NEWS :
13 Juin

Grosse queue
"Plan à 3"
"handgag"

103 pages en accès
avant-première.
C’est quoi cet accès ?

Valable tout 2024.
Simple,
CB ou Paypal,
Discret

Shop Gay

Cyrillo20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Sextoy
Sexshop

Signaler ici si l'histoire ne respecte pas les mineurs, ado, enfants (-18ans) ou toute autre infraction. Merci !

Premier épisodeÉpisode précédent

Agriculteur | S17 Reprendre pied

12 | Sans aucun regret – Le récit de Lecourt.

Jérôme s'est écroulé de jouissance et il a roulé sur la botte de fourrage à mes côtés. Je l'ai entouré de mes bras et il s'est effondré comme si toutes ses tensions accumulées cédaient d'un coup. Alors, le temps de cette courte absence, je le berce, bécotant ce bel adulte trentenaire un peu partout au hasard, comme on le fait à un enfant éreinté par trop de joie.

D'ailleurs, à peine ouvre-t-il les yeux que son sourire s'épanouit, un sourire de plénitude satisfaite et si je lui demande "ça va ?", c'est plus pour obtenir une confirmation que dissiper une inquiétude tant sa réponse parait aller de soi. Suite à son franc signe de tête, je me surprends moi-même en lui glissant un de ces aveux comme mes lèvres en laissent si rarement échapper.

- « Dés que je t’ai vu, je t’ai immédiatement trouvé un de ces charmes dont les hommes ont du mal à défaire leurs pensées. Est-ce cette belle fougue vitale que tu dégages qui m’a arraché à ma réserve ? »

J’en pouffe, moquant ma propre impudeur.

- « Moi qui suis un homme si raisonnable habituellement ... »

Je détourne la tête tout en continuant à l’observer du coin de l’œil.

- « Je suppose que, maintenant, tu vas rester et attendre le retour de Julien. »

Il relève soudain vers moi un visage pétrifié et je m’empresse de le rassurer.

- « Ne sois pas inquiet, il n’y a place pour aucun malentendu entre Julien et moi. »

Sans grande difficulté, je crois deviner dans la mobilité de ses expressions successives le cheminement de ses pensées : la crainte de la découverte de ce qu’il regarde probablement comme notre trahison et du rejet qui devrait immanquablement s’en suivre, puis la revendication mesquine d’une égale liberté de marivaudage associée à la complaisance compréhensive pour nos propres faiblesses et …

Le premier des cheminements que tout un chacun emprunte quand il est pris dans un violent conflit de cohérence interne et qu’il lui faut sauver la face. Or, je crains que le raison n’aie pas grande place dans cet élan que nous avons eu ...

D’un coup, tout mon embrasement érotique pour ce garçon semble s’évaporer. Comme si, maintenant que nous avons consommé, que l’épaisseur du mystère s’est dissipée, la futilité absolue de cette incartade, sa banalité, l’ordinaire des sensations qui confine à la fadeur, sa vacuité se faisait jour, doublée d’un profond désintérêt et d’une lassitude désormais pour toute intrigue d’alcôve.

Quel démon de midi sur le retour a bien pu encore me saisir ? Je m’en amuse avec, il faut le dire, une certaine bienveillance. Comme d’une réminiscence.

Si je ferme les yeux, c’est à Julien que je reviens. Julien, mon secret, ma jouvence, ma folie, à qui je pardonne bien volontiers ses frasques et tous ses petits travers tant il illumine ma vie et c’est en pensant à lui que je cède sur mes bras jusqu’à ce que mon nez vienne au contact de celui de Jérôme. Les yeux dans les yeux dans la pénombre, je lui souris, avec une malice qui n’est pas feinte.

- « Je vous imaginerai pendant vos ébats, torrides, et je rêverai de me glisser entre vous deux … exactement au milieu. »

Et je regarde son regard vaciller sous l’avalanche des images de volupté qui déboulent dans son esprit, il en frissonne, soupire et je souris en l’imaginant à mon tour s’abandonner à l’appétit de Julien, à son imagination débordante en matière d’une luxure pourtant sans artifice. Je ne veux rien moins que troubler ce garçon par ailleurs sympathique dans sa tentative de prendre sa vie en mains non plus que contrarier ses fredaines avec Julien.

Brusquement, je pique l’extrémité de son nez d’un bisou presque paternel, me retourne, et à peine assis, bien stable, j’interroge de ma voix la plus ordinaire.

- « Où sont passées mes affaires dans tout ce charivari ? »

Nous voilà de nouveau dans le monde réel.

Pourtant, pris d’un remord dont je préfère ignorer la nature et l’origine, je reviens d’une inclinaison à son côté, mon bras s’enroule à sa taille, ma main glisse naturellement sur sa belle fesse charnue et velue, car, VRAIMENT, ce garçon a un joli pétard ! et ma bouche à son oreille reprend en confidence.

- «Sache que tout ce qui fait le bonheur de Julien me réjouit, rien de tel ne peut me porter ombrage et réciproquement ; c’est le pacte entre nous. »

Et je reste quelques secondes sans bouger, comme asphyxié ; est-ce par la générosité, la grandeur définitive de ma déclaration qui m’a semblée nécessaire mais dont le vague ridicule le dispute à la grandiloquence ? Comme tous les principes.

Or voilà que sa main fait déraper la mienne et la presse de telle sorte que mon doigt glisse en lui, qu’à nouveau, une phalange épouse son sphincter resté souple et plein d’appétit, pour le combler. Comme une évidence.

Je reste là, sans plus bouger, mon souffle dans son cou avec ses odeurs qui me reviennent en effluves, son cul qui m’aspire en se refermant souplement sur mon doigt comme un sortilège qui me gagne.

J’inspire profondément et alors le sort s’évanouit. Je me vois redevenir étranger à la scène et me penche sur lui, pique sa joue d’un dernier bisou rapide, affectueux, puis je me dérobe en souriant intérieurement.

Désormais, j’abandonne cette part de déraison à leur jeunesse.

Je crois que j’ai bien vécu. Maintenant que l’âge frappe à ma porte, je n’ai aucun regret mais je me vois détaché, comme plus libre et pourtant porté, soulevé même, par tellement de souvenirs, ceux des beaux moments où j’ai été heureux ainsi. Ils me portent, oui, et illuminent ma vie de belles couleurs d’automne.

Je suis apaisé, serein.

Amical72

amical072@gmail.com

* « Les prénoms, les regards, les mains effleurées, les baisers que l’on a osés, les éclats de diamant dans les yeux mouillés, les serments que l’on murmurait, on dirait que le temps efface une à une les traces de ces petits riens, et puis le temps passe, ça refait surface, ça reprend sa place et puis, ça nous étreint ... » Romain Didier chante « on dirait qu’ça passe »

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur :

Toni : S1S2S3S4S5
S6S7S8S9S10
S11 | S12

Agriculteur : S1 | S2S3S4S5
S6S7S8 | S9 | S10
S11 | S12 | S13 | S14 | S15
S16S17S18S19 | S20

TEXTE IMPLIQUANT DES MINEURS,
UN ENFANT OU ADO (-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence et à la cruauté. Sous peine de fermer ce site !

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

💦 2 Juin | 117 pages

Les nouvelles | 8 Pages

Balèze Gill
Mon cousin, mon mec Ascavtrln
Petit bourgeois Coolsexe
Pissotières de l'autoroute Fabrice
Poupée Gonflable Fabrice
Viens recevoir ta punition Fabrice
Canon mais timide Meetmemz
Guet-apens Meetmemz

Les séries : 102 pages

La horde sauvage | 8 | +2 Fabrice
Saison 1 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
Les contes fantastiques | 2 | +2 Archangeru77
1 | 2
Bilal | 3 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3
Le quaterback | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2
Entre frères rebeus | 8 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 78
Les jumeaux et leur père | 16 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 34 | 5
6 | 7 | 8910
11 | 12 | 1314 | 15
16
L’ensemenceur | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2

ET CE N'EST PAS TOUT !
Il y a 103 pages en + ici

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2023 | 2022 | 2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Sextoy
Sexshop

Chercher sur le site

ATTENTION

HISTOIRE AVEC DES MINEURS, ADO, ENFANT(-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence, à l'absence de consentement ... à la cruauté. Sous peine de devoir fermer ce site !

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.


Mai 2024 : 3 858 045 pages lues.

Ce site utilise des cookies uniquement pour faciliter la navigation. Aucune données personnelles ne sont collectées ni conservées pour du partage, ou a des fins marketing. ©2000 Cyrillo.biz. Hébergeur : Planethoster Canada

À jour : mardi 11 juillet 2023 à 15:48 .

Retourner en haut