieurs ambiances et types de management. Cet été là, j'en avais découvert un particulièrement efficace me concernant...

J'étais sous la direction (avant d'être sous les ordres) de Sébastien, gérant d'un restaurant qui ne faisait que le service du midi, auprès d'habitués. Je vous passe tous les détails et quelques éléments de contextes qui m'aurait permis de vous décrire comment Seb et moi avions sympathisé, nos premiers petits verres d'après service, et aussi la fois où il a appris mon homosexualité et moi, son cruel manque de sex (il avait 38 ans et peinait à trouver une copine à cause de son rythme de restaurateur). Ce moment là à tout changé dans notre relation. En y repensant, je me dis qu'il avait directement vu en moi un moyen de mettre fin à son manque de cul. Il avait pas tord !
Je ne l'avais pas compris tout de suite. J'ai d'abord senti son regard sur moi lorsque j'avais le dos tourné, puis ses petits regards sont devenus des petits gestes très discrets.... Une main qui traine, un ralentissement lorsqu'il passe derrière moi, penché derrière le bar, etc.
Peut être naïf, je ne suis pas bête, alors j'ai rapidement compris que quelque chose se jouait... J'ai adoré ces moments où on se tournait autour : je portais des pantalons plus moulants que d'habitude, je me penchait davantage pour récupérer des verres, bref, vous voyez l'idée.

Un jour, en plein service, je rangeais le lave vaisselle derrière le bar. Naturellement, je m'y penche pour récupérer les verres. Seuls dans le restaurant, Seb se mi derrière moi et, sans trop insister, rapprocha son entrejambe de mon cul tendu. Ne l'ayant pas vu, son contact lorsque je me suis redressé me surpris.
- "ah t'es là ! Je t'avais pas vu !"
- "j'ai bien remarqué, ahah. Vas-y mets les verres sur le bar je vais les essuyer"
Je me penche de nouveau sur mes verres, en faisant bien attention à garder un contact entre mes fesses et son jean. Plus j'avançais dans la tâche plus j'accentuais le contact avec son sexe que je sentis durcir sous le tissu. Je le senti même exercer une légère pression de ses hanches : plus aucun doute c'était bien sa queue qui s'appuyait sur ma raie. Fini les allusions sexuelles, que la fête commence. D'ailleurs ma bite était déjà bien dure au moment je finis de ranger le lave vaisselle. Pour continuer à allumer mon patron, je me redressais en gardant la pression de mon cul sur son sexe, avant de me mettre, moi aussi à essuyer quelques verres.
Cassant le silence, Seb me demande :
- "tu as quel âge déjà ?"
- "23 ans pourquoi ça te dérange ?"
- "je sais pas... Tu pourrais être mon fils !"
- "n'abuse pas !" Dis-je en me cambrant davantage. "Mais par contre t'es mon patron ! Alors tu peux me demander ce que tu veux."

Si à l'époque je n'avais pas grande connaissance en droit du travail, je savais déjà très bien allumer la mèche. Ca n'a pas manqué... Seb se mi à me masser entre mes fesses, insistant sur la zone de mon anus... Mon souffle s'accentue, je devint tout rouge, et remua mon cul sur sa main comme une petite traîné.
De son autre main il me prit par le coup et m'obligea à me redresser, avant de me dire dans l'oreille :
- "tu veux vraiment être à mes ordres ? C'est vraiment ce que tu veux ?"
- a moi de gémir un timide "oui", qui changea ce job d'été en une expérience à part.

Sans transition il glissa une main sous mon pantalon et me plaqua le ventre sur le bar. Sa main m'immobilisa en appuyant sur ma tête, désormais au contact avec le zinc. Je ne vois pas vraiment ce qu'il fait mais je sens que sa main caresse sagement ma raie et, sans y pénétrer, s'attarde sur mon anus. Au bout de quelques secondes, il me baissa mon pantalon. Rapidement, je sens un filet de salive qui tombe sur mon trou et lubrifie l'accès à mon intérieur. Seb glisse lentement son majeur dans mon cul. Je n'ose pas bouger et j'hallucine de la situation. Je suis aux anges. Ses mouvements sont lents et n'hésite pas à y aller profondément, naturellement je bouge un peu mon cul sur son doigt. Je meurs d'envie d'aller plus loin mais lui s'arrête... Je me sens délaissé et un peu bête, d'autant plus qu'il me maintient toujours le visage.

Il se rapproche, laisse couler un autre filet de bave sur ma joue avant de se rapprocher de mon oreil en disant :
-"tu vas être à moi pendant tout l'été. Tu devras être disposé à me vider les couilles dès que je voudrais te prendre le cul ou la bouche, ok mon bichon ?"
Je ne réponds pas, absolument choqué de ce que je viens d'entendre. Sa salive coule jusqu'au coin de ma bouche.
Il rajoute :
-"très bien. Je t'enverrai les consignes ce soir pour demain, par sms. Je veux tout décider de ton été. De la couleur de ton string à la manière dont tu vas sucer ma bite après le service."
Après avoir dit ça, Seb me libère, quitte le restaurant et me laisse complètement avachi sur le bar, toujours le pantalon sur les genoux et la tête sur le zinc. Je bande comme rarement, mes pensées sont confuses.

Le soir chez moi, je reçois un message de Seb :
-"remets ton petit short en jean pour demain, ne mets pas de sous vêtements. Je veux pouvoir te baiser dès que je le souhaite."
Je commence à prendre conscience de ce qu'il se passe, je vais être à la disposition d'un mec pour la première fois de ma vie. À la fois excité et stressé, je peine à calmer mes pensées... Cette nuit là j'ai taché mes draps en imaginant Seb me prendre en plein service du midi et jouir en moi violemment.

Le lendemain, tout s'est passé normalement une bonne partie de la journée. Je sentais une tentions sexuelle entre nous, à la limite du soutenable, mais je fis comme si ne rien n'était en attendant que ce soit lui qui fasse le premier pas !

Une fois le service terminé, il me demanda de le rejoindre dans la réserve. Il m'attendait calmement en s'appuyant sur un mur. Dès que je passa le pas de la porte il m'ordonna de retirer mon t shirt et de me mettre à quatre pattes.
Un peu déstabilisé, je m'exécute...
Il se rapprocha de moi et se mi à ma auteur. De sa main rugueuse il vient me caresser le dos comme si j'étais un animal. Sa main se déplace du milieu du dos jusqu'à ma nuque qu'il sert légèrement. Cela me fait frémir. Sa main poursuit ses caresses et vient s'attarde de un peu plus sur mes reins. Je me cambre naturellement, et ne peut m'empêcher de respirer plus fort. Il me rend dingue, je n'ai qu'une envie c'est qu'il glisse sa main sous mon short, devenu beaucoup trop petit ma bite qui ne demande qu'à exploser.
Pour le moment c'est par dessus ce dernier qu'il me caresse et commence à m'agripper et finalement me donner quelques fessées. J'adore ça et la première claque qui résonne dans la réserve me fait émettre un petit gémissement, qui le fait réagir : je vois une jolie bosse au niveau de son entrejambe.

Je ne peux m'empêcher de chercher cette protubérance du regard et il le remarque bien. Il le demande alors :
-"c'est ma bite que tu veux ?"
-"oui.." dis-je entre deux soupirs.

Il s'assit sur une chaise à quelques mètres de là, nous nous regardons. Instinctivement j'attendais qu'il me donne l'ordre de venir le rejoindre. Il avait réussi, tout en douceur, à me mettre à sa botte.

Au bout de quelques secondes il me demanda d'un ton franc de venir le rejoindre, toujours à quatre pattes.
Lentement j'avançais, le béton froid et inconfortable sous mes genoux, la bite en feu et mes yeux fixés sur mon objectif.
Arrivé à son niveau, il se pencha et me prena les joues d'une main ferme, approcha sa bouche et m'embrassa avec une certaine autorité. Recula son visage, et en regardant ma bouche, me demanda de l'ouvrir, avant de cracher dedans de toute sa salive. J'étais à quatre pattes, la tête dans la main de mon patron qui me crachait dans la bouche. Me rendre compte de cette situation me rendait complètement dingue, j'étais prêt à tout pour le combler autant qu'il me maltraite.

Seb brisa ma rapide introspection en disant :
-"suce moi lentement, montre moi de quoi tu es capable petite salope."
Il baissa son pantalon et laissa apparaître un chibre de 17 cm de long environ, relativement large et aux belles veines bien dessinées. C'était la plus belle chose qui pouvait exister au monde à ce moment très précis.
Il posa sa verge tendue sur mon visage, de sorte à ce que ses boules soient à la auteur de mon menton.
Très naturellement je me mis à lécher la base de sa bite, puis à m'occuper de ses boules que je fis rouler sous ma langue.
Sa main vint caresser l'arrière de la nuque, entraînant mes mouvements.
Il m'encouragea avec quelques respirations prononcées et cette phrase qui continua à entretenir mon état second :
-"t'aime sucer toi, ça se voit ! Tu vas aller au bout et me faire jouir dans ta bouche !"

C'est à ce moment que j'entrepris de lécher sa verge de bas en haut jusqu'au sommet de son gland que je vient décalotter de ma main. J'entame une pipe appliquée, en descendant lentement ma bouche jusqu'en bas, accompagné de quelques mouvements de gorge et de langue, massant à la fois son gland et sa tige veineuse. Je sens qu'il aime ce traitement, sa main est passée sur le dessus de ma tête où il agrippe mes cheveux.
Au premier bruit de grogne profonde, il me maintient davantage la tête, en mettant ses deux mains de part et d'autre de mon visage. Le voilà qu'il entraîne lui même les mouvements. Il accélère le rythme. Je le laisse faire évidemment, à ce moment je n'ai plus la capacité d'utiliser ma langue, c'est le confort et la chaleur de ma gorge qu'il vient chercher par ses vas et viens de plus en plus fort. Je ne suis qu'un trou dans lequel il veut jouir.
Les bruits de succion sont constants, je m'agrippe à la chaise pour ne pas tressaillir, je ne contrôle plus l'afflux de bave qui viennent inonder ses couilles.
Après quelques longues secondes de ce rythme effréné, le calme revient.
J'ai alors tout le loisir de revenir vers son gland et de le sucer calmement, juste lui, en serrant la base de sa verge avec ma main.
Les caresses de Seb deviennent plus douces aussi et m'accompagne dans ce dernier moment de tendresse. Nos yeux se fixent. J'aime être ici, à sa merci, sa bite dans la bouche. J'aimerai que le temps s'arrête, mais je sens que lui aussi prends beaucoup trop de plaisir pour ça.
Je le vois, sa tête part en arrière, son souffle devient vraiment fort et son corps se tend. Je décide alors de le branler en plus de ma pipe. Aussi, je lui masse les couilles de mon autre main, histoire de finir en apothéose !
Dans un râle immense il se cambre et maintient ma tête en même, comme pour ne pas que je lui fasse défaut.
De ma main je caresse son torse poilues en attendant sa semence.
C'est alors que son premier jet vient tapisser mon palais... Puis un deuxième, un troisième... Je dois déjà en avaler pour ne pas que ça déborde de ma bouche ! C'est chaud, tendre et gluant en même temps. Je m'applique à tout prendre jusqu'à la dernière goutte, en venant lui presser la queue une dernière fois.

Je pose ma tête sur sa cuisse, à côté de sa bite que je regarde d'un air amoureux. Il caresse ma joue de sa main avec beaucoup de tendresse, comme pour me féliciter. Je suis fier de lui avoir fait autant de bien. En lui caressant la jambe je lui dis :
-"je veux que tu jouisses tous les jours en moi Seb, je suis à toi maintenant"

Après m'avoir fixé du regard en mettant son pouce dans la bouche (que je lèche instantanément), il répond simplement :
-"J'y compte bien."

Au moment de me lever je me rends compte que mon caleçon est trempé : j'ai joui en suçant une bite ! Ça ne m'était jamais arrivé.
Je décide de l'enlever et de le donner à Seb. Il esquisse un sourire satisfait et le regarde avec des yeux brillants.

La nuit a été courte, j'en ai passé une bonne partie à jouer avec mon gode. Quelques gouttes de lubrifiant sur le gland que j'étale en faisant des va et vient avec une main ; sur le dos, je remonte les genoux et place le gode à l'entrée de mon anus. C'est à ce moment que je m'imagine à la merci de l'homme au dessus de moi. Doucement je rentre le gland et rapidement j'augmente la cadence. J'adore le mettre jusqu'au fond de moi et le laisser quelques secondes. À ce moment là me vient une idée : et si j'envoyai une vidéo à Seb ?

Après une rapide réflexion autour de la mise en scène je décide de me filmer sur le ventre, le téléphone posé dans un coin de ma chambre, non loin du lit, de sorte à en voir mais pas trop non plus.

Ça tourne. Je fait de lents gestes amples et n'hésite pas à me cambrer. Je suis sur le dos et montre bien à quel point je rentre l'entièreté de mon jouet. Il ne faut pas que la vidéo dure trop longtemps alors j'accentu la cambrure jusqu'à avoir le cul plus haut que ma tête surélevé par mes genoux . La vue est de profil et Seb aura tout le loisir d'admirer mon cul. C'est ce que je veux.
J'accélère la cadence et rapidement je jouis dans un râle légèrement étouffé. Mes gros jets de sperme viennent tâcher la serviette que j'avais positionné sur le lit.
J'éteins la vidéo et lui envoie. J'ai hâte de connaître sa réaction !

Si voulez la suite, dites le moi !

Romain_c

internetgagnant@yahoo.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur :

TEXTE IMPLIQUANT DES MINEURS,
UN ENFANT OU ADO (-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence et à la cruauté. Sous peine de fermer ce site !

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

💦 1er Sept. | 74 pages

Les nouvelles | 31

Travestie soumise Natravcha
Ami d'enfance Mooner
Rentrée des profs Kurt
Pipe au parking Jlille
Beaux brésiliens Loyxxx
Comme une meuf Sunrisefem
Le dilemme Antocoquin
L'apprenti & les 2 éphèbes Yannick
Un prof à la fac Passif17
L'arbitre de football Campagnard
Meilleur pote TBM Alex
Isaac Isaac44
Eté provençal Plume Gay
Le Minet Parisien Gauthier
Devenir un déchet Subdaddy
Fantasme Weell59
Un bon placement Bouleetbite
Première sodomie Romain_c
Mon dépucelage en extérieur ChaudH24
Devenir chienne Jolecocu
Initié par mon cousin Alex
Paradis en Enfer PandaViril
Entrepreneur Mattadispo
WC de l'autoroute Fantasio517
Bite d’âne Meetmemz
Père et fils Meetmemz
Macho à la salle de sport Meetmemz
Le vrai métier de mon père Meetmemz
Emprisonné par un camionneur Meetmemz
Cours de soutien Meetmemz
La revanche du majordome Meetmemz
12 Sept., +177 pages en Avant-première

Les séries : 43 pages

Massage | 2 | +1 Franck
1 | 2
Bonne pute | 5 | +1 Balthazar
1 | 2 | 345
Maxime au kebab | 3 | +1 Solo
1 | 2 | 3
Sur une île déserte | 3 | +1 Meetmemz
1 | 23
Descente aux enfers | 2 | +1 Lopsa33
1 | 2
Un Cul jouissif | 17 | +2 Cul jouissif
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6789101112 | 1314 | 15 1617
Cristian et Paul | 2 | +1 C&P
1 | 2
Job d'été très formateur | 2 | +1 Romain_c
1 | 2
Amitié austro-galloise | 2 | +2 VolTigeur
1 | 2
Les lettres de Paul | 5 | +2 Plume-Gay
1 | 2 | 3 | 45

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2023 | 2022 | 2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Sextoy
Sexshop

Chercher sur le site

ATTENTION

HISTOIRE AVEC DES MINEURS, ADO, ENFANT(-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence et à la cruauté. Sous peine de fermer ce site !

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.


Août 2023 : 3 866 045 pages vues !

Ce site utilise des cookies uniquement pour faciliter la navigation. Aucune données personnelles ne sont collectées ni conservées pour du partage, ou a des fins marketing. ©2000 Cyrillo.biz. Hébergeur : Planethoster Canada

À jour : samedi 19 août 2023 à 10:08 .

Retourner en haut