PAUSE

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Tennis ? Plus Jamais ! -02

Petit matin

Vers 5h, je suis réveillé par le bruit de la porte qui s'entrouvre. Quelqu'un pénètre dans ma chambre discrètement.

« Qui c'est ?

Chut…, je ne reconnais pas la voix. »

Je sens le poids d'un corps montant sur le matelas. Une main tâtonne sur le drap. Lorsque l'inconnu a compris ma position dans le lit, la couette est enlevée et il s'installe à cheval sur moi.

Le corps est chaud. Brûlant même.

Il porte un boxer. Les cuisses sont puissantes et imberbes. L'odeur du corps est acide, chaude, mêlé d'un rien de sueur. Je sens ses mains caresser ma poitrine et remonter vers mon visage. Le corps bascule vers moi et des lèvres brûlantes s'enchâssent aux miennes. Une langue dure se fraie un passage et vient caresser la mienne avec force mais tendresse. Le baiser est long, chaud, doux.

Je ne sais toujours pas qui est en train de m'embrasser. Je caresse le torse vigoureux, la nuque forte et les cheveux doux et courts. C'est donc ni Kevin, ni Mika.

La taille qui me semble grande me fait songer à Medhi.

L'inconnu m'embrasse encore tout en me caressant. Il se redresse. A tâtons, il trouve mes jambes, les écarte et s'installe dans le V formé par mes cuisses largement écartées.

Il glisse alors ses bras sous mes jambes et les relève. Il rapproche son bassin du mien. Je caresse les flancs de mon visiteur, descends vers son boxer pour sentir ses fesses dures et rondes. Une fois appuyé sur mon bassin, il exerce une pression répétée sur mes fesses.

Je sens son sexe dressé.

Je le laisse faire et continue à caresser ses cuisses. Il mime une pénétration. N'y tenant plus, je fais glisser la ceinture de son boxer sur ses cuisses, libérant un sexe de feu et des couilles pendantes et chaudes qui viennent effleurer mes fesses.

N'ayant attendu que cela, la silhouette silencieuse ôte alors mon boxer. Je sens alors le contact direct de ce sexe entre mes fesses. C'est comme un brandon brûlant qui s'insinue dans ma raie. Un doigt expert vient tester mon anus. Je me sens encore ouvert et humide. Un peu de salive vient compléter la lubrification.

Le gland est alors présenté sur mon trou et y est lentement poussé, avec précision et compétence. La verge me semble faire un mètre de long tellement elle met de temps à entrer en entier. Cette fois, la douleur n'est que transitoire. Et moins qu'une douleur, c'est plutôt un désagrément fugace.

Les lèvres mystérieuses reviennent contre les miennes. Et alors que le sexe commence à aller et venir en moi, la langue s'empare de la mienne. Les coups de reins sont réguliers, puissants et précis. Ils sont cadencés : rapides puis lents. Ce n'est jamais douloureux. Je m'accroche aux larges épaules. Je me laisse aller au plaisir et commence à gémir bruyamment. Un nouveau baiser m'empêche de faire trop de bruit. Seule ma respiration de plus en plus profonde et des gémissements aigus, mais à peine audibles, signalent à l'univers entier qu'un homme est en train de me donner du plaisir avec son sexe plongé en moi.

J'encourage de mes deux mains les reins de ce garçon qui me possède si complètement. Je prends un pied indicible ! Cela dure longtemps… Une heure peut-être… Au moins… Je n'ai aucune notion du temps. Les lèvres se retirent brusquement. Je laisse mon plaisir s'exprimer… Je gémis alors que mon partenaire commence à haleter. Cela ne prend que vingt secondes pour que le halètement soit remplacé par un grognement.

L'inconnu jouit en moi. Je sens le sexe vibrer dans mon anus. J'ai l'impression de sentir les jets brûlants de sperme en moi. Putain que c'est bon !

« Merci Yves. Ça sera notre secret… » Et il m'embrasse.

C'est bien Medhi.

Il se relève et part aussi discrètement qu'il est entré.

J'allume la lampe de chevet. Je suis brûlant de désir. Mon sexe est rouge, dur et du précum dégouline de mon gland : c'est plus une bite, c'est une fontaine ! J'examine du bout des doigts mon anus… Il est doux, chaud et humide. Le sperme de Medhi s'écoule doucement. J'en prends un peu et le dépose sur mon gland que je commence à caresser. Je me branle de la main gauche et me doigte de la main droite.

J'imagine… Non ! Cette fois… Je me SOUVIENS… De Medhi sur moi, en moi…

Je lubrifie mon sexe avec son sperme et me branle : la queue et le cul.

Je jouis abondamment. Mon torse est inondé de sperme. Je suis épuisé. Repus de plaisir.

Je tire ma serviette de toilette de mon sac et j'éponge tout le sperme. J'essaye d'enlever aussi celui qui a coulé sur le drap.

Je la jette enfin par terre et me replonge sous la lourde couette, m'abandonnant dans mes rêves aux bras de Medhi et de Mika.

Les rêves sont vite interrompus.

Je suis de nouveau réveillé par la porte de ma chambre. La même silhouette se glisse à l'intérieur. Je souris en me disant que Medhi est un sacré coquin et qu'il n'est pas aussi hétéro que je l'avais cru.

Lorsqu'il monte sur le lit, je comprends que ce n'est pas lui.

Le corps est plus léger, plus petit. Je songe à Kevin, Fred ou Mika. Se glissant sous la couette avec moi, ce nouveau corps brûlant se colle au mien. Je ne peux de nouveau pas deviner de qui il s'agit.

Les mains de mon inconnu se baladent sur mon corps, l'une attrape ma nuque pour plaquer ma bouche sur une poitrine ferme pendant que l'autre descend sur mes fesses. J'embrasse la poitrine chaude où le téton pointe. Je caresse à mon tour les cuisses qui m'emprisonnent tendrement, notant au passage la présence d'un slip. Je remonte ma main jusqu'à la tête où je caresse des cheveux épais : Mika ou Kevin.

Les caresses sont plus fermes, moins tendres… moins expertes en fait. Alors que je mordille le téton, j'entends de petits gémissements de plaisir. Je n'arrive pas à savoir qui il est. Je n'ose parler. Je descends alors mon visage pour embrasser le flanc et je glisse jusqu'à la ceinture du slip. Je pousse délicatement jusqu'à ce que l'inconnu se mette sur le dos.

Je caresse alors le slip, contenant un sexe bandé. J'effleure la peau de la cuisse juste sous l'élastique et dépose des baisers sur le ventre en suivant la ceinture. Arrivé au centre, je sens une fine ligne de poil qui remonte et qui me guide jusqu'au nombril que je lèche doucement. Soupirs de plaisir et petits gémissements se succèdent.

Je passe alors ma main sur le sexe pour en deviner la taille. Peine perdue, dans le noir de la couette, je ne sens rien d'autre que l'humidité autour du gland. Je soulève donc la ceinture pour libérer le membre qui jailli comme un diable de sa boite.

L'odeur est puissante. Sueur ? Sperme ? Testostérone ? Je ne sais mais elle affole mes sens. J'engloutis alors sans hésiter le membre qui est comme une lame rougie plongée dans l'eau : il se refroidit et se durcit d'avantage. Je suce longuement cette queue inconnue. Les mains étrangères me guident et je me retrouve à quatre pattes au-dessus de mon inconnu.

Il enfourne ma queue à son tour.

Je pousse un petit cri de surprise. C'est la première fois que mon sexe est ainsi accueilli dans la bouche d'un homme.

Nous nous suçons mutuellement un long moment. Je préviens à un moment : « Je vais venir » mais on continue à me sucer.

Je jouis dans la bouche amicale.

Raaaaaaaaaah !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Vous ne pouvez pas savoir ce que c'est bon !!!!!!!

J'ai l'impression de jouir pendant des heures.

C'est la première fois qu'on me fait jouir.

A peine ais-je le temps de réaliser ce qui m'arrive que je sens le sperme de mon partenaire envahir ma bouche.

J'avale.

Les mains de mon visiteur écartent mes cuisses et abaissent mon bassin. Je sens alors une langue s'aventurer au-dessus de mes couilles et remonter jusqu'à mon anus. J'hésite à prévenir… Mas c'est trop tard, je sens une langue glisser sur ma rosette et la pénétrer. Ah… Je manque de m'évanouir. C'est trop bon. Le léchage s'intensifie, je sens tout le visage de mon partenaire aller et venir entre mes fesses. Ma rosette se détend comme si j'avais pris du poppers (d'après ce que j'ai lu).

Il ne faut plus que quelques secondes supplémentaires pour me retrouver sur le ventre et le sexe inconnu en moi.

C'est dur et brutal. Mais ce n'est pas fait exprès. En comparaison de Medhi, celui qui me pénètre est moins expert, moins habitué. Il reste sur mon dos et m'encule un long moment. Je ne peux pas dire que je prends du plaisir… Mais c'est agréable. La sensation d'un homme en moi est… Comment dire… Rassurante ? Apaisante ? Je me sens… « entier ».

En tout cas, il faut un long moment pour que mon cavalier vienne en moi. Lorsqu'il éjacule, il s'affale, trempé de sueur. Je prends sa main et l'embrasse. Après quatre ou cinq minutes, il se relève, restant à califourchon sur moi. Il me tourne de nouveau et me met sur le dos.

Il s'empare de mon membre et le caresse. Je bandais déjà mais cette caresse renforce ma rigidité. Et alors, se produit l'impensable : il présente son anus sur mon gland et se laisse descendre dessus.

On s'arrête très vite : le sperme et la salive qui enduisait ma verge sont insuffisants. J'entends qu'il crache dans sa main et enduit mon sexe puis sa rosette de salive. Il réessaye. Cette fois, je sens son anus céder sous la pression de ma queue.

Je suis en lui.

Je l'entends gémir doucement… Mais pas de plaisir. Je sens que l'anus se contracte. Il ressort brusquement. Il reprend sa respiration en prenant appuis des deux mains sur ma poitrine.

« Attends…, dit-il. »

Je le reconnais.

Après une trentaine de secondes, il renouvelle l'essai et cette fois je le pénètre sans problème. Instinctivement je tente de faire le mouvement d'aller-retour mais cela ne fonctionne pas, bien sûr. Il se met alors, de lui-même, à monter et descendre.

A présent que je sais qui il est, je ne sais plus où je suis, où j'en suis ni même qui je suis.

Je suis tellement heureux. Alors qu'il remonte, je bloque son bassin en l'air de mes deux mains et je me mets à le pénétrer à mon rythme. Je suis probablement maladroit et désordonné, mais je suis maître de la situation.

Je prends un plaisir infini à sentir la peau de mon sexe couvrir et découvrir mon gland à mesure de mes coups de reins. N'y tenant plus, j'accélère le rythme lui arrachant alors un petit cri de douleur. Mais c'est de courte durée car je jouis en lui juste après.

Plantant mon sexe au plus profond de lui alors qu'il est encore raide, j'attire les lèvres de Mika contre les miennes. Il m'embrasse enfin. Ses baisers ont un gout salé… Il pleure.

Bonheur ? Tristesse ?

Peu importe. Moi… Je l'aime.

« Merci…, dis-je dans un souffle.

Merci à toi… Pardon pour tout à l'heure…

Pourquoi ? As-tu fait ça ?

Je suis gay aussi. J'avais peur de leur réaction. Ça fait longtemps que j'ai compris pour toi. »

Cette phrase me vexe profondément : je fais tellement gaffe à ne pas faire pédé. Je ne cesse de me reprendre en me disant « un vrai mec ne ferait pas ceci ou cela » et lui qui me sort qu'il savait !

« Ah bon ? Moi je ne me doutais pas du tout pour toi.

Vraiment ? Pourtant le nombre de fois où j'ai essayé de t'allumer en parlant en boxer devant toi… 

Putain quel con… Moi je croyais que tu ne faisais pas exprès.

Ben si…, dit-il en riant. »

Il m'enlace tendrement. Je me mets sur le côté et il vient derrière moi, tous deux en chiens de fusil. Je lui prends les mains et les place sous ma joue.

Nous discutons ainsi un long moment. Il reprend sa main et me caresse la cuisse et le ventre doucement. Nos sexes reprennent de la vigueur. Je le sens se déplacer légèrement derrière moi. Il finit par me pénétrer à nouveau. Je ne suis pas vraiment enchanté à l'idée de me faire prendre une fois de plus mais il n'en fait rien.

Une fois en moi, bien calé, ses hanches contre les miennes, il passe son bras droit autour de ma taille et sa main gauche cherche la mienne. Nos doigts s'enlacent et nous nous endormons ainsi.

[ Merci pour vos mails qui me sont toujours très précieux. Si la suite vous intéresse, dites-le moi ! Et je réponds toujours aux messages.]

Yopi

yop_ex@outlook.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Sen et Kaze - Rapt - Un hasard - Tennis ? Plus Jamais ! - Tournoi en chambre - Pipe en jean… - Ma deuxième année de Fac - Au boulot - Le pinceau du peintre - Soirée étape - Ma première histoire - Et in inferno ego - Le dépôt - Mon petit beur - Première année de Fac

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

Septembre 2019

Repos

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

Nouvelles (20)

Dépucelé par mon cousin Mecbi
Le pote de mon frère Jvicks
Plan au sauna Bonboul33
Du fantasme à la réalité Loic1972
Les oreilles d’Armand Romain
Gourmand Médi
Un domi humilé par son bâtard Franck de Nice
le prof et Karim -01 Gilou 44
Aurélie Yanno
7 mois d’abstinence James
Déjeuner torride Chopassif
Jack Yanno
Jeremy et Yohan Soroco63
Plans totalement anonymes Eric84
Premier plan hard Tardif
Après-midi au Suncity Hidalgowien
Dans l’intimité du Valo sauna Oakspirit
La Fratrie JulesP
Alexis Romain
Chroniques d’été -01 Caramel

La suite (7)

Première hard -02 Tours37
Mes dépucelages -03 XXL
Mes dépucelages -04 XXL
Mes dépucelages -05 XXL
Les potes de mon grand-frère 4-4 Marc 67
Un amour inaccessible -06 MiangeMidemon
Un Maitre marocain -02 Lope75
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider
(Simple et anonyme)
Ne donne pas accès aux pages "avant-première"