NEWS :
13 Juin

Grosse queue
"Plan à 3"
"handgag"

103 pages en accès
avant-première.
C’est quoi cet accès ?

Valable tout 2024.
Simple,
CB ou Paypal,
Discret

Shop Gay

Cyrillo20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Sextoy
Sexshop

Signaler ici si l'histoire ne respecte pas les mineurs, ado, enfants (-18ans) ou toute autre infraction. Merci !

Premier épisode

La raclée du coach

Ygor prend donc ses affaires et sort du bureau une fois rhabillé.
Il est un peu déstabilisé par l’intervention de Cora tout à l’heure car il a l’habitude des ambiances viriles mais pas d’une présence féminine, encore moins une aussi belle femme qu’il imaginait forcément douce mais qui lui a tout de même enfoncé 10 putains de punaises dans le corps… Troublant tout cela se dit il en sortant du bureau. Heureusement qu’il a le Chef de son coté et qui a l’air très protecteur.
Le Boss se remet au boulot en lisant les mails de ses clients quand un coup de fil de Cora le dérange.
« Le second candidat est arrivé, Boss, mais je crois que vous allez être un peu surpris parce qu’il ne correspond pas vraiment à l’annonce que nous avons diffusée. »
« Comment cela ? »
« Et bien je dirais que j’ai vu plus viril comme candidat »
« Fais le patienter dans la salle d’attente que je puisse le mater par la camera de vidéo surveillance »
« Ok Boss, je l’ammene »
Le Boss passe de la fenêtre de ses e-mails à la fonction video surveillance sur son ordi.
Il voit en mode « plongée » (la caméra étant fixée au plafond) Cora arriver dans l’écran suivie par un jeune homme d’une vingtaine d’années en petit costume bleu marine très cintré et chemise blanche.
Il n’a pas mis le son mais devine que Cora l’invite à patienter dans le canapé de la salle d’attente, il s’assoit et Cora s’invite dans un fauteuil face à lui et commence à lui faire la conversation, ce qui a le don de l’énerver, de quoi se mêle-t-elle, c’est lui et lui seul qui fait passer les entretiens, bordel !
Il l’appelle illico presto sur son portable et lui ordonne de faire entrer ce jeune homme et surtout de retourner chercher Ygor afin qu’il participe lui aussi à la conversation qu’ils vont avoir.
Cora se lève se son fauteuil en faisant un peu la gueule et escorte le petit gars sur son 31 jusqu’à la porte et sans même frapper, elle entre et annonce:
« Le candidat numéro deux, Boss »
« Entrez jeune homme, prenez place en face de moi », ce que fait le garçon en s’assaillant sur le fauteuil face au Big Boss.
Cora reste dans l’encadrement de la porte, prête à faire partie de la conversation mais se fait rembarrer par le patron qui la prie de les laisser.
La porte refermée, il scane direct le garçon assis en face de lui qui a l’air assez timide, osant à peine le regarder dans les yeux.
« Vous êtes sûr que vous avez bien lu l’annonce parce que c’est un travail manuel, assez difficile et à part moi, personne ne se pointe en costard ici » plaisante le Boss pour le mettre à l’aise mais c’est l’inverse qui se passe. Le gars baisse les yeux et regarde ses chaussures en rougissant.
« Ok, se dit-il, c’est peut être pas une si bonne idée que cela que de faire participer Ygor à cet entretien.. et il a franchement envie de rigoler de l’attitude de ce jeune gars.
Il est beau, ça c’est clair, brun, le visage assez fin avec de très beaux yeux bleus même si pour l’instant son regard est plutôt fuyant.
Il lui dit que oui, il a eu connaissance de l’annonce par un copain qui fréquente une des salle de sport où avait été placardée la notification. Il sort un CV de sa veste qui le fait transpirer vu la chaleur de cette journée, le tend au gars qu’il juge plus qu’imposant face à lui.
Le Boss tend la main pour attraper la feuille pliée en deux, la lit en diagonale et ne retient que quelques éléments comme la mise en page très soignée, fidèle à sa tenue, et en fait fissa une boule avec sa grosse pogne ce qui étonne le candidat endimanché.
« Je m’en fous de tes expériences passées, ce qui m’intéresse, c’est ta motivation. Je t’explique, il me faut un gars bien bâti pour des travaux difficiles et franchement, je te le dis tu n’as pas vraiment la carrure mais je te laisse ta chance quand même.. Et enlève ta veste, il fait une chaleur à crever. Ce que le jeune homme fait immédiatement. La veste est très cintrée et lui faisait une silhouette filiforme mais en chemise, on peut voir ses pecs assez fins, certes, mais au moins il y a du potentiel, se dit-il en rappelant Cora pour lui faire annuler la venue d’Ygor.. du moins pour l’instant, et le faire patienter dans le hall.
Le jeune gars a vite compris que bomber le torse est primordial pour avoir le job, dégrafe deux boutons de sa chemise en osant enfin regarder son - peut-être - futur patron dans les yeux.
Çà lui fait comme un électro-choc ce regard viril, teinté d’un soupçon de perversion… il se dit qu’il faut vraiment qu’il assure donc il prend la parole pour se présenter:
« Je m’appelle Adrien, j’ai 25 ans et j’ai fait des études dans le commerce. Je sais que ce n’est pas exactement ce que vous recherchez comme profil mais je suis hyper motivé parce que je me suis un peu trompé de parcours. Les études, c’était surtout pour faire plaisir aux parents et j’ai travaillé dans plusieurs agences mais le travail de bureau m’ennuie à mourir. J’ai besoin de bosser au grand air, dans une franche camaraderie, et pas avec des gens bardés de diplômes qui m’emmerdent.. »
Oups.. mais qu’est-ce qui m’a pris de dire une grossièreté en plein entretien d’embauche se dit-il mais il voit que le gars en face se marre.
« Ok, si tu me parles comme ça c’est que t’es à l’aise avec moi, t’inquiètes. T’es marié ? »
« Pas encore mais c’est prévu pour dans 6 mois, avec ma copine depuis qu’on a 16 ans »
Le Boss comprend vite qu’il est un peu neuneu niveau sexe et décide de le tester. Histoire de voir si ce petit gars a un potentiel sur ce point car il est carrément mignon et détonne avec les gars avec qui il a l’habitude de bosser, genre gaillards, et des idées vicelardes commencent à lui trotter dans la tête.. un joli petit hétéro à former en petit bâtard bien docile.. ce serai pas mal.
Sous le bureau, il défait le zip de sa braguette et l’ouvre suffisamment pour que le petit remarque le gris clair de son slip par l’ouverture. Il fait rouler son large fauteuil en arrière pour que son paquet soit dans l’axe du champ de vision d’Adrien.
Pas manqué, le regard du petit se focalise brièvement mais intensément sur son entre-jambe, ça le déstabilise car commence à bafouiller dans sa présentation.
Ça n’est pas le seul effet que ça lui fait…Sa queue commence à gonfler à la vue de cette braguette ouverte et ça se voit car son pantalon de costume à lui est très serré. Une belle bosse commence à se dessiner dans son entre-jambe, ce que le Boss ne manque pas de remarquer, content de son petit effet mais se demandant comment enlever le balai que ce candidat a dans le cul car il est devenu rouge de gêne. Soudain il a une idée..
Pendant que la queue d’Adrien durcit sans qu’il ne puisse rien contrôler, il sort d’un de ses tiroir une petit récipient en plastique transparent et le tend à Adrien.
« Avant toute chose, je veux pas de toxicos ici donc je fais un test anti-drogue direct avant d’embaucher. Lève toi et pisse là dedans, quelques gouttes suffiront. La légère perversité de son regard de tout à l’heure est passée de « légère » à « incitation à la débauche », ce qui fait définitivement raidir la bite d’Adrien qui ne sait comment s’en sortir. Il bafouille qu’il vient d’aller aux toilettes et que il lui sera difficile de pisser.
« Rien à foutre, lève toi, sort ta queue et pisse là dedans ! ». La voix du Boss est devenue carrément imposante et Adrien s’exécute, se lève, défait sa ceinture, ouvre le premier bouton et se dézippe. Le pantalon est serré donc ne tombe pas, retenu par les cuisses d’Adrien qui se tient les jambes légèrement écartées.
Il dévoile ainsi son slip bleu clair, carrément tendu par une bite qui étonne le Boss. Un si petit bonhomme si bien monté? Bien vu.
Le Boss rigole à la vu de ce slip tendu par la grosse teub du candidat, son gland s’étant déjà fait la malle par l’élastique gauche.
« Je vois pourquoi tu peux pas pisser.. mais c’est pas grave, un bon jet de ton foutre ça ira très bien, sors moi ta bite et branle toi devant moi immédiatement !!! »
Adrien respire un bon coup, sort la totalité de sa teub par l’élastique gauche ainsi que ses couilles, bien grosses et duvetées de la même couleur que ses cheveux. Il n’a donc pas baissé son slip et commence à agiter tranquillement sa tige.
Le Boss contemple la scène en se glissant la main dans sa braguette toujours ouverte. Lui aussi bande comme un malade et se dit que la queue d’Ygor est pratiquement identique à celle du garçon qui s’astique devant ses mirettes. Ce serai pas mal de les mettre en concurrence et de voir ce que cela donne.
Deux belles grosses queues pour lui tout seul avec de belles grosses paires de burnes à malaxer comme des boules anti stress..
« Très belle bite mon gars, c’est pas mal mais je vais te montrer ce que c’est qu’une vraie tige de Patron, clame- t -il en dégrafant lui aussi sa ceinture et le bouton de son froc de costume de marque, qu’il fait tomber à ses chevilles en se levant.
Adrien a les yeux rivés sur le slip gris du Boss qui est taché de mouille, abondamment puisque Ygor l’a bien fait mouiller aussi. Son slip est trempé quasiment jusqu’à la hanche. Adrien n’en croit pas ses yeux du monstre qui se cache encore dans le sous-vêtement de, et là, il l’espère vraiment, son futur patron. Ce dernier fait glisser son slip et en sort une queue d’au moins 25 cms hyper épaisse, avec un gland luisant de mouille. Il est carrément hypnotisé par l’engin que son proprio agite lentement, en lubrifiant bien avec son liquide séminal.
« Ça t ‘en bouche un coin, petit hétéro de mes couilles… La vue d’une bonne teub et tu te sens plus toi ! ironise le patron en s’astiquant de plus en plus rapidement.
Adrien ne se sent plus effectivement et repense à toutes ses occasions ratées d’avoir tâté de la bite. Sa jambe gauche commence à trembler frénétiquement, ce qui annonce une décharge imminente. Un long râle et sa queue lance 3 longs jets de sperme non pas dans le récipient prévu à cet effet mais sur le bureau, dans le pot à crayon et sur les stylos Mont Blanc rangés à l’intérieur.
Le Boss l’engueule grave:
« Espèce de gros dégueulasse, c’est comme ça que tu compte bosser pour moi ? Vas y nettoie moi tout ça avec ta langue, je veux plus voir une trace de foutre sur ce bureau.
Adrien est carrément gêné et le rouge aux joue le reprend, et reste tétanisé devant le patron qui continue de se palucher.
Il se penche doucement en évitant le regard du Boss, trop lentement pour lui d’ailleurs, alors il le chope par une touffe de cheveu et lui écrase sa jolie petite gueule dans le liquide gluant, encore chaud.
« Vas y, lèche tout bâtard ! »
Jamais personne ne l’avait appelé comme ça mais ça lui fait de l’effet et il se sent l’âme d’une bonne salope et commence à lécher timidement la production de ses couilles. Le gout de son sperme l’excite bien et il nettoie bien toute la surface du bureau de plus en plus rapidement avant que son foutre n’ai le temps de refroidir.
Il regarde le boss dans les yeux avec un air putassier au possible en attrapant le pot à crayon pour le lustrer en quelques coups de langue puis c’est au tour des stylos de marque d’être sucés par ses lèvres pulpeuses .
Le Boss n’en revient pas mais fait mine que tout est normal, si ce n’est son sourire en coin et son ricanement vicelard.
« On vous apprend pas ça en école de commerce hein? »
Adrien s’est relevé et se tient fièrement devant le patron, la bite toujours sortie par le coté de son slip et qui n’a pas débandé d’un pouce. Il a du sperme sur la joue ce qui excite encore plus le patron qui se branle à la vitesse supérieure.
Fier de lui, il reprend sa bite en main et presse ses couilles de l’autre et se re-paluche d’un air vicieux en matant le Boss dans les yeux. Les deux sont au même rythme, et crachent régulièrement dans leur main pour que ça glisse parfaitement et accélèrent la cadence.
« C’est pas que t’en a encore dans les burnes, petit ? Si tu rejute, je te prends une semaine à l’essai mais avec un autre gars avec qui tu devras tout partager, la piaule, le taf, la bouffe et çà, affirme - t -il en regardant sa grosse teub prête à cracher mais il se retient histoire d’exciter encore un peu le petiot, pas si malhabile que ça.
Le foutre collé à la joue d’Adrien donne envie au Boss de lui « repeindre » la gueule et d’étaler copieusement sa semence sur ses lèvres mais une chose à la fois. La semaine « d’intégration » des deux gars que tout oppose risque d’être plus que bandante et il imagine déjà les « outrages » qu’il va leur faire subir avec la complicité de Cora, et des autres employés de la sécurité, du gardiennage et tout le toutim.. ça le chauffe au plus haut point et il ne peut plus retenir d’avantage les 5 gros jets de sperme qu’il lâche copieusement non seulement sur la surface du bureau mais jusque sur le pubis d’Adrien, qui décharge une seconde fois, et ce, en moins de dix minutes.
Leurs foutres sont entremêlés sur le bureau qui en a vu d’autres, c’est sûr, mais pas 3 éjacs dont deux consécutives issues de la même tige.
« Tu sais ce qui te reste à faire mon salaud »
« Oui.. «
« Oui Chef, tu vas m’appeler comme ça à partir de maintenant »
Et Adrien s’empresse de tout avaler en léchant comme un clebs en rut toute cette matière chaude et visqueuse avant que la moindre goutte n’ai refroidie. Ça lui prend quand même cinq bonnes minutes vu la quantité qu’il ont déversé tous les deux.
Pendant ce temps là, le désormais « Chef » rajuste son slip puis son froc sans même s’essuyer la bite.
« Et interdiction de te laver les dents, tu vas garder le gout toute la journée mon petit bâtard! »
Adrien kiffe définitivement ce nouveau surnom et une fois le bureau bien propre, demande au « Chef » qui est le gars avec qui il va devoir cohabiter.. entre autre..
« Il est dans la salle d’attente avec ses affaires, il devait participer à l’entretien mais j’ai préféré te tester seul. Mais t’inquiète pas, ricane le « Chef », « surtout t’inquiète pas, vous aurez bien d’autres occasions de me voir ensemble »… L’expression en dit long et une fois rebraguété, Adrien regagne la porte sur ordre du son nouveau patron pour rejoindre Ygor et attendre avec lui les imminentes instructions.
Lorsqu’il apparait dans le carde de la porte, Ygor, alors plongé dans un magazine de BD, lève la tête et remarque de suite le foutre collé à la joue et aux lèvres brillantes de ce qu’il voit comme son concurrent. La jalousie lui monte directement au cerveau car si ce gringalet est aussi maculé et heureux de l’être, c’est qu’il a pompé son « Chef ». Son regard se noircit et alors qu’Adrien s’avance la main tendue pour se présenter à lui, Ygor remonte le magazine devant son visage et ne lui décroche pas un regard, encore moins un sourire.
Il devait passer l’entretien de ce petit con avec SON « Chef », et il a dû poireauter tout seul pendant que l’autre devait se gaver de la queue de SON « Chef ». Il est vénère et ça se voit.
Adrien s’installe dans le fauteuil en face et comprend qu’il y a un gros malaise. Ça risque d’être chaud leur cohabitation.
Dix bonnes minutes s’ écoulent dans un silence assourdissant avant que Cora ne les rejoignent pour avoir, elle aussi, les instructions du Boss. Elle s’installe à côté d’Ygor, ce qui l’énerve encore plus, et regarde de manière complice Adrien en lui faisant un geste pour lui faire piger qu’il doit s’essuyer la joue et le rebord des lèvres. Ils se marrent en silence, se jettent des oeillades.. Adrien, qui kiffe beaucoup les femmes, admire les jambes interminables de Cora qui s’amuse à le chauffer en frottant son talon aiguille contre sa fine cheville.
Son petit manège prend fin aussitôt que la porte s’ouvre, le « Chef » leur ordonnant d’entrer tous les trois dans son office pour un briefing. Qui promet…

AlexandreBT

alexandrebt@mailo.com

Autres histoires de l'auteur :

TEXTE IMPLIQUANT DES MINEURS,
UN ENFANT OU ADO (-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence et à la cruauté. Sous peine de fermer ce site !

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

💦 2 Juin | 117 pages

Les nouvelles | 8 Pages

Balèze Gill
Mon cousin, mon mec Ascavtrln
Petit bourgeois Coolsexe
Pissotières de l'autoroute Fabrice
Poupée Gonflable Fabrice
Viens recevoir ta punition Fabrice
Canon mais timide Meetmemz
Guet-apens Meetmemz

Les séries : 102 pages

La horde sauvage | 8 | +2 Fabrice
Saison 1 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
Les contes fantastiques | 2 | +2 Archangeru77
1 | 2
Bilal | 3 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3
Le quaterback | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2
Entre frères rebeus | 8 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 78
Les jumeaux et leur père | 16 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 34 | 5
6 | 7 | 8910
11 | 12 | 1314 | 15
16
L’ensemenceur | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2

ET CE N'EST PAS TOUT !
Il y a 103 pages en + ici

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2023 | 2022 | 2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Sextoy
Sexshop

Chercher sur le site

ATTENTION

HISTOIRE AVEC DES MINEURS, ADO, ENFANT(-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence, à l'absence de consentement ... à la cruauté. Sous peine de devoir fermer ce site !

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.


Mai 2024 : 3 858 045 pages lues.

Ce site utilise des cookies uniquement pour faciliter la navigation. Aucune données personnelles ne sont collectées ni conservées pour du partage, ou a des fins marketing. ©2000 Cyrillo.biz. Hébergeur : Planethoster Canada

À jour : jeudi 1 juin 2023 à 10:35 .

Retourner en haut