PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Le colocataire renversant !

Dans le même campus j'avais remarqué qu'il recherchait une chambre en échange de services sans préciser lesquels. La mienne était spacieuse étant vacataire enseignant. Un soir, je l'appelle, et lui propose de le rencontrer. Il me dit être hébergé pas sa sœur aînée Amandine qui vit à l'autre bout de la ville soit 45 mn de tramways.
Pas vraiment le top pour lui, sa sœur s'est « amourachée» d'un petit copain tyran qui ne semblait pas apprécier sa présence au milieu de leur intimité. Et question intimité il y avait mieux au regard de l'épaisseur des murs où, forcément il entendait sa sœur se faire niquer avec force bruitage et couinements. Ce n'était pas un tendre son Yann, un brun coléreux, un excité de la queue de première. A moins que cela ne soit pur machiavélisme pour forcer le frérot à décamper au plus vite. Quant il ne faisait pas tout, pour ne pas respecter mon intimité. Allant jusque sous la douche pour me virer au prétexte qu'il était à la bourre pour le taf. Entrant sortant de sa chambre de jour comme de nuit sans frapper sous des prétextes futiles. D'une lubricité et perversité sans compter : Le contraignant à le regarder se piner sa sœur qui ne pipait pot shootée. En disant bravadant « c'est un p'tit pédé ton frère, faut lui montrer ce qu'est un homme ». Je n'étais pas de taille à m'opposer à son despotisme vu ma corpulence disons « féminisée », l'ascendance de ma sœur qui m'intimait de ne rein faire pour ne pas le perdre. Pourtant il vivait à ses croquets, mais elle ne semblait pas s'en rentre contre.
Je l'écoute sans l'interrompre ! Il semble si jeune pour ses 24 ans. Dis s'appeler Ludovic ! Moi, c'est Lucas ! Tant d'émotion dans la voix m'indique qu'il n'en peut plus. Qu'il n'arrive plus a gérer la situation, semble dépassé par les événements. On le saurait à moins. Je propose d'aller le chercher ce soir, mais poliment il refuse craignant que cela ne vexe Yann qui s'en prendrait à Amélie. Je lui donne mon Tel au cas ou ! On se donne RDV sur le campus le lendemain pour la pause au snack E. Après le snack, je l'invite à venir jeter un coup d'œil pour voir de visu à qui ressemble mon capharnaüm. Semble impressionné par ma bibliothèque à craquer, mon désordre vestimentaire, ma vaisselle de plusieurs jours.

-Ecoute je vais être franc avec toi, je ne te demande pas de faire le ménage mais si tu pouvais y ajouter un peu sa salubrité à cette piaule je ne dis pas non, je t'héberge gratos. Je dors en bas tu as la mezzanine au dessus avec ranger fringues bouquins.
-J'oubliais, ne rien dire à personne sur mon Apt réservé aux enseignants
-Tiens voilà un double de mes clefs, couvre feux à 23 heures sinon il faut un code pour rentrer, il est sur la porte intérieure.
-Tu as une meuf Ludo?
-Hum pas vraiment pas monsieur ce n'est pas encore concrétisé (c'est Lucas, et pas monsieur Ludo), juste du flirt au campus rien de sérieux : J'ai un étudiant qui me prête sa chambre pour tirer un coup contre 50€ de l'heure.
-Mais c'est du vol ! C'est hum une sorte de compromis qu'il m'a proposé pour ne pas parler de mes relations Gays car je suis à voile et à vapeur.
Il y en a beaucoup ?
-Non deux trois sur le campus, des réguliers
-Ca ne vous dérange pas monsieur Lucas ?

-Silence de ma part, non ta sexualité ne regarde que toi, mais sur un campus il faut être discret tout se sait.
-Tu fais quoi au Campus ?
-je taf a la bibliothèque pour le moment, car j'ai raté mon Master IREN (Industries de Réseau Économie Numérique, et je n'ai plus droit à la bourse.
-Et vous monsieur, hum, Lucas ?
-J'interviens pour des cours informatiques Biologie en informatique moléculaire.
-Holà, une grosse pointure !
-Ne dit pas ça, du moins ne le pense pas, on est tous des étudiants en fin de compte toute notre vie
 -Je ne pourrais te donner que 150€ la semaine, ça devrait te permettre de trouver une chambre assez rapidement.
-C'est beaucoup trop monsieur Lucas. Ca dépendra de ton sérieux surtout, de la confiance que j'aurais envers toi. J'ai bien dis confiance, non servitude. Tu saisis la différence !
Oui, et vous l'aurez soyez en sur.
-Maintenant on retourne à nos taches réciproques, mais j'aimerais que tu me répondes rapidement car tu n'es pas obligé, si ma piaule te convient ou pas.
-Elle me convient parfaitement !
-Je veux une date pour t'aider à déménager tes affaires de chez ta sœur avant la fin du mois car rien ne sert à mon avis de lambiner dans cette atmosphère inconvenante : Puis j'ai une estafette qui pourrait tout embarquer d'un coup.
-La ce n'est pas gagné d'avance, ma sœur va pleurnicher, son yann va « faire les gros bras » me retenir car il est « barack », et moi je suis une crevette.
-C'est dans ta tête ça, tu verra qu'une crevette c'est comme ton Yann « rien dans la tête, tout dans la queue »
-C'est vrai ça, la sienne est insignifiante !

-A toi de voir si on le fait en leur présence ou absence ? Mais de toute façon si tu ne pars pas ça va monter crescendo. Ils viendront t'emmerder au campus.
C'est vrai ça, faut que j'y réfléchisse !
-T'inquiète, j'enseigne le taekwondo au campus, si ça te plais, je t'inscris.
-Vous m'apprendrez car je suis foutu comme une poule mouillée
-Chaque chose en son temps, pour que j'évalue ton potentiel à gérer les situations : 1) la courtoisie, la politesse, la modestie, hygiène. 2) la loyauté, l'intégrité, l'honneur. 3) la persévérance. 4) la maîtrise de soi, le respect, le courage, le sacrifice. 5) la combativité, l'esprit fort, la fermeté.
-Mais c'est un master puissance 10n que vous me proposez !
-Non un moyen de te racheter une conduite et d'être un homme pas une « poule mouillée »

Nous rions gaiement, regagnons nos taches respectives. Je suis à peine surpris qu'il me « texterotte » pour savoir si je suis dispo à 18 heures. Je réponds par l'affirmative ! J'avais eu le temps de faire l'inventaire du frigo vide. Le bar dépouillé. Le temps de ranger l'évier sale, ranger la vaisselle propre. Il arrive enfin ! A peine si je l'entends frapper a la porte tellement c'est discret. J'ouvre assez brutalement, il fait un pas en arrière. Avec mon plus beau sourire « je lui dit salut Ludo » , me glisse derrière lui ce qui me permets d'humer son odeur légèrement « afterisée », et me plaquant sur ses fesses lui prends la main, de l'index et du majeur frappe ma porte en criant Lucas, c'est moi !
-Là je t'entends ! Mais si tu caresses la porte tu n'as aucune chance d'être entendu. Allez rentre !
-Jovial pour le mettre à l'aise, je lui demande alors, bonne ou mauvaise nouvelle ?
-Ca dépend de vous monsieur Lucas !
-Je vais te mettre à l'amende à chaque que tu prononces « monsieur » disons 1€ comme cela --Je vais me faire une petite cagnotte pour mes vacances. Comment ça, ça dépend de moi ?
-Vous m'avez fais réfléchir, je crois, j'aimerais si vous le permettez, passer la nuit chez vous car Yann m'a prévenu qu'il faisait une teuf chez ma sœur, et que je n'étais pas invité ce week-end.
-Quel p'tit con ne puis-je m'empêcher de lancer ! Si je comprends bien il a besoin de toi comme soufre douleur quand ça l'arrange, sinon il te jette.
C'est un peu ça monsieur, mais il y a pire !
Lu do se lève prestement va chercher le vase ou j'y laisse 5€ grand seigneur sous prétexte de manque monnaie.

-Je ne vous ai pas tout dit sur Yann et ma sœur.
-Je t'écoute Ludo, lance toi si ça te fais du bien, mais tu n'est pas obligé de tout me raconter !
-En général quand Yann organise une teuf chez ma sœur c'est pour la faire « tourner » avec ses potes.
-T'es sur de cela ?
-Ben j'ai assisté, même participé contraint forcé à plusieurs tournantes d'Amandine. C'est "dégeu" entre frère et sœur ?

C'est plus sordide que je ne pensais ! Je sens qu'il est torturé de remords, et d'en l'incapacité d'en inverser le cours de la situation.

-Tu aimes ta sœur Ludo ?
-Oui mais dans ces situations, je me sens incapable de gérer contre Yann.
-Je vais t'aider !

Sous un prétexte bidon je vais chercher deux cal zones au kebab d'en face pour le déjeuner. En profite pour téléphoner au chez brigadier de la brigade des mœurs, même si Amandine n'est pas mineure, donne l'adresse récupérée sur le campus,  évoque une tournante non consentie  sur fond  de cocaïne entre potes.

-Comment tu sais tout cela ?
-J'héberge le frère d'amandine en ce moment complètement déjanté par un Yann qui squatte sur place en jouant le « Rambo ».
Merci je te tiendrais au courant : je n'étais pas très fier de ma demande d'expédition répressive mais ça permettrait peut être à Amandine de se remettre en question, de prendre du recul.  Voire de se rapprocher de son frère.

La soirée s'annonce intimiste même si je tente de faire diversion avec son travail de bibliothèque qui lui rapporte 120€ mensuels. Il en a trop sur le cœur besoin de s'épancher ! L'heure défilant je lui propose un whisky qu'il accepte. Je lui mets du jazz manouche, une chance, il adore. Et propose de lui chercher un pizz chez le pizzaïolo du coin. Met toi à l'aise, range tes affaire, prend une douche. Je reviens dans 10mn dans mon peignoir revigoré ! Il avait mis du jazz de la Nouvelle-Orléans. Avait finit la vaisselle, mis la table, trouvé des chandelles, rangé ses affaires. Une vraie fée de maison ! Avait copieusement tapé dans le whisky.  J'avais prévu deux autres bouteilles, et le p'tit dej' plein de fruits.

-Comment tu te sens Ludo ?
-Stone, vous me plaisez bien, vous êtes cool.
Me me suis permis de…
Je vois, tu as bien fait, si tu choisis de rester, je veux que tu te sentes chez toi sans être agressé par Yann, et le sordide de ta situation avec Amandine.

-Je vais te préparer un cocktail qui va te requinquer mais faut arrêter le whisky pour le moment, j'ai quelque chose à te montrer pendant la pizz.
J'avais choisi karaté kid I et II s'il tenait le coup. Ce n'était pas du Bruce Lee ni du Jackie Chan volontairement. Je voulais créer un électrochoc pédagogique chez la « poule mouillé » qui se prenait pour Ludo « poule mouillée », et vice versa.  En lui montrant comment un poltron qui se faisait racler moquer tabasser humilier pouvait inverser le cours des choses. Mon cocktail lui permit de voir le film en entier sans sourciller après il s'assoupit comme un sonneur lové contre moi le manche à air alléchant. Une Chupa Chups que j'aimerais garder en bouche. Je le grimpais dans la mezzanine. Pris une bonne rasade de whisky, alla me doucher. Pour retrouver mon lit occupé par Ludo débarrassé de mon peignoir. Je finis le whisky et alla le rejoindre. Faut reconnaître qu'il avait de belle "balloche" mais j'étais d'humeur à dormir pas a profiter de la situation.

Le lendemain réveil en fanfare de Ludo avec Soul Jazz pour un réveil en douceur. Je réalise qu'il est nu, je le rejoins à oilpé la « tête dans le cul », il m'attrape avant que je rentre dans la baignoire pour m'embrasser. On s'embrasse langoureusement ce qui déclanche inévitablement ma trique qu'il soupèse jovialement.  Monsieur est bien armé, c'est Robocop !

-kesako ?
-Je me sens bien avec toi ? Qu'elle trique ! J'aurais envie de te dégorger ton poireau tout de suite maintenant, toute la Nuit.
 -Laisse moi prendre une douche, j'ai le poireau qui sent le hareng saur, et on déjeune ensemble.
-Ok ma « poule » ! J'eu droit au vase tirelire alors je lui ai dit de se servir dans mes poches. Malicieusement  il y a mit mon portefeuille.

Le breakfast était prêt (œufs brouillés bacon fruits). Avait rangé le désordre de la soirée, fait la vaisselle, prit sa douche.

-Monsieur Lucas je peux vous dire quelque chose ?
-« Ting ding» je sors le vase pour la pénalité de 1€ !
-Lucas je suis ruiné à 7 heures du mat, c'est trop cruel ton truc, c'est de la roulette Russe.
-T'inquiet' je t'ai dis que je te filerais 150€ semaine. De plus tu peux taper dans le vase si t'as besoin.
Alors qu'est que tu as à me dire ?
-Trop de la balle ce film ?  Combien de temps me faudra pour foutre une raclée au Yann ?
-Ce n'est pas la philosophie du taekwondo : La combativité, c'est seulement en cas de légitime défense. Mais a raison de 5 entraînements semaine de 2 heures pas moins de 6 mois si tu n'es pas une « poule mouillée ».
- Je ne suis plus une poule mouillée depuis cette nuit
-Allez on se prépare pour le taf, n'oublie pas tes clefs. On va éviter le self pour ne pas se faire remarquer. Fais moi une liste de tes plats préféré on mangera chez moi pour pas se faire remarquer sur le campus !  Un autre gros bisous, et je vois mon Ludo plus intrépide que jamais rejoindre sa biblio. Je ne peux m'empêcher penser que ça démarre fort tout les deux. Il est si craquant son fessu bien rebondit, et ses "balloches" imposantes qui déborde liqueur sans compter. Sa petite rondelle si accueillante !

Je le rejoins à midi 15, la table est mise, le repas préparé. Il m'attend avec une telle impatience que j'ai à peine le temps de me verser un verre de whisky qu'il me pousse dans le canapé pour me dégorger le poireau. Sa fougue est telle que je ne me sens pas la force de l'en empêcher. Il sait déjà comment me donner du plaisir, sa langue lustre si babillement ma hampe que mon gland congestionné est prêt à exploser. Je suis à sa merci d'un désir inavouable de virilité masculine. Il sais déjà me prendre la totalité du mon membre sans s'étouffer. Me malaxer les couilles en titillant mon scrotum de ses doigts, et sans lâcher prise sa bouche pompe aspire la sève qu'il sent monter du fait de mon ronronnement. Qui ne tarde pas a venir, et dont il se goinfre jusqu'à la dernière goutte. Je suis groggy par sa fièvre à m'embrasser pour partager notre sémination. Nous finissons le verre de whisky réciproquement. Putain ce soir ça risque d'être chaud ! M'est avis que la mezzanine ne va pas beaucoup servir pour dormir. C'est la nuit la plus torride que j'ai connus, les draps et mon fion vont s'en rappeler il n'y a pas photo. Impossible à décrire note sensualité chaude incendiaire quasi fraternelle, et du débordement de testostérone qui s'en suivit. Et ce malgré nos 12 ans de différence !

Il m'avait préparé le breakfast (omelette brouillée lardons mâche). Avait rangé le désordre de la soirée, fais la vaisselle, prit sa douche. Il ne pu s'empêcher de me reluquer sous la douche pour me branler en me décalottant, jouant de mon prépuce, et prit tout en bouche. Baiser appuyé !

le chef brigadier « cravate », ça ne s'invente pas m'annonce avoir serré 7 mecs en plus du Yann pour détention de Canabis. Le Yann est sous amphétamines pour son entraînement de kung-fu. C'est le seul de relâché avec contrôle judiciaire, et interdiction d'approcher l'Apt d'Amandine. Pour elle, je lui ai mis une protection judiciaire aux fesses pour la protéger vu qu'elle dit être consentante. Tiens moi informé de Ludovic : Il est chez moi, sage comme une image. Merci brigadier !

On se donne RDV comme dab le midi car des événements se précipitent avec sa sœur. Il me raconte l'avoir informé qu'il passerait chercher ses affaires dans la semaine : Amandine en pleurs le suppliait de ne pas la laisser tomber, et confirmait que Yann allait tout faire pour faire avorter ce déménagement. « T'inquiète, j'ai une copain qui va m'aider pour le transport. Je raccrochais sèchement devant l'émotion de ce cri d'alarme qui me rendait impuissant et désemparé. Me contentant de lui « texterotter » « je t'@ sœurette ».
-Lucas j'ai prévenu d'un jour pour aller chercher mes affaire chez Amandine  si ça te convient c'est lundi !
-ok pour lundi ça nous laisses le week-end pour préparer ça.
-Le principal, c'est que tu l'as rassurée ! Tu ne la quittes pas, tu t'éloignes seulement sans donner d'adresse. Tu lui proposes même de manger avec toi sans Yann évidemment à chaque fois qu'elle en ressent le besoin. Si c'est un guet-apens, je ne saurais pas loin ! Qu'elle efface ton numéro de son répertoire où change le nom.
-« Putain » Oups ! C'est chaud pour moi en ce moment, hop 2 € dans le vase
-extorsion de fond !
-Radin !

Nous nous retrouvons le soir, surprise Ludo nous avais préparé un pot au feu. Je n'en croyais pas mes babines tellement cela sentais bon le thym le laurier. Par surprise je le paluchais si sensuellement que très vite sa trique se fit voyante dans le pantalon. Il m'implora que je m'agenouille pour le pomper ce que je vis bien trop heureux de lui vider les couilles de façon aussi improvisée. Mon marmiton devant sa gamelle à surveiller. Trop tordant !
J'avais prévu le deuxième karaté kid II qui ressemblait au premier. Une bonne rasade de whisky pour se mettre dans l'ambiance et, partie love câlinoux pelotage. Il a tenu jusqu'à la fin du film !
-Dis Lucas on commence quand le taekwondo ?
-Je crois que tu es prêt ! En cours accéléré débutant ça donne lundi mercredi vendredi 1 H 30 dont 30 mn d'échauffement : Tu sauras mon 2e Sensei (élève) sur qui je porte les coups, que tu devras esquiver. J'ai dix huit élèves mixes dont mes deux fils. La première fois, tu regarderas ? Et si tu n'es pas une « poule mouillée » tu participeras à l'entraînement.
-Lucas me tend la tirelire en se marrant « poule mouillée à proscrire dorénavant ».
-Je n'ai pas de monnaie, je crois !
-Tans pis pour toi ça fera 10€, je me sers dans ton portefeuille.
-Escroc !

Il avait une telle rage de ne pas me décevoir, probablement l'image de Yann à détruire en toile de fond ! Qu'il s'appliquait, devenait technique, apprenait vite. De Sensei II, il est devenu Sensei I (celui qui porte les coups) sur moi évidemment qui me plaisais à lui dire entre les dents « trop mou ».  Il était ravi de découvrir que des plus jeunes que lui pouvais mettre au tapis des gaillards de 60-70 kg contre 51 kg pour lui.

Lundi l'heure du déménagement ! Préviens ta sœur que nous y seront dans 30 mn, et si elle est sympa qu'elle t'aide à rassembler tes affaires ça fera gagner du temps. Elle confirme que Yann n'est pas là ce qui semble rassurer Ludo. Nous fîmes les présentations, je restais aux aguets sur le pas de la porte. Empilais consciencieusement les bagages à descendre, je remarquais une complicité quasi fusionnelle entre le frère et la sœur. Amandine fiérote d'avoir récupéré dans la chambre de Yann tout ce qu'il avait substitué à Ludo. Je commençais mon travail de protection rapprochée : Changement des trois barillets sécurisés ni vu ni connu de l'extérieur avec des codes couleurs différents. Quand toutes les affaires de Ludo furent sur le palier, je demandais à amandine de réunir les affaires de Yann. Quand ce fut fait, je lui demandais de l'appeler sur son téléphone et de lui dire, je te met dehors, puis de me le passer le téléphone.

-Je ne pourrais jamais faire ça ! Ludo lui glissa un mot à l'oreille, elle s'exécuta.
-Je demandais entre temps à Ludo et Amandine de charger la camionnette.
-Amandine me tend le téléphone, J'ai une voix furibonde qui gueule, c'est quoi ce bordel ?
-Le « déménageur » que le lui réponds : t'es viré, et t'as trente minutes chrono pour récupérer tes affaires sur le trottoir, je raccrochais en coupant le téléphone. J'entrouvris la fenêtre, et commençais à tout lester sur le trottoir. En demandant à Amandine de se préparer car nous allions manger ensemble pour arroser ça,  ce qui la rendait guillerette d'un coup.
Entre temps, je tel au brigadier « « cravate » pour le prévenir de mon opération nettoyage, et que s'il juge opportun de se déplacer qu'il le fasse s'en tambour ni trompette (gyrophare et deux tons éteint).
Je le pressentais le Yann arrive avec 6 de ses potes sur des motos. Il n'attend pas que sa bécane s'arrête, saute en marche en manquant tomber. Il s'approche direct sur moi en position de Kung Fu Panda !
-C'est toi le déménageur !
Ben oui,  je travail sur ordre d'Amandine et Ludo parait que tu leur dois 8 mois de loyers. Sans les charges. Je vais faire le tour des motos que chacun vide ses poches. Tiens on va commencer par toi, t'es le chef non ? Il tente un « mawashi geri » mais plus rapide je le couche avec un « ap tchigui  (frappe directe du poing sous le nez). Ca pisse le sens forcément et nez en trompette. Alors j'attends le fric, a terre il me donne 50€. Ben je vais être obligé de confisquer les motos. Je fais le tour du groupe prêt à décamper. Le premier tente la position du héron pour me casser un genou. Encore trop rapide j'emprisonne sa jambe qui craque et lui assène  un Chagui : frappe de jambe entre les deux cuisses (les olives ont dues remonter). Couché tordu de douleur, je trouve à riposter qu'il faudra mettre une coquille la prochaine fois. Donne le fric ! Mais c'est toute ma paie 1100€. Bon prince, je lui laisse 20€ ! Les autres s'étaient retranchés derrière leur Mob. Je fais le tour, encore 150€. je prends les bécanes une à une pour les amener sur le vide grenier du Yann en lui disant « le compte n'y ai pas » : 2090€ seulement pour des mois de sévices corporels, en taule tu prendrais minimum 2 ans. Va falloir laisser dans sa BAL 150 € le premier de chaque mois pendant 6 mois sinon je vous attache ç un arbre au lycée  à oilpé.

Je vois le brigadier « cravate » se pointer le temps pour moi de ramasser une cigarette encore incandescente, d'arracher un tuyau d'essence ? Et je mets le feu au vide grenier guitare chaîne stéréo du Yann pétrifié visage ensanglanté nez boudiné, déshonoré devant ses potes. Je me dirige vers le brigadier pour expliquer qu'ils étaient entrain de piler un APT, qu'ils roulaient sans casque (ça c'était vrai), qu'à sept ils m'étaient tombés dessus.

-Bon, j'aurais besoin d'une déposition plus crédible demain monsieur le redresseur de tords. On va s'occuper de ceux là !
-Ca sera fait !

Nous reprîmes notre pôle position dans le véhicule non sans le regard révolvers de Lucas.

-Je vous avez dit de veiller l'un sur l'autre marmonnais-je !
-Trop de la balle comme tu les as massacrés, putain ce que tu peux être rapide
-J'enlève 50€ pour le gros mot, et la désobéissance dans le pot de fleur en rentrant, tiens donne le reste à ta sœur
-Qui trop contente profitant de l'opportunité d'un feu rouge roule une pelle à Lucas puis à Ludo
-Sérieusement Lucas « combien de temps pour que je sois aussi rapide que toi » ?
-Tu veux dire en cours accéléré ? Au moins une années lumière !
-Dis donc, je suis prêt à passer la ceinture noire 1er Dan dans un mois
-C'est vrai, mais tu auras 5 adversaires cette fois
-Mais c'est quatre en vrai
-C'est vrai, mais j'en ai rajouté un !
-Qui ?
-Moi !

Rigolade générale : nous dûmes arrêter l'estafette car on pleurait tellement qu'on ne voyait plus la route.

-C'est quoi c'est photos que vous avez prises tout à l'heure
-Amandine veut les faire tourner sur les réseaux sociaux pour prévenir ses copines que ce sont des prédateurs sexuels qui agissent en groupe.
-Bien, c'est une bonne idée, mais a une condition dit Lucas, c'est qu'on « floute » mon visage, j'interdis à mes élèves de se battent dans la rue manquerait plus qu'ils me reconnaissent.

Nous garâmes l'estafette, Luca nous demandâmes de partir à la recherche d'un « restau » à leur convenance dans la rue. C'est moi qui régal ! Frangin frangine s'étaient mis d'accord pour un « cuisine traditionnelle » plus de choix sur la carte. Au restaurant Lucas demanda à amandine si elle consentait à parler d'elle, faut bien qu'on fasse connaissance…/… Censured !
Nous sommes rentrés rassasiés. Lucas s'en perdre de temps se mis à rédiger son rapport pour brigadier « cravate », j'en profitais pour lui rouler une pelle, tandis qu'Amandine squattait la SDB. Tu sais elle en a pour plus d'une heure !

Nos corps se tournent, se frottent l'un contre l'autre, les vêtements volent.
Lucas me jette sur le lit, sa bouche et ses mains se promènent sur mon corps dénudé. Aujourd'hui, Ludo peut gémir sans retenu. Ils changent de position, Lucas fait durcir Ludo sans précipitation, qui s'enroule autour de Lucas. Ils ne font plus qu'un, leur trique collée l'une à l'autre contre leur ventre, le moindre mouvement les fait se frotter durcir encore. Ludo repousse la hanche de Lucas, écarte les cuisses dirige de la main son sexe turgescent vers son fion prêt à le recevoir. L'autre main de Ludo caresse la nuque de Lucas, fourrage ses cheveux, sa bouche le couvre de baisers. La jambe de Ludo appuie sur Lucas, le poids finit par introduire le gland dans le conduit en douceur. La sensation est divine, les barrières de Ludo tombent, le sphincter se relâche s'ouvre au va et viens. Les deux jambes relevées, les mains sur les hanches Ludo guident la pénétration. Lucas regarde le visage radieux de Ludo dans la pénombre, il prend confiance. Il se comporte comme un mâle même s'il souffre sous le diamètre du membre de Lucas. Ludo noue ses jambes dans son dos pour l'empêcher de sortir, ses mains prennent le visage de Lucas,  Nous nous embrassons tendrement virilement passionnément. Tandis que les doigts de Ludo cherche la croupe de Lucas pour y déposer semence dans un va et vient aussi déterminé qu'une gourmandise dont on savoure l'acidité autant que le sucré. Lucas reçoit ma purée sur le nombril que je m'empresse de gloutonner pour partager cette sémination dans sa bouche. Il adore cette communion de nos «aura seminalis ». Dont le symbolisme reste le fluide blanc d'œuf sans le jaune de l'amour, de la force, la virilité, la fertilité… La symbolique de Mandragore ! Le délire la fureur l'alchimie aphrodisiaque, et les propriétés hallucinogènes de la jouissance. Nos verges ont a peine le temps de ramollir qu'Amandine se manifeste en réclamant une serviette. D'un bond Ludo est prêt à bondir, juste le temps de lui glisser :

-Mais t'es à oil pé, t'a encore la gaule !
-Ben on est frère et sœur, non ?
-Tu verrais son « minou » simplissime me glisse t-il coquin.

Dans quel « guet-apens » je mettais encore fourré : Un frère et une sœur aussi dévoyés. Je tentais reprendre mes esprits : Le rapport de « cravate », une douche s'imposait vue la quantité qu'il m'avait mise dans l'entrejambe, et pas que. J'entrepris prudemment d'aller vers la SDB à oil pé : ils me tournaient le dos, Amandine une serviette qui ne couvrait que le bas, Ludo assis sur elle sans rien. Apparemment il était entrain de préparer photos et compte rendus sur réseau sociaux. Ludo me lance, je te rejoints dans cinq minutes, Amandine se contenta de : Il est craquant ton prof t bien gaulé avec ça mais je n'entendis pas.

Épilogue : je remis au brigadier « cravate » mon rapport avec le « fac similé » des témoignages de filles disant avoir été victimes de la bande. Il se contenta de marmonner : « C'est bon tout ça, on est sur la piste que nous supposions ». A savoir qu'ils utilisaient le  GHB : la drogue du violeur. Dommage qu'on n'est pas d'image pour leur visage ! Oups !
-Tu as bien travaillé, et c'est à nous de terminer le job !
-j'héberge les deux chez moi maintenant, je vais accélérer la reprise du master de Ludo et lui trouver un chambre, et un autre APT pour Amandine.
-T'es une vrai assistance sociale toua, t'as raté ta vocation.
Ludo fou de joie à l'idée de reprendre son master à la rentrée, avec la promesse d'une chambre a lui. Il avait passé avec brio sa 1er Dan malgré ce cinquième adversaire que je lui imposais pour le déstabiliser. Pour amandine ce fut plus long que je ne le pensais because sa nudité excessive au quotidien, mais Ludo avait mis les pendules à l'heure pas de relation avec moi. Nous nous inquiétâmes de savoir si des tofs avait circulées sur la toile. Ludo l'air de rien sorti de sa poche la carte mémoire de l'appareil photos  crânant « pas folle la guêpe » : Quand j'ai vu que tu explosais toutes ses affaires sur le trottoir, j'ai récupéré vite fait bien fait ce qu'il restait de l'appareil explosé. Le jour où Amandine sera prête on la regardera tout les deux, sinon je la détruis. Détruit là s'il te plaît Ludo, rien que l'idée d'avoir été violée en bande, toi présent, ça me fait gerber. Je veux me refaire une virginité ! J'y ai mis le feu dans un cendrier. Quand à moi, j'attendais impatiemment les vacances scolaires pour retrouver un peu de sérénité dans le midi. Non sans avoir recommandé tant au frère qu'à la sœur de rester ensemble : Promis juré crachèrent-ils en s'embrassant fraternellement.

NB : certains aiment mes textes mais les trouvent trop longs. Est-ce votre avis ?

Scoubidou38

phje@worldonline.fr

Autres histoires de l'auteur : Portrait d'un double face ! - Esteban (dit Esté) - Chubby Chub - Vacances déjantées - Destroy le covoiturage au final - Bains Turcs - Petite bite, dit la Biloute - Vide Burnes - Incongru - Casey - Godeminou à trou-ducs - Le colocataire renversant - Un ange Satanique caché : Abdel - Chaud Bouillant - Le rouquinoux - Dépave entre adultes consentants - Steffen and co…. - Alfredo & Geoffrey - Pablo Colombien - L'Alpha et l'Oméga - Adrien « masseur » - Déprave au sauna

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

16 juillet 2019

Nouvelles (21)

Au sauna avec Nicolas Julienbogoss
Accompagnateur Martin Tche
Comment je me suis fait violer le cul chuuuut17
Un dimanche Martin Tche
Le masseur turc Martin Tche
Ma première hospitalisation Martin Tche
Mon pote Brice Thomas
Amir Thomas
Gabriel Renart
Sur la route de Bruxelles Omar-lille
5 garçons de terminale Frank
Olivier Lycrahot
Rapport de force -01 Lucif
Rapport de force -02 Lucif
Kiff Seithan
Exhibition et domination Pol
Un job d’été prometteur Tomtom69000
Virée au bar Lifeisdream
Medhi, un Maitre marocain Lope75
Chambre d’hôtel Frank
Chambre d’hôtel -02 Frank

La suite (12)

Le patient -06 d.kine.75
Un amour inaccessible -04 Miangemidemon
Le chef de chantier -06 Romain
Le chef de chantier -Fin Romain
Passion en toutes lettres 07 Cyrillo
Passion en toutes lettres 08 Romain
Passion en toutes lettres 09 Cyrillo
Passion en toutes lettres 10 Romain
Passion en toutes lettres -11 Cyrillo
Passion en toutes lettres -12 Romain
Les potes de mon grand-frère 4-2 Marc 67
Le fils prodige aime obéir -07 Charles.lope

Juillet 2019

Nouvelles

Passion en toutes lettres 01 Cyrillo
Passion en toutes lettres 02 Romain
Passion en toutes lettres 03 Cyrillo
Passion en toutes lettres 04 Romain
Passion en toutes lettres 05 Cyrillo
Passion en toutes lettres 06 Romain
Dans les airs ! Peter pan
Mon collègue Farid Hugo
Le grand frère de mon pote Julian
Éveilleur Alex
Éveilleur -02 Alex
2 ouvriers au supermarché Thomasqueutard
Soirée chez mon meilleur ami Arnaud

La suite

Le chef de chantier -05 Romain
Découverte de mon côté gay Alb29
Un amour inaccessible Miangemidemon
Les bains d’Odessa -02 Loic.1972
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)