PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Défloraison de Vincent

J’ai 25 ans et je galère. J’ai une petite copine et un gros paquet : 19 cm par 6 de large. Les mecs ? C’est pour un soir et les femmes pour les autres soirs ! Cet été je cherchais du travail, rien de palpitant ne se dessinait pour moi. Un ami à mon père me propose de remplacer un éducateur dans un centre éducatif. J’ai mon Bafa depuis l’âge de 18 ans, j’accepte. L’équipe est sympa, et jeune. On part à Deauville pour une semaine, le groupe de jeunes et les 4 éducateurs (ce) s dont Vincent. Vieux prénom de merde que personne n’oserait donner aujourd’hui. Il a mon âge. Il vient d’une cité. Il est bien battit avec une gueule de mec viril. J’aime bien, il se dégage quelque chose de très sexy, mais je ne sais pas quoi. Je capte son regard plusieurs fois dans la matinée, on se parle vite fait, rien d’autre. Arrivé dans le grand gite, il y a deux chambres réservées aux adultes avec un lit double. Il me propose de partager le lit. J’accepte.

C’est quand nous sommes arrivés sur la plage que ça se passa. Les jeunes se sont déshabillés avec précipitation, je me déshabille avec empressement, je me mets en caleçon de bain et Vincent me fixe du regard. Je sens son regard appuyé descendre lentement de mon visage à mon sexe. Un enfant crie et détourne mon attention. Je regarde à nouveau Vincent. Lentement, il retire son t-shirt blanc laissant entrevoir une musculature fine et puissante : des abdominaux en forme de tablette, des pectoraux saillants, des bras dessinés et quelques cicatrices. La vie n’a pas dû être simple pour lui, son corps est magnifique, mais abimé par des stigmates de bataille de rue. Je m’avance comme hypnotisé par cette statue animée et sa peau s’électrise quand je pose mes mains sur son torse. Je ne sais plus quoi faire. Qu’ai-je fait ? Il me reste qu’une solution pour cacher mon début d’érection et cette maladresse : le mettre à l’eau !

Comme propulsé par mon énergie, et par mon étreinte virile, je le plaque au sol. L’eau amortit notre chute. Son jeans et ses chaussures sont totalement mouillés. Vincent se débat comme un loup et je sens chaque muscle fondre sur moi. Un corps à corps sans précédent avec un mélange de sauvagerie de désespoir. Il finit par m’immobiliser en s’allongeant sur moi sa jambe entre mon entrejambe, son sexe contre le mien, sa bouche à quelques centimètres de la mienne. On se fige ainsi dans cette position. Une envie effrénée de l’embrasser m’envahit. Son sexe durcit, je bande aussi. Je me relâche totalement, me laissant aller à cet instant. Une gêne s’installe. Il se bascule sur le côté. Je me lève en tachant de camoufler la bosse de mon caleçon. Vincent quand a lui prend son temps appuyé son son coude, il me regarde fixement.

Il ne s’est rien passé la première nuit sans doute du à la fatigue la gène et le stress de la première journée. Le lendemain j’étais du matin et lui de l’après-midi. Nous nous sommes juste croisés. Il devait être 23 h, je suis couché sur le côté gauche du lit, en chien de fusil, à droite toujours personne. Il est en bas avec le reste de l’équipe. Il entre subitement dans la chambre, il avance timidement en s’aidant de la lumière de son portable. Il se dirige vers le lavabo, se cogne contre le pied du lit, provoquant, dans un cri de douleur, sa chute. Je ne sais pas si cela était intentionnel ou pas, mais il s’écrasa sur moi en se tenant ces orteils avec ses mains. Il présente ces excuses de m’avoir réveillé aussi brutalement. Je les accepte en le rassurant que je ne dormais pas. Il finit par s’allonger sur le dos la tête légèrement tournée vers moi. On parle, un peu de tout de rien, de sa vie, de la mienne, de nos copines. D’ailleurs j’avoue que j’ai un petit problème : j’ai besoin d’une éjaculation pour m’endormir et que ma copine s’occupe de moi tous les soirs. Il rit fort en me disant qu’il n’est pas pédé et qu’il ne la remplacerait pas ! Je m’associe à lui en m’esclaffant à mon tour et en le rassurant sur mes intentions. Je lui explique que j’aimerais bien me branler quand il sera endormi si ça ne le dérange pas. Il tourne complètement sa tête vers moi.

- « Et si on se branlait mutuellement ? » me propose-t-il.
L’idée est excitante, mais je ne veux pas perdre la face.
- « Tu as déjà touché une autre bite que la tienne ? » lui dis-je.
- « Non, mais ça ne fait pas de nous des tafiolles pour autant ? »
- « Oui en effet, pourquoi pas ! ».

À peine ai-je consenti à sa proposition que je sens sa main glisser sur ma cuisse poilue. Je suis pétrifié, mais ma bite, elle, s’est dressée en une microseconde. Sa main s’approche lentement vers mon caleçon et s’engouffre dedans en me saisissant d’un coup mon sexe. Je m’aventure alors moi aussi vers sa bite. Elle me parait plus petite et moins épaisse que la mienne. Il commence à me branler, je fais de même. Sa main est puissante et son va-et-vient bien maitrisé. J’ai peine à suivre le rythme. Je lâche sa bite tandis que lui pivote vers moi, une jambe sur ma jambe. Je tourne ma tête vers lui. Il change sa main et très habilement m’enlève mon caleçon. Sa main est douce et experte en branlage. Je passe mon bras sous sa tête et comme une furie je plaque ma bouche contre la sienne. Nos langues se mêlent, et s’entremêlent sans aucune retenue dans une fièvre d’excitation. Je monte sur lui, il écarte ses cuisses pour que mon sexe trouve le chemin vers le sien. Je lui retire en un geste son boxer et découvre une très belle bite bien proportionnée. Je me jette dessus et lui bouffe le gland, sa tige dans toute sa longueur, en lui prodiguant une bonne gorge profonde. Il râle. Je m’extrais de sa bite et reviens à sa bouche.

Nos corps sont en feu, les t-shirts volent. Nous sommes nus. Il me renverse et me chevauche. Je vois toute sa puissance, ses muscles se dessinent en une silhouette parfaite dans la pénombre. Mes mains caressent le bas de son dos sculpté. Je me hasarde sur ces fesses tandis que nos lèvres se choquent, se mordent, et se lèchent. Il se cambre légèrement m’invitant à descendre encore un peu plus, et ma bite vient se lover sur son trou. Il gémit de plaisir, moi aussi. D’un coup d’un seul, il se redresse, me regarde intensément. Il se dégage une telle puissance sexuelle que cela m’impressionne, je suis saisi par cette virilité animale. Il embrasse et dévore, mon coup, mon torse, mon nombril et vient engloutir mon gland sans ménagement. Je tressaille de jouissance. Sa langue joue avec ma queue, il salive et me bouffe les couilles, une à une, et crache de temps en temps sur mon gros nœud tout en me branlant. Ma bite est en feu, il s’excite dessus comme une vraie gonzesse qui n’avait pas un gros gourdin depuis des années ! Je suis totalement à sa merci. Une gorge profonde, une deuxième ! C’est un vrai festival de la pipe ! Il s’étouffe légèrement à chaque tentative d’engloutissement tellement mon pieu est gros et épais, mais finit toujours par le mettre en fond de gorge. Je ne veux pas jouir tout de suite.

Je me redresse et viens m’emboiter, lui sur le ventre et moi dessus. Je baise et mords son cou, ses oreilles. Mon chibre vient se colle sur son trou sec et fermé. Je décide d’aller à l’assaut des deux collines. Ma langue commence sa descente inexorable vers sa croupe, je salive et lèche sa colonne vertébrale bien dessinée. Vincent s’immobilise et laisse sortir de petites voluptés de satisfaction de sa bouche. Il est totalement à moi. Ma langue s’introduit sur sa rondelle et commence son burinage. Je sens que ses muqueuses verrouillées lâchent une à une à chaque pénétration de ma langue. Mes doigts s’invitent aussi à la fête ! Un puis deux, et sa chatte de pédé se dilate de plus en plus. Je me redresse et d’un coup d’un seul je le pine. Dans une réaction totalement inattendue, je me retrouve à 2 mètres du lit, propulsé par un coup de cul. Vincent quant à lui se tort de douleur sur le lit, en chien de fusil, et mange son oreiller ! Je me relève et m’excuse platement. C’était la première fois pour lui.

Je ne savais pas, je viens me blottir contre lui et j’embrasse sa nuque puissante. Mon sexe vient se nicher contre son petit boule, penaud, mais toujours aussi raide. J’entreprends gentiment un va-et-vient. Il se détend lentement. Je prends ma salive dans ma main et viens l’étaler sur sa belle rondelle vierge. J’introduis un doigt et le remplace par mon gland. C’est serré, je le sens. C’est chaud, mais serré. J’humecte, à nouveau, de ma salive et l’applique sur ma queue. Petit à petit ma queue s’enfonce dans son trou et tout son corps se tend. Il a mal, mais il bande comme un âne. Je prends possession de sa jouissance. Maintenant, j’accélère doucement la pénétration. Il cherche ma bouche. Je m’extrais de lui et le retourne. Il est face à moi. Il est beau, sexy dans cette pénombre. Je lui prends les jambes musclées et les installe sur mes épaules solides. Je le pénètre à nouveau. Nos lèvres se retrouvent et la pénétration devient profonde. Je sens la chaleur de ses muqueuses s’infiltrer dans ma queue. Mes allées et venues s’accélèrent avec les pulsations de mon cœur. Mes mouvements sont saccadés et ma langue s’introduit à l’unisson avec ma queue. Vincent est à ma merci et le possède totalement. Je me décolle de ses lèvres si gourmandes et je commence à le branler. Mes assauts sont de plus en plus fort et sa bite de plus en plus sous pression. Rapidement un jet jaillit blanc et crémeux et vient s’accrocher à mon torse poilu. Une deuxième giclée plus puissante encore atteint mon visage et moi je jouis. Je lui mets une bonne dose de foutre dans son cul. Je me retire et je sens mon foutre couler de sa rondelle… Je m’étale épuisé sur lui. Nous sommes restés comme ça jusqu’à tard dans la nuit. Le matin j’ai senti une tête sur mon torse et une main sur mon sexe…

Stephane276

xstephane276x@gmail.com

Autres histoires de l'auteur : El Professor - Théo et mon père - Défloraison de Vincent

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

18/04 : 15 Nouvelles

Sauna de Sochaux Chatenois25
Une soirée partie en couille 17cmglandcompris
Un charme fou Ghost writer
Rasage coquin Jako
Plan anonyme -01 Rsexenc
Plan anonyme -02 Rsexenc
Surprise à la fac Aymeric
Militaire-Motard Militaire
Plan avec une racaille Passif-lille
Dans le vestiaire Pakito31
Voisin Marlon
L'éveil du Renart Renart
Séance sportive Pititgayy
Un Affectueux Collègue Jako
Tout a basculé à 19 ans ThomasLePassif

La suite... (7)

Mariage pour tous -09 Yan
Frenchies -11 Pititgayy
Mathieu -03 Jeanmarc
Chambres à louer -15 Jeanmarc
Kader -12 Cédric T
Kader -13 Cédric T
Dans les geoles d'Armid -03 Iwan

Avril 2014

Nouvelles

Que de changements -01 Evanaddison
Que de changements -02 Evanaddison
Que de changements -03 Evanaddison
Que de changements -04 Evanaddison
Soirée torride Caramel
À la fin de l’été Bookman
Victor Victorbg
Une aire d’autoroute. Ginger
Marché D’Amiens Nord Legarsdu80
Mon petit frère Pédale69
Un Chinois très chaud... Mat44
Thibault Theo5852
Masseur Bastien
Le Club Ganymède Jako
Soumis au livreur wantmonster86

La suite...

Que de changements -05 Evanaddison
Que de changements -06 Evanaddison
Que de changements -07 Evanaddison
5ème jour Curiosity
Frenchies -10 Pititgayy
Mathieu -02 Jeanmarc
Soumission & Domination -524 Jardinier
Souvenir d’internat -03 Benvart
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)