NEWS :

17 Fév.

51 Histoires

24 Fév.

134 histoires
en accès
avant-première.

C’est quoi cet accès ?


Valable pour 2020,
Simple,
En CB ou Paypal,
Discret.

Cyrillo20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

France rurale

Chapitre -01

Né avant la Grande Guerre, c’est du haut de mes 15 ans que j’ai vécu dans la liesse populaire, la fin de la Der des Ders, louant ce fameux traité de Versailles y mettant fin en 1919, sans nous rendre compte qu’il portait en lui, les germes de ce qui allait arriver 20 ans plus tard. Le désir de revanche était tellement présent que nous voulions tous, le Tigre le premier, mettre le Boch à plat.

Je suis né le cinquième, précédé par deux frères puis deux sœurs, et la maigre ferme familiale ne pouvait pas nous nourrir tous. Enfant chéri de ma mère, parce que moins fort, plus chétif que les autres elle a dû céder, toutefois, lorsque mon père a décidé de me placer, comme valet à tout faire, dans une propriété du Sud de la France au moins dix fois plus importante que la nôtre.

Il m’a accompagné à la gare, me donnant quelques francs, et m’a rassuré en me disant que Pierre, le père, m’attendrait à l’arrivée. J’en avais gros sur le cœur, et même si les dernières années dans les champs m’avaient un peu plus étoffé, je conservais mon air juvénile, malgré mes 19 ans, mes vêtements empruntés à mon frère ainé, et bien trop grands pour moi.

Une fois sur le quai, j’ai eu devant moi la vision d’un homme immense, débordant de virilité, puissant, ses poils sortant du col de sa chemise, de ses manches, la barbe, pourtant rasée de près, lui mangeant le visage.

« Bienvenue chez nous, Marc. Je sais que tu n’es pas taillé comme un colosse, ton père me l’a dit, mais tu es volontaire et tu connais le travail de la ferme. »
« Merci Maître »
« Pas question de Maître ou de Monsieur… Je suis Pierre et tu seras Marc pour tout le monde. »

Avec mon maigre bagage, je l’ai suivi jusqu’à son automobile, une camionnette, véhicule encore très rare dans la région d’où je venais, où les charrettes et les chevaux restaient encore la plus grande majorité.

Nous sommes arrivés au corps de ferme, avec la maison au centre, et de nombreux bâtiments autour. Dans l’ample salle à manger, une femme à l’air triste, mais souriante quand même, entourée de deux garçons tout aussi virils et velus que leur père m’a souhaité la bienvenue et a apporté, sur la table une énorme soupière dégageant un arôme que je ne connaissais pas, tellement la soupe était riche, de légumes, de lard fumé, et elle nous a servi à tous, de copieuses assiettes, que je n’osais pas entamer, malgré ma faim de loup.

« Marc, je te présente Thérèse, mon épouse, Jean, mon fils aîné, et Michel, le cadet. Assieds-toi et mange, tu dois avoir la fringale après ce long voyage. »
« Merci Monsieur »
« Non Marc, je te l’ai dit… Pas Monsieur… Tu vas vivre et travailler avec nous, donc, tu es comme de notre famille. »

Estomac rempli par cette merveilleuse nourriture ainsi que mes narines garnies de ces merveilleuse effluves que dégageaient ces trois monstres de virilité, je me sentais très fatigué, épuisé par le long voyage, mais aussi hyper perturbé par la famille qui m’accueillait.

Très jeune, je me sentais déjà attiré par les hommes contemplant mon père et mes deux frères au travail, avec des pensées lubriques, que pour rien au monde, je n’aurais révélé. Mon frère Francis s’en était rendu compte et il m’avait attiré dans la grange pour me faire part de ses soupçons. Reniant mes tendances avec peu de foi, il avait sorti son sexe, bandé au maximum, l’avait mis dans ma main, et voyant mon accord tacite, avait enfourné son énorme pieu dans ma bouche. Je l’ai ainsi sucé plusieurs fois, en y prenant y plaisir certain, jusqu’à ce que cela ne lui suffise plus. Peu de temps après, il a pris ma virginité anale, et ne s’est pas privé de me culbuter, à chaque fois qu’il en avait l’occasion, me possédant sans cesse aussi bien dans le lit que nous partagions, que dans la grange ou dans les champs.

« Marc, ça ne te gêne pas de dormir avec Jean pendant quelques jours ? Nos avons été débordés et ta chambre n’est pas encore prête »
« Bien sûr que non Mons…. Pierre » Comment j’allais pouvoir gérer ça… !!!
« Content que cela te convienne alors. »
Thérèse et les garçons sont montés se coucher, mais il m’a gardé quelques instants auprès de lui, pour m’informer du travail que j’aurais à accomplir. C’était assez simple au début, et nous verrions après, selon mon évolution.
En nous relevant, il m’a pris dans ses bras, en me serrant très fort contre lui, tête poussée vers son poitrail velu, son ventre incrusté contre le mien me laissant deviner un membre d’une taille plus que conséquente, même au repos, et d’une épaisseur… inouïe…

« Tu sais Marc, on a fait la guerre ensemble ton père et moi. Je le connais bien, et lui te connait bien aussi. Tu dois bien te douter que Francis ne voulait absolument pas que tu partes, mais c’était la seule solution. Tu vas nous rendre très heureux mes fils et moi. »
« Je l’espère Pierre, je ferai mon travail au mieux » Dans un balbutiement incontrôlé et incontrôlable entrevoyant un avenir auquel je n’avais pas pensé, mais dont l’allusion à Francis m’en donnait une idée, ce qui m’effrayait quelque peu.
« Va rejoindre Jean, il t’attend »

En montant l’escalier, je réalisais que mon père m’avait vendu comme une bête à plaisir de ces hommes, qu’il savait que je me donnais à mon frère, et que mon rôle n’allait certes pas être uniquement celui de valet de ferme, mais aussi celui de leur offrir mon corps, comme je le faisais si bien avec Francis, y retirant à chaque fois, une jouissance extrême.

Jean m’attendait sur son lit, tous poils dehors, revêtu d’un simple slip ne cachant son énorme barre que d’un tiers. Maintenant que Pierre m’avait informé de la principale raison de mon séjour chez eux, je me suis mis nu en quelques secondes et je me suis jeté sur ce mâle en rut, tout aussi avide de sexe que moi.

Mes mains ont parcouru son corps velu, son membre dressé comme un menhir, le suçant, caressant ses couilles pendantes entre ses cuisses, débordantes de pilosité, le tout exsudant une odeur de testostérone, de sperme, plus enivrante que le moindre alcool.

Après l’avoir goûté, léché, sucé, je me suis empalé sur cet énorme pieu de chair, bien plus gros que celui de mon frère, pourtant bien gâté par la nature. Je me suis fait casser le cul, à la limite du déchirement, dans une extrême douleur, tous ses centimètres sont entrés dans moi, avec des coups de butor, à la recherche de l’accouplement le plus profond possible.

Jean m’a possédé 4 fois cette nuit-là, déversant en moi sa semence, aussi abondante à chaque reprise, assouvissant de par là même, l’instinct ancestral et animal, du mâle qui féconde la femelle le plus loin possible lors de leur coït.

Le lendemain matin, au vu du regard épanoui de Jean et de mes poches sous les yeux, Pierre a de suite compris que j’avais parfaitement accompli mon rôle, celui pour lequel j’étais avec eux. En sortant du petit déjeuner, il m’a pris par le bras et m’a décrit les tâches, simples, que j’avais à accomplir pour la journée.

« Ce soir, tu dors avec moi, depuis longtemps Thérèse ne partage plus ma couche » en posant ma main sur son volumineux entrejambe.

CalinChaud

tarbespouzac06@live.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : France rurale | Anomalie de mère nature | L’Algérie | Fratrie " de Wintzt " | Je suis Kike, un Lion/Lionne | Croisière | Hors Norme | Prison | Beau-Père

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

News | 17 Fév.
51 histoires
28 Nouvelles | 23 suites

Les nouvelles | 28

Jogger LE7
Le bel homme LE7
Foot au soleil LE7
Pompier LE7
Mon cousin LE7
Mon cousin | 2 LE7
Les jumeaux LE7
Des Mâles, des mâles… LE7
La soupe à l’oignon Romain TOP AUTEUR 2020 ROMAIN
Fantasmes avec un collègue | 1 Jay
Fantasmes avec un collègue | 2 Jay
Courant | 1 Stéphane
Courant | 2 Stéphane
Courant | 3 Stéphane
Courant | 4 Stéphane
Le jus de Norbert Yanno
Mika y a prit gout Yanno
Stephane, David, Romuald, Mika, et moi Yanno
Mon livreur de surgelé Yanno
Plan Hardos Yanno
Le fantasme de Marc Yanno
Damien aime aussi la bite Yanno
La terrible grand-mère Yanno
La vidéo Yanno
José et son prof Yanno
Ça nique Yanno
Le gars du colissimo Yanno
Dominic F Yanno

Les suites | 23

Livreur rebeu | 4 LE7
Volleyeur et Rugbyman | 3 Dolto
Volleyeur et Rugbyman | 4 Dolto
Cul jouissif | 3 Le Cul jouissif
Cul jouissif | 4 Le Cul jouissif
Fratrie | 2 Calinchaud
Fratrie | 3 Calinchaud
Fratrie| 4 Calinchaud
La maison | 3 MJnavyman
Éveilleur | 11 Alex
Éveilleur | 12 Alex
Ascenseur | 5 YvesChalons51
Ascenseur | 6 YvesChalons51
Le mec de mon enemi | 2 Kyyrx
Un amour inaccessible | 9 MiangeMidemon
L’Algérie | 2 Calin chaud
L’Algérie | 3 Calin chaud
L’Algérie | 4 Calin chaud
Flash | 5 Zack
Flash | 6 Zack
Soumission & Domination -547 Jardinier
Soumission & Domination -548 Jardinier
Caïd de la classe | 2 Hugo

Février 2020

Nouvelles

Ma première rencontre avec les Beyhives 237biwriter
L’installation de la fibre Nicolas92c
La vie au Rainbow Houne66
Concert de M LE7
Triominos chaud LE7
BDSM Lope75
Coco LE7
Beur du bar Salopeabeur
Les bûcherons LE7
Nu chez les gitans An80

Publie ton histoire

RETOUR AUX HISTOIRES

2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi


| Mise à jour : samedi 11 janvier 2020 à 12:21 |
©2000 Cyrillo.biz.
Retourner en haut