NEWS :
13 Juin

Grosse queue
"Plan à 3"
"handgag"

103 pages en accès
avant-première.
C’est quoi cet accès ?

Valable tout 2024.
Simple,
CB ou Paypal,
Discret

Shop Gay

Cyrillo20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Sextoy
Sexshop

Signaler ici si l'histoire ne respecte pas les mineurs, ado, enfants (-18ans) ou toute autre infraction. Merci !

Saison 1 | Saison 2 | Saison 3Saison 4Saison 5 | Saison 6 | Saison 7 | Saison 8Saison 9

Premier épisode | Épisode précédent

Malek - Saison 10 - Problèmes de famille

Chapitre 4

La journée est passée trop lentement au goût de Michaël et Malek.
Depuis le matin ils avaient l'impression de vivre au ralenti, ils se sont levés sans faire de bruit, pris une douche rapide, se faisant juste un bisou, déjeuner, s'habiller dans leurs nouvelles tenues, rire quand même de se voir si beau avec leurs cravates.

Malek était allé dans la chambre de Djamel pour voir qu'il dormait, tenant dans ses bras l'oreiller, en caleçon. Il l'avait observé son petit frère qu'il n'avait pas vu depuis quelques années et il s'avouait quand même qu'il lui avait manqué ce voyou, car ce dernier petit frère avait toujours été son préféré.
Comme un grand frère, il avait remonté le drap sur le corps endormi de Djamel, qui avait bougé, sans lâcher l'oreiller ni ouvrir les yeux. Il lui avait fait un bisou sur le front.

La matinée pour eux a été de la passer avec le père de Michaël, qui les a présenté à tout le staff de l'établissement, les différents chefs de service. Certains les accueillaient avec le sourire, d'autres cela se voyait, avec un petit rictus et des yeux dédaigneux. Mais il faudrait bien qu'ils s'y fassent pense Michaël.
Pour le déjeuner, ils sont allés dans leur petit resto où ils pouvaient manger un plat vite fait et rejoindre leurs potes habituels.
Soufiane a demandé des nouvelles de Djamel, Michaël lui a expliqué brièvement qu'en fait il était à la rue, viré par ses parents qui l'avaient découvert en mauvaise posture sur un lit avec un autre garçon.
-sûr que si mes parents m'avaient trouvé comme ça dit Moussa, je ne sais pas comment ils auraient apprécié, mais de là à me mettre à la rue!
Ils n'avaient pas parlé d'autre chose.
L'après-midi était consacré à l'apprentissage de Michaël et de Malek, chacun dans un bureau.

-j'vais jamais tout retenir! dit Malek en rentrant, mais c'est finaud comme boulot de savoir apprécier les gens que tu as en face toi, mais y'a du boulot et toi ?
-c'est inimaginable tout ce que mon père peut gérer, le nombre de coups de fil qu'il peut recevoir et régler les problèmes s'il y en a! Heureusement que la sa secrétaire est compétente!
-oui je l'ai aperçu en plus elle est mignonne et elle a un beau sourire!
-c'est tout ce que tu as retenu de ta journée mon chéri ? Trouver MA secrétaire mignonne!
-ta secrétaire, voilà qu'il se prend déjà pour le chef le fiston à papa!
-on rentre vite, j'ai hâte de voir ton frère pour savoir comment il a passé la journée, il t'a appelé dans la journée ?
-non rien, j'ai juste envoyé un message lui demandant si tout allait bien, il m'a répondu que oui tout allait bien et j'ai dit qu'on rentrait vers 17 heures.

Quand ils sont entrés dans l'appartement, c'était le silence le plus complet, pour trouver Djamel assis dans un fauteuil plongé dans ses pensées, des larmes coulaient sur son visage. Il a sursauté en les entendant arriver, il s'est levé pour se jeter dans les bras de Malek et continuer de pleurer, de vrais sanglots qui semblaient intarissables.
-calme toi frangin dit Malek en lui caressant les cheveux, on est là maintenant. Il se passe quoi de plus depuis hier ?
-mon téléphone n'arrête pas de sonner, papa n'arrête pas de m'appeler!
-t'as pas répondu ?
-non pour l'entendre m'engueuler, c'est pas la peine!
-il veut peut-être s'excuser de t'avoir virer Djamel, t'es son fils quand même! dit Michaël.
-Malek aussi et il n'en parle jamais, comme s'il n'existait plus pour lui, alors tu vois j'ai des doutes sur sa sincérité.

Malek prend Michaël par l'épaule et l'approche d'eux, si bien que Djamel est coincé entre les amoureux et reçoit des bisous.
Son téléphone sonne. Malek regarde et voit qu'il est affiché "papa" avec le numéro.
Rapide il se saisit du téléphone, met le haut parleur et ouvre la communication :
Une voix d'un homme âgé en colère, se fait entendre :
-ah quand même tu daignes répondre! T'es où ?
-bonjour mon père, c'est pas Djamel, c'est Malek, tu lui veux quoi ?
Il y a un silence au bout du fil.
-tiens! t'es toujours vivant toi! alors qui se ressemblent s'assemblent ? dit le père d'un air ironique.
-tu lui veux quoi à Djamel ?
-savoir où il est ?
-ben il est chez moi ?
-et toi ? t'es où ?
-moi? mais dans mon appartement avec mon mec, on va bien, tiens on s'est pacsé, je ne t'ai pas invité car je savais que tu ne viendrais pas! T'en fais pas je m'occupe de mon frère, il ne va manquer de rien avec moi et pouvoir vivre heureux.

Un silence se fait.
-eh bien je vais te dire ce qui se passe, hier soir on a reçu la visite de deux arabes, deux marocains, des voyous de la cité d'à côté, ils voulaient voir ton frère pour qu'il ramène un sac qui est à eux!
-un sac de quoi ? demande Malek faisant le mec étonné.
-ils l'ont pas dit, sauf que si le sac ne revenait pas il s'en prendrait à nous, ta mère et moi. L'un a dit qu'il s'appelait Mourad.
-je vais voir ça avec lui, ne t'occupe plus de rien, salut et fais une bise à ma mère, et ne rappelle plus!
Il raccroche, l'air furieux, se tourne vers Djamel :
-eh bien frangin on dirait que t'as pas été si discret que ça! Maintenant je dirais qu'on est dans la merde!
-t'énerves pas Malek, déjà Djamel va tout nous raconter ce soir et on verra ce qu'on peut faire. On va préparer à manger, dîner et Djamel tu peux commencer à nous raconter tes histoires!
Il était blanc comme un linge Djamel, les larmes coulaient toutes seules sur ses joues.
Michaël lui a essuyé avec son doigt, l'a pris dans ses bras :
-je suis sûr que tout va s'arranger Djamel, on va trouver une solution et une bonne!
-merci Michaël, dit Djamel en lui faisant un bisou.
-bon les frangins, y'a des patates à éplucher, Malek va prendre ta douche d'abord, j'irais ensuite, toi tu t'es lavé aujourd'hui ? demande Michaël.
-oui oui dit Djamel en rougissant.

-=-=-=-=-=-

Mais un certain Hassan était en mauvais posture dans les caves de la rue Ordener sur le XVIIIe arrondissement, attaché au plafond de la cave, en caleçon, pieds nus, ses pieds touchaient à peine le sol. Il était là depuis une éternité lui semble-t-il, et on ne lui avait rien dit, pourtant lui sait qu'il n'a pas fait de conneries! Mourad l'avait appelé en lui disant qu'il avait besoin de lui et dès l'arrivée, il avait pris deux baffes par les sbires et attaché, le laissant seul.

Mourad c'est le boss du XVIIIe en ce qui concerne le trafic de stups en tout genre, il peut avoir tout ce que les camés demandent. Quand il a découvert qu'un sac de fric avait disparu, ceux qui avaient la charge de garder le trésor avaient mal aux côtes le lendemain tellement il les avait battu. Il avait conclu qu'ils n'avaient rien à voir avec la disparition du sac.
Il a demandé qu'on fasse le recensement de toute la bande, savoir s'il manquait quelqu'un à l'appel et bingo, justement il manquait Djamel, revendeur transporteur de came et de fric, en qui normalement il avait toute confiance.
Il avait préféré aller chez lui, enfin chez ses parents pour avoir des nouvelles et il avait appris que son père l'avait viré du domicile, et, en insistant su que Djamel avait été surpris au lit niquant Hassan son grand pote!
Donc cela ne voulait pas dire que c'était Djamel qui avait piqué le fric, puisque son père disait cela, mais faut toujours tout vérifier et il avait fait venir Hassan qu'il avait fait mettre en conditions. Il était temps d'aller discuter avec le petit pédé qui se faisait niquer par son pote!

Mourad a vraiment la tête de l'emploi, beau rebeu de 33 ans, toujours en survêt de marque qui lui va comme s'il avait été taillé sur lui, l'enveloppant, le moulant et il a un corps athlétique laissant voir toujours un gros renflement à l'entrejambe, tellement que des fois quand le boss est excité, la forme du sgeg se dessine. Mais personne n'oserait un geste déplacé à son égard, ses yeux noirs, perçants clouaient tout le monde sur place, toujours une barbe de trois jours, bien entretenue, ses cheveux coupés courts mais pas rasés complètement, lui donnaient un air de vraiment ce qu'il était : un voyou sans pitié!
Il n'avait pas de meufs d'attitrées, mais des salopes défilaient et ses mecs les entendaient couiner, gueuler même quand il s'enfermait avec l'une d'elle.
Mais le boss avait un secret, il aimait aussi les petits culs des céfrans, des blacks voir ceux des jeunes rebeux qui tombaient dans ses filets!

Il emmène Farid et Aziz dans la cave où se trouve Hassan, toujours dans la même posture.
Ses sbires l'encadrent, lui s'assoit en face de lui. L'observe.
C'est un beau petit mec Hassan, il sait qu'il vient d'avoir 18 ans, il travaille pour lui depuis deux ans maintenant et jamais de problème, comme avec Djamel d'ailleurs.
Il a un corps fin Hassan, on voit les muscles en formation, deux petits tétons ne pointent pas, mais font envie à Mourad, il regarde le caleçon, il bande pas le lascar!
Il se relève, sa tête est presque à la hauteur de celle d'Hassan. Il le fixe, il a de beaux yeux marrons clairs, avec de longs cils, on dirait des yeux de biche pense Mourad, de belles lèvres qui ont donc connues celles de Djamel et son zob sûrement! ça l'excite le boss de savoir ça!

D'un geste rapide, il baisse le caleçon d'Hassan, laissant voir un sgeg mou qui pendouille sans fierté sur une belle paire de couilles poilues, alors que le pubis est coupé court avec des dessins dans les poils!
-alors Hassan j'apprends que t'es pédé!
Hassan ne répond pas et essaie de regarder par terre.
Mourad lui relève la tête :
-ben répond moi Hassan!
-oui je crois dit Hassan dans un souffle.
-il croit dit Mourad en éclatant de rire, vous entendez ça les mecs, il se fait pécho par les parents de Djamel en train de se faire niquer et de couiner comme une salope et monsieur croit qu'il est pédé! Tu te fais niquer souvent Hassan ?
-c'était la première fois dit Hassan.
-t'as pas de chance alors, tu te fais pécho la première fois, c'est Djamel qui t'as forcé ?
-non , c'est moi qui voulait, j'aime bien Djamel et lui aussi m'aime bien, alors on a voulu se faire plaise tous les deux.
-il est où Djamel ?
-j'sais pas Boss, j'l'ai pas revu depuis, on s'est pas appelé.
-pourquoi il a disparu ?
-sûrement parce que son père l'a viré de chez lui et je sais pas où il est allé, moi je suis rentré chez moi sans la ramener, je voulais pas que son père aille le dire au mien!
-ouais dit Mourad, en tendant sa main, il vient caresser le zob d'Hassan, qui le regarde surpris, mais d'un seul coup c'est une douleur intense qu'il ressent quand Mourad lui prend le zob dans sa main et qu'il serre fort. Il hurle à la mort tellement la douleur se fait ressentir.

-Il est où Djamel ?
-je sais pas boss, j'te le jure que je sais pas!
-pourquoi tu l'as pas appelé ?
-j'en sais rien, j'ai eu honte de ce que l'on avait fait.
La douleur disparaît peu a peu que la tension se relâche sur son sexe, il peut respirer un peu plus normalement, mais il est étonné, car la main de Mourad le caresse maintenant, tenant son zob dans sa main il fait de lents va-et-vient et il sent que son sgeg va le trahir, car il se met à durcir le salaud, à durcir et à gonfler dans cette main chaude qui lui rappelle celle de Djamel. Les yeux de Mourad ne quittent plus les siens, ses yeux se sont adoucis semble t-il.
Malgré la position il aime la caresse de Mourad, son zob est dur comme de l'acier et rempli bien la main douce et chaude de Mourad qui continue ses caresses. L'autre main vient passer sur son torse, toucher un téton qui le trahi lui aussi, sort en durcissant rapidement. Mourad le prend entre deux doigts, le roule et Hassan ouvre la bouche, il ne peut s'empêcher de râler, Djamel ne lui a pas fait ça et c'est vachement bon, plus son téton roule entre les doigts, plus son zob devient dur et il sent la mouille qui commence à venir!
D'un coup les doigts serrent le téton fortement lui arrachant un cri, ses yeux qui fixent Mourad semblent demander : pourquoi ?
Mais la douleur devient plaisir, il se surprend a tendre son téton à la caresse douloureuse.
Mais tout cesse d'un coup, Mourad lâche son zob et son téton, se recule et s'adresse aux sbires :
-niquez moi cette salope, il va aimer vos zobs les mecs! Je reviens je vous le laisse un quart d'heure!

Hassan sait que même s'il leur demande de ne pas le faire, il va se faire niquer par les deux.
Farid le détache et il tombe dans les bras d'Aziz :
-alors ma princesse on aime le zob ? t'as raison c'est les meilleurs et là on va te faire connaître les zobs de lascars, pas de minet puceau! Tu vas voir comme tu vas aimer, et en plus on a qu'un quart d'heure!
Ils le lâchent tous les deux, et descendent leur pantalon de survêt, libérant deux zobs nettement plus gros que celui de Djamel.
Aziz prend son visage entre ses mains, l'approche du sien :
-ma belle salope tu vas me sucer pendant que mon pote Farid va te niquer, alors je te conseille de ne pas mordre mon zob! Tu suces et t'avales tout comme une bonne pute sympa.

Hassan sent déjà une main passer dans sa raie, un doigt toucher son anus récalcitrant, pendant qu'Aziz lui amène la tête devant son sgeg :
-ouvre la bouche!
Hassan obéi et le gland coulant se pose sur sa langue, il sent une main se mettre sur sa tête et d'un coup de reins le zob glisse sur sa langue butant au fond de sa gorge. Immédiatement il veut se retirer, il tousse, pleure, des hauts le cœur arrivent mais les mains d'Aziz le maintiennent et le zob revient en fond de gorge, l'asphyxiant.
Mais ce n'est rien, car le doigt de Farid touche son anus, force, mais l'anus ne s'ouvre pas, il donne des claques sur les petites fesses d'Hassan qui ne peut même pas crier.
Farid crache dans ses doigts, dépose la salive sur le trou et tasse avec son doigt qui glisse dans l'anus, enfin pense Farid, j'vais pouvoir y mettre mon zob!

Le gros zob est présenté devant l'entrée prise par deux doigts, il les enlève et aussitôt son gland les remplace, ses mains le prennent aux hanches, tirent vers lui en même temps qu'il donne un grand coup de reins! le gland entre en force, il voit les jambes d'Hassan trembler dans tous les sens, il bouge cherchant à se dégager, mais les quatre mains le maintiennent fortement et il ne peut même pas gueuler tellement il a mal, sa mâchoire est douloureuse mais que dire de son cul! Il a l'impression d'avoir été ouvert en deux, écartelé, à vif et il sent le gros machin glisser facilement dans son conduit!
il ne voit pas les deux compères se regarder en riant, car la mécanique de baise à deux se met en route à grands coups de reins, ça claque des deux côtés et Hassan se sent comme anesthésié, il est devenu une chiffe molle entre leurs mains et se laisse faire!
Ils ont joui rapidement ensemble et Hassan croit que c'est terminé, cela fait bien un quart d'heure qu'il subit pense t-il, mais non, ils sortent de lui et changent de place!

Hassan a presque une nausée quand le zob qui sort de son cul vient s'enfoncer dans sa gorge et pas gentiment, tandis que celui d'Aziz glisse en lui comme une lettre dans la boîte!
Et les coups de reins reprennent, cela semble durer une éternité à Hassan. Ils viennent de jouir, alors c'est forcément plus long, et ils prennent leur temps les mecs!

Une voix se fait entendre :
-vous êtes longs les mecs avec un cul de puceau! Magnez vous j'ai à faire!
Ils obéissent et jouissent rapidement comme s'ils avaient attendu l'ordre du boss. Ils s'essuient leurs zobs l'un sur le visage, l'autre sur les fesses, et quand ils le lâchent, Hassan s'écroule à terre, vaincu!
-bon laissez nous les mecs, j'ai à parler avec Hassan!
Il les laisse partir, écoute leurs pas décroître dans le couloir et quand il entend la porte du fond se refermer :
-lève toi Hassan.
Hassan toujours nu comme un ver, se lève difficilement, son zob fait encore des siennes, oh il bande pas dur comme il a bandé avec Djamel, mais il sent qu'il a envie de jouir, envie de se branler, envie d'avoir une main qui viendrait le caresser, tiens, comme Mourad lui avait fait tout à l'heure.
Il reste debout devant Mourad, le regarde avec ses beaux yeux éteints, malheureux.
-viens t'asseoir là! dit Mourad en se tapant sur une cuisse.

Fabrice

nico.tendre@orange.fr

Suite de l'histoire

TOP AUTEUR 2021 FABRICE

Histoires de l'auteur :

Malek S1 | S2 | S3S4 | S5 | S6 | S7S8 | S9 | S10

TEXTE IMPLIQUANT DES MINEURS,
UN ENFANT OU ADO (-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence et à la cruauté. Sous peine de fermer ce site !

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

💦 2 Juin | 117 pages

Les nouvelles | 8 Pages

Balèze Gill
Mon cousin, mon mec Ascavtrln
Petit bourgeois Coolsexe
Pissotières de l'autoroute Fabrice
Poupée Gonflable Fabrice
Viens recevoir ta punition Fabrice
Canon mais timide Meetmemz
Guet-apens Meetmemz

Les séries : 102 pages

La horde sauvage | 8 | +2 Fabrice
Saison 1 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
Les contes fantastiques | 2 | +2 Archangeru77
1 | 2
Bilal | 3 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3
Le quaterback | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2
Entre frères rebeus | 8 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 78
Les jumeaux et leur père | 16 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 34 | 5
6 | 7 | 8910
11 | 12 | 1314 | 15
16
L’ensemenceur | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2

ET CE N'EST PAS TOUT !
Il y a 103 pages en + ici

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2023 | 2022 | 2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Sextoy
Sexshop

Chercher sur le site

ATTENTION

HISTOIRE AVEC DES MINEURS, ADO, ENFANT(-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence, à l'absence de consentement ... à la cruauté. Sous peine de devoir fermer ce site !

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.


Mai 2024 : 3 858 045 pages lues.

Ce site utilise des cookies uniquement pour faciliter la navigation. Aucune données personnelles ne sont collectées ni conservées pour du partage, ou a des fins marketing. ©2000 Cyrillo.biz. Hébergeur : Planethoster Canada

À jour : jeudi 18 avril 2024 à 06:57 .

Retourner en haut