NEWS :
18 19 Avril

Grosse queue
"Plan à 3"
"handgag"

57 pages en accès
avant-première.
C’est quoi cet accès ?

Valable tout 2024.
Simple,
CB ou Paypal,
Discret

Shop Gay

Cyrillo20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Sextoy
Sexshop

Signaler ici si l'histoire ne respecte pas les mineurs, ado, enfants (-18ans) ou toute autre infraction. Merci !

Agent 069

Chapitre 1 | Tunnel 1

Le téléphone bipa à quatre heures du matin.

Ce n'est qu'à la troisième sonnerie qu'il se résolu à tendre le bras en direction de la table de chevet.

- Ouais!

- Agent 069, rendez-vous dans cinq heures au Dôme.

Il reposa le téléphone et tourna la tête de côté. La bonde qu'il avait ramené la veille dormait profondément.

Ultime butin de guerre de sa dernière virée en boîte de nuit...

####

À huit heures, il quitta son quartier résidentiel. Un entrelacs de petites rues parsemées de pavions et de jardins soigneusement entretenus.

Il arriva pile à l'heure au Dôme, situé rive gauche de la capitale fédérale. Il pénétra dans le hall, présenta son badge et grimpa au dernier étage.

- Bonjour, Agent 069. Avez-vous passé une bonne nuit?

Il hocha la tête en guise de réponse.

- Asseyez-vous, nous avons à parler.

Il prit place dans le fauteuil qu'on lui désignait tout en fixant son supérieur d'un air prudent.

Malgré le fait qu'il ne porte pas l'uniforme réglementaire mais un simple costume sombre bon marché, le Commandant Jewel en imposait. Homme intègre et respecté, il avait gravi un à un tous les échelons de la hiérarchie militaire pour occuper la place de numéro un. Afin de fêter dignement ses quarante ans de bons et loyaux services, le Président Biden envisageait de lui décerner la médaille militaire, soit la plus haute distinction qu'un haut gradé pouvait espérer.

Nul doute qu'avec de telles références, le renseignement secret américain se trouvait entre de bonnes mains.

069 prit le temps de dévisager son chef. Pour un gradé proche de la soixantaine, il était bien conservé. Mais c'est surtout son visage qui retenait l'attention. Des yeux bleus perçants, quelques cheveux blancs de plus en plus rares au dessus du crâne et une mâchoire carrée lui conférait cette autorité naturelle que nul dans le service n'aurait osé contester.

Pas même 069.

- Vous enchaînez les conquêtes féminines ces derniers temps, à ce que je vois.

Il consulta quelques clichés éparpillés sur son bureau.

...Toutes aussi belles les unes que les autres, je l'avoue.

Il releva la tête et observa son subalterne, un sourire au coin des lèvres.

- À trente-cinq ans, il serait peut-être temps de vous stabiliser. Qu'en dîtes-vous?

- Et si nous en venions au fait. Je doute fort que vous m'ayez fait venir pour évoquer ma vie privée.

Le haut gradé soupira. Il fouilla dans son bureau avant d'en ressortir un dossier estampillé: ''TOP SECRET''.

- Votre dernière mission n'a pas connu le succès escompté. Les Taliban ont réussi à retenir nombre de nos ressortissants. Heureusement que le Pentagone...

- Sauf votre respect, mon Commandant, quand un pays abandonne ceux qui le servent et qui se donnent pour lui, même avec la meilleure volonté du monde, on ne peut réaliser de miracles.

- J'entends bien, cependant...

- J'ai réussi à exfiltrer dix personnes dont l'Ambassadeur et sa femme.

- Et ils vous en sont infiniment reconnaissants, croyez-moi.

Replongeant le nez dans ses documents.

- Enfin, tout ceci est de l'histoire ancienne. Nous avons pensé à vous pour une nouvelle opération...

Il le fixa de ses grands yeux bleus.

...Des plus délicates. Si vous échouez, nous serons dans l'incapacité de vous couvrir.

- Comme d'habitude! De quoi s'agit-il cette fois-ci, mon Commandant?

- Il est question de Malthius.

- Le ''Boucher'' de Brooklyn???

- Exact. Notre homme a refait surface.

069 se racla la gorge avant d'insister.

- Nous parlons bien du mafieux qui est recherché pour meurtres, chantage et autre corruption en tout genre?...

Jewel opina du chef.

Le jeune Agent Secret s'extirpa de son fauteuil et vint se planter devant la grande baie vitrée. Depuis vingtième étage, le bureau dominait toute la capitale. On distinguait nettement le Capitole et la colonne de granit en forme d'obélisque. Sans oublier, tout au nord, le majestueux Rock Creek Park.

La voix grave de son supérieur le ramena à la réalité.

- Il semblerait qu'il ait repris du service.

- Dix ans après sa disparition?

- On le croyait mort mais d'après notre indic, il serait revenu aux affaires. Il contrôlerait à nouveau le réseau de prostitution de Vinegar Hill. (quartier de Brooklyn qui détient le plus fort taux de criminalité de New-York).

- J'ai déjà eu affaire à lui. Je croyais l'avoir neutralsé.

- Écoutez Jim, vous avez mené votre mission à bien mais vous ne pouviez pas prévoir ce qui allait advenir.

Après un instant d'hésitation.

... Quoi qu'il en soit, vous devrez contacter Marcella, une des prostituées qui travaille pour nous. Elle dispose de nouvelles informations.

- Et comment la reconnaîtrais-je?

- Physiquement, ce sera difficile car elles changent constamment de perruques et de maquillage pour faire croire aux clients à de nouveaux arrivages. Par contre, dès que vous prononcerez les mots:« pleine-lune », elle devra répondre: « plein-soleil »

- C'est d'un romantisme désarmant et tellement facile à placer dans la conversation!

- Je vous fait confiance. À vous de mener à bien cette enquête. Il nous faut ABSOLUMENT savoir si Malthius est vivant.

Refermant son dossier.

...Alors, si c'est le cas, nous aviserons d'un nouveau plan pour l'éliminer.

####

Le grand jour était enfin arrivé. Il allait rencontrer Marcella. Il fit un brin de toilette puis se planta devant son miroir dans son beau costume d'été. Il avait choisi un pantalon beige qui mettait bien en valeur ses cuisses musclées. Il jeta un œil à sa braguette. Là aussi, le tissu moulait parfaitement son sexe bandé.

Une veste de ville bleu-roi sur une chemise blanche complétaient le tout. Il se frotta la barbe, fier du résultat. On lui disait souvent qu'il ressemblait à l'acteur Sunny Colucci, ce qui flattait son ego. Les femmes tombaient toutes sous son charme et il jouait de son côté ténébreux pour les séduire.

Aussi, cela le troublait de devoir côtoyer le monde de la prostitution. Non pas qu'il méprisait les filles qui s'y adonnaient, mais il connaissait mal cet univers.

Et puis, enquêter dans ce quartier lugubre...

Il chaussa ses lunettes de soleil, choisit une Bentley décapotable parmi sa collection de voitures de sport et fila en direction de ''Big Apple''.

Le quartier de Vinegar Hill était sordide. Des détritus jonchaient le sol, les poubelles débordaient. Et au milieu de tout ça, une vingtaine de prostituées déambulaient sans gêne.

Les clients se faisaient rares. Il faut dire que nous étions en début d'après-midi et que le gros des troupes rappliquerait dès la sortie des bureaux, aux alentours de dix-huit heures.

Jim fit plusieurs fois le tour du pâté de maisons avant de stopper devant une blonde décolorée. Elle se dandina sur ses hauts talons avant de se pencher à sa portière.

- Alors, beau gosse, on est perdu?

- Je cherche un peu de réconfort après une nuit agitée.

- Tu as fait des folies de ton corps, mon chou?!

Glissant une main en direction de son entrejambe.

- La bête a encore faim, à ce que je vois...

- Non, ce n'est pas ça. C'est juste que j'ai passé une mauvaise nuit. Sans doute les effets de la... « pleine-lune ».

Elle se mit à agiter ses fesses.

- Moi je peux t'offrir deux demi-lunes pour le prix d'une. Et puis, comme t'es mignon, tu pourras me faire la totale.

- Je vais y réfléchir.

Il démarra, refit un tour puis ralentit au niveau d'une plantureuse brune outrageusement maquillée. Il engagea la conversation mais s'aperçut très vite qu'elle ne parlait pas un mot d'anglais. ''Brasileira'', finit-elle par lâcher.

La troisième ne régit pas davantage à la formule magique, pas plus que la quatrième. Il commençait à perdre espoir lorsqu'il repéra une jolie rousse, un peu à l'écart des autres.

Il immobilisa son bolide à sa hauteur. Elle s'approcha en traînant des pieds.

- Salut. Tu cherches quoi?

De guerre lasse il lâcha le morceau.

- Une romance sous les étoiles, ça vous dirait? Profiter de la « pleine-lune » pour baiser comme comme des bêtes.

Elle sembla soudain intéressée.

- Mais pourquoi attendre ce soir, on peut très bien le faire maintenant (pointant un doigt vers le ciel). En... « plein-soleil ».

Il désactiva le système de fermeture automatique de sa voiture.

- Montez!

Elle fit le tour du véhicule et vint s'asseoir côté passager.

- Vous êtes Marcella?

Elle confirma de la tête avant d'aviser .

- On peut pas rester ici, ça va sembler bizarre. Montons plutôt dans ma piaule.

####

C'était une chambre de bonne située au dernier étage d'un immeuble insalubre. Il y régnait un capharnaüm indescriptible. Seul le lit était fait.

Elle le fit asseoir près d'elle.

- L'homme que vous recherchez est de retour. Il nous a réunies toutes et a exigé que nous travaillions pour lui. Il a coupé trois doigts à Monica qui ne voulait pas obéir.

- Le ''Boucher'', murmura Jim.

À l'évocation de ce nom, la jeune femme se mit à trembler. 069 lui prit la main en guise de réconfort.

- Il vous a dit autre chose?

Elle inclina la tête positivement.

- Oui. Il veut que nous vendions de la drogue aux clients. Si on n'atteint pas un certain chiffre on sera punies. Les filles sont mortes de peur, il fait régner la terreur et ses sbires, ils rigolent pas, ces connards...

À cet instant précis, la porte vola en éclats. Quatre hommes armés firent irruption dans la pièce, suivi d'un cinquième, cagoulé. Il prit le pistolet de l'un d'eux et visa Marcella. Elle n'eut pas le temps de réagir que trois balles lui brûlaient la cervelle. Le sang jaillit en longues gerbes rouges, tachant les draps, les meubles, la moquette. Jusqu'à la veste bleue de Jim.

Ce dernier s'apprêtait à bondir sur ses assaillants lorsque huit bras musclés le maîtrisèrent.

Il se débattit en vain. Ils étaient trop nombreux et trop forts.

L'homme cagoulé prit la parole.

- Tiens donc, Mister Bound. Comme on se retrouve.

Retirant sa cagoule.

- Vous me remettez?

Il s'avança vers son prisonnier, l'arme au poing.

- Dix ans, déjà. Ça fait un bail, mais je ne vous ai pas oublié. Vous pensiez m'avoir éliminé. Et bien, il faut croire que les vieux dinosaures de mon espèce ont la peau dure.

Il sortit de sa poche un chiffon et une fiole.

- Nous allons faire un tour, un voyage en terre inconnue. Mais avant cela, un petit somme s'impose.

####

Jim sentit la voiture s'embourber. Sans doute empruntaient-ils un sentier semé de nids de poules. Il venait de reprendre connaissance et son cerveau manquait de discernement. Il se trouvait solidement attaché, les mains derrière le dos. On l'avait couché sur la banquette arrière et deux cerbères en uniforme l'encadraient.

Au bout de dix minutes qui parurent une éternité, on l'extirpa du véhicule puis on le traîna jusqu'à l'entrée d'un tunnel. Jim constata qu'il n'y avait plus que trois hommes armés et leur chef. Cela simplifierait son plan d'évasion.

Le lieu empestait l'urine et l'alcool. Quelques bouteilles de bière jonchaient le sol. Avant d'être projeté à terre, il perçut même une seringue usagée qu'il évita de peu.

Sa joue heurta le bitume violemment, lui arrachant une plainte. Il se retrouvait à plat ventre, les mains liées derrière le dos avec deux énormes genoux bloquant ses épaules. Aucun mouvement n'était possible.

Le chef vint se planter devant Jim. Il ne voyait que ses chaussures vernies dont le bout virait au marron.

- Désolé pour votre beau costume, monsieur Bound. Vous risquez de devoir l'emmener chez le teinturier, et encore, je doute que vous puissiez le sauver... Tout comme vous!

Il se baissa au niveau de son visage.

- L'endroit est sordide, un vrai dépotoir. Les gens, de nos jours, n'ont plus aucun savoir vivre...

Désignant du doigt une masse sombre et un liquide jaunâtre qui serpentait dangereusement vers Jim.

- Regardez autour de vous tous ces excréments et ces flaques de pisse, il y en a partout. Je parierais même que vous en avez quelques traces sur vous.

Il lui caressa la joue avant d'ajouter.

- Non, décidément, je ne suis pas certain que votre belle chemise blanche et votre pantalon moulant y survivent.

Il se redressa puis disparut un court instant. Jim était face contre terre avec deux hommes de main qui lui écrasaient les omoplates. Un troisième le maintenait fermement par les chevilles.

Il entendit des pas se rapprocher. Visiblement, un nouvel individu accompagnait Malthius.

- Connaissez-vous ''GAME OF TRÔNE'', Mr Bound? Je vous présente Tyrion... Tyrion le Lutin, de la famille des Lannister.

Un nain vêtu façon Moyen-Age vint se planter devant 069. Ce dernier fit un effort pour redresser la tête. Vu du sol, ce nabot paraissait immense...

- Tyrion est mon bras-droit. C'est lui qui s'est occupé de mes affaires durant mes dix années de cavale. À présent que je suis de retour, il est grand temps de le récompenser.

Il désigna une sacoche en cuir que le nain portait en bandoulière.

- Son matériel se trouve à l'intérieur.

Il obligea son associé à s'accroupir afin que Jim puisse mieux l'observer.

- Il semble inoffensif, à le voir ainsi. Tout petit, tout frêle. Mais ne vous y trompez pas, il peut se muer en bête sauvage, si nécessaire. N'oublions pas qu'il a trucidé son propre père sur la cuvette des W.C. Il a expédié en Enfer plus d'hommes que vous et moi réunis.Vous auriez tord de le sous-estimer...

Il marqua un temps d'arrêt avant de poursuivre.

… Je vous conseille de coopérer sans réserve, mon cher Jim et si c'est le cas, alors notre cher Lutin saura se montrer doux et attentionné.

Montrant ses petits doigts boudinés.

- Ne cache-t-il pas une main de fer dans un gant de velours?

Ces derniers mots le fit rire aux éclats. Il tourna les talons puis disparut dans le tunnel.

####

Jim Bound ne comprit pas l'allusion jusqu'à ce qu'on lui dégrafe sa ceinture et abaisse son pantalon. Il tenta de se redresser mais des mains puissantes le tinrent allongé. On lui écarta les jambes de force, exhibant ses fesses seulement couvertes de son boxer.

- Virez-moi tout!

C'était la première fois que le nain prenait la parole. Un fort accent gallois trahissait ses origines anglo-saxonnes. Jim ne put s'opposer à la perte de son sous-vêtement. Il grogna de colère, le cul ainsi exposé à la vue de ses ravisseurs.

Bientôt, deux petites mains remontèrent le long de ses cuisses jusqu'à son œillet. Il resserra les fesses, par réflexe.

- C'est inutile, Mister Bound, j'arrive toujours à mes fins.

Le premier doigt inquisiteur glissa sans problème, suivi d'un deuxième qui le fit grimacer. Lorsque trois doigts cherchèrent à le pénétrer, il paniqua.

- Du calme, Mister Bound, j'examine l'état des lieux. Je vois que ce petit trou n'a jamais servi, c'est de bon augure. Rassurez-vous, je n'irai pas plus loin pour l'instant.

De fait, le nabot retira ses doigts avant d'ouvrir sa sacoche. Il en sortit deux fioles contenant des huiles essentielles et un gant en latex noir.

- Nous allons pouvoir commencer votre initiation. Je vous trouve très réceptif. Une belle carrière dans ce monde inconnu des « Q » vous attend, Mister Bound.

Il déboucha un des flacons et versa quelques gouttes dans la raie poilue du bel agent secret.

- Maintenez-lui bien les jambes écartées. Je ne voudrais pas endommager un si beau spécimen.

Il reboucha avec soin le précieux flacon.

- C'est une crème silicone spécialement conçue pour vous. Elle est la meilleure pour la glisse interne car elle ne brûle pas les boyaux.

Il éclata d'un rire sonore.

- Je vous soigne, Mister Bound.

####

Jim comprit ce que le Mi-homme voulait lui faire. Il n'avait pas le choix, solidement maintenu par trois gaillards au dessus de lui mais il avait un peu peur de ce qui allait suivre. Il n'était pas certain que son entraînement militaire lui soit d'un grand secours.

À nouveau la petite main caressa sa raie lisse. Un doigt parcourut sa fente de haut en bas, insistant en huilant bien la rondelle. Son index força. C'est alors que les trois phalanges furent aspirées sans aucune opposition. Cette sensation nouvelle n'était pas désagréable car son initiateur faisait preuve à la fois de maîtrise et de douceur.

Malgré cela, Jim se contracta.

- Détendez-vous, Mister Bound.

Tyrion stoppa quelques secondes. Puis deux autres doigts forcèrent sa pastille, écartant les parois de son cul. Ils tournèrent plusieurs fois, entrèrent et sortirent jusqu'à ce que 069 ne ressente plus rien. Il remercia Dieu que ces doigts qui le fouillaient ne soient pas aussi gros que ceux d'un adulte.

Le Gnome laissa récupérer son sujet. Il en profita pour enfiler le gant noir et déboucher la seconde fiole.

Il inséra ensuite trois doigts qui s'écartèrent progressivement. Son œillet s'ouvrit. Il versa le contenu de la fiole dans l'orifice ainsi offert. Cette huile chauffait les intestins et agissait comme un anesthésiant. Aussi, lorsque le Lutin enfonça quatre doigts, deux de chaque mains, Jim ne sentit presque rien. Il se retrouvait écartelé sans qu'il éprouve la moindre gène.

Chaque phalange élargissait sa membrane au maximum. Notre héros sentait son trou se dilater peu à peu. Il n'y connaissait rien en matière de fist mais force était de constater qu'il avait affaire à un pro.

Puis ce furent quatre doigts de la même main qui prirent le relais. Ils forcèrent sa rondelle. Il sentit la main fine de son fisteur s'enfoncer inexorablement. Il aurait du crier de douleur. Au lieu de quoi, une douce chaleur envahit son corps. Il tenta un mouvement de recul, pour la forme, mais s'abandonna bien vite à cet intrus qui le fouillait.

La main était entrée jusqu'au poignet. Elle progressait, tournait, retournait... travaillait sans relâche, dilatait chaque parcelle de boyau.

Soudain, son autre main s'activa aussi. Elle essaya de forcer le passage, se retira avant de revenir à la charge.

Bon sang, il n'allait quand même pas fourrer ses deux pognes, il n'y survivrait pas. Jim tenta en vain de se redresser.

- Du calme, Mister Bound, tout va bien se passer. Vous avez franchi la première étape avec succès. Je ne vais pas abuser pour votre baptême du feu.

La petite main à l'intérieur se resserra. Jim sentit malgré lui son cul s'élargir et chauffer. Il se trouvait écrasé contre le bitume. Il n'avait aucun échappatoire sinon celui de subir. Il venait de se faire dépuceler au poing.

- Mes huiles agissent comme un analgésique. Elles atténuent la douleur. Bientôt, vous serez entièrement centré sur votre propre plaisir.

Jim doutait fort de cette hypothèse. Pourtant, à force de douceur et de persévérance, la fine main se transforma en piston qui finit par toucher sa prostate. Les petits doigts se déplièrent comme des tentacules et vinrent stimuler cette partie de lui encore insoupçonnée.

Il se surprit à haleter. Chaque mouvement de poignet déclenchait en lui des vagues de plaisir inconnues. Il gémit sans se rendre compte que le plaisir remplaçait peu à peu la peur qui l'habitait. Comme si son corps se déconnectait du cerveau et vivait sa propre expérience physique.

- Je suis le meilleur dans ce domaine, Mister Bound. Et encore, vous n'avez rien vu.

Il reprit son travail de sape, faisant geindre 069 à chaque passage sur sa prostate. Soudain, sans avoir rien pressenti, Jim jouit sous lui, sans la moindre caresse sur sa bite. Un long filet blanc, réguler, sans à-coups qui s'écoulait entre ses cuisses écartelées.

- Vous voyez, Mister Bound, vous avez joui du cul avant de jouir de la queue. Tous les hommes jouissent ainsi lors de leur premier fist-fucking.

Se redressant pour venir se positionner face à son captif.

- Je ne vais pas insister pour que vous ayez envie de recommencer avec d'autres. Vous êtes désormais un vrai « Q » pour tous les pédés de la terre.

Il fit mine de s'éloigner avant de revenir sur ses pas.

- Et sachez, Mister Bound, que votre cul sera à l'avenir l'un de vos atouts majeur.

Ceven X

hellocevenx@gmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur :

TEXTE IMPLIQUANT DES MINEURS,
UN ENFANT OU ADO (-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence et à la cruauté. Sous peine de fermer ce site !

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

💦 18 Avril | 155 pages

Les nouvelles | 23 Pages

Salle de muscu Meetmemz
Le tunnel Ludo06
Lundi de repos Stephdub
Cartel mexicain Meetmemz
Mon frère, mon cousin et moi Justin
Première avec un mec Sympa
Bleu topaze Coolsexe
Teddy, le rugbyman Le French Chazer
Aventure Panne de voiture Boydu69
Je suis redevenu une pute Loyxxx
Randonnée gourmande (Réédition) Giovanni
Le surveillant de baignade Kawaikat
Découverte du cruising TragoLefa
Un après midi au sauna Bimaispastrop
Il me transforme en femelle RyanSoumis
Préparation d'une pute à rebeus Man4lope
Six hétéros Meetmemz
Plan à 3 EricDeFrance
Trio magique ! Weell59
Torse nu dans la backroom Gill
1ère fois sans capote Mister
Perdu Gill
1ère rencontre RomainJm

Les séries : 132 pages

Agriculteur S20 | 15 | +1 Amical72
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 l 9 | 10
1112 | 1314 | 15
Excitantes retrouvailles | 7 | +1 Max
1 | 2 | 3 | 4 5 | 6 | 7
Un Cul jouissif | 22 | +1 Cul jouissif
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
16 | 17 | 18 | 19 | 20
21 | 22
Mon biscuit rose de Reims | 3 | +3 Coolsexe
1 | 2 | 3
Avec un homme bi | 2 | +1 Mattiheu
1 | 2
Ville Spatiale | 18 | +1 Fabiodimelano
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
16 | 17 | 18
Destins croisés | 16 | +1 Sylvainerotic
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
16 Fin
Le Monstre de Pondichery | 14 | +1 Fabrice
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 1213 | 14
Confinement en famille | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2
Pacha rebeu | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2
Entre potes | 15 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
Mon beau-frère | 16 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
16

ET CE N'EST PAS TOUT !
Il y a 57 pages en + ici

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2023 | 2022 | 2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Sextoy
Sexshop

Chercher sur le site

ATTENTION

HISTOIRE AVEC DES MINEURS, ADO, ENFANT(-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence, à l'absence de consentement ... à la cruauté. Sous peine de devoir fermer ce site !

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.


Mars 2024 : 3 601 584 pages lues.

Ce site utilise des cookies uniquement pour faciliter la navigation. Aucune données personnelles ne sont collectées ni conservées pour du partage, ou a des fins marketing. ©2000 Cyrillo.biz. Hébergeur : Planethoster Canada

À jour : lundi 16 janvier 2023 à 09:10 .

Retourner en haut