PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

L'inconnu du dancing

Comment pourrais-je oublier mes années de comique amateur divertissant un cercle d'amis, jusqu'à cette mémorable rencontre avec le directeur d'une troupe de saltimbanques semi-professionnels ?
L'équipe se compose de six artistes, deux femmes et quatre hommes dont le Chef. Et, justement, l'un d'entre eux muté à l'étranger, doit être remplacé le plus vite possible car l'agenda est très chargé.
Je passe donc une audition, devant un vrai public et, malgré un trac fou, je déjoue toutes les provocations malsaines d'un spectateur complètement bourré.
Un double objectif est atteint. Non seulement j'ai chauffé la salle... mais je suis immédiatement engagé pour la prochaine représentation d'ici deux semaines dans une maison de convalescence.
Vu l'urgence de me constituer un nouveau répertoire, rendez-vous est pris dès le lendemain car quand la chance passe, il faut la saisir !
Je soigne ma prestation pour mériter ce tremplin. C'est un triomphe collectif.
Et les engagements s'enchaînent à un rythme effréné.

Environ une bonne décennie plus tard, durant l'Assemblée Générale, notre directeur annonce qu'il a reçu une invitation pour le moins inattendue : fêter les quinze ans d'une boîte de nuit pour homos, le « Dancingay ».. Exceptionnellement les femmes seront admises conscientes de l'endroit où elles... pénétreront car cela risque d'être... HOT !
Pour l'événement nous répétons deux chorégraphies faciles et entraînantes. La première, « C'est la chenille qui redémarre » et l'autre « A la queueleuleu » De circonstance !!!
Le jour J, je me pointe à l'adresse indiquée. L'ambiance bat son plein et quelques clients mesurent déjà le trottoir. Tout en me frayant un passage, certains me tripotent les fesses. La consigne reçue est de ne surtout pas réagir. D'ailleurs, pourquoi ? Ce n'est pas si désagréable. Mais l'un d'eux, plus téméraire, plaque sa main sur mon paquet. On s'échange un regard, il glisse la langue entre ses lèvres.

Ouf ! J'arrive... sain et sauf dans les coulisses situées à l'étage. Voyant mes joues écarlates, le Directeur me dit : « Ah ! tu as eu droit au Comité « Donneur ». Bienvenue. Tiens, enfile ça »
Et je rougis de plus belle : « Quoi ? Ça ? Un string ?
« Oui, et les filles sont en maillot de bain. Dépêche. On répète dans quelques minutes en costume de scène »
Ah bon ! parce que cette « chose » est un costume de scène... obscène, oui !
Au pied du mur, plus moyen de reculer, il faut sauter l'obstacle. D'ailleurs, ce n'est pas si inconfortable à porter quand on finit par s'habituer, au fond,... bien au fond, d'avoir cette ficelle... dans la raie.
Les dernières mises au point terminées, nous n'avons plus qu'à attendre le signal du Disc-jockey.
Je remets mon pantalon pour aller vers le balcon afin de me familiariser avec ce lieu, et ce que je vois sur la piste de danse confirme que la soirée s'annonce... TROPICALE ! Deux mecs à poil se déhanchent tellement frénétiquement que leur queue vole de tous les côtés. Quant à la mienne, jouissant d'une vue plongeante, elle apprécie le spectacle.
Murmurant : « Eh, je te rappelle que j'ai un élastique dans le cul ! », j'ignore que le Chef vient de me rejoindre : « Bandant, non ? » et il m'adresse son éternel sourire enjôleur qui me donne, chaque fois, des frissons. Mais sachant qu'à cause du trac j'ai toujours des urgences impérieuses, il ajoute : « Bon, descends uriner. On se lance dans vingt minutes »
« Mais je n'ai pas besoin de.... »
« Discute pas. File »
Arrivé aux toilettes, une odeur âcre m'irrite les cordes vocales et en voyant mes mimiques et mon maquillage, le gars face à l'urinoir se met à rire : « Oui, bienvenue dans les profondeurs de l' « enfer du décor ».
J'éprouve souvent d'énormes difficultés à pisser en présence d'autres mecs et là, bizarrement, ça coule tout seul.

Tout à coup, je reconnais mon voisin occupé à s'astiquer la colonne. C'est l'audacieux de tout à l'heure et cela me provoque un début d'érection. J'ai à peine vidé la vessie, qu'il m'entraîne vers un W.C.
Oh !, quelle horreur ! A voir le sol et la cuvette, pas de doute, d'autres sont passés avant nous.
Tendrement, il me colle contre la paroi et l'on échange un langoureux baiser. Étrangement, si le regard est nébuleux à cause des effluves de l'alcool, son haleine sent la menthe fraîche. Ça me donne la chair de poule. Me sentant réceptif à ses avances, il défait mon froc et baisse le morceau de tissu. J'écarte les jambes afin d'éviter aux vêtements de plonger dans la marinade. Il fait de même. Puis, avec une extrême douceur, l'inconnu me palpe le paquet m'interdisant de toucher le sien par une petite claque amicale sur la main.
Toujours en titillant mes burnes il me décalotte, commence à me sucer et crache les résidus de la miction. Il coince ensuite mes couilles entre les dents et me branle la queue. Je lui caresse les cheveux, ce qui l'excite, grave. Pas besoin de l'avertir car sa bouche se referme sur ma bite. Tellement surpris, et moi aussi, par la quantité de foutre, il me regarde avec un air très satisfait. Voilà, c'est fini.
Ah tu crois ça !
Il recrache ma semence mais continue la masturbation. Puis, reprenant mon gland entre ses lèvres et avec un subtil jeu buccal, l'effet est immédiat. Je rebande et plus fort que jamais. Petit à petit mon sucre d'orge s'enfonce vers le fond de sa gorge. Il déglutit, hoquette, renifle, aspire, s'étouffe, respire et refuse de lâcher sa friandise. Pour moi non plus, il n'est pas question de lui gâcher ce plaisir malgré les tremblements qui reprennent et mon brûlant désir de bien profiter d'une aussi délicieuse fellation. C'est incroyable ! Je décharge de nouveaux jets plus puissants que les précédents.
Il se relève, tout en avalant cette deuxième fournée et, en baissant les yeux, j'aperçois que son sexe circoncis porte un piercing Dydoe. Voilà pourquoi, il m'a interdit de le toucher. Tendrement il me prend la main, humecte le majeur, m'invite à lui caresser les couilles avec la paume et à glisser mon doigt dans son cul. Sa pine prend alors une taille à couper le souffle. Il l'entoure d'abord dans ses mains, la chauffe, forme un anneau avec son index gauche pour enserrer la couronne. Il coulisse sur le frein avec l'index droit que j'humidifie malgré sa mouille abondante. Après quelques minutes seulement mais qui me paraissent une éternité, il projette son foutre au fond de la cuvette.

Il arrache trois papiers, me les donne, fait de même pour lui et, dans une dernière « langoureuse valse langues », on s'essuie. Il se rhabille et disparaît plus vite que l'éclair.
Chancelant, je relève mes vêtements et regagne les coulisses juste à temps car notre show est annoncé. Le boss me lance un regard désapprobateur mais vite accompagné de son sourire aguicheur.
Sur la piste je vacille tellement que les spectateurs interprètent cela comme des trémoussements érotiques. Durant la prestation d'affectueuses tapes claquent sur mes fesses et à chaque arrêt prévu dans notre chorégraphie, quelques billets se glissent sous l'élastique du string. Le chef jubile, pas mes partenaires étonnés de cet engouement envers moi. Mais je n'ai qu'une obsession, croiser le regard de mon jouisseur. Inutile. Son attraction, était « la traction » physique de nos corps en rut.
N'entendant même pas les ovations, je quitte la piste comme un automate.
En coulisses nous partageons la somme récoltée et chacun reçoit un très beau pourboire. Voulant rendre le string au Chef je lis sur ses lèvres : « Cadeau » et, juste avant de se séparer, il nous annonce que c'était notre dernière prestation.

Quelques jours plus tard, assis dans le bus bloqué par les embouteillages, j'éprouve encore bien des difficultés à digérer ces deux événements simultanés. Alors, rêveusement, je regarde déambuler les passants.
Soudain, de loin, j'aperçois un soldat venir dans ma direction. Quasi arrivé à mon niveau, comme un fait exprès, il tourne la tête et nos yeux se croisent. Son visage reste impassible.
Et pourtant, oui, c'est bien lui. Pas de doute. J'en suis sûr. D'ailleurs, ma hampe l'atteste. En moi-même je lui dis, évitant de me pencher pour ne pas attirer les regards indiscrets : « Non, Zibounette. Pas ici. C'est un lieu public... et tout public ! »
Ah !, c'est gai ! ou plutôt... Ah !, ces gays !!!
Mais lui, continuant son chemin et le bus poursuivant son itinéraire, il restera désormais pour toujours... le militaire anonyme du dancing.

Scapadal

scapadal@gmail.com

Autres histoires de l'auteur : Ça m'apprendra - Auto-Stop... Stop ou encore ? - Incorrigible - Petit Cachotier - Oser franchir le pas - Le Motard - Sacré festin - Quel Flair ! - Hétéro lui ? - Emploi temporaire - Toute, toute première fois ! - L'intrigant gant !Le "mec plus ultra" - Entracte - L'art de gaffer - RelaxationSoirée inespérée - Plaisir des transports en commun - Camp d'enfer - Surprise - L'inconnu du dancing - Pour service rendu - Zones de turbulences

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

21 mai 2019

Nouvelles (15)

Découverte Femelle
Une bonne salope sur un parking Chubbyslut
Complainte du garçon... Jako
Mon coloc me trouble -01 Svven
Mon coloc me trouble -02 Svven
Mon coloc me trouble -03 Svven
Mon coloc me trouble -04 Svven
Dépucelage à la plage Femelle
Découverte de nouveaux plaisirs Paupours
Louvain-La-Neuve sur un parking Nico
Sauna, mon premier dominant Femelle
Mes rêves J.S.
Domination à la forge Theo49
L’ange pervers Frank
L’ange pervers -02 Frank

La suite (8)

L'éveil du Renart -07 Renart
L'éveil du Renart -Fin Renart
Valentin et Simon -02 Aeshenn
Kader -16 Cédric T
Colocation -09 Emerick
Colocation -10 Emerick
Stage BTS à la ferme -13 Stéphane
Les potes de mon grand-frère 4/2 Marc 67

Mai 2019

Nouvelles

Sauna Sun city Julien
Ma première chez les hommes 13008
Une sacrée initiation Lucif
Mon prof, mon pote et moi ? Étalon
Un bon prêt en liquide Pititgayy
Le copain de ma fille Jeanmarc
Soumis en cam Lope75
Jeux de rôle musclés Stéphane
Les potes de mon grand-frère 3-1 Marc 67
Travesti éduquée par son maître Julia2
Mise à dispo  Lopeajus39
Sissy Bumi88
Tournante de rêve Jerem72
Le clandestin Jako
Les skets de mon pote d’internat Kifflesket
Ma (Dé) Formation Matiti Yah
Un plan psychologique Alcide
Révélation nocturne Pierredelavega
Enfin ! T&R
Au mariage de mon neveu Eliot
La chienne exhib Pol
Bar bien chaud Caramel
Réalité fantasmée Fred
Un taxi ? Houne66
Rendez-vous chez le médecin Paul75
Randonnée initiatique Ron
Comment j’ai sucé mon cousin Romain
Prague Astro
Vengeance Julian Lerkin

La suite

Un amour de soumis -06 Elfe
Au Sauna de Sochaux -02 Chatenois25
Un examen oral -03 Gogo
Les skets ... -02 Kifflesket
Soumission & Domination -527 Jardinier
Soumission & Domination -528 Jardinier
Soumission & Domination -529 Jardinier
Soumission & Domination -530 Jardinier
Frenchies -12 Pititgayy
Le patient rebeu -02 Dirtybator
Stage BTS à la ferme -12 Stéphane
Ma (Dé) Formation -02 Matiti Yah
Ma (Dé) Formation -03 Matiti Yah
L'éveil du Renart -04 Renart
L'éveil du Renart -05 Renart
L'éveil du Renart -06 Renart
Kader -15 Cédric T
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)