PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Le "mec plus ultra"

Le corps humain est une machine vraiment extraordinaire et dirigée de main de maître par tout un réseau de connexions électroniques sophistiquées. En est-on conscient ? OUI, en émergeant de l'in-conscient !
2008 ne me laisse pas un excellent souvenir au niveau santé puisque j'ai subi deux très sérieuses opérations en mars et novembre.
Par contre, celui de Julien, le jeune infirmier, reste et restera définitivement gravé dans mes archives cérébrales.... et pas que !!!
Fils de médecins, cette option lui permet de visiter les différents services de l'Hôpital, se faire des sous et ainsi ne pas se tromper dans le choix de sa future spécialisation. Mais quand, en mars, on se réveille après une anesthésie générale à haut risque et que la première vision offre le regard d'un soignant au sourire d'ange avec ses dents d'une blancheur éclatante, c'est le paradis... sur terre !!!
« Ne bougez pas. Je change votre pansement et ma collègue va venir faire votre toilette »
Et d'une voix... intérieure de lui répondre : « Dommage », en espérant que ce n'est que partie remise. En tout cas, durant sa journée de travail, que d'occasions pour passer dans ma chambre : « Je vais vous installer dans le fauteuil ». « Je viens prendre votre tension ». « J'ai oublié de vérifier votre température ». « Voilà votre repas ». « Je retends votre lit ». « Je vous souhaite une bonne soirée. A demain et bonne nuit ».
Il n'a malheureusement pas ajouté : « ... et faites de beaux rêves ! »
Le lendemain matin, deux soleils entrent dans la pièce. Un par la fenêtre, l'autre, très attendu, par la porte : « Bonjour. Avez-vous bien dormi ? »
Et rebelote : « Super, la fièvre est tombée ». « C'est l'heure des soins ». « Bon appétit ». « Je vous retire la perfusion ».
Hélas, sa consœur se charge toujours de me laver. Et elle n'y va pas avec le dos de la cuillère. Et pour cause ! Mon ventre et mon dos gardent encore les traces du produit désinfectant.
« Dites, il est pas joli mon tatouage ? »
Aucune réaction sauf de continuer à frotter avec tant d'énergie que ma peau prend la couleur d'un homard tout droit sorti de la casserole !
Et revoilà Julien : « Je dois contrôler votre tension »

Puisque l'infirmière m'a confortablement emmitouflé dans le fauteuil, il s'assied sur le lit et pose mon bras sur sa cuisse. Oh ! l'audacieux. Ma main n'est pas loin de son entrejambe.
J'essaye de changer de position pendant que le brassard gonfle, gonfle, gonfle mais un élancement dans l'aine me fait pousser un cri.
« Ça fait mal ? »
« Oui, ici »
« Normal, c'est le muscle adducteur qui s'étire »
« Aïe »
« C'est toujours l'adducteur »
« Non... c'est l'élastique du boxer ! »
« Cessez de vous agiter »
Et le brassard se relâche : « Un peu haute. Je la reprends dans un quart d'heure. Détendez-vous »
Facile à dire. Je n'ai pas que la pression artérielle en hausse ! Vite quelques mots croisés pour retrouver mes esprits et tout redevient normal.
Le jour suivant, une soignante me réveille brutalement : « Vous n'avez pas encore été faire caca, votre pansement s'est décollé et... »
« Bonjour. Julien ne vient pas aujourd'hui ? »
« Si pourquoi » demande-t-elle sèchement.
« Comme ça. Pour savoir ! »
Ma réaction lui cloue le bec et au moment de quitter la chambre, mon jeune infirmier entre avec son éternel sourire d'ange... enjoué !
« Bonjour. Ce matin, c'est moi qui m'occupe de votre toilette. Donne-moi le bras pour rejoindre la salle de bains »
Cette nouvelle inattendue... attendue !, l'incartade précédente, sortir du lit, la peur d'être trop lourd et l'avoir enfin près de moi, pour moi, me font chanceler.
« Ne craignez rien. Appuyez-vous. Je suis un solide gaillard »

OUF ! On y est.
Il retire mon pantalon de pyjama, mon boxer et m'installe sur le W.C : « Je reviens tout de suite, le temps pour vous de faire « Science-popo ! », sans forcer. Cela doit venir naturellement. » Et il s'éclipse en me lançant un petit clin d'œil.
Devoir dépendre atteint souvent la dignité, conscient d'être bien peu de chose. Alors, pour lui montrer ma volonté, je me relève, prends appui au lavabo et j'attends son retour.
« Vous n'êtes pas raisonnable ! Asseyez-vous sur le tabouret » et en ôtant ma veste : « Inclinez bien la tête »
A l'aide d'un gobelet l'eau tiède coule sur mes cheveux. Un peu de shampoing sur les mains et c'est parti pour un doux massage. Quel bien-être ces chatouillis derrière mes oreilles et sentir sa jambe gauche contre ma colonne vertébrale. Ingénieux ce dossier de soutien !
A cause de la mousse je ferme les yeux et lui qui les a bien ouverts doit s'apercevoir que cela ne me laisse pas indifférent.
Mais la raideur n'est pas que... là. Cette position devient inconfortable et la nuque montre des signes d'engourdissement. Et pourtant c'est tellement bon d'être malaxé par des mains expertes. Si cela pouvait être pareil... ailleurs !
Rinçage. Essuyage.
« Lavez votre visage et moi votre torse puis votre dos ».
Je veux me lever mais il me retient par les épaules.
Pour empêcher le savon de me piquer les yeux, force est à nouveau de fermer les paupières. Et je sens un gant de toilette descendre lentement vers l'avant jusqu'aux poils pubiens et titiller le nombril, remonter, pour redescendre derrière jusqu'au coccyx.
Rinçage. Essuyage.
« Avec mon aide, mets-toi debout. Prends bien appui sur le lavabo, face à moi ! »
Et ce demi-tour vaut le... détours. Quelle hallebarde munie d'une paire de couilles... quatre étoiles !!!

Avec beaucoup de douceur je caresse ce magnifique service trois pièces juvénile, tout chaud et de quoi mettre en appétit, surtout à la vision de ce gland qui ne demande qu'à être croqué... avec la langue pour goûter sa mouille.
Lui me savonne abondamment la queue, le fion et les passages mousseux de ce gant sur le frein, autour de la couronne ne font qu'augmenter mon orgasme et l'envie de le branler plus rapidement.
On se donne l'un à l'autre, insouciants du temps qui s'écoule... aussi, du lieu où l'on se trouve et d'une éventuelle incursion d'un membre du personnel chargé de le surveiller....
Rinçage. Essuyage.
Il m'enfile une capote. Accroupi Julien me pompe le dard et poursuit ma toilette en me lavant les jambes et les pieds. Je dois serrer les sphincters mais surtout éviter de pousser le moindre gémissement lorsqu'il remonte et frôle mes bijoux de famille. Alors, je trouve une parade, celle de poser mes mains sur son crâne et d'accompagner les mouvements de sa tête.
Nom d'une pipe, quelle pipe ! Il a déjà de l'expérience le jeunot et sait comment prolonger le plaisir de son partenaire.
Quasi au moment d'expédier mon foutre dans le morceau de latex...
Rinçage. Essuyage.
Il me regarde et sourit. Quel allumeur ! Quel vicieux !
Tout en retirant mon préservatif, qu'il jette dans la cuvette, Julien s'en met un autre : « Tourne-toi et respire à fond, très calmement ».
Et lui, centimètre après centimètre, se glisse dans mon trou de balle, sans mal ni douleur. Penché vers mon oreille, j'entends sa respiration au rythme de ses va-et-vient saccadés.
Il saisit ma hampe : « Détends-toi et lâche toute ta sauce ».
Aussitôt dit, aussitôt fait. Je suis même surpris de l'énorme quantité qui atterrit dans le lavabo.
Lentement sa queue ressort de ma grotte. Il jette aussi le condom dans le W.C., tire la chasse et se place au-dessus du lavabo : « Embrasse-moi pour me faire jouir à fond. Vide mes burnes ».

Nos langues se lèchent et visitent l'intimité buccale adverse.
Mais je veux prolonger le bonheur de tenir enfin cette bite magistrale tant convoitée en pianotant dessus.
Le pouce et l'annulaire coulissent autour de la couronne, l'index écarte le méat, le majeur titille le frein et l'auriculaire frôle ses rustons.
Mon Julien vacille et notre langoureuse étreinte se transforme en bouche à bouche.
J'empoigne alors sa grosse pine et accélère la cadence... pour m'arrêter brièvement, juste avant de juter. Mon moment préféré, celui de relancer la machine avant de piquer du nez.
Serrés l'un contre l'autre je n'arrive pas à profiter de l'abondance de sa semence larguée mais elle se devine par son passage dans ma main en forme de cheminée.
Soudain on l'interpelle agressivement : « Juju qu'est-ce que tu fous ? »
« Désolé. Je termine et j'arrive ».
« Merci mon grand. On peut remettre ça bientôt ? »
Et de répondre un peu sèchement : « Désolé. Demain je suis en formation et après-demain matin, exceptionnellement, Monsieur, vous quittez l'hôpital ».
Il sort précipitamment de la chambre, me plantant là avec... la queue entre les jambes !
Par la reprise de son vouvoiement, je récupère ma « conscience ».
Il est fier d'avoir tiré son coup avec un... patient !
Mais faut-il voir cela de cette manière, surtout qu'en laissant couler l'eau dans le lavabo, je me lèche les doigts imbibés de son onctueuse crème ?

Scapadal

scapadal@gmail.com

Autres histoires de l'auteur : Ça m'apprendra - Auto-Stop... Stop ou encore ? - Incorrigible - Petit Cachotier - Oser franchir le pas - Le Motard - Sacré festin - Quel Flair ! - Hétéro lui ? - Emploi temporaire - Toute, toute première fois ! - L'intrigant gant !Le "mec plus ultra" - Entracte - L'art de gaffer - RelaxationSoirée inespérée - Plaisir des transports en commun - Camp d'enfer - Surprise - L'inconnu du dancing - Pour service rendu - Zones de turbulences

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

14 aout 2019

Nouvelles (20)

Abdou Romain
L’école de danse Noah93
Hétéro, juste ce qu'il faut Hugo
What a TØS Sexaddict49
Première hard Tours37
Plan à 3 en extérieur Sylou69
Fouille révélatrice à l’aéroport KarlJ
La piscine Quentin94
Un sauna de verre Glaudoun
Défonce au camping Heysi37
Pauvre Cyrillo Romain
Mes dépucelages -01 XXL
Mes dépucelages -02 XXL
Le fils du shérif -01 Matt
Le fils du shérif -02 Matt
Le fils du shérif -03 Matt
Faire durer le plaisir Frank
Faire durer le plaisir -02 Frank
M Renart
M -02 Renart

La suite (9)

Le cul -02 chuuuut17
Un étudiant appliqué -09 Amical72
Un étudiant appliqué -10 Amical72
Un étudiant appliqué -11 Amical72
Mariage pour tous -14 Yan
Passion en toutes lettres -21 Romain
Passion en toutes lettres -22 Romain
Passion en toutes lettres -23 Cyrillo
Passion en toutes lettres -24 Romain

Aout 2019

Nouvelle

Amoureux de Dimitri Chopassif
Prof de sport Victobg
Lost in Cocktown Pititgayy
Il m’offre son c... Seithan
Jardinier bien bâti Virilbgmuscle06
Mes années de fac Louisallenk
Toilettes publiques Hugo
Anniversaire de mon beauf Linox
La Cage d’escalier Éric
Révélation au club de natation WhiteKnight
Mehdi, le livreur de pizza Pol
Les vices de l’internat Lloh
Le volleyeur et le rugbyman Dolto
Chienne à rebeu Larbin
Nils -01 Renart

La suite

Passion en toutes lettres -17 Romain
Passion en toutes lettres -18 Cyrillo
Passion en toutes lettres -19 Romain
Passion en toutes lettres -20 Cyrillo
La grosse bite de mon beauf -08 Ghost writer
Un étudiant appliqué -07 Amical72
Un étudiant appliqué -08 Amical72
Amour inaccessible -05 Miangemidemon
Nils -02 Renart
Mariage pour tous -13 Yan
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)