PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Soirée inespérée

Depuis quelques mois je suis chargé de former un nouveau collaborateur dans notre Service... ce qui ne me déplaît pas. D'ailleurs le courant passe très bien entre nous car il rit beaucoup de ma façon de lui apprendre les astuces du métier en jouant sur les mots.
Et qu'importe nos années d'écart. Lui a une trentaine de piges et moi, une cinquantaine ! Mais puisque l'on me dit souvent : « Tu ne fais pas ton âge ! »... Pourtant, il change au mois de mars !
Et voilà qu'un beau matin il arrive au bureau avec une belle surprise.
« Buenas »
« ¡HOLA ! Miguel ».
Eh oui !, mon collègue est un « croisé belgo-espagnol » et comme je connais le castillan, ce point commun nous lie encore davantage. Il est même fréquent de s'échanger quelques phrases que les autres membres du Personnel ne doivent pas entendre !!!
« Dis, ma nana doit se rendre à une réunion de famille et je serai seul ce soir. Si t'as rien de prévu, une petite bouffe catalane, ça te dit ? »
Heureusement, je suis assis. Mon cœur cogne à tout rompre, mes jambes flageolent et ça gigote sous la ceinture. Combien de nuits blanches à imaginer passer une soirée avec lui en tête-à-tête... j'aimerais mieux en « tête-à-queue »
Miguel debout dans l'encadrement de la porte attend toujours la réponse : Oh, ça te dit ?
« C'est O.K. Tu me veux..., pardon, je viens à quelle heure et où t'habite » Est-ce un langage pour un instructeur digne de ce nom ? Oh !, tant pis c'est sorti car le bougre a tout prémédité.
« A 19 heures... précises. Voici l'adresse. C'est à l'autre bout de la ville ».
« Parfait. Bon et maintenant, au boulot, fainéant ! »
« Avec ou sans S ? »

Hélas, la journée se tire en longueur, s'éternise, n'en finit pas de finir.
Enfin Miguel rassemble ses effets personnels.
« Hasta luego » me lance-t-il au moment de franchir la porte.
« Oui, ma puce ».
Il se retourne et je fais diversion en cherchant quelque chose dans le tiroir.
« Hein ? T'as dit quoi ? »
« Oui à plus ! » ai-je répondu d'un ton le plus naturel possible et Miguel s'en va.... pas très convaincu que c'est bien ce que j'ai dit.
Une heure se passe et c'est à mon tour de lever le camp. Je déconnecte le PC et l'imprimante, branche le répondeur et j'éteins la pièce que j'ai hâte de quitter.
Comme un zombie je marche dans la rue et j'entre chez l'épicier pour nous acheter une bonne petite bouteille de vin car Miguel est un fin connaisseur.
Arrivé chez moi je balance mes vêtements et passe un bon moment sous la douche en évitant de me masturber. Ce n'est pas l'envie qui me manque ! Il faut faire honneur à son hôte. Je me sèche et j'enfile un polo sur lequel sont dessinés des pectoraux, je fais de même avec un slip imprimé de grosses lèvres rouges qui disent : « KISS » Ah oui ! j'ai vraiment l'intention de sortir... le grand jeu. L'occasion est trop belle. J'attends ce moment depuis trop longtemps même si elle comporte des risques. Qui ne tente rien, n'a rien !
Une chemise, un pantalon, des chaussettes et mes mocassins terminent mon habillement. Ensuite, je vérifie le contenu de ma trousse : préservatifs, gel, gode.. O.K.
Un coup d'œil sur l'horloge. Il est grand temps de se mettre en route même si je suis certain de la fluidité du trafic. L'heure de pointe est passée.
A 19 heures... précises, je gare la voiture sur le parking de son immeuble et j'appuie sur le parlophone.
« C'est au troisième... avec ascenseur. Monte »

T'inquiète, Miguel, c'est déjà le cas dans mon froc grâce au cockring.
Plus que quelques minutes pour ENFIN partager ce moment d'intimité.
A l'étage j'entends sa voix derrière la porte : « C'est ici » Et lorsque mon regard croise le sien, je ne peux m'empêcher de rester bouche bée, à la limite de tomber à la renverse.
« Qué pasa amigo ?
« Ce qui se passe ?, dis-je en entrant, c'est que tu es méconnaissable sans ton complet veston cravate. Toi, toujours tiré à quatre épingles ! »
« Par obligation professionnelle car je préfère porter des tenues sportives ».
« Je vois, T-shirt, pantalon jogging classique et tongs. J'aime bien ! »
« Je termine les tapas pour l'apéritif et... »
« Tiens, je t'ai apporté un petit cadeau » et je lui remets la bouteille de vin.
« Super. On la boira en mangeant. Bon, j'arrive tout de suite. Mets-toi bien à l'aise en m'attendant »
A peine a-t-il quitté la pièce que je retire chaussures, chemise, froc pour m'installer confortablement dans le fauteuil.
Lorsque Miguel revient avec un magnifique plateau garni qu'il dépose sur une table basse, c'est lui qui est sur le point de se retrouver par terre.
« Ben quoi ? Tu m'as bien dit de me mettre à l'aise. Je te prends au mot »
« Non, hétéro, pas homo » rétorque-t-il choqué par mon attitude désinvolte.
« Miguel. Au mot, en deux mots. A-U ESPACE M-O-T »
« J' m'en fous. Pour moi, c'est pareil ! »
« Tu ne veux donc pas profiter de ma visite pour parfaire ta formation ? On dit souvent : « PLUS si affinités » et moi, depuis plusieurs semaines... j'ai envie de toi. »
Le ton monte : « Je t'ai invité par amitié, sans aucun plan cul derrière la tête »

Intérieurement, je jubile. Ce Miguel-là n'est absolument pas celui du Bureau. Il va donc falloir jouer serrer.
« T'es vraiment sûr de ne pas avoir la plus infime pensée d'un plan cul... »
Le fauve sort ses griffes, il explose : « Bon écoute-moi bien. C'est le dernier avertissement. Si t'arrêtes pas immédiatement ton cirque, je te fous mon poing dans la gueule »
Le tout est de ne rien laisser paraître. De rester le plus calme possible C'est du sang chaud bouillant, cet animal-là... et cela m'excite.
« D'accord, mais avant de changer de sujet, peux-tu m'expliquer pourquoi ton jogging est déformé par une bosse ? »
Menaçant, il s'approche et j'ai juste le temps de glisser du fauteuil en agrippant son froc pour esquiver l'uppercut. Profitant de son moment de surprise, et puisque me voilà à genoux face à l'objet tant convoité, je le prends en bouche. Le tout, maintenant, est de l'amener à calmer sa vraie ou fausse colère. Et avec la langue, j'explore les moindres détails de cette belle queue rigide et frétillante. C'est dans la poche ! Ses muscles se relâchent. Il se donne à moi. D'ailleurs, au lieu de me mettre K.O. il pose délicatement ses mains sur mes épaules et me repousse très doucement.
« Arrête, je vais jouir »
Il m'aide à me relever et j'aperçois deux larmes lui couler sur les joues.
« C'est une soirée inespérée. Pardon de m'être emporté... par peur. Viens, allons dans la chambre, nous serons mieux installés sur le lit ».
Mon fantasme étant d'être déshabillé, je m'allonge en diagonale pendant qu'il retire ses deux seuls vêtements : un T-shirt et le jogging. Miguel a, lui aussi, bien caché son jeu.. programmé plus tard que ma mise en scène.
Il se couche sur moi, appuie bien son sexe en érection sur le mien et nous mélangeons nos salives dans un langoureux baiser. Puis, il ondule vers mon nombril, relève la chemisette et remonte en léchant le torse pour s'attarder sur chaque téton en retirant le linge de corps . Très lentement, il redescend et embrasse ma bite à travers le slip... puisque c'est écrit plusieurs fois : « KISS». Il sort une de mes couilles et la gobe, l'autre ne doit pas attendre longtemps pour l'être aussi. Il fait glisser le slip et le jette à travers la pièce tout en me suçant comme je l'ai fait tout à l'heure... et même mieux !

« Oh que c'est bon ! Miguel. Et toi, ça te plaît ? »
Un grognement me répond.
« T'as dit quoi ? »
Il me regarde droit dans les yeux : « On m'a toujours défendu de parler la bouche pleine », et la fellation continue. Cette reprise augmente ma jouissance.
Miguel effectue un volte-face et nous partageons nos sucettes.
Avec l'index je lui caresse la rondelle mais, apparemment, le trou est bouché faute d'avoir déjà servi. En revanche, de son côté, il parvient à introduire deux doigts dans mon cul et les enfonce le plus profondément possible ce qui m'oblige à serrer les sphincters pour ne pas éjaculer trop vite.
Visiblement Miguel veut rester dans cette position afin de boire ma sauce jusqu'à la dernière goutte. Il secoue ensuite la tête pour mieux astiquer le chibre.
L'élève dépasse son Maître !
Il ressort ses doigts, palpe mes testicules et les va-et-vient s'accélèrent. J'en fais de même. Qui se retiendra le plus longtemps ? Plus jeune, son but est de gagner. Il rentre à nouveau un doigt dans mon fion pour exciter la prostate. Je résiste malgré les spasmes de cette estocade. Mais pas question de m'avouer « vaincu » (un pour aujourd'hui, suffira!) et de « baisser la garde » même si le trapèze commence aussi à devenir... raide !
Ah !, tu veux jouer au plus malin. Attends !, j'ai encore quelques atouts de réserve. Tant pis s'il les utilise pour sa gonzesse, tant mieux s'il s'en sert sur d'autres partenaires de son âge. Je lui dois bien cela.
Par de délicats frôlements, veillant à ne pas le chatouiller ou, pire, le griffer, mes doigts glissent le long de sa moelle épinière, du haut vers le bas, remontent de chaque côté, redescendent vers les fesses que je malaxe, retournent en direction de la nuque... YES ! Son corps à la chair de poule, sa pine atteint son volume maximum et je savoure ce liquide séminal subliminal. Lui, il bave de plus en plus, gémit et, dans tous les sens, mon bel Idalgo se tortille... Ah ! Je l'ai « mis // à... mort ! »
Obstiné à ne pas capituler non plus, Miguel empoigne ma queue, la branle, titille son sommet et là, mon catalan m'offre l'immense cadeau de lâcher son foutre en même temps que moi. Et ce qu'il m'envoie au fond de la gorge est puissant et très onctueux. Quel délicieux élixir de jouvence. Toutefois, pas question de libérer nos bâtons de sucre d'orge avant d'avoir bien tout vidangé.

Quand on se relève, en se léchant la commissure des lèvres, nous éclatons de rire. Nos yeux sont remplis de larmes. Alors, ne voulant pas perdre la face Miguel m'entraîne dans la salle de bains. Une bonne douche, un long baiser et il est déjà 21 h 45.
« Et si l'on passait à table ?
« Surtout après ce délicieux apéritif »
Pour les espagnols manger à une heure tardive, c'est habituel et mon hôte-amant, notamment !, a mis les petits plats dans les grands. Nous échangeons des banalités en castillan lorsque je m'aperçois que tout le repas s'est déroulé dans le plus simple appareil : « Et tu oses appeler cela une tenue correcte ? »
« Bah !, je t'ai dit : « Mets-toi bien à l'aise, alors, j'en ai fait autant »
« Bon mais c'est pas tout çà ! Il est minuit et on bosse à 8 heures »
Je vais me rhabiller, lui, nu, m'attend sur le seuil de la porte. On s'embrasse à pleine bouche, se tâtant nos bites comme pour qu'elles aussi se disent : « Au-revoir et à la prochaine ».
Près à entrer dans l'ascenseur Miguel glisse un papier dans ma main que je déplie durant la descente vers le rez-de-chaussée :
« GRACIAS,
Muchos besitos.
TA... PUCE !....... A PLUS !»

Scapadal

scapadal@gmail.com

Autres histoires de l'auteur : Ça m'apprendra - Auto-Stop... Stop ou encore ? - Incorrigible - Petit Cachotier - Oser franchir le pas - Le Motard - Sacré festin - Quel Flair ! - Hétéro lui ? - Emploi temporaire - Toute, toute première fois ! - L'intrigant gant !Le "mec plus ultra" - Entracte - L'art de gaffer - RelaxationSoirée inespérée - Plaisir des transports en commun - Camp d'enfer - Surprise - L'inconnu du dancing - Pour service rendu - Zones de turbulences

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

19/03 : 17 Nouvelles

Andrew Aeshenn
La fibre paternelle gaydu71
Parfaite femelle Femelle
Retour de soirée Vap
Le serveur de la plage Eric
Le sandwich taiwanais Jako
Cours particuliers Julespg
Les toilettes du train Marc
Combien sont-ils ? Houne66
Pas vu venir celle-là ! James
Seul… Jako
Première avec un homme mûr Curiosite40
Dernier sauna à Paris Chopassif
Lieu de drague Puteadispo
Le mec de ma coloc Bryan
Siaka, le bel Ivoirien Gregmrs
L’internat Matte070

La suite... 7 épisodes

Le moniteur moto -09 Sketfan
Ma gorge défoncée -05 Mâlelope
Mon demi-frère hétéro -05 Oldyano
Stage BTS à la ferme -09 Stéphane
Soumission & Domination -523 Jardinier
Le patient -05 d.kine.75
Mariage pour tous -05 Yan
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)