PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Famille recomposée - 33

Le bus continuait sa route, mais Miky était ailleurs, il avait l'impression de fondre sur son siège, il s'imaginait entre les mains de ce mastodonte roux, ramoné, défoncé violemment, exploité, et il avait la sensation que son cul suintait d'excitation, et plus il s'aventurait dans cette rêverie dans un scénario où les images se bousculaient, plus il se voyait dominé, lopé, comme s'il n'était là que pour permettre à ce géant d'exprimer toute sa force physique, tous ses fantasmes domination – n'être plus qu'un trou, une pompe, un déversoir pour mâles… Il eut l'impression de se réveiller juste à temps quand il vit son arrêt de bus. Il marcha les 100m avec une trique de fou, et monta direct à la salle de bain, se lava, se doigta furieusement, puis repensa au plug, et s'amusa avec un bon moment. Il se retrouva à poil sur le sol, le plug dans le cul, à peine calmé de s'être juté dessus. Mais bien vite, prenant conscience de sa situation, et comme son cul le démangeait encore, il fut envahi de nouveau par le désir d'être monté comme une chienne et broyé par la virilité d'un mâle aussi en rut que lui.

C'est à ce moment-là qu'il entendit rentrer Gabin, qui l'appelait d'en bas. Jaco savait que de temps en temps Miky était sujet à ces sortes de « crise » suraiguë qui allait plus loin que son état naturel de soumis aux mâles, mais Gabin n'avait encore jamais vu ça. Son père avait compris (et ça ne lui avait pas du tout déplu…) qu'il fallait lui donner ce qu'il voulait, et donc le traiter comme la dernière des putes, lui qui dans ces moments-là ne rêvait que de se faire tourner et violer par des dizaines de gars sevrés de sexe depuis des mois. Il avait alors ce regard brouillé et lointain, où toute volonté et toute dignité avaient disparu. Heureusement Jaco, mûr, savait après l'avoir dérouillé et humilié comme un animal et un maître le prendre dans ces bras, et calmer avec tendresse tout ce qui était sorti de plus ténébreux du corps et de l'âme même de Miky. Et c'est pour cette compréhension mutuelle que les deux hommes s'aimaient aussi. Gabin allait-il être à la hauteur ?

Oh que oui ! Certes, il eut deux moments de surprise, l'un en le découvrant comme une larve à terre le suppliant de le baiser (mais le bond que fit sa bite aussitôt fit actionner la machine à baise qu'il était déjà), l'autre en constatant à quel degré de soumission en était Miky qui réclamait encore plus de bestialité alors que Gabin le pilonnait et l'insultait déjà comme jamais il n'avait fait. Mais ce moment aussi passa, car Gabin comprit qu'il avait affaire à une sorte de mélange de fantasme extrême et de pur besoin, auquel lui-même avait été sujet, et il sut que c'était l'occasion d'en profiter et de se lâcher le plus (et le pire) possible. Ce fut comme une purge de tout ce qu'il avait de plus grossier, noir, violent (mais il n'y eut pas de coups bien sûr, les claques sur les fesses, et les poignets retenus fermement suffisaient), au fond de lui. Les deux jeunes rivalisèrent de cris, de jurons et d'insultes, et plus Gabin lui en donnait en même temps que des coups de bite pulvérisant ou mitraillant, plus Miky en réclamait. Il fut enculé par terre, la gueule plaquée sur le boxer et les chaussettes de Gabin, puis sous l'eau de la douche, dans la baignoire, écrasé sous le cul du jeune basketteur à bouffer, arrosé de foutre et tenu par les cheveux ; il fut encore démonté debout contre le mur, couvert d'insultes et le plug en bouche, inondé de jus, tassé et battu par le ramonage ininterrompu jusqu'à créer une corolle de chantilly foutreuse que Gabin lui fit bouffer, ramassée sur son gland, et aux pieds de ce mâle si beau, trempé de sueur, aux yeux fulminants, Miky dans la fin de son délire vit un dieu qu'il honorait.

Quand chacun fut un peu retombé, Miky eut peur du silence qui s'installa ; ils se rincèrent sans un mot, puis s'allongèrent sur le lit de Gabin. Alors Miky vint sur lui, chercha ses lèvres, avec un regard triste, et heureusement Gabin lui rendit son baiser avec amour, l'enlaçant fortement sur lui. Miky fut soulagé presque aux larmes. Oui Gabin avait été bouleversé par toutes images et les mots qu'il repassait dans sa tête, mais il comprenait visiblement. Et puis la discussion s'engagea. Miky expliqua. Gabin admit qu'il ne s'était jamais senti si calme et si « propre », il comprit ce que disait son amant en parlant de sombrer à fond et d'aller jusqu'au bout, bien hard, pour remonter ensuite et se sentir « neuf », et il comprit même que c'était le plus intime qui avait été partagé, et que de temps en temps ça risquait de se reproduire. Il fut assez fier quand Miky lui dit qu'il avait à son âge compris aussi vite que Jaco, avec le sien, l'avait fait. « Les 22/7 n'étaient pas le seul point commun héréditaire ». Ils s'embrassèrent comme deux amoureux, rebandant et sachant que quelque chose de très fort venait de les unir. Puis Miky, tout serein, sur un nuage, se habilla (d'un slip), fit un feu dans la cheminée, et ses mâles rentrèrent et le nourrirent de jus direct au salon, un bras sur l'épaule et admirant leur petit à l'ouvrage.

La soirée fut remarquable de bonne entente… Après le repas, Miky raconta tout aux deux mâles, et la cause de son état : le colosse roux. Jaco et Toni furent fiers de Gabin, pas du tout immature en fait, et mirent cela sur le compte de la bonne influence de Miky. Jaco lui dit qu'il pouvait se faire ce nouveau garçon, en étant prudent quand même sachant son goût pour le jus. Miky promit, puis donna des nouvelles du plug, très efficace. Ils purent le constater deux heures plus tard car, après avoir purgé les couilles de Gabin, encore tout attendri (mais pas de la bite) par l'expérience partagée, Miky se fit bien enculer au pieu par les jumeaux, et reboucher pour le dodo.

Le lendemain matin, après s'être réveillé pour déjeuner avec ses trois mâles et « refaire les niveaux » (expression trouvée par Toni pour évoquer le cul vidé et l'estomac rempli), à savoir prendre ses doses de sperme matinal, Miky se recoucha vu qu'il n'allait pas à la fac, et se branla en pensant au grand roux. Il rêvassa un moment après s'être tartiné le torse de son jus, puis le froid le fit sortir du lit. Il se lava, se plugga, et bossa efficacement ses cours. Il fit une pause pour jouer avec son plug et se branler encore, et le dieu roux était toujours dans ses pensées, et sa soif de sperme croissait aussi. Il lui faudrait attendre la fin d'aprem pour aller au taf de Jaco. Mais il réussit à se concentrer, boucla son boulot, prépara un gratin, fit un peu de ménage, et très content de sa journée, il s'habilla chaudement pour aller purger Daniel et Jérémy. Le temps était toujours aussi pourri, il fallait bien être accro au jus, se dit-il, pour sortir sous cette bruine dégueu. Il constata que les mecs avaient préparé les choses : à l'entassement de palettes ils avaient ajouté une sorte de toit avec une tôle à l'arrière de l'entrepôt. L'estomac de Miky commençait à crier famine de jus, et Daniel sortit à point nommé.

Après un petit bisou, un « salut ptit gourmand » et un « j'ai les pruneaux qui brûlent », il sentit avec un extrême soulagement les lèvres de Miky traire le barreau qu'il avait depuis une heure. Il resta pépère debout, une main sur la hanche, une autre pour accompagner la tête de Miky qui, assis, tétait avec plaisir la bonne bite charnue. A entendre les râles de Daniel qui lâchait son foutre, Miky pensa à un pauvre mec qui n'avait pas pu pisser pendant des heures et enfin se soulageait. Quand Miky eut lapé les dernières perles au gland, Daniel remballa et lui envoya Jérémy deux minutes plus tard. Il adopta la même position, en fumant sa clope, plus directif dans les mouvements de tête qu'il dirigeait. La clope finie, il accéléra les choses : il grimpa sur les planches où était assis Miky, l'enjamba et lui proposa son cul à lécher : il avait un peu agrandi le trou de son bleu de travail… Miky craignit un peu l'odeur de fin de journée, mais pas du tout : il avait dû y penser le coquin ! il lui bouffa la rondelle avec plaisir, et Jérém se branla, encourageant Miky à faire de même. Quand la sève monta, le mâle bascula en arrière, entraînant la tête du lécheur, qui reçut les giclées tête renversée, la bouche aussi remplie de jus que ses oreilles de grognements rauques. Il jouit lui-même. Nettoyé, vidé, satisfait, Jérém redescendit des planches, et voyant les belles traînées blanches de Miky, il le félicita et eut l'idée d'en rajouter sur « le matos de ce connard » (visiblement c'était toujours tendu avec la patron !) : sa bite ramollie pouvait lui permettre de pisser, alors il tendit de nouveau son cul à Miky (« tiens reprends-en un peu ») qui s'agenouilla et écarta l'échancrure et le slip pour lécher le trou, et entendit peu après un gros jet de pisse s'écraser sur les palettes, presque une minute. Même quand il eut fini il resta un peu les coudes sur les cuisses à se faire bouffer le cul, et quand il se redressa, secouant sa queue molle, Miky le fit pivoter, chopa le gland et téta pour nettoyer la dernière goutte : « ah, sympa, ça ! » s'exclama Jérém. Puis il se rhabilla, embrassa Miky et rentra dans l'entrepôt. Il pleuvait : Miky attendit sous l'abri, mais Jaco apparut juste le temps de lui dire d'y aller, qu'il partait le prendre au bosquet dans 2 minutes.

Ils se retrouvèrent comme la semaine dernière et une fois le vélo chargé Miky monta dans l'utilitaire. Jaco était un peu sombre, oui le patron était toujours aussi chiant. Aussi, dès qu'ils furent rentrés, sans prendre le temps de se dévêtir, Miky baissa juste son froc et donna directement son cul dans la cuisine, accoudé au plan de travail. Jaco baissa le sien et le temps de se branler en même temps qu'il branlait le ptit trou avec le plug, il le ramona un bon coup pour se calmer et le féconder en profondeur avant de le reboucher. Ensuite Miky lui suça la bite pendant qu'il soupirait d'aise et s'étirait. Toni entra alors, Miky s'assit sur une chaise et le temps que Jaco remonte son froc, embrasse son frère qui baisait le sien, il put déguster la deuxième poutre. Les bières de weekend furent sorties, Toni régala de sauce de couilles les amygdales de Miky, et les trois gars prirent l'apéro à table. Gratin à réchauffer, Gabin appelé, et repas. Le jeune glissa quand même à l'oreille de Miky qu'il avait « 12h dans les couilles, là… ». Aussi, exceptionnellement, Miky lui fit-il un premier prélèvement dès le dessert avalé, à l'étage. Ce fut en effet très copieux ! Apaisé, Gabin releva Miky et lui roula une pelle très tendre. Puis tous les 4 regardèrent un film devant la cheminée. Quand les mâles commencèrent à parler des travaux de la salle de bain, et des premiers achats à faire le lendemain, les jeunes montèrent, et Gabin fit à Miky un long missionnaire amoureux, dans le jus de son oncle… Miky se vida avant d'aller au lit. Il était endormi quand les jumeaux le rejoignirent, et ils le laissèrent tranquille, eux-mêmes étaient crevés de leur semaine.

mike

cherchebiberon64@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Famille recomposée - L'ami Mathieu - Correspondances
Défouloir pour homme marié - La communauté - À la fac - Blanche fesse - Abdel - Boucheafion - Pine d'âne - Petit gorêts

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

19/02 : 16 Nouvelles

La sorcière aux dents vertes Jako
Weekend d'intégration Grossteub96
Mâle alpha Chopassif
Dressage d’une lope Olive
Il y a 4 ans Nico76500
Une pute dans une cité de rebeu Nico76500
Les Garçons... P'titGayPassif
De nouveaux amis... Raphaël
Les bains Lille Passif-lille
Vendredi voiture Ya-se
Enfermé 30 Heures... James
Mon collègue hétéro Elliot
Vendredi trop arrosé Hombre50
Fantasme d’un couple Couplehom
Fantasme d’un couple -02 Couplehom
Le faux patient D.kine.75

La suite... 13 épisodes

Début avec mon maître -05 Jd18
Chaudes vacances -03 Petit cul 57
Mon pote, l'intello -2 Étalon
Stage BTS à la ferme -07 Stéphane
Théo et mon père -02 Stephane276
Domination par Stéphane -67 Pattlg
Domination par Stéphane -68 Pattlg
Domination par Stéphane -69 Pattlg
Domination par Stéphane -70 Pattlg
Domination par Stéphane -71 Pattlg
Domination par Stéphane -72 Pattlg
Domination par Stéphane -73 Pattlg
Domination par Stéphane -74 Pattlg

Février 2019

Nouvelles

Rendez-vous particulier Pititgayy
Plan snap Noprise2tete
Plan snap -02 Noprise2tete
Piste de danse jouissive Sasha
Fellation improvisée Lemarnais
Visite médicale Tanatos
Un mec grindr, ou plus Gayboyquebec
Mon modèle Houne66
Voisin antillais Hairylegs94
Surprise Virilsalope
Éric Clemsex
Mon meilleur ami et moi Le-sanguin
Grand romantique Celestin
Premier plan à 3 Matt
Sodomie improvisée Lemarnais
Recherche du Travail Jeanmarc
Une détente bien méritée Stéphane
Voyage en train Pierrot
Ma première fois avec un homme Fred 02600
Défoncé par 2 beurs Adonf
La queue de Rachid Chopassif
À la terrasse d’un café Houne66
Folle soirée au sauna Maasquelour
Stage BTS à la ferme Stephane

La suite...

Soumission & Domination -520 Jardinier
Soumission & Domination -521 Jardinier
Début avec mon maître -04 Jd18
Ma vie de lope exhib -06 Lopexhib
Frenchies -05 Pititgayy
Frenchies -06 Pititgayy
Stage BTS à la ferme -02 Stephane
Stage BTS à la ferme -03 Stephane
Stage BTS à la ferme -04 Stéphane
Stage BTS à la ferme -05 Stéphane
Stage BTS à la ferme -06 Stéphane
Chaude soirée -04 Red
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)