NEWS :
16 Avril

Grosse queue
"Plan à 3"
"handgag"

195 pages en accès
avant-première.
C’est quoi cet accès ?

Valable tout 2024.
Simple,
CB ou Paypal,
Discret

Shop Gay

Cyrillo20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Sextoy
Sexshop

Signaler ici si l'histoire ne respecte pas les mineurs, ado, enfants (-18ans) ou toute autre infraction. Merci !

Agriculteur | S14 Jérôme

1 | En garder sous le pied

Le récit de Julien

Quelques jours après que Mehdi se soit évanoui de ma vie en me laissant ce seul message laconique "Je préfère qu'on ne se voit plus. Désolé." écrit au dos d'une enveloppe, je suis retourné au sauna. Assis sur un tabouret au bar, j'assiste à une présentation de puppy play dont l'indigence m'accable quand soudain, Jérôme me tape sur l'épaule. Aussitôt me revient le souvenir de notre rencontre.

La réminiscence de ces images, de ces sensations retrouvées a-t-elle provoqué un émoi naturel visible ? Est-ce que Jérôme le guettait ? L'aura-t-il remarqué ? Soudain, il glisse sa main sur ma cuisse, la remonte furtivement sous ma serviette pour venir caresser ma bite en plein réveil du bout de ses doigts.

Puis il m'invite d'un coup de menton.

" Laisse jouer les gentils toutous qui rapportent la baballe à leur maitre ... Viens! "

Et aussitôt, je glisse de mon tabouret pour lui emboiter le pas.

Marchant derrière lui dans le couloir, le jeu de ses muscles qui se dessinent sous l'effet du roulement d'épaules accompagnant sa démarche décidée me replonge dans la période de son "apprentissage". Car s'il faisait l'amour avec Béné, la mère de ses enfants, avec les mecs de rencontre, c'était une toute autre farine : il n'était qu'un cul avide de se faire défoncer.

Rien de plus.

Avait-il jamais embrassé un mec avant moi ?

Nous nous sommes beaucoup vus, cet été-là. Pour moi, les moissons terminées, les animaux parqués dans les pâtures, c'est un des moments de l'année où je suis le plus disponible.

Et pour lui ?

Après son travail d'éducateur, il vient souvent me retrouver aux Chênaies. Lui à VTT et moi à cheval, nous parcourons les alentours à tombeau ouvert, puis nous nous retrouvons au méandre des moines pour nous baigner ... comme deux hommes en pleine possession de leurs moyens peuvent faire de l'exercice ... sans oublier de se tirer la bourre.

Mais avec fair play ! Dans une saine émulation qui nous invite à nous mesurer au seul adversaire qui vaille : nous-mêmes. C'est là qu'est le véritable défi. Nous nous encourageons mutuellement à dépasser nos propres limites, heureux de ces efforts qui nous font nous sentir entiers et vivants, le coeur battant, les muscles gorgés de sang.

La pratique sportive encadrée dans un club nous familiarise avec notre propre corps. On se l'approprie en apprenant à l'écouter avec ses capacités, ses difficultés, ses limites, ses douleurs aussi, se comparant à celui des autres que l'on cotoie. On écarte ainsi les légendes mortifères au profit de l'expérience et cela confère probablement une plus grande aisance corporelle, une forme de liberté même.

Sans doute Jérôme, forgé à cette discipline, a-t-il besoin de cet engagement physique pour l'aider à surmonter la situation qu'il traverse, peut-être cette réponse est-elle celle qui lui est la plus naturelle, la plus spontanée ...

Mais cette débauche d'énergie ouvre nos appétits et fait monter notre taux de testostérone, ceux qui pratiquent intensément une activité sportive comprendront l'échauffement du sang qui nous taraude alors.

Or le cul avec Jérôme, c'est la même! C'est comme disputer, sans complaisance, chaque point d'une longue partie de tennis en plein soleil, privilégiant la durée, la qualité des échanges pour nous en féliciter réciproquement, en bons camarades.

Comme de véritables sex friends!

Jérôme a une nature positive et, depuis qu'a été déchiré l'épais voile noir du déni, écarté le préalable indispensable de l'ébriété, il n'a pas tardé à m'emboiter le pas sur les sentiers d'une volupté assumée petit à petit. Désormais, il m'y précède ... voire, il m'y entraînerait pour les explorer en ma compagnie.

Après nous être longuement baignés dans la rivière, le chemin du retour aux Chênaies est vite avalé ... pas besoin de parler pour comprendre ce qui nous presse. Je panse mon généreux alezan tandis qu'il nettoie son VTT et on se dirige à grands pas vers ma maison. Les brefs regards qu'on échange en disent long. On est rompus par l'effort mais cette tension se porte dans nos reins.

Il fait claquer l'air avec sa langue contre ses dents.

- "Putain Julien, j'espère que tu en as gardé sous le pied parce que je pourrai pas me satisfaire d'une demi-molle."

Il rit, petit taureau fonceur, frontal et buté, tentant de prendre l'ascendant sur l'adversaire à l'esbrouffe ... ou simplement de l'avertir, qu'il soit sur ses gardes, mobilisé, pour répondre à sa fougue avec la même vigueur.

Qu'il s'y amuse, je suis prêt.

Sitôt je referme la porte derrière nous que, déjà, il a arraché son maillot et l'a jeté en boule. Sitôt je me retourne que sa main droite crochète ma nuque pour attirer ma bouche à la sienne quand sa gauche moule ma queue. Nos langues s'entortillent l'une contre l'autre comme des linges trempés. Elles s'empoignent et s'enroulent en puissance, affamées et conquérantes.

Mes deux mains s'écrasent dans ses reins pour les dévaler, les doigts glissant sous l'élastique du short pour libérer son cul poilu, l'ouvrir comme un fruit et jouer avec sa rondelle.

Lui fait cliqueter la boucle de ma ceinture, baisse le zip de ma culotte d'équitation pour faire jaillir le mat dressé en son honneur. Il se casse en deux et l'engloutit. Un peu de salive prestement récoltée et mon majeur ainsi lubrifié le perfore. Les épaules adossées au battant, le bassin projeté vers l'avant, c'est avec une ardeur similaire à la sienne que mon doigt réplique à sa pipe endiablée.

Ainsi, tels deux coqs orgueilleux et forcenés qui se jaugent, poussés par une fringale sauvage, nous cédons à une urgence.

Cependant, en hommes avisés, nous ne perdons jamais une certaine clairvoyance pratique ; elle nous guide et nous fait prendre, très rapidement et implicitement, les options qui nous mèneront à coup sûr à la satisfaction de nos appétits. En quelques pas, nous sommes dans la chambre. Le bras tendu, la main tatonne sur le chevet qui recèle le flacon du gel dont je le lubrifie et le préservatif dont il me capote habilement.

Mon bras droit passé sous le sien se replie sur son torse et ramène fermement son dos contre ma poitrine. Il relève le genou gauche sur le matelas, y prend appui des deux mains, bras tendus, se cambre. Ma main gauche, pouce en éperon, explore, trouve l'entrée du paradis, l'entrouvre puis guide mon épieu, le soutient tandis qu'il coulisse jusqu'à le remplir. Sa respiration s'accélère, il a remonté son second genou et, cuisses en grenouille, se redresse pour envoyer son poids sur ma queue, soucieux que rien n'échappe à sa détermination de boulimie. Il s'en assure du bout des doigts qui s'emmêlent dans ma toison pubienne, rapidement pour ne rien céder.

Et enfin, il peut s'abandonner. Il rugit en ondulant du bassin que je guide à deux mains. Il se lime le cul sur mon vit.

-" Putain mec! J'aime ça, j'aime VRAIMENT ça."

Convaincu, presqu'acharné.

Rien ne le distrait de la houle de ses reins qui l'envoie battre mon bas ventre, régulier comme une horloge, aucune autre caresse semblant à même de l'en détourner, il surmonte le moindre frisson. Farouchement, il se polit en mugissant sourdement, jusqu'à ce que sa voix, qui s'est cassée, s'étouffe dans un gargouillis de nourrisson, que son corps s'amollisse, qu'il s'écroule sur le lit, bras lâches, la croupe en point culminant.

Il est alors à moi!

Il le sait et, d'ailleurs, il s'attend à, pardon, il ESPÈRE me voir prendre les commandes. Car maintenant qu'il a, en partie, comblé le manque, obtenu ma bite en réponse à cette avide pulsion qui le précipitait dans la goinfrerie, il peut alors changer son fusil d'épaule et cèder à une autre aspiration, celle de la durée ; rester dans cette apesanteur qu'il voudrait voir s'éterniser.

Accéder à l'abandon également, où, tel un enfant confiant, il s'en remet à l'autre, à sa fantaisie, à ses attentions.

J'aime alors le regarder en face, plonger mes yeux dans les siens, dans cette eau pure, dans cette transparence. Rien ne m'excite autant que ces hommes forts qui, ayant une conscience aigüe de leur fragilité, l'assument et revendiquent de se livrer totalement aux caresses qui les feront vibrer. Les VRAIS hommes, ceux au coeur battant.

Jérôme et ses puissants biscottos, son poil frisé aux reflets dorés dans la lumière, sa barbe fournie de bucheron canadien, ses lèvres pleines qui s'entrouvent, appellent l'air, modulent un gémissement, s'éclairent d'un sourire, se figent dans une suffocation. Le baume de la gratitude complice de son regard après un sursaut plus vif, une apnée prolongée, un soupir plus profond.

J'aime le baiser en déployant toutes mes ressources : l'imagination de mon cerveau fertile en la matière, la vigueur de mes reins, tantôt voluptueux, tantôt directif et rugueux, tantôt à l'offensive pour, aussitôt après, le priver de ma queue, afin qu'il la réclame, qu'il s'offre. Le retour de la bite en majesté comme une épiphanie.

Puis j'aime le voir céder au plaisir, le sien autorisant le mien à sa suite, qui me sidère violemment presque par surprise, en un instant où je le devine rayonnant de me dévorer, Petit Poucet devenu ogre à son tour.

Quand nous retombons sur le dos, côte à côte sur le lit, dans un grand soupir, un rire profond le secoue, qui fait tressauter son abdomen, un rire contagieux, d'abord silencieux puis qui va croissant et nous réunit, dans le bonheur d'être vivants, bien portants, apaisés et fraternels.

C'est, pour moi, un très bel été ! Une cure de jouvence.

Amical72

amical072@gmail.com

*"L'avait une maison de riche, le gros Lulu / Il y amena cette biche aux yeux perdus / Elle ne raconta pas sa vie, il ne la lui demanda pas / Mais comme on fait pour une reine, il l'installa. / Pour la guérir, il l'entoura de mille soins ..." Magnifique chanson peu connue (paroles et musique de Manouchka - 1962) Juliette Gréco interprête ici " Le gros Lulu"

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur :

Toni : S1S2S3S4S5
S6S7S8S9S10
S11 | S12

Agriculteur : S1 | S2S3S4S5
S6S7S8 | S9 | S10
S11 | S12 | S13 | S14 | S15
S16S17S18S19

TEXTE IMPLIQUANT DES MINEURS,
UN ENFANT OU ADO (-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence et à la cruauté. Sous peine de fermer ce site !

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

💦 5 Avril | 51 pages

Les nouvelles | 10 Pages

Ça avance Alexgreen
Crier de plaisir P'tit Biscuit
À mon taff Passif17
1 garçon de 20 ans Grossebite
Le gendarme et mon cul Lepassif
Une belle première fois Dave069
Gros cul pour rebeus Meetmemz
L’ensemenceur Meetmemz
Week-end surprise Franck
Mon meilleur souvenir Wqt

Les séries : 41 pages

Les soirées de Mr le Comte | 9 | +2 Fabrice
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9
Bande de potes | 7 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7
Entre frères rebeus | 7 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7
Les jumeaux et leur père | 15 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 34 | 5
6 | 7 | 8910
11 | 12 | 1314 | 15

Cours de soutien | 3 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3

ET CE N'EST PAS TOUT !
Il y a 195 pages en + ici

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2023 | 2022 | 2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Sextoy
Sexshop

Chercher sur le site

ATTENTION

HISTOIRE AVEC DES MINEURS, ADO, ENFANT(-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence, à l'absence de consentement ... à la cruauté. Sous peine de devoir fermer ce site !

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.


Mars 2024 : 3 601 584 pages lues.

Ce site utilise des cookies uniquement pour faciliter la navigation. Aucune données personnelles ne sont collectées ni conservées pour du partage, ou a des fins marketing. ©2000 Cyrillo.biz. Hébergeur : Planethoster Canada

À jour : lundi 31 octobre 2022 à 14:52 .

Retourner en haut