NEWS :
18 19 Avril

Grosse queue
"Plan à 3"
"handgag"

57 pages en accès
avant-première.
C’est quoi cet accès ?

Valable tout 2024.
Simple,
CB ou Paypal,
Discret

Shop Gay

Cyrillo20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Sextoy
Sexshop

Signaler ici si l'histoire ne respecte pas les mineurs, ado, enfants (-18ans) ou toute autre infraction. Merci !

Premier épisodeÉpisode précédent

Agent 069

Chapitre 5 | Le Rio (1)

Jim Bound était en mission. Il s'apprêtait à quitter sa luxueuse chambre du Bellagio, un hôtel cinq étoiles situé en plein centre de Las Vegas.
Il avait été convié à une soirée VIP des plus insolites. Une table de poker privée, réunissant le gratin de la pègre nationale. Tous s'étaient donnés rendez-vous dans la capitale mondiale du jeu afin de se divertir un peu, comme ils aimaient à le dire. Le clou du spectacle, la cerise sur le gâteau, serait l'octroi d'un million de $ pour le vainqueur.
Autrement dit, une broutille...
Ce soir, la ville accueillerait ce que le pays comptait de plus corrompus. Jim n'était pas là pour son propre plaisir. Il avait en charge la surveillance de Don Luccio, un parrain notoire de la région qui avait fait main basse sur la prostitution et le trafic de drogue dans le Nevada.
Il se présenta à l'entrée du Rio [un Casino qui accueillait les World Séries Poker] à vingt heures précises. Il s'admira une dernière fois dans la vitre argentée du hall. Il se trouvait vraiment beau gosse dans son smoking blanc cassé avec son nœud papillon et son teint hâlé, lui conférant des airs de jeune premier. Bon, avec l'âge qui était le sien, trente-cinq ans, il pouvait encore largement rivaliser avec tous ces jeunes loups de Hollywood.
Un maître d'hôtel l'introduisit dans une sorte d'anti-chambre richement décorée. Après une fouille minutieuse, il put pénétrer dans une pièce sombre dont seule la table centrale était éclairée. Des tapis persans et de riches chaises en acajou formaient l'unique mobilier. La grande table ovale était recouverte d'un feutre vert foncé, typique des jeux de cartes.
Le croupier attendait patiemment. Déjà, quelques figures connues discutaient entre elles. L'ancien maire, condamné pour trafic d'influence, le patron des Raiders (football américain) qui n'hésitait pas à verser des pots de vin pour s'adjuger les meilleurs joueurs, le vice-sénateur du Nevada, connu pour ses orgies privées et l'ancienne star du basket NBA qui voulait se refaire une santé financière après avoir trempé dans des affaires les plus louches. Ne manquaient plus à l'appel que le magnat du pétrole texan et Don Luccio.
Les deux apparurent peu après, bras dessus, bras dessous, discutant en toute simplicité. Les hommes prirent place autour de la table. Le hasard fit que 069 se trouva à la gauche de Don Luccio. Cela ne le dérangeait pas, bien au contraire. Il pourrait ainsi l'avoir plus facilement à l'œil.
Les six maffiosi n'accordèrent que peu d'importance à Jim. Il était sensé représenter un puissant trafiquant d'armes basé sur la côte Est. En fait, sa présence ici, n'était due qu'à un simple concours de circonstances.
Avant que ne débute la première partie, le propriétaire des Raiders demanda des nouvelles de son patron.
- Comment va ce bon vieux Malthius?
Bound frissonna à l'évocation de ce nom. Il n'était pas fier de représenter son pire ennemi à cette table de jeu. Défendre les intérêts de l'homme le plus véreux des États-Unis, voilà ce à quoi on l'avait réduit.
Il s'était trouvé dans l'obligation d'accepter ce contrat après s'être fait griller, un soir de mai dans ce sordide port de Boston. Il avait agi avec désinvolture, préférant céder à ses pulsions sexuelles plutôt que mener à bien la mission qui lui était confiée.
Résultat: s'il pouvait se targuer d'être encore en vie c'était grâce à l'accord passé avec cette ordure de Maltius. Bien entendu, ni le Dôme, ni le Commandant Jewel n'étaient au courant.
Il avait juste évoqué une envie d'ailleurs, histoire de couper les ponts. La capitale mondiale du jeu serait l'endroit idéal pour se changer les idées. Cependant, Jim n'avait pu passer sous silence sa session nocturne au Rio et les personnes qu'il rencontrerait. Le Commandant, surpris au début, avait fini par hausser les épaules, demandant à son agent secret de garder un œil sur Don Luccio.
Au cas où...
- Alors, cher ami, comment va notre pistolero de la côte Est?
Jim fit un effort sur lui-même avant de répondre.
- Bien. Il vous renouvelle son amitié et s'excuse encore de ne pouvoir être présent ce soir parmi vous. Je vais m'efforcer au mieux de défendre ses intérêts.
- Surtout qu'il y a un million à la clé pour le vainqueur.
Bound ferma les yeux. C'était-là tout le problème. Son maître-chanteur lui avait intimé l'ordre de gagner le tournois et ramener cette coquette somme à New-York. S'il réussissait, ils seraient quittes. Sinon...
- Et comment l'avez-vous connu? Questionna le vice-sénateur.
Jim sentit le rouge lui monter au visage. Mon dieu, s'ils savaient...

***

[Retour en arrière.]
...Tout avait débuté voilà dix ans avec son arrestation, puis l'épisode du tunnel. Mais cette rencontre avec Malthius dans cet entrepôt de Boston (voir dernier chapitre) resterait gravée à jamais dans sa mémoire.
On l'avait sorti de force du conteneur, il avait été traîné sur plusieurs mètres. Deux coups de feu lui apprirent que le gardien venait de passer dans l'autre monde. Il n'en menait pas large.
Il s'imaginait déjà finir comme ce pauvre bougre.
« N'ayez crainte, Mister Bound, votre vie a plus de valeur que la sienne. »
Lui saisissant les cheveux pour le forcer à le regarder droit dans les yeux.
« Mais vous avez besoin d'une bonne leçon. »
Le mafioso s'était retiré, le laissant seul avec ses hommes de main. Il avait son pantalon sur les chevilles, n'ayant pas eu le temps de le remonter. Les trois malfrats se regardèrent et d'un commun accord ouvrirent leur jeans. Des queues plus ou moins bandées se dressèrent devant Bound.
L'un deux s'avança. Il avait juste zippé sa braguette et seul son service trois-pièces dépassait de l'ouverture.
« Allez, lèche-moi les boules, pour commencer. »
069 avait tenté de refuser mais une arme pointée sur lui l'obligea à sortir la langue. Il se souvenait avoir dévisagé ces deux belles orphelines. Elles étaient grosses, poilues, malodorantes... Ce spectacle pervers le répugnait en même temps qu'une envie folle le poussait à aller plus loin. Il voulait écouter son cerveau qui lui commandait d'arrêter, lui faisant comprendre que c'était mal, qu'il valait mieux mourir en héro plutôt que de s'abaisser à de telles ignominies.
En même temps, ces grosses baloches qui pendaient... Il ne savait que faire.
Un coup de crosse sur le haut du crâne le ramena à la raison.
« Grouille-toi! »
Il humecta les poils collants de sueur avec le bout de sa langue. Il reçut une nouvelle soufflante derrière l'oreille.
« Mieux que ça! »
Bound s'était ressaisi. Prenant son courage à deux mains, il y était allé franco. Au fur et à mesure que ses léchouilles s'intensifiaient, il se surprenait à y prendre goût. On pouvait même entendre ses bruits de succions sur ce quai désert. Il se retrouvait à genoux en pleine nuit, deux gros testicules dans la bouche, offrant à présent un spectacle de décadence totale aux yeux des trois ravisseurs. Celui d'un agent secret soumis à leur volonté de luxure.
Quelle n'avait pas été sa surprise de voir l'un d'eux se baisser à son niveau et emboucher la bite raide de son partenaire. Bon sang, il s'en passait de drôles chez les hommes de Malthius.
Le type à côté de lui était bâti comme une armoire à glace, des traits masculins sur un visage émacié et dur. Rien chez lui n'indiquait qu'il aimait pomper des queues.
Bound reprit son léchage de burnes. Plus vite l'autre jouirait, plus vite il en aurait fini. Le sucé respirait de plus ne plus fort et finit par décharger une grosses quantité de foutre dans la gorge accueillante de son collègue.
069 s'attendait à la suite mais un appel radio changea les plans. Les fédéraux s'étaient enfin décidés à intervenir. Ils remballèrent leur matériel en vitesse et s'adressèrent une dernière fois à lui avant de disparaître.
« Tu perds rien pour attendre, mais sache qu'on peut te retrouver à tout moment. Attends sagement les instructions de notre patron. »
Quelques jours plus tard, il avait été contacté par Malthus en personne avec cet ordre de ramener le million de $.
[fin du flash-back...]
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
La montre de Jim venait de biper. Deux heures de jeu et aucun éliminé. Le format retenu laissait une chance à chacun d'eux, même les moins talentueux. À force de patience, il s'était constitué un joli tapis mais pas aussi conséquent que son voisin de gauche qui marchait littéralement sur la table [expression de poker pour signifier qu'un joueur s'est constitué un énorme stack de jetons et qu'il peut dicter sa loi (miser de grosses sommes) comme bon lui semble].
Bientôt, le joueur de basket fut éliminé, suivi de près par le roi du pétrole. Beau joueur, ce dernier souhaita bonne chance à chacun des participants avant de s'éclipser.
Ne restaient plus en lice que cinq joueurs. Jim observait la façon de jouer de ses adversaires. Certains, comme l'ancien maire étaient prudents, n'avançant leurs jetons que lorsque leur pourcentage de réussite était élevé, d'autres, à l'image du patron des Raiders étaient de vraies têtes brûlées, pariant souvent à l'aveugle. Il avait bénéficié jusqu'alors d'une chance insolente mais son ''Poker Face'' était facile à lire. Il parlait beaucoup, ce qui est déconseillé à une table de jeu et lorsqu'il touchait une main, il s'interrompait et calculait sa mise. Ses yeux pétillaient de joie et un léger tremblement agitaient ses lèvres. Chacun devinait alors le ''monstre'' qu'il avait levé et personne ne le suivait dans ses enchères. Une certaine frustration s'en suivait, matérialisée par des mises souvent inconsidérées au vu du jeu qu'il touchait ensuite si bien que, malgré sa bonne étoile, il fut éliminé en cinquième position.

Il pesta contre la malchance et prit congé sans demander son reste.
Les quatre restants se livrèrent une bataille épique. L'ancien maire finit par céder, trop attentiste face à l'agressivité des trois autres. Le vice-sénateur du Nevada lui emboîta le pas, presque aussitôt. Ses erreurs du début de partie lui coûtèrent le tournoi. Il ne put jamais remonter la pente, flirtant souvent avec l'élimination. Seule sa maîtrise du jeu et l'analyse de ses adversaires lui valut de ne pas sombrer plus tôt mais face à Bound et Don Luccio, il ne put que s'incliner avec les honneurs.
Les deux meilleurs joueurs se retrouvèrent en Heads-up [tête-à-tête]. Leur tapis étaient équivalents et la victoire finale risquait de se jouer à peu de choses, tant les deux adversaires étaient de force égale.
Le dénouement intervint quatre heures après la première mise. Jim avait la meilleure main, une paire d'As (pique et trèfle). Il avança l'intégralité de son tapis et fut surpris de voir son adversaire le suivre. 069 pensa que cette fois, le sort en était jeté et que rien de fâcheux ne pouvait lui arriver. Il se frotta les mains en découvrant les deux cartes de son adversaire: Roi/Valet à cœur.
Le flop découvrit les deux autres as, plus un quatre de trèfle. Un carré d'As!!!... soit la troisième meilleure main au Texas Holdem. Cette fois, la messe était dite. Il allait pouvoir repartir de Vegas les poches pleines et rembourser sa dette. Il ne prêta guère attention à la turn et au dix de cœur qui s'afficha mais son sang se glaça soudain lorsque le croupier découvrit la cinquième carte du Board.
UNE DAME DE CŒUR!
Son adversaire venait de toucher la combinaison max! La plus haute association possible, le Graal absolu au poker. Une main que chaque joueur rêve de toucher au moins une fois dans sa vie...
Une QUINTE FLUSH ROYALE soit: As-Roi-Dame-Valet-10 de la même couleur.
Jim se décomposa. En l'espace de quelque secondes, il était passé de l'euphorie complète à l'abattement le plus total.
Don Luccio lui tapota la cuisse avec compassion et lui chuchota à l'oreille.
- Si vous voulez récupérer ce million qui semble tant vous tenir à... cœur, venez me rejoindre dans les toilettes du Casino.
Puis il disparut de la pièce.
Il ne fallut que quelques secondes à Bound pour réaliser ce qu'on venait de lui dire. Seul le verbe ''récupérer'' résonnait à ses oreilles. Il se leva à son tour et, tel un automate, descendit au sous-sol de l'établissement en direction des sanitaires.
Il était quatre heures du matin et personne ne rôdait dans les alentours. Il poussa la lourde porte métallique et attendit. La forte lumière blanche agressa ses yeux. Il se regarda dans le miroir central. Il était las. Fatigué de cette vie nomade.
La porte s'ouvrit et Don Luccio apparut. Il ordonna à son garde du corps de ne laisser entrer personne.
Il s'approcha de Jim. C'était un homme vieux pour son âge, pas loin de la soixantaine, une petite bedaine, des cernes sous les yeux et un crane presque chauve.
- Votre présence ici, m'incite à penser que nous pouvons trouver un terrain d'entente. Il s'avança de quelques pas. Êtes-vous prêt à faire tout ce que je vous demanderai?
Jim acquiesça de la tête.
- Retournez-vous et prenez appui sur le rebord du lavabo.
069 se trouva face à la grande glace, tête baissée, le regard blême. Sa respiration lente masquait en partie son trouble. L'homme, derrière lui, contemplait sa proie. Il n'avait jamais eu un homme d'une telle prestance auparavant, grand, fort, racé,... beau comme un dieu dans son costume blanc qui moulait parfaitement chaque centimètre de son corps.
Il lui demanda d'écarter les jambes et de se pencher davantage pour mettre en valeur ses jolies fesses musclées. Jim obéit sans trop savoir pourquoi il lui ordonnait ça. Il était en attente, son cul poussé gentiment en arrière et le souffle court.
Don Luccio admirait sa nouvelle conquête. L'invitation était réelle. Il bandait dur dans son smoking. Jim ne pouvait le voir, la tête toujours baissée à hauteur de la vasque. L'homme commença à saliver. Il allait investir ce beau cul d'hétéro même si ça lui coûtait une blinde.
- Baissez votre pantalon ainsi que vos sous-vêtements.
Bound comprit soudain ce qu'on attendait de lui. Il allait devoir se prostituer pour un million de $. Il déboucla sa ceinture, fit glisser le fin pantalon de toile jusqu'à ses chevilles et abaissa son Calvin Klein.
- Parfait!
Le vieux lui caressa le postérieur avant de poursuivre.
- Il a déjà servi?
069 fit non de la tête.
- Excellent.
Il sortit sa queue longue et violacée. Prendre ce cul encore vierge le fit mouiller. Il le força à écarter les cuisses. Ainsi, il avait une vue plongeante sur son petit trou. Bon sang, que c'était beau un cul d'hétéro. Sa queue voulait le tester sur le champ!
On dit qu'un homme ne devient vraiment gay qu'après une bonne fellation mais lui, en prédateur averti, savait qu'on entre dans le monde des soumis uniquement après s'être fait copieusement défoncé la rondelle. Il voulait faire passer ce bel Hidalgo, ce bourreau des cœurs, de l'autre côté de la barrière. Il désirait qu'il se souvienne de sa toute première pénétration comme d'une souffrance atroce avant d'atteindre le Nirvana. Oui, il allait le fendre en deux, le féconder comme une femelle en rut, l'obliger à demander grâce avant que, de lui-même, il ne s'empale sur son gigantesque pieu de vingt-trois centimètres.
Son nouvel amant allait y laisser son pucelage et gueuler son bonheur d'être possédé. Après cette baise mémorable, il serait prêt à entrer dans l'univers des passifs en offrant sa petite porte au premier venu.

Son trou orphelin crierait famine tant qu'il n'aurait pas sa dose journalière.
Don Luccio se frotta les mains. Il allait rajouter un hétéro supplémentaire à son impressionnant tableau de chasse. Il ferait de ce bel étalon une chienne assoiffée de bites.
Il lui claqua les fesses avant de le mettre en position.
- À nous deux!!!

Ceven X

hellocevenx@gmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur :

TEXTE IMPLIQUANT DES MINEURS,
UN ENFANT OU ADO (-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence et à la cruauté. Sous peine de fermer ce site !

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

💦 18 Avril | 155 pages

Les nouvelles | 23 Pages

Salle de muscu Meetmemz
Le tunnel Ludo06
Lundi de repos Stephdub
Cartel mexicain Meetmemz
Mon frère, mon cousin et moi Justin
Première avec un mec Sympa
Bleu topaze Coolsexe
Teddy, le rugbyman Le French Chazer
Aventure Panne de voiture Boydu69
Je suis redevenu une pute Loyxxx
Randonnée gourmande (Réédition) Giovanni
Le surveillant de baignade Kawaikat
Découverte du cruising TragoLefa
Un après midi au sauna Bimaispastrop
Il me transforme en femelle RyanSoumis
Préparation d'une pute à rebeus Man4lope
Six hétéros Meetmemz
Plan à 3 EricDeFrance
Trio magique ! Weell59
Torse nu dans la backroom Gill
1ère fois sans capote Mister
Perdu Gill
1ère rencontre RomainJm

Les séries : 132 pages

Agriculteur S20 | 15 | +1 Amical72
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 l 9 | 10
1112 | 1314 | 15
Excitantes retrouvailles | 7 | +1 Max
1 | 2 | 3 | 4 5 | 6 | 7
Un Cul jouissif | 22 | +1 Cul jouissif
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
16 | 17 | 18 | 19 | 20
21 | 22
Mon biscuit rose de Reims | 3 | +3 Coolsexe
1 | 2 | 3
Avec un homme bi | 2 | +1 Mattiheu
1 | 2
Ville Spatiale | 18 | +1 Fabiodimelano
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
16 | 17 | 18
Destins croisés | 16 | +1 Sylvainerotic
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
16 Fin
Le Monstre de Pondichery | 14 | +1 Fabrice
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 1213 | 14
Confinement en famille | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2
Pacha rebeu | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2
Entre potes | 15 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
Mon beau-frère | 16 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
16

ET CE N'EST PAS TOUT !
Il y a 57 pages en + ici

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2023 | 2022 | 2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Sextoy
Sexshop

Chercher sur le site

ATTENTION

HISTOIRE AVEC DES MINEURS, ADO, ENFANT(-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence, à l'absence de consentement ... à la cruauté. Sous peine de devoir fermer ce site !

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.


Mars 2024 : 3 601 584 pages lues.

Ce site utilise des cookies uniquement pour faciliter la navigation. Aucune données personnelles ne sont collectées ni conservées pour du partage, ou a des fins marketing. ©2000 Cyrillo.biz. Hébergeur : Planethoster Canada

À jour : lundi 31 juillet 2023 à 11:30 .

Retourner en haut