PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Jordan, Wolfgang, Gaël et moi

Joyeux Noël !

25 décembre à peine 10h du matin.
Je suis le premier levé.

Dans la cuisine qui ressemble à un champ de bataille, j'attends que l'interminable boucan de la Nespresso s'arrête. Le bruit résonne dans ma tête comme dans un immense tonneau. J'ai un peu trop bu hier soir mais bon, c'était la fête, c'était noël. J'avais bien le droit. Le café enfin prêt, je m'assois face à la grande table sur laquelle se sont accumulés les assiettes, les verres, les plats dont on a pris soin de mettre les restes au frais, des bouteilles plus ou moins vides, enfin… plutôt « plus vides » que moins évidemment.
D'avantage vautré qu'assis, je hume le café dont l'odeur me fait un bien fou.
La soirée s'est bien super bien passée. Nous étions quatre couples de garçons, pas de parents ou de famille. Nous avons ce point commun : nos parents nous ont dès qu'ils ont appris que nous préférions les queues aux clitoris.
Je contemple le slip blanc Versace qui est le seul vêtement que je porte.
Le tissu est doux, la ceinture noire aux décors dorés, magnifique. Je ne peux m'empêcher de faire glisser mon doigt sur ma queue qui finit par s'éveiller. Tendu, le tissu permet de discerner le moindre détail depuis mes couilles jusqu'à mon gland. Je me caresse un peu plus fort encore et finis par sentir cette sensation si particulière d'une goutte de mouille s'écoulant dans le creux de l'aine.
Je suis en rut.
Mon copain s'est endormi dans un fauteuil bien avant que je ne monte dans la chambre. Comme je n'ai pas eu le cœur de le réveiller.
— Je vois que mon cadeau te plaît, dit tout à coup Wolfgang qui est apparu dans l'embrasure de la porte.
Surpris, je le dévisage et retire ma main de ma bite comme un enfant pris en faute. Le beau barbu sourit et s'approche de moi ne portant lui aussi que très peu de vêtements : juste un jock-strap rouge. Il s'approche de moi et s'installe à califourchon sur mes cuisses. Après avoir bu une gorgée de ma tasse de café, il me roule une pelle puis me chuchote : « joyeux Noël mon chéri ». J'hésite un instant sur ce que je dois répondre et puis finalement je murmure la même chose tout en lui caressant le flanc.
— J'espère que tu as bien dormi, me dit-il. J'étais tellement crevé que je me suis endormi sur le canapé. J'espère que tu as profité du lit toi.
— Oui, oui… Je n'ai pas eu le courage de te réveiller, dis-je un peu hésitant. Ça va ? Pas trop de courbatures ?
— Tu rigoles ? Il est super confortable, avec un plaid, j'ai dormi comme un bébé, répond-il avant de m'embrasser à nouveau tout en glissant sa main sur ma queue qui est toujours aussi raide.
Il me regarde avec un sourire et commence à me branler doucement. Je me laisse faire. Après quelques instants, il s'empare de main droite et vient sucer mon majeur en me regardant droit dans les yeux, après quoi il place ma main sur ses fesses. Sans hésiter beaucoup, je commence à le caresser et peu après je glisse mon majeur sur son anus et commence à le lui masser doucement. Il soupire de plaisir. Sa main accélère sur ma queue. Mon doigt pénètre et je commence à lui travailler le cul. Ses gémissements démontrent que je fais ce qu'il faut. Après quelques instants de ce traitement, Wolfgang quitte mes cuisses pour se mettre debout. Tout en m'encourageant à continuer de m'occuper de sa chatte, il fait sortir sa queue de sous son jock et vient la mettre sous mon nez. Sa bite sent bon le mâle mais « propre ». Une perle translucide orne de sommet de son prépuce. De la pointe de ma langue, je la lèche puis enfourne sa queue tout entière. De deux doigts, je tire la peau de sa verge pour que son gland soit libre dans le secret de ma bouche. Ma langue glisse sur le membre et le gland qui tressaillent de plaisir. Dans le cul de Wolfgang, mon index et mon majeur glissent désormais sans problème.
— Oh putain t'es en forme mon chéri aujourd'hui, murmure Wolfgang juste avant de se raidir et de décharger une bonne dizaine de jets de sperme épais et goûteux. Oh la vache ! Putain… C'est bon… Y'a longtemps que tu m'avais pas vidé comme ça ! me dit-il avec sincérité.
La queue encore raide mais d'un beau rouge désormais, il se tourne et se penche sur la table cambrant son cul allant jusqu'à écarter ses fesses révélant sa rondelle rose, luisante et souple.
— Défonce moi bébé, j'ai envie de ta queue. Baise-moi s'il te plaît. Ramone-moi à fond. J'ai trop envie que tu me démontes la chatte… Mmmmm… Vas-y… Dépêche-toi… Féconde-moi !
Je tente de ne pas trop montrer ma surprise et me penche en avant pour déguster la rondelle qui m'est si gentiment offerte. Ma langue glisse sur les plis et le trou délicat. Alternant le plat et la pointe, j'offre à Wolfgang un bouffage de cul en règle qu'il apprécie grandement. Après quelques minutes je jette un œil au tissu blanc du Versace qui est désormais trempé de mouille. Je dépose de la salive en quantité sur la rondelle bien préparée, sort ma queue et présente mon gland sur sa rosette. J'hésite une seconde et puis, avec un haussement d'épaules, j'enfonce ma queue dans le cul offert. J'y vais franco, en une seule poussée toute ma bite est au chaud dans le ventre de Wolfgang. Il gémit, se mord les lèvres mais encaisse comme un grand garçon. Je commence à le ramoner puis je vais chercher ses lèvres. Nous échangeons un baiser au délicieux gout de sperme.
C'est alors que Jordan se fige dans l'entrée de la cuisine. Son regard passe de Wolfgang à moi et il sourit, à la fois amusé et gêné. Mon cœur s'est arrêté de battre. Mais lorsque je le vois plonger sa main dans le boxer noir déjà tendu par sa queue et commencer à branler sa bite, je me détends et continue à baiser Wolfgang sous ses yeux. Cela ajoute à mon excitation. Je ne sais pas trop s'il a compris, mais pour l'instant je m'en fous, je continue à enculer Wolfgang sous le regard excité de Jordan.
Lorsque Gaël pénètre dans la pièce quelques minutes après, Jordan a un instant de panique, sort sa main et tente de cacher son érection.
— Coucou mon chéri, dit alors Jordan à Gaël en l'embrassant sur la bouche.
Gaël se laisse faire, avec un peu de raideur toutefois et me regarde droit dans les yeux. Je souris et le défies du regard. Il serre furtivement la mâchoire puis semble prendre une décision. Il enlace alors Jordan et lui roule une pelle sans cesser de me regarder. Sa main vient caresser la queue prisonnière du boxer.
— J'ai envie d'une pipe, dit alors Jordan d'une voix que je connais bien.
Gaël se met alors à genoux et sans hésiter sort la queue tendue pour la prendre en bouche. Tandis que je ralentis sur la défonce de Wolfgang, Gaël ferme les yeux pour déguster la queue épaisse et rendue rouge par le désir. Jordan gémit et s'adosse au mur comme si les forces lui manquaient pour se tenir debout. De toute évidence, mon frère fait preuve de toute sa science en matière de fellation. Et je sais très bien de quoi il est capable. Me doutant de la suite des évènements, je marque un temps de pause pendant lequel je retourne Wolfgang sur la table, place ses jambes sur mes épaules et l'embrasse longuement. Lorsque j'entends que Jordan se vide bruyamment comme à son habitude, je me redresse pour regarder Gaël qui a désormais un petit sourire aux lèvres.
Et pas mal de sperme.
Jordan, rouge de plaisir, respire bruyamment. Gaël s'essuie du revers de la main, l'enlace et vient le placer à l'autre bout de la table. Dans un slip Aussiebum bleu, la queue de mon frère est dressée et son gland déborde de la ceinture. Une trace de precum vient assombrir le tissu. Sans grande précaution, il pousse Jordan contre la table, libère son engin, le lubrifie d'un peu de salive et vient placer son gland sur la chatte du garçon qui, la queue dégoulinant encore de jus, peine à reprendre sa respiration. Jordan crie faiblement tandis que Gaël commence à le défoncer. Je reprends alors les va-et-vient de ma queue dans les entrailles soyeuses de Wolfgang. Gaël et moi nous ne nous quittons plus du regard désormais. Nous finissons par enculer nos partenaires en rythme. Les deux mecs se font baiser avec la même intensité, les mêmes variations de puissance, de douceur, de vitesse et de ralenti. Je sens que suis sur le point de me vider et je cherche dans le regard de Gaël un indice pour savoir où il en est. Lorsque ses joues se teintent de rouge, il hoche brièvement la tête. Je me laisse alors jouir dans le cul de Wolfgang. Quelques secondes plus tard, Gaël pousse un râle grave et propulse son jus dans les intestins de Jordan.
Je sors ma queue luisante de sperme du cul de Wolfgang et Gaël fait de même.
Sans avoir le temps de dire quoi que ce soit, Wolfgang se jette sur ma bite et la nettoie avec application.
Gaël serre les dents.
— Tu devrais faire un tour à la salle de bain, dis-je doucement à Wolfgang.
Il acquiesce et, après avoir remis la ceinture de son jock-strap comme il faut, prend l'escalier pour rejoindre la salle de bain. Jordan l'imite, des gouttes de sperme sur le haut de sa cuisse, après que Gaël lui ait conseillé de faire de même.
Lorsque je me retrouve seul avec mon frère, il vient vers moi et me dit :
— Rends-moi mon slip. On ne va pas faire durer la plaisanterie toute la journée.
Il a l'air contrarié mais il ne parvient pas à effacer un demi-sourire de son visage.
— OK, pas de souci, dis-je en ôtant le slip blanc et en récupérant mon slip bleu. En tout cas il est vraiment agréable à porter, dis-je avec un sourire.
— Ouais, mais c'est mon cadeau de Noël… T'aurais pu me demander.
— Peut-être oui, mais bon, si je ne l'avais pas porté tout à l'heure, je n'aurais jamais pu me taper le petit trou de ton Wolfgang… C'est une sacrée chaudasse en fait.
— Ouais… Et c'est vrai que je n'aurais jamais fourré ton Jordan au jus.
— Faut bien que ça serve à quelque chose d'être jumeaux non ?
— T'es quand même gonflé. Et s'il s'en était aperçu ?
— Ben on ne saura jamais, répondis-je avec un clin d'œil.
Oui, c'est vrai que je ne l'ai pas encore dit, mais Gaël et moi sommes jumeaux. Jordan est mon copain, Wolfgang est le sien. De toute évidence, on se ressemble tellement que même en les baisant, nos petits-copains ne font pas de différence.
Si je portais ce matin le slip de mon frère, c'est simplement qu'en voyant nos conjoints respectifs endormis la veille au soir, nous sommes allés nous coucher ensemble, dans le même lit.
Et nous avons baisé pendant deux bonnes heures.
Nous sommes versatiles lui et moi, mais Jordan et Wolfgang sont passifs uniquement. Du coup, nous nous sommes mutuellement apportés ce complément sexuel qui nous manque dans notre quotidien. J'ai défoncé Gaël deux fois de suite et lui m'a rempli de son sperme trois fois. Nous avons fini avec un long soixante-neuf qui n'a que peu rempli nos bouches tant nos couilles étaient bien vidées.
En fait, nous baisons ensemble depuis que nous avons douze ans et que nous avons éprouvés nos premières envies de cul. Il ne nous a pas fallu longtemps pour comprendre que les mecs avaient notre préférence. Toute honte bue et tout scrupule oubliés, nous nous sommes mis à baiser ensemble très souvent. À cet âge-là, nous n'avions pas d'autres partenaires sous la main. Plus tard, nous avons vite constaté que nous nous comprenions physiquement bien mieux que la plupart des mecs, alors, nous avons toujours continué à baiser ensemble.
Je suis le seul à pouvoir le faire jouir simplement en lui léchant l'anus et lui est le seul à savoir me faire éjaculer en me massant la prostate avec son gland.
En dépit de la situation, je ne peux résister longtemps à la vue de mon frère en slip. Je m'agenouille et avale sa queue sans tenir compte de ses protestations et de ses mises en garde. Je sais que son jus est délicieux. Sa queue garde la saveur de Jordan, c'est le pied. En quelques instants, son engin se raidit à nouveau dans ma bouche. Lorsque j'entends des pas dans l'escalier, j'arrête et bondis sur mes pieds tandis que Gaël remballe sa bite en catastrophe.
— Wow, c'est un sacré début de journée, fait Jordan tout sourire.
— C'est clair, ajoute Wolfgang dont la tête émerge par-dessus l'épaule de mon copain.
— Dommage que vous soyez frères, on aurait pu se faire un plan à quatre lance Jordan en me regardant d'un air amusé.
Il s'approche alors de moi et caresse ma queue qui est redevenue raide elle aussi tandis que je suçais Gaël. Il m'enlace et commence à me malaxer ostensiblement le paquet face à Gaël et Wolfgang qui nous regardent. Je vois nettement la bite de Wolfgang qui prend encore du volume dans son jock-strap. Je tente de réfléchir à un moyen de nous amuser à quatre lorsque Gaël prend la parole.
— Vous n'avez qu'à nous faire un petit 69 tous les deux, dit-il à Jordan et Wolfgang, et pendant ce temps, on s'occupera de vos culs…
— Ça me tente bien, dis-je à l'intention de Jordan qui n'a pas cessé de me branler la queue.
— OK, font à leur tour Jordan et Wolfgang.
— On va pas pouvoir s'asseoir pendant trois jours, mais ça vaut le coup d'essayer, complète Wolfgang.
C'est lui le plus rapide, il s'installe sur le dos, dans la salle à manger où l'épaisse moquette est super confortable. Aussitôt rejoint par Jordan, les deux jeunes mecs (ils ont cinq ans de moins que nous) commencent à se frotter le visage sur la bosse de l'autre. Après quelques coups de langues, ils commencent à gémir, la bite de l'un remplissant la gorge de l'autre. Du regard je consulte Gaël qui comprend que je suis sur le point de leur proposer une véritable partouze, mais il m'arrête d'un regard. Je ne sais pas pourquoi il ne veut pas leur dire, surtout après la nuit que nous avons passée, mais je respecte son choix.
Je m'agenouille derrière Jordan et commence à lui lécher le trou. J'y retrouve la saveur si particulière du sperme de Gaël. Je vois du coin de l'œil que mon frère fait la même découverte. Nous ne pouvons nous empêcher de sourire avec complicité.
Comme les deux trous sont déjà bien dilatés après la petite séance de tout à l'heure, je plonge ma queue dans la chatte de Jordan encore toute lubrifiée du sperme de mon frère. Savoir le jus de Gaël sur ma queue qui est elle-même dans le cul de mon copain, ça m'excite au plus haut point. Malgré la nuit agitée avec mon frère et la vidange de tout à l'heure, je me sens prêt à démonter Jordan pendant des heures. Gaël est exactement dans le même état d'excitation, je le vois à son regard et sa façon de respirer.
Jordan à la tête contre le ventre de Gaël. Lorsque je sens la langue de Wolfgang venir me lécher les couilles, je pousse un petit cri de surprise. Décidément, il est bien plus chaud que n'a bien voulu me le dire mon jumeau jusqu'à présent. Pendant cinq ou six coup de bites, sa langue glisse sur mes boules et même sur ma queue. Au coup suivant, je la sors en entier pour l'enfiler dans la bouche gourmande qui ne demande que ça de toute évidence. J'ai de la chance d'être de ce côté-là : Gaël ne pourra pas se faire lécher les boules par Jordan puisqu'il a le crâne calé contre son ventre. Pourtant, j'imagine que c'est la sensation de ne plus avoir la queue bien au chaud dans la bouche de Wolfgang qui lui donne l'idée : Jordan repousse de la main le bassin de Gaël et lui avale la queue.
Quel petit bâtard celui-là quand même.
D'habitude il me fait tout un cirque quand je lui demande de me lécher la queue après que je l'ai enculé et là, il bouffe le zob tout chaud de Gaël qui sort du trou de Wolfgang.
Quel enfoiré quand même.
Mais je ne peux m'empêcher de sourire, j'ai toujours su que c'était une petite salope en puissance et là, il le démontre dans les règles de l'art.
Après quelques instants passés dans la gorge de Wolfgang, je remets ma bite dans le cul de Jordan. Et la queue de Jordan retourne dans la gorge de Wolfgang.
Je regarde Gaël dans les yeux. De son côté Jordan s'envoie toujours la bite de Gaël mais celle de Wolfgang vient de la rejoindre. Il a été obligé de tourner un peu la tête et je vois ses joues déformées par les deux queues qui glissent l'une sur l'autre dans la bouche de mon petit bâtard de copain qui semble avoir décidé de se lâcher pour une fois.
Dans ma position, c'est un truc que je ne peux pas faire.
En revanche, Wolfgang semble particulièrement enthousiasmé car il écarte mes fesses pour aller y loger sa langue. Là, je me bloque bien à fond dans le trou de mon copain pendant qu'il commence à me titiller la rondelle comme il faut. J'ai beau avoir le gland à vingt centimètres dans l'intestin de mon mec, je sens que je mouille.
Putain qu'il est doué le petit salopard.
Même Gaël ne m'a jamais fait cet effet-là.
Ce n'est peut-être que l'ambiance générale ou le fait d'avoir sauté Wolfgang juste avant, mais la vache, je me sens prêt à larguer des litres de jus. D'ailleurs, je me demande bien dans quel trou je vais me vider.
Un râle de Gaël m'annonce qu'il a choisi : sa queue toujours dans la bouche de Jordan, il se plie en deux et je vois un épais filet de sperme dégouliner des lèvres de ma chienne de copain. La queue de Wolfgang s'agite toujours. C'est alors que Jordan gémit sans pouvoir crier (il a la bouche pleine) et je sens ses contractions habituelles qui accompagne ses jouissances. Il vient de juter dans la gorge de Wolfgang. Hasard ou pas, Wolfgang choisit cet instant pour exploser dans la gueule de Jordan. Je vois des jets de spermes qui s'échappent par la commissure des lèvres distendues par les deux queues. C'est une catastrophe pour la moquette. Et moi, je n'en peux plus... je me retire du cul de Jordan et me branle jusqu'à juter, moitié sur le trou encore entrouvert, moitié sur la gueule de Wolfgang.
Bien vidé, je tends mon gland à la bouche qui s'ouvre en grand et vient lécher le sperme qui sort encore de ma queue. Je vois que Wolfgang n'a pas avalé tout le foutre de Jordan. Il adore ça de toute évidence.
La queue bien nette, je me recule un peu pour reprendre mon souffle. C'est alors que Wolfgang se redresse et vient lécher tout le jus qui se trouve entre les fesses de Jordan qui frémit de plaisir. En rien de temps, il n'y a plus une trace de mon sperme.
Péniblement, je me redresse et remets mon slip. Les trois autres font de même.
— C'était trop bon, dit Jordan.
— C'est clair, renchérit Wolfgang.
— Content que ça vous ait plu, ajouté-je.
— On se fera ça plus souvent alors, ajoute Gaël.
Tout le monde acquiesce. Jordan remonte à la salle de bain suivi de Wolfgang.
— Je me demande s'il ne va pas lui nettoyer la queue, dis-je en parlant de Wolfgang à Gaël.
— Possible, il adore ça.
— Il est bien plus chaud que je ce que tu me disais.
— Ouais, mais j'avais pas trop envie de le partager.
— Je vois… Et maintenant qu'il est bientôt périmé, tu veux bien le prêter, c'est ça ?
— Ouais, c'est vrai qu'il n'en a plus que pour un mois mais en même temps, je te rappelle que c'est toi qui l'a baisé sans me demander mon avis, rétorque-t-il.
— Bah, je regrette pas, sinon j'aurais jamais découvert le côté salope de Jordan.
— Il a une grande bouche et un bon petit cul c'est vrai.
— Je m'en lasse pas. Je crois même que je le regretterai.
— On s'en fout, les remplaçants sont déjà là.
— Mmmm… Je sais pas… J'hésite encore. Entre Zach et Pablo, ce sont quand même deux bons coups.
— Ah ouais ? Moi j'ai choisi : ce sera Fred. Il est fan de SM, je vais m'éclater. Enfin, je vais plutôt l'éclater lui !
— Mouais… J'ai déjà donné avec Axel et ça s'est pas super bien fini. J'ai envie d'un chaud du cul que je puisse démonter matin et soir. En ce moment, j'ai la gaule tout le temps.
— Je sais… J'ai vu ça cette nuit.
Alors que le bruit de la douche commence à nous parvenir, nous nous roulons une pelle lui et moi. Nous nous enlaçons, le menton sur l'épaule de l'autre.
— Alors on continue ? Un mec pour un an et on change ?
— Oui. Comme ça on est sûr d'être toujours ensemble et de ne jamais trop s'accrocher.
— Tu as raison. Il n'y en a pas un seul qui vaille la peine que je renonce à toi.
— Merci… Je pense pareil.
— Ils trouveront facilement un autre gars.
— Tu sais quoi, fait Gaël en tendant l'oreille vers l'escalier, je crois bien qu'ils ont déjà trouvé.
Et en effet, je reconnais les gémissements de Jordan. Un bruit sourd et régulier me donne l'information qui me manque : Wolfgang est en train d'enculer Jordan dans la cabine de douche.
Je regarde Gaël et éclate de rire.
— Si ça se trouve, ils vont nous larguer pour se mettre ensemble, me dit Gaël. T'y crois toi ? Il m'a toujours dit qu'il n'était que passif, ajoute-t-il d'un air un peu déçu.
— C'est la journée des surprises. Et bien ce sera beaucoup plus simple, répondis-je en lui tapant dans la main.

Et effectivement, Jordan et Wolfgang après quelques jours d'hésitations nous ont parlé et expliqué leur désir de se mettre ensemble.
Après avoir joué la déception et la tristesse, nous les avons laissé faire.
Timing parfait : nos nouveaux copains annuels se sont officiellement rencontré quelques jours plus tard : Zach et Fred.
Le décompte a déjà commencé pour eux.

[Merci pour vos mails qui me font toujours plaisir. Je réponds avec plaisir lorsqu'ils sont courtois. N'hésitez pas à me faire part de vos remarques.]

Yopi

yop_ex@outlook.fr

Autres histoires de l'auteur : Sen et Kaze - Rapt - Un hasard - Tennis ? Plus Jamais ! - Tournoi en chambre - Pipe en jean… - Ma deuxième année de Fac - Au boulot - Le pinceau du peintre - Soirée étape - Ma première histoire - Et in inferno ego - Le dépôt - Mon petit beur - Première année de Fac

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

21 mai 2019

Nouvelles (15)

Découverte Femelle
Une bonne salope sur un parking Chubbyslut
Complainte du garçon... Jako
Mon coloc me trouble -01 Svven
Mon coloc me trouble -02 Svven
Mon coloc me trouble -03 Svven
Mon coloc me trouble -04 Svven
Dépucelage à la plage Femelle
Découverte de nouveaux plaisirs Paupours
Louvain-La-Neuve sur un parking Nico
Sauna, mon premier dominant Femelle
Mes rêves J.S.
Domination à la forge Theo49
L’ange pervers Frank
L’ange pervers -02 Frank

La suite (8)

L'éveil du Renart -07 Renart
L'éveil du Renart -Fin Renart
Valentin et Simon -02 Aeshenn
Kader -16 Cédric T
Colocation -09 Emerick
Colocation -10 Emerick
Stage BTS à la ferme -13 Stéphane
Les potes de mon grand-frère 4/2 Marc 67

Mai 2019

Nouvelles

Sauna Sun city Julien
Ma première chez les hommes 13008
Une sacrée initiation Lucif
Mon prof, mon pote et moi ? Étalon
Un bon prêt en liquide Pititgayy
Le copain de ma fille Jeanmarc
Soumis en cam Lope75
Jeux de rôle musclés Stéphane
Les potes de mon grand-frère 3-1 Marc 67
Travesti éduquée par son maître Julia2
Mise à dispo  Lopeajus39
Sissy Bumi88
Tournante de rêve Jerem72
Le clandestin Jako
Les skets de mon pote d’internat Kifflesket
Ma (Dé) Formation Matiti Yah
Un plan psychologique Alcide
Révélation nocturne Pierredelavega
Enfin ! T&R
Au mariage de mon neveu Eliot
La chienne exhib Pol
Bar bien chaud Caramel
Réalité fantasmée Fred
Un taxi ? Houne66
Rendez-vous chez le médecin Paul75
Randonnée initiatique Ron
Comment j’ai sucé mon cousin Romain
Prague Astro
Vengeance Julian Lerkin

La suite

Un amour de soumis -06 Elfe
Au Sauna de Sochaux -02 Chatenois25
Un examen oral -03 Gogo
Les skets ... -02 Kifflesket
Soumission & Domination -527 Jardinier
Soumission & Domination -528 Jardinier
Soumission & Domination -529 Jardinier
Soumission & Domination -530 Jardinier
Frenchies -12 Pititgayy
Le patient rebeu -02 Dirtybator
Stage BTS à la ferme -12 Stéphane
Ma (Dé) Formation -02 Matiti Yah
Ma (Dé) Formation -03 Matiti Yah
L'éveil du Renart -04 Renart
L'éveil du Renart -05 Renart
L'éveil du Renart -06 Renart
Kader -15 Cédric T
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)