NEWS :
18 19 Avril

Grosse queue
"Plan à 3"
"handgag"

57 pages en accès
avant-première.
C’est quoi cet accès ?

Valable tout 2024.
Simple,
CB ou Paypal,
Discret

Shop Gay

Cyrillo20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Sextoy
Sexshop

Signaler ici si l'histoire ne respecte pas les mineurs, ado, enfants (-18ans) ou toute autre infraction. Merci !

Retrouvailles avec un ancien pote d’école

Salut à tous,

Moi, c’est Nico, 39 ans, les yeux bleus, un peu poilu et un corps potelé, monté 17 cm.

L’année dernière, j’ai reçu sur Facebook un message de Laëtitia, une fille qui était dans ma classe au lycée et avec qui je n’ai pas parlé depuis bien 20 ans... Elle m’a écrit qu’elle aimerait faire une fête avec toutes les personnes qui étaient dans sa classe pendant la Terminale et qui ont passé le bac avec elle. J’ai certes déménagé depuis mais vu qu’elle s’y est pris assez à l’avance, j‘ai pu m’organiser pour prendre quelques jours de congés pour descendre sur L. Je me dis que ça pourrait être sympa de revoir mes potes du lycée avec qui le contact s’est perdu car je suis curieux de savoir ce qu’ils sont devenus. Je lui ai répondu quelques jours plus tard que j’étais partant.

Je suis descendu la veille de la fête sur L. Le Jour-J, j’arrive à 20h à la salle des fêtes de P., comme précisé dans l’invitation que Laëtitia a envoyée. Tout de suite, Ludovic se jette sur moi, il me tape la bise : il est content de me revoir après toutes ces années ! Il me dit qu’il travaille dans une banque, qu’il est marié. Moi, je dis que je travaille dans le marketing à Toulouse et je dis que je suis toujours célibataire. Je ne parle pas de mon homosexualité, je n’ai jamais avoué que j’étais homo au lycée et je pense que ça devrait rester comme ça.

Et je revois ensuite plein d’autres anciens de ma classe : Karim est devenu gendarme, Laëtitia bosse à l’office de tourisme, Pierre est sans emploi, Amel est femme d’affaire, Magalie sophrologue, ... Je suis content de tous les revoir. On parle de notre vie, on partage des souvenirs de nos années lycée.

Une demi-heure après mon arrivée, je vois entrer du coin de l’œil une silhouette. Et là, mon cœur fait un bond dans ma poitrine : c’est Guillaume ! Le mec le plus sexy de ma classe, sur qui j’ai fantasmé pendant tout le temps de ma scolarité. J’adorais aussi le mater en cours de sport, car il avait une très belle et longue bite. Je cherchais à profiter de chaque situation pour l’observer : dans les douches en EPS, aux toilettes, ... Mais à l’époque, personne ne savait que j’étais gay. Je ne lui ai d’ailleurs jamais avoué mon attirance pour lui.

Il tape la bise à certains puis il me voit et s’avance vers moi, souriant :

- Nico, tu es là ! Je suis trop content de te revoir.

Il me prend dans ses bras et m’embrasse aussi. Je suis surpris mais ravi. Je repense à sa queue et je sens ma bite déjà frémir dans mon caleçon. Cependant, je dois rester hétéro pour le reste de cette soirée.

On papote un peu. Il me dit qu’il est chercheur à la Sorbonne, qu’il est marié et qu’il a 2 enfants. Je lui sors :

- J’ai toujours su que tu réussirais dans la vie. Tu étais une tête en maths... et en sciences ... en général.

Il sourit, on parle du « bon vieux temps » et on se sépare pour aller voir d’autres personnes. Cependant, je le vois du coin de l’œil à un moment aller aux toilettes. Trop belle occasion ! J’ai trop envie de revoir sa teub ! Je m’excuse auprès de Laurie avec qui j’étais en train de discuter et je me dirige vers les toilettes. Par chance, il est à une pissotière. Je me mets à côté de lui en disant :

- Ah Guillaume, comme au bon vieux temps !

Il lève la tête, me sourit et replonge son regard sur son jet de pisse. Je déballe mon matos, je sors ma queue et je me mets aussi à pisser. Je risque quelques regards discrets vers sa bite et je ne suis pas déçu. Des souvenirs remontent immédiatement.

Guillaume avait apparemment très envie de pisser. Son jet est puissant et éclabousse la porcelaine. Très bien, ça me permet de mater. La bite est brune, comme dans mon souvenir, avec un long prépuce qui recouvre son gland. Sa queue est longue et elle est traversée d’une veine à peine visible. Je m’attarde aussi sur son prépuce qui est particulièrement long et plissé, qui recouvre complétement le gland et qui continue pour former une pointe d’où sort son urine. Quelques poils de son pubis dépassent de sa braguette.

Ma vessie est vidée, je prends mon temps pour continuer de mater tandis que je fais couler les dernières gouttes. Guillaume finit de se vider et moi, je continuer de mater. Une fois fini, il étire sa grosse queue, la secoue, plusieurs fois. Puis, il la glisse dans son caleçon et referme sa braguette. Quel morceau ! Que de souvenirs ! Je me suis souvent branlé en pensant à cette queue et surtout à ce que j’aurais pu en faire !

On se lave les mains et on retourne voir les autres. Je le regarde, on parle. Comme à l’époque, il n’a rien remarqué de mes coups d’œil de voyeur. On se mélange aux autres, je vais voir aussi Caroline, une ancienne bonne amie et je perds Guillaume de vue.

Peu avant de partir, Guillaume me dit :

- Je suis là pour quelques jours. On n’a pas trop eu l’occasion de papoter ce soir. Ça te dirait d’aller boire un café avant que je reparte ?

- Oh oui avec plaisir.

- On pourra échanger nos souvenir du bon vieux temps. Je te file mon numéro ?

- Avec plaisir.

On s’échange donc nos numéros puis il quitte la salle. Moi, je reste encore une heure et je finis par rentrer chez moi vers 4h, très satisfait mais un peu saoul.

Le lendemain, Guillaume m’envoie un SMS et on convient d’un rendez-vous dans notre café préféré de l‘époque où nous nous retrouvions tous dès qu’on avait une heure de libre.

Deux jours plus tard, j’arrive à l’endroit convenu et je l’attends. Il arrive avec quelques minutes de retard et il porte un survêt et un pantalon de jogging. Il se dirige dans ma direction et là, mon regard reste bloqué sur son entre-jambe. Sa queue se balance lourdement de droite à gauche dans son pantalon. Il arrive à ma hauteur, il s’arrête devant moi. Son paquet se trouve plaqué contre le pantalon, laissant des détails assez visibles. Je devine la forme de son membre et son gland se dessine sous la pression du tissu. Le tout forme une bosse bien proéminente et sa bite semble plaquée sur ses couilles, formant un arc-de-cercle. Très vite, je sors de ma contemplation et je me lève pour lui taper la bise. Puis on s’assoit. Je sens une bouffée de chaleur monter en moi. Le mec me fait toujours autant d’effet !

- Salut, tu vas bien ?

- Oui et toi ?

Le serveur arrive, on commande. Puis il me dit :

- Elle était géniale, la fête !

- Oui, j’en garde de bons souvenirs (je pense bien sûr à sa queue).

- Ça m’a fait plaisir de revoir les potes du lycée. Ça faisait si longtemps. Tu avais gardé des contacts avec d’autres ?

- Sur Facebook, oui... enfin contact... Ils sont dans ma liste d’amis mais on ne s’est jamais vraiment écrit.

- Oui pareil. Mais Laëtitia a eu une bonne idée. Et ça m’a fait plaisir aussi de te revoir.

Je le regarde et je souris, gêné. Nous évoquons le bon vieux temps, nos anciens profs, etc. Je trouve qu’il me sourit beaucoup. Il profite aussi de certaines situations où on rit pour me toucher le bras et m’effleurer la main. Si je ne savais pas qu’il est marié, je me dirais qu’il flirte avec moi. Mais je me ressaisis, me disant qu’il ne faut pas prendre mes rêves pour des réalités. Il évoque aussi les cours de sport, et il parle d’Angelo qui ne voulait jamais se doucher sans son slip et il se remémore qu’un jour, Rémi lui avait enlevé et tout le monde avait ri de la petite bite de ce mec.

- C’est clair, elle était vraiment ridicule, à peine visible, ajoute Guillaume.

- Oui, mais il m’a vraiment fait de la peine. Il en a pleuré après le cours, c’était moche...

- Oui... les ados sont quand même cons quelquefois !

- C’est clair !

- Par contre, je me souviens que toi tu avais une assez belle queue !

- Ah bon, tu te souviens de ça, demandé-je, surpris

- Oui. On te prenait pour un intello mais même Rémi avait dit que tu devais en rendre plus d’un jaloux (je fais semblant de ne pas relever le « un »). J’ai toujours trouvé que tu avais tout pour toi : quelque chose dans la tête, un corps de sportif, une belle queue, un beau cul.

Là, je me dis que c’est carrément bizarre. Où veut-il en venir ? Est-ce qu’il flirte avec moi ? Non, c’est moi qui entends ce que j’ai envie d’entendre. Ou ... aimerait-il me faire avouer quelque chose ? Je murmure tout simplement :

- Merci... par contre, le corps de sportif s’est un peu empâté durant ces dernières années.

Guillaume se met à rire, me touchant par la même occasion mon bras.

Puis on parle de notre vie privée. Il me parle de ses enfants, de sa femme. Il me dit qu’il n’est pas très heureux avec elle et qu’il réfléchit de plus en plus au divorce. Et ce que je redoutais arrive :

- Et toi, tu as quelqu’un dans ta vie ?

- Non, je suis célibataire depuis 2 ans. Ma meuf m’a quitté et je n’ai pas encore trouvé chaussure à mon pied.

Il marque une pause, me regardant droit dans les yeux. Puis il sort :

- Nico, arrête. Tu peux me dire la vérité. Tu es gay, non ?

Je deviens tout rouge et je bafouille :

- Quoi ? Non... Pourquoi tu dis ça ?

- Nico, arrête de mentir.

- Mais non, je...

- Tu es sûr ? Tu aimais bien mater ma teub en cours de sport et aux toilettes. Tu crois que je t’avais pas remarqué ? Même à la fête tu n’as pas pu t’en empêcher.

- Quoi ? Moi ? Non, tu te trompes là.

- Nico ! Tout le monde l’avait remarqué que tu aimais mater les teubs !

- C’est faux.

- Ok, dommage. Tu sais, quand je t’ai revu à la fête, j’ai trouvé que tu étais encore plus mignon que dans mes souvenirs. Je me suis toujours demandé ce que j’aurais fait si tu avais osé aller plus loin et me toucher ma bite. Ça fait 20 ans que je me le demande.

Je reste muet, ne sachant que répondre. Je me demande s’il est sincère ou s’il veut me piéger. Il marque une pause et ajoute :

- Si tu l’avais fait à la fête, je me serais laissé faire.

Je le regarde, éberlué.

- Je vais y aller. Regarde bien mon pantalon en partant. Si tu ne me crois pas. Viens chez moi demain matin, je serai seul, mes parents ne seront pas là (Nous habitons en ce moment tous les deux chez nos parents vu que nous ne vivons plus sur L.)

Il met de l’argent sur la table et il se lève. Mon regard est immédiatement attiré par son paquet. Je peux distinguer sa bite moulée à travers son pantalon. Il a apparemment une demi-molle qui laisse penser à un gros morceau.

- Tu vois, tu ne me laisses pas indifférent. A plus, Nico.

Il part et moi j’ai toujours les yeux rivés sur son paquet. Le tissu du pantalon est assez tendu, barre est plus imposante qu’à l’arrivée. Sa queue semble prendre beaucoup de place dans son pantalon. Elle a l’air longue et large. On devine même la forme du gland, que le tissu serre, bien emprisonné dans son prépuce.

Il disparait au coin de la rue. Je paie et je pars, assez retourné par ce qui vient de se passer.

Je passe la journée à me demander ce que je dois faire. Je ne suis toujours pas sûr de sa sincérité. Je me demande si Guillaume ne veut pas tester mes limites ou me jouer un mauvais tour...

Mais ma libido l’emporte sur ma raison et le lendemain, je me rends à l’adresse qu’il m’a envoyé par SMS.

Prenant une bonne bouffé d’air, je sonne et quelques secondes plus tard, Guillaume ouvre la porte. Il me fait entrer. Il est tout souriant. Je jette un coup d’œil autour de moi. Nous sommes seuls, ce qui me rassure. Il m’offre une bière à boire. On trinque, on rigole, on parle comme deux bons potes. Nous sommes dans la cuisine, assis sur deux chaises. Il me sert ensuite un verre de vin, puis deux. Et je remarque qu’il se rapproche de moi. Nos mains se frôlent de temps en temps. Des gestes provoquent des caresses furtives sur une cuisse ou un bras.

Au bout d’un certain temps, Guillaume se retrouve contre moi, sa jambe touchant la mienne. Ceci m’électrise. Il parle puis à un moment, il frôle ma main. Mais cette fois, au lieu de la retirer, il la laisse et il me caresse le dos de ma paluche. Puis il la prend et il l’amène vers son entre-jambe. Il me la fait poser sur son jean et je remarque qu’une bosse s’est formée. Je la caresse et je me penche vers lui. Mes lèvres s’approchent des siennes pour y déposer un baiser. Un long baiser sensuel s’en suit, auquel il répond.

Puis il me dit :

- Allons dans ma chambre.

Ma timidité s’est envolée. Je le suis. Il ferme la porte à clé. Je regarde vite fait s’il n’y a pas une caméra visible. Tout semble être en ordre.

Il enlève son t-shirt et il va se poser sur son lit. Je fais de même et j’observe ce beau gosse de 39 ans qui fait plus jeune que son âge. Il est resté sportif, bien conservé et un regard espiègle, comme au lycée. Il est de ma taille, environ 1,80m. Il a les cheveux châtains, courts, un visage lisse avec un gros nez. Il a un corps svelte avec un petit ventre. Il a des poils entre le nombril et le pubis, qui lui est bien velu. Il a des épaules assez larges et un fin duvet de poils au milieu du torse.

Je vais le rejoindre dans son lit. Il se penche sur moi et il m’embrasse. Je n’aurais jamais cru un jour que le mec sur lequel je fantasmais au lycée puisse un jour m’attirer dans son lit ! Je dois avouer que tout ça m’excite. En tout cas, je bande à m’en faire péter le rouleau. Nous nous embrassons sauvagement. Ses mains descendent le long de mon dos et me caressent les fesses. Je sens alors son chibre grossir et venir se blottir contre mon ventre. Ma main descend le long de son corps et elle touche son membre qui est encore prisonnier de son pantalon.

Il se met à me caresser un peu partout. Sur le torse, dans le cou, sur le ventre. Moi, je caresse ses épaules, ses bras, son dos et ses merveilleuses fesses, puis j'effleure son paquet. Ensuite, je me baisse vers son torse, j’approche ma bouche de ses tétons que je me mets à lécher. Je l’entends alors pousser des gémissements. Puis je remonte vers lui pour l'embrasser avec fougue. Il se colle encore plus contre moi en m'embrassant et il frotte son sexe contre le mien.

Je ne peux plus résister, ma main passe à son pantalon et ouvre le bouton. Elle plonge dans son caleçon et malaxe sa queue qui est dure comme un roc. Je me lève et je lui enlève son jean. Je m’approche de lui ... Enfin, j’ouvre son caleçon et je découvre enfin son membre.

Il a une queue bien brune qui fait 20 cm et elle est assez épaisse, avec une légère courbure vers l’intérieur. Elle est traversée d’une grosse veine qui la traverse. Son gland est de taille normale, rose. Il a des couilles de tailles normales, brunes et poilues.

Je commence à actionner son engin avec ma main... puis je gobe lentement son gland. Il pousse un soupir de satisfaction. Je descends avec mes lèvres le long de sa queue. Je m’arrête à la moitié et je le suce sensuellement. Il me caresse la tête pendant ce temps. Ensuite, ma bouche redescend lentement le long de sa teub jusqu’à ce que je l’aie entièrement en moi. Il gémit fort. Je le suce pendant une vingtaine de minutes. Je passe aussi à ses couilles que je gobe. Il pousse sans arrêt des soupirs de satisfaction. Je bande à fond. Lui aussi apprécie, sa queue est hyper tendue.

Il me fait remonter vers lui et il m’embrasse. Puis il me fait basculer sur le dos et il descend vers ma queue qu’il prend en bouche. Il me suce sensuellement tout en me branlant. Il se débrouille plutôt bien ! Puis il remonte, il se délecte de mes tétons et il m’embrasse. Puis il se retourne et me présente sa queue que je me mets à sucer tandis qu’il prend la mienne en bouche. On fait un bon 69.

Puis je me sors de cette position et je me remets à le sucer, lui couché sur le lit, moi agenouillé devant lui. Ensuite, ma langue remonte et joue avec les poils de son pubis puis elle suit la ligne de poils qui remontent vers son nombril et je passe à son torse dont je mordille les poils. A ce moment, il lève ses aisselles et c’est pour moi comme un commandement. Ma langue glisse le long de son torse et atterrit dans les poils de ses aisselles. Il n’a pas mis de déo pour mon plus grand plaisir. Je m’enivre de son odeur de mâle qui s’en dégage. Pendant de longues minutes, j’alterne ses aisselles et je les déguste. Lui gémit sous ce traitement.

Il me fait rouler sur le dos et il se met au pied du lit pour me sucer. Puis, il me lève les jambes et enfonce sa langue dans mon trou. Je gémis immédiatement de plaisir. Il embrasse et lèche ma raie avant de replonger sa langue dans mon anus, toujours plus profondément. Il joue avec et il me bouffe carrément le fion. Il fait ça pendant bien 5 minutes. Puis il introduit un doigt dans mon trou et se met à le faire entrer et sortir. Je suis tellement mouillé que ça rentre tout seul.

Il remonte vers moi et je le fais basculer sur le dos. Je me couche sur son corps et je lui roule une grosse pelle pendant que je frotte ma raie contre sa teub. Je sens alors son gland sur mon trou. D’un mouvement habile, je fais pression avec ma rosette sur ce gland bien dur et je m’y enfonce. La moitié de son gland se retrouve en moi. Je le regarde dans les yeux et je vois uniquement du désir... Je me suis assis sur sa queue sans capote, j’attends de voir s’il va vouloir que je continue. Il ne dit rien, je m’enfonce alors complétement sur sa bite que je sens ouvrir et élargir mon intimité en grand. Je sens aussi ses couilles contre mon cul. J’ai englouti son chibre dans mes entrailles ! Tout en l’embrassant, je commence des va-et-vient, lentement, puis de plus en plus vite. Ma queue bandée et mes couilles montent et descendent, se balançant au-dessus de son ventre. Je fais une pause puis c’est lui qui se met à bouger son bassin. Il me pilonne d'abord très doucement puis il soulève mon cul et il donne de plus gros coups de bite. Il accentue et ralentit ses mouvements. Ses couilles rebondissent contre mes fesses.

Il me tape sur le cul pour me faire changer de position et il me met sur le dos, le cul au bord du lit. Lui debout, il joue avec son gland sur ma rosette et il s’enfonce rapidement en moi. Je sens encore mieux sa large queue m’agrandir le trou. Il s’enfonce bien en moi ce qui me fait gémir fort. Il ressort et me donne sa queue à sucer.

Il me fait ensuite coucher sur le ventre et il vient se coucher sur moi. Il m’embroche sur sa teub et il se met à donner de petits mouvements de reins. Il sort de mon trou, il me fait mettre en levrette et il replonge en moi. Il donne maintenant de grands coups de reins puissants et profonds. Ses couilles claquent contre ma raie. Il fait de temps en temps sortir sa queue pour la replonger immédiatement dans mon antre. Il m’embrasse dans le dos tandis que sa main gauche me travaille un téton et sa main droite malaxe ma bite et mes couilles.

Ensuite, il me remet sur le dos, il m’empale sur sa queue et m’embrasse. Ses coups sont plus lents. Je prends ses fesses en main, les masse puis je les pousse vers moi, ce qu’il comprend comme un signal. Il se met à me baiser sauvagement. Je gémis, tellement il me fait du bien. Dans le miroir de son armoire, je vois sa queue marron m’ouvrir le trou en grand et le déformer, comme si un gros bâton s’immisçait dans mon petit cul. Je me rends compte que je mouille bien. Sa queue et mes fesses sont remplis de mouille. J’adore voir ses couilles se coller contre mon cul et ne faire plus qu’un avec lui.

Il me baise avec force et puissance et il m’enlace de ses bras tout en m’embrassant. Son ventre et ses cuisses, qui tapent contre mon corps, font des « flops » que j’adore. Puis il pousse un cri, sans s’arrêter de me baiser et il vide en moi. De nombreux jets viennent frapper mes entrailles. J’en compte une dizaine. Puis il sort de mon cul et je sens un flot de liquide chaud couler le long de ma raie... puis un deuxième... et un troisième. Il se renfonce en moi et continue sa baise tandis qu’il me branle. Sa queue reste toujours bien dure. Il me baise encore pendant 3 minutes, tassant son jus qui sort en grosses vagues hors de mon anus. Il me défonce jusqu’à ce que je jouisse en de grands jets qui viennent crépir mon corps et mon visage. Quand il ressort de mon cul, sa queue est toute blanche et encore bien dure.

Il se met à se branler et au bout de 5 minutes, il gicle de nouveau, il tapisse mon cul de son sperme blanc. 7 jets, ceux-ci pas très puissants, sortent de sa bite toute dure. Je mate mon cul dans le miroir : il est recouvert de mouille et de jus qui est resté prisonnier de mes poils de cul. Des amas de son sperme sont encore sur sa queue que je prends avidement en bouche et que je suce avec délectation tandis que mon cul dégouline toujours de son jus.

On va sur son lit et on reste blottis dans les bras l’un de l’autre. Je crois même que je me suis assoupi. A un moment, il relève la tête et sursaute, voyant l’heure.

- 18h, déjà ! Mes parents ne vont pas tarder !

Il aère et on prend quand même le temps d’aller se doucher. Là, des souvenir refont surface quand je le vois se savonner son corps tandis que sa belle queue pend entre ses jambes. On parle, on rigole. Puis on se rhabille et avant de partir, dehors, il me dit :

- C’était trop bien ! Dommage qu’on n’ait pas tenté ça au temps du lycée. J’aurais pu finir avec toi, qui sait !

- Oui, qui sait.

Il voit ses parents arriver au loin. Il me tape la bise, me sert fort dans ses bras et on se promet de se revoir et de remettre ça quand on reviendra sur L. ou quand il descendra sur Toulouse.

Je le quitte, le cœur serré, mais super content d’avoir fait l’amour avec l’objet de mes fantasmes de mes années lycée.

J’espère que vous avez eu bien du plaisir en lisant cette histoire. N’hésitez à me contacter/m’envoyer des commentaires. (N’oubliez pas de préciser le titre de l’histoire).

Meetmemz

meetmemz@yahoo.de

TOP AUTEUR 2022 + 2023 MEETMEMZ

Autres histoires de l'auteur :

TEXTE IMPLIQUANT DES MINEURS,
UN ENFANT OU ADO (-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence et à la cruauté. Sous peine de fermer ce site !

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

💦 18 Avril | 155 pages

Les nouvelles | 23 Pages

Salle de muscu Meetmemz
Le tunnel Ludo06
Lundi de repos Stephdub
Cartel mexicain Meetmemz
Mon frère, mon cousin et moi Justin
Première avec un mec Sympa
Bleu topaze Coolsexe
Teddy, le rugbyman Le French Chazer
Aventure Panne de voiture Boydu69
Je suis redevenu une pute Loyxxx
Randonnée gourmande (Réédition) Giovanni
Le surveillant de baignade Kawaikat
Découverte du cruising TragoLefa
Un après midi au sauna Bimaispastrop
Il me transforme en femelle RyanSoumis
Préparation d'une pute à rebeus Man4lope
Six hétéros Meetmemz
Plan à 3 EricDeFrance
Trio magique ! Weell59
Torse nu dans la backroom Gill
1ère fois sans capote Mister
Perdu Gill
1ère rencontre RomainJm

Les séries : 132 pages

Agriculteur S20 | 15 | +1 Amical72
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 l 9 | 10
1112 | 1314 | 15
Excitantes retrouvailles | 7 | +1 Max
1 | 2 | 3 | 4 5 | 6 | 7
Un Cul jouissif | 22 | +1 Cul jouissif
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
16 | 17 | 18 | 19 | 20
21 | 22
Mon biscuit rose de Reims | 3 | +3 Coolsexe
1 | 2 | 3
Avec un homme bi | 2 | +1 Mattiheu
1 | 2
Ville Spatiale | 18 | +1 Fabiodimelano
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
16 | 17 | 18
Destins croisés | 16 | +1 Sylvainerotic
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
16 Fin
Le Monstre de Pondichery | 14 | +1 Fabrice
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 1213 | 14
Confinement en famille | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2
Pacha rebeu | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2
Entre potes | 15 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
Mon beau-frère | 16 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
16

ET CE N'EST PAS TOUT !
Il y a 57 pages en + ici

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2023 | 2022 | 2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Sextoy
Sexshop

Chercher sur le site

ATTENTION

HISTOIRE AVEC DES MINEURS, ADO, ENFANT(-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence, à l'absence de consentement ... à la cruauté. Sous peine de devoir fermer ce site !

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.


Mars 2024 : 3 601 584 pages lues.

Ce site utilise des cookies uniquement pour faciliter la navigation. Aucune données personnelles ne sont collectées ni conservées pour du partage, ou a des fins marketing. ©2000 Cyrillo.biz. Hébergeur : Planethoster Canada

À jour : mardi 24 mai 2022 à 11:29 .

Retourner en haut