PAUSE

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode prédédent

Fleur de bitume -07

A LA RECHERCHE DU BONHEUR….. ET DES NOUVELLES EXPERIENCES !

Ensemble, nous avions décidé de tirer un trait sur toute cette histoire. Tony, Dorian et moi nous étions retrouvés tous les trois autour d'un café, nous avions longuement discuté. Avec Tony, nous commencions à vivre une vraie relation, nous avons donc tout raconté à mon frère qui a, semble-t-il, compris. Puis nous avons reparlé de ce que Farid et sa bande nous avait fait subir, de la vengeance que nous avions prise et c'est alors que nous avons décidé unanimement de classer tout ceci dans la case « passé ». Nous devions en finir avec ça, il fallait dorénavant garder la tête haute et continuer à avancer. Etant en train de discuter sincèrement, j'ai demandé à mon frère où il en était au niveau de sa sexualité. D'abord il l'a mal pris, ça l'a sûrement blessé dans son amour propre que je parle de ça, surtout devant un « étranger », mais il a rapidement compris que ni moi ni Tony n'étions en position de le juger. Alors il a avoué être un peu perdu. Il se qualifie de bi. Il ne veut pas rompre définitivement avec la gente féminine, mais il nous dit quand même aimer aussi les joies du sexe entre mecs. Il décide de ne pas se prendre la tête pour le moment, il vit sa vie au jour le jour, fille, garçon, qu'importe après tout !

De mon côté, je peux maintenant dire que je suis heureux ! Très heureux même. Avec Tony, c'est vraiment super bien, je ne sais pas s'il a eu une révélation ou je ne sais quoi, mais il a beaucoup changé. En bien évidemment ! Sans que je ne lui demande quoi que soit, il a fait des efforts sur son langage, sur son look, sur sa vie en général… En plus, lui et Dorian s'entendent très bien, ce qui me fait évidemment plaisir. Je vis entre chez mes parents où j'ai de moins en moins d'affaires, et chez Tony où j'ai de plus en plus d'affaires. Mais hors de question de jouer au vieux couple bien établi pépère… Nous on veut profiter de la vie, sans se prendre la tête, mais en se respectant l'un l'autre. Je ne peux le cacher, je suis éperdument amoureux de Tony. Il incarne tout ce que j'aime chez un mec. Il est terriblement viril, son physique est juste parfait, il m'embrasse d'une façon qui me fait me sentir incroyablement spécial, et je vois dans ces yeux, lorsqu'il me regarde, que je compte pour lui. Son sourire ravageur me fait fondre et je pourrais passer des heures à caresser sa peau imberbe sous laquelle je sens ses muscles puissants. Et bien évidemment, j'adore ce qu'il cache dans son caleçon : ce magnifique cul musclé comme on n'en voit que dans les magazines, et cette queue… je n'en parle pas plus, vous la connaissez déjà, mais putain qu'est-ce que je l'aime !!! Nous avions établis une règle de base, très simple mais importante : on ne se cache rien. Après tout on est simplement des mecs, des mecs avec leurs envies, des mecs avec leurs délires, des mecs avec leurs fantasmes… Alors c'est simple, on se dit tout, on s'écoute, on ne se comprend pas toujours du premier coup, mais on trouve systématiquement une solution. Notre force à nous, c'est ça. Nous sommes samedi matin, dehors un temps magnifique nous attend, le soleil cogne contre les vitres de l'appartement de Tony. Nous sommes en train de prendre un petit déj lorsqu'il me dit :

- « Bébé, faut que j'te parle d'un truc. »

- « Hum, ouais bien sûr, de quoi ? »

-« T'aimerais pas qu'on mette un peu de piment dans notre vie sexuelle, et dans notre vie en général ? »

- « Ouhla, tu me fais un peu peur là !! Merde, tu nous trouves trop planplan !? Il te manque quelque chose ? »

- « Pfff mais non pas du tout, ce n'est pas ça… »

- « Ben vas-y explique moi ! »

- « Bon, ok, j'me lance : eh bien voilà, toi comme moi, tu dois bien l'admettre, on est des chauds lapins, on adore baiser, et c'est parfait. »

- « Oui, jusque-là je te suis. »

- « Du coup, j'me suis dit « pourquoi toujours attendre qu'on soit à la maison !? », car très souvent tu m'excites, quoi qu'on fasse, où qu'on soit, en plus tu adores me chauffer ! »

- « Et donc………….. ? »

- « Merde, tu comprends pas ? Ben par moment, j'aimerais bien qu'on se laisse un peu aller même si on n'est pas ici ! Je ne parle pas de se mettre à baiser en plein milieu de la cité hein ! Mais un p'tit délire exhib tous les deux de temps en temps ça pourrait être marrant non ? T'en penses quoi ? »

- « Je pense que je vois ce que tu veux dire… Et je dois dire que l'idée m'excite assez ! »

- « Hummm, cool bébé, j'te kiffe, c'est un truc de fou ! Bon, on se prépare et on bouge après ? On va pas rester enfermés avec ce temps !? »

- « Ça marche ! »

Je me dépêche de ranger la table et file me préparer. Je sais très bien ce qu'il a derrière la tête et j'avoue que ça m'amuse et que ça m'excite pas mal. J'avais remarqué que depuis un moment il avait développé un côté un peu exhib soft qui me rendait dingue. De plus en plus souvent il traînait à poil après sa douche ou le matin au p'tit déj. Je pouvais ainsi admirer son anatomie parfaite et j'adorais ça. Fin de matinée, on est prêts à sortir. Tony porte un t-shirt blanc très simple qui le met vraiment en valeur pourtant, un short bleu et des baskets. Moi j'ai mis un débardeur vert pâle, un short en jean's et mes tong. On monte en voiture, Tony me propose de faire un tour au bois où l'on sera à l'ombre. C'est parfait. Nous roulons, fenêtres ouvertes, musique entraînante. Mon beau Tony sifflote et soudain attrape ma main gauche qu'il vient poser directement sur son paquet. Je souris et commence à malaxer à pleine main, il n'en faut pas plus pour que sa queue se réveille et vienne tendre le tissus de son short, whaou, à chaque fois je suis impressionné par le résultat. Ni une ni deux, je glisse ma main sous l'élastique, empoigne sa bite bien dure et la sort, il soupire légèrement. Nous roulons toujours, je suis en train de le branler doucement, je caresse sa queue sur toute sa longueur et par moment je referme ma main sur son gland chaud ce qui lui arrache un petit soupir à chaque fois ! Puis nous arrivons sur un parking où de nombreux véhicules sont déjà stationnés. Beaucoup de vacanciers et de parisiens venus se détendre en cette belle journée. Nous sortons et réajustons nos t-shirts afin d'essayer de dissimuler nos gaules qui déforment bien nos shorts, ce qui nous fait rire. On s'engage sur les sentiers ombragés de la forêt, côte à côte. On se sent super biens. Le bois est immense, parfait pour de longues balades mais aussi pour se poser, il y a de nombreuses aires de pique-nique, de jeux pour enfants, des terrains de sport et un grand lac dans lequel on peut se baigner quand il fait beau. Tout autour du lac il y a de grandes étendues d'herbe où les gens installent leurs serviettes comme à la plage. Il y a aussi un coin gay et tout ce qui va avec : naturisme, sexe dans les fourrés, voyeurs, etc…

Nous marchons dans les grandes allées en terre battue et cailloux, croisant quelques personnes. Soudain, Tony me dit qu'il a envie de pisser, je m'arrête au bord du chemin tandis que lui avance de quelques pas entre les arbres. Il s'arrête devant un grand chêne, écarte les jambes et sort son sexe. Je reste le regarder, il me tourne le dos et alors qu'il commence à se soulager, jette un œil derrière lui dans ma direction puis descend son short en haut de ses cuisses, l'élastique juste au-dessous de ses fesses musclées qui s'offrent à ma vue. Les battements de mon cœur s'accélèrent, c'est l'excitation qui est en train de monter en moi. A mon tour je pénètre dans la forêt mais m'écarte légèrement du chemin qu'a pris Tony. Il me regarde passer sur sa gauche. Je viens m'appuyer contre un arbre tout aussi gros que celui sur lequel est en train de pisser Tony. D'où je suis, à quelques mètres dans son travers, une scène terriblement excitante s'offre à moi : il est debout face au grand chêne, la queue à la main de laquelle sort un puissant jet d'urine, ses fesses musclées et rebondies à la vue de tous. Tandis qu'il secoue les dernières gouttes dans un mouvement proche de la masturbation, je vois sa bite se raidir à chaque coup de poignet, je ne tiens plus et sors à mon tour mon sexe bandé. Une joggeuse passe sur le chemin à quelques mètres, des écouteurs dans les oreilles, elle ne semble rien voir et ne s'arrête pas, tenant l'allure et la tête droite. Tony n'a pas changé de position d'un centimètre mais il est maintenant en train de se branler en jetant des coups d'œil régulièrement dans ma direction alors que je me branle moi aussi. La situation est amusante et excitante. Je remarque qu'un homme s'approche et semble ralentir sa marche, la tête tournée de notre côté, il semble avoir repéré notre petit jeu. Que faire ? Tout ranger et déguerpir ? D'un léger signe de tête je signifie à Tony la présence de l'inconnu. Il le voit mais n'arrête pas son petit manège, du coup moi non plus. L'homme qui doit avoir entre 35 et 40 ans s'est arrêté au bord du chemin exactement au même endroit que moi tout à l'heure. Je pense qu'il ne m'a pas vu, il observe Tony intensément puis regarde s'il y a du monde qui arrive sur le chemin d'un côté et de l'autre. J'imagine qu'il n'y a personne en vue car il sort du chemin dans notre direction en replaçant sa bite à travers son pantalon. Doucement il s'approche de Tony qui continue à s'astiquer, imperturbable. Il s'arrête à moins d'un mètre de lui et contemple avec excitation mon beau mâle dont l'énorme queue est au maximum de son érection. Je retiens mon souffle, à la fois excité et angoissé par ce qui est en train de se passer. Soudain, l'homme avance sa main en direction de la bite de Tony, je retiens un petit cri de désapprobation tout à fait inutile car Tony repousse gentiment le bras de l'inconnu, lui faisant comprendre qu'il ne souhaite pas qu'on le touche. Sans insister, le gars se recule et regarde autour de lui, c'est à ce moment qu'il s'aperçoit de ma présence. Hésitant dans un premier temps, il s'approche finalement de moi et vient s'accouder à l'arbre à côté de mien. Il me sourit poliment, jette un œil à ma bite mais ne tente pas de s'approcher. Rapidement il baisse sa braguette par laquelle il fait sortir son sexe dur. Une bite assez courte mais très épaisse surmontée d'un gros gland luisant. Il se met à se branler à son tour, ses yeux courant de la bite de Tony à la mienne. Nous restons ainsi plusieurs minutes, profitant de cette branlette en plein air à l'ombre des grands arbres. Puis j'entends la respiration de Tony s'accélérer, je vois les muscles de ses fesses se contracter, son bassin se pencher en avant et, dans un cri étouffé, balance sa sauce sur le tronc de l'arbre. Plusieurs jets de jute viennent s'écraser sur l'écorce et la mousse. Cette scène déclenche immédiatement ma jouissance. Tout en haletant, mon jus s'échappe de ma queue en quatre jets de foutre épais. J'attrape un mouchoir et m'essuie le gland, en face Tony vient de remonter son short et m'adresse un clin d'œil complice qui me fait craquer. Je suis en train de refermer les boutons de mon short quand l'homme se met à gémir et asperge le sol de son jus disséminé en grosse gouttes blanchâtres. D'un air satisfait il se rhabille très rapidement, nous adresse un signe de tête qui voulait dire « merci les gars pour le spectacle » et s'en va. Je rejoints Tony qui me pose délicatement un baiser sur les lèvres avant de me demander si j'ai aimé. Je lui dis que oui, que j'ai adoré la vision de lui en train de se branler, le short sous les fesses. Que j'ai apprécié qu'il ait repoussé l'inconnu qui tentait sa chance et que le voir jouir ainsi m'avait rendu dingue. Amusé et content de notre petite escapade à deux pas du chemin il m'engage à reprendre la marche.

Après vingt bonnes minutes de marche, un panneau indique qu'il y a de quoi se restaurer à 500 mètres. Ayant un petit creux on se dirige dans cette direction et tombons sur quelques cabanes/snacks proposant diverses cochonneries à déguster sur place ou à emporter. Tony propose d'acheter des sandwiches, de l'eau et de continuer jusqu'au lac. Ça me convient parfaitement, on fait nos achats qu'on charge dans le sac à dos que j'avais apporté et continuons notre chemin. C'est la première fois que nous venons au lac, la vue est splendide, les rayons du soleil se reflétant sur la surface de l'eau. En s'approchant on voit des serviettes étendues avec des gens dessus. Idéalement on aimerait trouver le coin gay afin de pouvoir être tranquilles tous les deux. En nous approchant encore, on constate que les gens sont à poil sur leurs serviettes, hommes et femmes, nous sommes arrivés dans le coin naturiste. On décide de s'éloigner un peu en longeant le rivage mais on est bientôt bloqués par un large ruisseau qui vient se jeter dans le lac. On aperçoit plus rien une autre clairière où il semble y avoir quelques personnes. On pénètre à nouveau dans la forêt afin de contourner le petit cours d'eau puis on arrive enfin à destination. On ne met pas longtemps à s'en apercevoir : près des arbres et fourrés proche de la clairière, pas mal de mecs sont en train de tourner regardant intensément les gens qu'ils croisent. Vous imaginez facilement qu'on s'est fait observer des pieds à la tête. Tony ne semble pas super à l'aise, moi non plus d'ailleurs, mais on décide de rester. On arrive près du lac, il n'y a pas trop de monde, c'est parfait. On sort le plaid du sac à dos et on l'étale sur l'herbe verte et courte. A peine assis on est déjà en train de mordre dans nos sandwichs. Nous nous délectons du soleil sur notre peau, ayant enlevé t-shirt et chaussures. Tony me dit qu'il aimerait qu'on se baigne. Je lui réponds qu'on n'a pas apporté de maillots de bain. Après un « ça c'est pas grave ! », je le vois enlever son short sous lequel il ne porte rien, se lever puis s'avancer en direction de l'eau. Une fois de plus je peux savourer la vision de ses fesses musclées et de tout son corps nu marchant vers le lac. Je n'ai d'autre choix que de l'imiter. Ni une ni deux je me sépare de mon short et de mon boxer puis rejoint mon amant sur la rive. L'eau est plutôt fraîche mais on arrive à se mouiller assez rapidement en jouant à s'éclabousser comme des gosses. Au bout de quelques pas seulement nous n'avons plus pieds. On nage, on barbote, on savoure ce moment de bonheur à deux. Tony se rapproche de moi et m'attrape par la taille, bassin contre bassin il m'embrasse à pleine bouche, sous l'eau ma main s'empare de sa queue mi-molle et commence à jouer à avec. Ses mains se baladent sur tout mon corps, caressent mes fesses, titillent ma rondelle, attrapent ma bite… Notre branlette d'avant manger ne nous a pas enlevé l'excitation. Nous sommes plus en train de jouer que de baiser, laissant nos mains courir sur nos corps, nos langues aussi autant que possible. Après un bon moment passé dans l'eau, on décide de sortir profiter un peu du soleil. On regagne notre plaid chaud qui n'est pas installé très loin de l'eau et nous allongeons dessus. Quelques personnes sont arrivées pendant notre baignade mais pas grand monde, et l'étendue d'herbe est très grande, on n'est donc pas les uns sur les autres. A quelques mètres, un jeune garçon vient de s'installer sur sa grande serviette de plage. Il a une vingtaine d'années maximum et vient de s'allonger sur le dos, complètement nu.

Je suis dans un demi-sommeil lorsque je sens quelque chose sur l'arrière de ma cuisse. Je me suis assoupi et je ne sais pas combien de temps j'ai dormi. Allongé sur le ventre, je regarde vers la droite à travers mes lunettes de soleil et tombe sur la divine vision de Tony, allongé sur le côté, accoudé sur le bras droit en train de me caresser en me dévorant du regard. Il me sourit quand il se rend compte que je me suis réveillé et que je le regarde. Mes yeux glissent sur son torse et arrivent sur sa grosse bite bien dure avec laquelle il joue doucement. Sans réfléchir je l'attrape et prend le relai. Ma main se referme autour de son pieu brûlant dont je fais coulisser la peau de bas en haut, m'attardant sur le gland. Ses caresses remontent sur mes fesses, mon dos, ma nuque, je suis au paradis. Sans main redescend, malaxe mes fesses, ses doigts s'immiscent dans ma raie et titillent ma rosette quand une ombre arrive sur nous :

- « Salut, désolé de vous déranger mais est-ce que vous pourriez me mettre de la crème solaire s'il vous plaît ? » C'est le grand jeune homme qui s'était installé près de nous. Tony me regarde, l'œil interrogateur. Ne sachant que faire je hausse les épaules.

- « Euh, oui si tu veux ! Assieds-toi. » Tony hausse les épaules à son tour en me regardant ne sachant trop comment réagir.

- « Merci c'est gentil, le soleil cogne aujourd'hui ! Vous n'avez pas peur d'attraper des coups de soleil ? » Le mec s'assoit entre nous, un peu plus bas sur le plaid.

- « C'est clair, nous on a zappé d'en apporter ! En même temps on n'avait pas prévu d'atterrir ici forcément, c'est pour ça… » Tony attrape ma main et y verse une bonne dose de crème solaire en rigolant en silence, c'était donc à moi de m'y coller. Je pose mes mains sur le dos brûlant du gars et étale la crème du mieux possible.

- « C'est sympa les gars. Le tube est rempli, je peux vous en mettre aussi si vous n'en avez pas ! »

- « Ça marche » lance Tony en basculant sur le ventre et en enfouissant son visage entre ses bras croisés.

- « Tu m'aides ? » Me lance-t-il.

- « Ouais évidemment. » A quatre mains nous entamons un pseudo-massage à la crème solaire sur le dos de Tony qui semble apprécier. De par notre position, je m'occupe de ses épaules et l'autre du bas de son dos. Le gland de Tony dépasse largement de son côté gauche, soit de notre côté, et je vois les mains de l'inconnu passer beaucoup trop près à mon goût du braquemart en train de mouiller. Le jeune mec s'est mis à genoux pour prodiguer son massage, c'est à ce moment-là que je vois que sa bite est bien raide elle aussi… Je dois dire qu'il est vraiment charmant, des cheveux blonds paille légèrement en bataille, des yeux d'un bleu profond, une silhouette bien dessinée sans être bodybuildé non plus et une queue fort appétissante, très longue et d'une épaisseur correcte. Lorsque Tony sent une de ses mains s'aventurer sur ses fesses, il relève la tête immédiatement et remercie pour la crème.

- « De rien, à ton tour maintenant. » me dit-il. Un peu paumé je m'allonge sur le ventre et imite la position de Tony. « Au fait, je m'appelle Mickaël ».

- « Enchanté, moi c'est Tony et lui c'est Barnabé ». Les deux s'enduisent les mains de crème et commencent à me l'étaler sur le dos. Ses quatre mains me « caressant » me font un bien fou, je dois l'avouer. Je commence à me détendre à et à profiter quand je sens une main se poser sur ma bite qui, lorsque je me suis mis sur le ventre, s'est plaquée sur la serviette non pas sous mon ventre, mais en pointant vers mes pieds. Elle est donc accessible entre mes jambes légèrement écartées. Je n'ose pas bouger ni dire quoi que ce soit, la caresse est très douce et légère, mais je ne sais pas de qui elle est. Puis j'entends Tony demander à Mick d'attendre un instant. Mon mec se penche alors contre moi et vient me parler à l'oreille :

- « Ca va bébé ? »

- « Oui et toi ? »

- « Ouais tranquille. Bon, c'est pas moi qui étais en train de te toucher la queue… »

- « Euh…. Ok. »

- « Si tu veux, on demande au mec de retourner sur sa serviette, ou alors on continue un peu, c'est toi qui décide, mais je veux surtout pas qu'on fasse quelque chose à contrecœur. Ok ? »

- « Y'a pas de problème chéri, je t'assure ! » Alors je repose ma tête sur le plaid et étend mes bras le long de mon corps. Les caresses reprennent sur le dos mais dévient de plus en plus sur mes fesses et à nouveau sur ma bite. J'inspire un bon coup et me lance : j'écarte simultanément les deux bras et mes mains viennent à la rencontre des sexes durs de chaque côté. Je les attrape et commence à les branler. De petits gémissements se font entendre du côté de Mick et des soupirs bien plus virils du côté de Tony. J'attrape aussi leurs paires de couilles pendantes et les malaxe puis du côté de Mick, ma main s'aventure entre ses cuisses en direction de son trou où mes doigts rencontrent ceux de Tony qui est déjà en train de le caresser. La main de Mickaël rejoint la mienne sur la queue de Tony, ça me fait un peu bizarre au début mais l'excitation prend le dessus et je me laisse porter par notre petit jeu. Je bascule sur le dos puis m'assois continuant à m'occuper de mes deux compères. Sans prévenir, Mick me roule une grosse pelle et je crois déceler dans le regard de Tony une pointe de jalousie qui n'est pas pour me déplaire. Le jeune homme invite mon Tony à s'allonger au milieu du plaid sur le dos et m'adresse un clin d'œil malicieux. Tony s'exécute sans broncher et abandonne son corps entre nos mains. Les doigts du jeune homme et les miens se rejoignent sur le superbe torse musclé de Tony. Nos caresses soulignent ses pectoraux puissants, effleurent ses tétons durcis par l'excitation et glissent sur ses abdominaux en acier, contournent son nombril puis atteignent les poils de son pubis taillés très courts. Sa bite tressaute sous nos mains et une belle goutte de mouille pointe au sommet de son gland. Je pose mon pouce dessus et étale le liquide en faisant de petits cercles.

A genoux de part et d'autre de Tony, on se regarde dans les yeux pendant que nos mains s'affairent sur sa virilité. Je suis le premier à réagir et me penche en avant. Mes lèvres s'écartent puis viennent se refermer tout autour de la bite de mon mec. Je me mets à le sucer du mieux possible, comme si j'avais quelque chose à prouver, ma langue tournoie autour de son gland, lui arrachant des gémissements qui me satisfont pleinement. La tête de Mick s'approche de la mienne et je vois sa langue venir se poser sur les couilles de Tony qui écarte encore plus les jambes pour faciliter l'accès. Ses boules sont aspirées puis recrachées, enfin sa langue remonte le long de sa tige en direction de ma bouche. Lorsqu'elle l'atteint, je lâche la queue de Tony et roule une pelle magistrale à Mick qui à son tour enfourne le monstre entre ses lèvres. Nous nous partageons ainsi l'énorme bite de Tony, le faisant passer d'une bouche à l'autre, puis nous embrassons tout en ayant la queue chaude et baveuse en même temps entre nos quatre lèvres. Cette caresse buccale doit s'avérer particulièrement délicieuse vu la façon dont Tony gémit et se tortille désormais. Mais main libre a attrapé la queue de Mick et lui me branle également. N'y tenant plus il se lance et demande s'il peut se faire prendre par Tony. Après un regard interrogateur de sa part, je lui fais signe que oui, je sais parfaitement qu'il a très envie de donner des coups de bite, de faire ramasser, et cette petite chienne en chaleur est tout à fait ce qu'il lui faut ! J'attrape une capote XXL dans le sac à dos et un petit sachet de gel. C'est moi qui la met sur la bite de Tony puis je lubrifie le cul de Mick avec quatre doigts qui rentrent assez aisément je dois l'avouer. Alors, le jeune homme vient s'assoir au-dessus du mien. D'une main experte il vient attraper le chibre tendu de Tony et le dirige vers son trou. Petit mouvement de bassin pour bien se positionner et voilà l'objet de tous mes désirs qui s'enfonce, centimètre par centimètre dans le cul de Mick. Ce dernier ne s'arrête pas tant que les couilles de Tony ne viennent cogner contre ses fesses. Commence alors un limage sans ménagement qui fait couiner Mickaël comme une gonzesse. On le croirait presque sur un trampoline en train de rebondir sur le bassin de Tony. J'observe la scène tout petit peu en retrait. Je n'éprouve pas de jalousie, je sais qu'il est juste en train de le baiser, juste pour le sexe, sans amour, sans sentiment. Alors je me glisse dans le dos du beau passif qui crie encore en encore. Le spectacle est terriblement bandant. Mon Tony se défoule sur le trou de balle de l'inconnu, décollant son bassin du plaid à chaque coup qu'il assène, sa queue disparaissant presque entièrement. Je vois aussi ses fesses douces et musclées rebondir. J'approche ma main et commence à lui caresser les couilles et la base de la bite, puis les fesses de Mick, je suis fasciné par ce trou qui enserre la bite de Tony, mes doigts sont à la jonction et suivent le mouvement. Alors, Mick m'attrape la main et me tire contre lui.

- « Prends-moi aussi stp, rejoint ton mec dans moi…….. »

- « Mais il n'y aura jamais la place pour une deuxième queue !? »

- « Ohhhh ouiiiiiiiii….. Mais si……… vient…… Hummmmmmm dépêche-toi !! »

Je ne réfléchis plus, j'attrape une deuxième capote, l'enfile précipitamment et me colle contre le dos de Mickaël. Mon gland entre en contact avec les couilles de Tony qui a un peu ralenti la cadence. La manœuvre n'est pas très évidente et je fais bien attention à ne pas trop descendre mon bassin, il ne faudrait pas que je me trompe de trou ! Ça y est, ma queue coulisse contre celle de Tony et vient buter sur la rondelle serrée de Mick. Je crains que ça ne rentre jamais, mais en forçant un peu l'anus de ce dernier se dilate encore un peu et me laisse entrer. La sensation est incroyable, ma queue est compressée contre celle de mon mec au chaud à l'intérieur du jeune mec qui soupire et crie de plus en plus fort. Autour quelques curieux se sont approchés pour observer la scène mais gardent malgré tout leur distance. Certains observent les bras croisés tandis que d'autres s'astiquent le manche sans ménagement. De notre côté nous avons repris le mouvement dans un rythme bien plus modéré, difficilement de faire autrement. Nous gardons la position plusieurs minutes histoire de rassasier ce cul en manque puis je me retire doucement, la position étant trop difficile à tenir. Alor Tony m'attrape le bras à son tour, m'attire vers lui et m'embrasse. Il me glisse un « Toi j'te kiffe de ouf !! » entre deux gémissements et me dit qu'il veut mon cul. Ne comprenant pas immédiatement, il guide mes cuisses de chaque côté de sa tête et me fait m'assoir sur son visage. Sa bouche et son nez viennent s'enfouir entre mes fesses, la sensation est délicieuse. Sa langue vient se coller à ma rondelle et il se met à me bouffer le cul comme jamais. Assis face à face avec Mick je couine presque autant que lui qui se ramasse la grosse bite à Tony dans le cul. Je me penche en avant, lui lèche les tétons et descend sur son ventre imberbe puis il m'assure être « clean » juste avant que j'attraper sa queue du bout de mes lèvres. C'est un beau morceau mais je n'ai aucun mal à m'en occuper, bien entraîné par mon beau Tony. Ses gémissements s'amplifient et il me dit de faire attention. Je me relève d'un coup et voit Mick accélérer ses rebondissements sur la queue de Tony tout en se mettant à crier sans retenue. Il ne se touche même pas lorsque sa queue sa bite se met à cracher dans tous les sens. Une semence très claire et bien liquide s'échappe de son gland dans un feu d'artifice impressionnant, je n'en reviens pas. Après 8 ou 9 explosions de jute, il attrape enfin son manche qu'il continue à secouer et de nombreux autres jets en sortent venant tout arroser autour : moi, Tony, lui, le plaid… Une fois la source tarie il s'écroule sur le côté dans un dernier soupir de satisfaction.

Tony se met alors debout devant nous et enlève sa capote qu'il jette sur le plaid et empoigne sa bite. Sans concertation, Mick et moi nous mettons à genoux devant lui et tentons de lui asséner de petits coups de langue sur le bout du gland quand il se met à son tour à crier comme une bête et nous explose littéralement à la gueule. Son corps s'agite dans tous les sens comme pris de spasmes incontrôlables pendant que sa bite crache tout son venin sur nos visages et nos torses. Tony tombe rapidement à genoux juste devant nous nous embrassons à trois comme pour conclure ce moment. Mais Mick se recule et m'observe. « Toi tu n'as pas joui… Laisse-moi m'occuper de ça. » Il me pousse en arrière. Tony vient se place juste derrière moi et je peux me servir de lui comme d'un dossier en position semi-allongée : mon dos contre ses cuisses serrées, mes épaules contre son bassin et ma tête contre son ventre. De ses mains puissantes il me caresse le torse d'une infinie douceur et tandis que je ferme les yeux pour profiter de ce moment magique, ma bite se retrouve prisonnière d'une caverne chaude et humide. Les lèvres de Mick coulissent le long de ma tige dure et sa langue de manque pas un millimètre de mon anatomie. D'une main il me caresse doucement les fesses, forçant légèrement l'entrée de ma rondelle par moments. Je l'avise que je ne vais pas tenir très longtemps, mais il redouble d'efforts et je crache mon jus au fond de sa gorge et contre son palet. Le petit mec n'en perd pas une goutte et me lèche la queue jusqu'à ce qu'elle soit parfaitement propre, comme si je n'avais même pas joui ! Alors il se relève, m'adresse un clin d'œil coquin en s'essuyant la commissure des lèvres et sans un mot nous tourne le dos et se dirige vers sa serviette où il se rallonge exactement dans la même position que tout à l'heure. Quant à nous deux, après avoir repris nos esprits, on décide de se rhabiller et de reprendre le chemin du parking. En quittant les rives du lac, je jette un coup d'œil derrière nous, deux ou trois mecs se sont approchés de Mickaël en se branlant, va-t-il remettre le couvert avec d'autres ? Je n'ai pas le temps de le savoir car la main de Tony s'accroche à la mienne et me tire en avant vers le chemin. Son sourire radieux et ses yeux que je devine pétillants même s'ils sont cachés derrière les verres teintés de ses lunettes me rappellent à quel point je suis dingue de lui, même s'il vient de baiser un mec sous mes yeux. Il avait mon consentement de toute façon, car au fond de moi, je sais que je suis le seul qu'il aimera vraiment, et c'est bien la seule chose qui compte.

N'hésitez pas à me contacter :

MJnavyman

mjnavyman@gmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Norfolk -Fleur de bitume - Vacances en famille - Mon p'tit rebeu du sauna - Je l'aimais en secret alors que...

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

Septembre 2019

Repos

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

Nouvelles (20)

Dépucelé par mon cousin Mecbi
Le pote de mon frère Jvicks
Plan au sauna Bonboul33
Du fantasme à la réalité Loic1972
Les oreilles d’Armand Romain
Gourmand Médi
Un domi humilé par son bâtard Franck de Nice
le prof et Karim -01 Gilou 44
Aurélie Yanno
7 mois d’abstinence James
Déjeuner torride Chopassif
Jack Yanno
Jeremy et Yohan Soroco63
Plans totalement anonymes Eric84
Premier plan hard Tardif
Après-midi au Suncity Hidalgowien
Dans l’intimité du Valo sauna Oakspirit
La Fratrie JulesP
Alexis Romain
Chroniques d’été -01 Caramel

La suite (7)

Première hard -02 Tours37
Mes dépucelages -03 XXL
Mes dépucelages -04 XXL
Mes dépucelages -05 XXL
Les potes de mon grand-frère 4-4 Marc 67
Un amour inaccessible -06 MiangeMidemon
Un Maitre marocain -02 Lope75
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider
(Simple et anonyme)
Ne donne pas accès aux pages "avant-première"