NEWS :
12 Juin

Grosse queue
"Plan à 3"
"handgag"

145 pages en accès
avant-première.
C’est quoi cet accès ?

Valable tout 2024.
Simple,
CB ou Paypal,
Discret

Shop Gay

Cyrillo20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Sextoy
Sexshop

Signaler ici si l'histoire ne respecte pas les mineurs, ado, enfants (-18ans) ou toute autre infraction. Merci !

Scout toujours

Depuis un mois maintenant, je travaille dans un camp de scouts, en marge de ma ville. J'anime des activités en forêt et sécurise des feux de camp, histoire d’occuper de jeunes louveteaux avides d'aventure qui pensent encore qu'une vache pond des briques de lait et que les melons poussent dans les arbres. Étant fils d'agriculteur, j'en rigole au quotidien ; après vingt-cinq ans à la campagne, je découvre les mentalités des gamins des villes, auxquels les parents ont vendu une épopée en plein air dans le simple but de s'en débarrasser…

Franchement, les colonies, ça sert surtout aux adultes, pour qu'ils puissent niquer tranquilles dans les chaumières ou au bord d'une piscine durant leurs vacances. Et pendant ce temps, les pauvres animateurs se retrouvent privés de bagatelle, eux ! Et autant avouer que, dans mon cas, ça me démange sec dans le caleçon.

Manque de chance, je partage un chalet avec mon collègue Paul, donc on oublie la grosse branlette le soir – ce ne serait pas respectueux de gémir pendant qu'il prie, je suppose. Je me permets tout au plus un vidage de couilles express lorsque je suis sous les douches, mais comme elles sont collectives, cela me demande une vigilance accrue. J'attends que les gamins soient tous endormis pour m'y glisser discrètement.

J'y suis encore ce soir, à poil sous l'eau chaude, à me soulager la tête et les bourses. J'entends toujours ces foutus chants qui résonnent dans mon crâne. Je ferme les yeux et pense à autre chose. Je convoque dans mon esprit les souvenirs des jeunes saisonniers que mon père employait à la ferme : torses nus, dans les champs ou les écuries. Un en particulier me reste en mémoire – celui qui m'a éveillé aux plaisirs, il y a quelques années.

Tout en branlant mon membre raide, je le revois se glisser dans ma chambre, puis s'allonger à mes côtés pour échanger des baisers torrides. Je passe une main sur mon torse mat ; je caresse mes larges tétons sombres, comme lui l'a fait à l'époque, et je me surprends à pousser les mêmes gémissements. Mes doigts pincent la pointe dure, pendant que, d'une poigne ferme, j'astique mon chibre.

Je bande ferme en repensant aux frottements de nos corps ; sa bouche sur ma queue, ses paumes sur mes abdos ou mes cuisses, son cul si ferme et serré, jusqu'à ce que je décharge mon jus en l'embrassant. Depuis cette première nuit torride avec un homme, il ne s'est pas passé un mois sans que je dévergonde systématiquement les intérimaires de passage. C'est peut-être pour ça qu'on m'a proposé d'aller bosser dans ce camp – une abstinence forcée.

Alors que mon ventre se contracte et que le moment tant désiré approche, la porte de douches s'ouvre. Les pas se rapprochent dans le couloir ; je me cache dans l’angle mort de la douche et pense à la chose la moins excitante de la terre – le caniche de ma grand-mère qui essayait constamment de copuler avec le berger allemand de la voisine. Ma gaule se transforme vite en demi-molle.

Me voilà frustré, cul nu, à faire semblant de me laver.

Curieux de savoir qui ose troubler mon plaisir solitaire, je jette un œil par-dessus mon épaule. Visiblement, Paul avait fini de lire son bréviaire et de tripoter son chapelet, s'il quittait notre chambre à cette heure.

Il s’avance sous la douche, en prenant soin de conserver une distance respectueuse entre lui et moi. Curieusement, et en dépit du fait que nous partagions une chambre, c’est la première fois que je le découvre sans vêtement. Il appuie sur un bouton et l’eau commence à ruisseler sur sa peau blanche, qu’il tente maladroitement de cacher en y passant ses mains, les bras serrés contre son torse. Il n’a pourtant pas de quoi avoir honte : bien que peu bronzé à cause d’un manque d’exposition au soleil – ce qui contraste avec son visage – son corps possède une fine courbe svelte. De discrets pectoraux plats mettent même en relief son ventre plat.

Je remarque d’ailleurs que ses tétons roses commencent à pointer, tandis qu’il me jette des regards en coin. Une petite médaille de St-Christophe pend autour de son cou et repose au milieu de sa poitrine, soudain soulevée par un souffle court. Paul passe ses doigts dans ses cheveux blonds. Alors qu’il lève la tête, j’en profite pour poser mon regard plus bas.

A mon grand déplaisir, je constate qu’il a gardé son slip. Cependant, le tissu blanc – désormais détrempé – dévoile un fessier musclé par des heures de randonnée. Quant à l’avant, j’y découvre un sexe qui tressaute et s’agite ; même s’il n’a rien d’énorme, il doit sûrement déjà être en demi-molle, voire en érection. Pour un petit catho, le coquin cache bien son jeu.

Ses joues rouges témoignent de sa gêne. Il baisse les yeux et je me retourne à cet instant : impossible pour lui d’ignorer ma grosse queue encore à moitié bandée. Pour autant, il ne se détourne pas. Ses mains, qui étale du savon depuis tout à l’heure, s’attarde soudain sur son ventre, avant de remonter lentement vers ses tétons, son cou, puis de redescendre jusqu’à la bosse qui déforme son sous-vêtement.

Je m’approche d’un pas ou deux. Sa tête se retrouve nez à nez avec mes pectoraux. Je sens sa respiration à quelques centimètres. Son souffle chaud s’accélère. En une poignée de secondes, je me suis remis à triquer comme un âne ; ma gaule tendue touche son nombril. Paul hoquette, il hésite. Pas moi. J’ai beaucoup trop envie pour jouer les prudes.

Avec un doigt, je lui redresse le menton et pose mes lèvres sur les siennes. Elles s’écartent immédiatement. Nos langues se rencontrent et jouent ensemble. Paul colle son torse au mien. Je lui attrape les poignets et plaque ses paumes sur mes muscles. Il en a envie, mais je ne voudrais pas que ses croyances le rattrapent – pas au moment où nos hormones s’échauffent à ce point. Il caresse mes abdos, tâte mes biceps, puis rompt notre baiser afin de reporter sa bouche sur mes tétons. Sa langue chatouille l’auréole foncée et, même si le geste est maladroit, il me tire un gémissement qui semble le motiver.

D’un geste ferme, je lui arrache presque son slip pour découvrir une queue blanche, fine, pourvu d’un gland rose. Il laisse déjà échapper un peu de mouille, vite rincée par l’eau chaude qui nous ruisselle dessus. Je prends la bite de Paul en main. Il sursaute, mais s’habitue vite à cette nouvelle sensation – celle de se faire branler par un autre homme. Je donne des coups de poignet, d’abord doux, puis plus énergique, qui achève de faire gonfler son organe. Mon minet blond se tortille un peu, soupire et laisse échapper des petits bruits de contentement. Il m’excite tellement, avec son teint rose et son air de Sainte-Nitouche. J’éprouve un profond sentiment de satisfaction en le dévergondant de la sorte.

Bien vite, j’en veux plus. Je le plaque contre les murs, gonfle les biceps et retourne lui rouler un patin tout en frottant nos deux bites l’une contre l’autre. Cette étreinte dure un moment ; nos pré-spermes se mélangent. A plusieurs reprises, je nous devine même sur le point de jouir ensemble. Toutefois, le scout en chaleur souhaite encore explorer un endroit précis avant.

Même si son gabarit est moins imposant que le mien, Paul retourne la situation d’un seul coup. Il me plaque contre le carrelage des douches, glisse ses lèvres dans le creux de mon cou, embrasse mes pectoraux, lèche mes abdos, et se retrouve enfin devant l’engin.

A genoux, le minet décide de prier ma Sainte Verge en lui offrant ses grâces. Il empoigne le gros chibre veineux, raide comme jamais, et promène sa bouche dessus, histoire de s’habituer à la sensation. Après une minute à me chauffer la barre et les couilles, en levant régulièrement ses yeux vers moi, il permet enfin à mon gland de découvrir l’intérieur chaud et humide, où sa langue comprend vite l’importance qu’elle va avoir.

Paul avale un bon tiers de mon sexe avant de commencer à suffoquer. Je lâche un « t’es trop gourmand » amusé, auquel il répond par un nouvel essai. Pour un novice, il se débrouille ! Je passe mes doigts dans ses cheveux et, d’un geste sûr, je le guide le long de ma poutre. Il suit mes conseils : il salive sur la trique, se concentre plus sur la pointe que sur la longueur – il prend même l’initiative de me masser les couilles.

En l’espace de cinq minutes, il suce déjà avec plus d’aisance. Je me détends contre le mur, bascule la tête en arrière et me caresse le torse d’une main, tandis que l’autre imprime un rythme plus soutenu à mon collègue. Il s’adonne à ce rituel, à genoux, jusqu’à ce qu’en pleine prière, je lui expulse mon offrande. Il récolte une généreuse dose de jus. Surpris, une partie de mon nectar crémeux lui échappe et coule sur son menton. Je m’empresse de le relever ; je lèche ma propre semence et l’offre à Paul dans un baiser fougueux.

Lorsque mon catho a fini de se régaler, je baisse les yeux et vois encore sa queue raide. Il me demande si je connais un moyen de le finir. Le sentant avide de découvertes, j’attrape le slip qui traîne par terre et lui dis :

– Rhabille-toi, on retourne au dortoir. Vu ce qui t’attend, on a besoin d’un lit.

Il obtempère. Nous reprenons le chemin de notre chambre où je compte offrir à mon minet un dépucelage qu’il n’est pas près d’oublier.

Cet été d’un ennui mortel devient enfin intéressant !

F I N

Et voilà ! J’espère que cette nouvelle histoire vous plaira. Je précise qu’il s’agit évidemment d’une fiction. J’en ai de très nombreuses en réserve et je bosse actuellement sur un projet pour essayer de vous les proposer à la lecture ! En attendant, si vous souhaitez me faire un retour sur mes histoires, n’hésitez pas, l’adresse mail est dessous, et je réponds encore plus vite sur mon insta @Plume_gay.

Plume Gay

plumegayinsta@gmail.com

Autres histoires de l'auteur :

TEXTE IMPLIQUANT DES MINEURS,
UN ENFANT OU ADO (-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence et à la cruauté. Sous peine de fermer ce site !

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

💦 2 Juin | 117 pages

Les nouvelles | 15 Pages

Gavé au zob Fabrice
Cruising mai 2024 Zebulxxx
Mes débuts Yhan13
Au feu rouge Sexysilver
Cocu Dej407
Le livreur L3vicura
Association Verdunois
Moi Hamiasamira Hamiasamira
Il maestro Fabiodimelano
Brigade de nuit Ceven-X
Pause déjeuner Beardy
Imprévu Petitloupcool
La punition Hagahuk
Le branleur de l'étang Fabrice
Les pieds... Zack

Les séries : 102 pages

Un Cul jouissif | 24 | +1 Cul jouissif
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
16 | 17 | 18 | 19 | 20
21 | 22 l 23 | 24
Bénévolat en Australie | 6 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
Dans ma librairie | 8 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
Stagiaire | 15 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15
Abandon total | 3 | +2 Balthazar
1 | 2 | 3
Au parloir | 2 | +1 Passif17
1 | 2
Les soirées de Mr le Comte 2 | 6 | +1 Fabrice
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
Entre vrais mecs | 12 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
1112
Mon couple en main | 5 | +5 Jolecocu
1 | 23 | 45
Vengeance sur Hétéro | 18 | +1 Miangemidemon
1 2 3 4 5
6 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
16 | 17 | 18
Panne de voiture | 3 | +1 Boydu69
1 l 2 | 3

ET CE N'EST PAS TOUT !
Il y a 145 pages en + ici

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2023 | 2022 | 2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Sextoy
Sexshop

Chercher sur le site

ATTENTION

HISTOIRE AVEC DES MINEURS, ADO, ENFANT(-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence, à l'absence de consentement ... à la cruauté. Sous peine de devoir fermer ce site !

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.


Mai 2024 : 3 858 045 pages lues.

Ce site utilise des cookies uniquement pour faciliter la navigation. Aucune données personnelles ne sont collectées ni conservées pour du partage, ou a des fins marketing. ©2000 Cyrillo.biz. Hébergeur : Planethoster Canada

À jour : mercredi 9 août 2023 à 20:35 .

Retourner en haut