NEWS :
24 Fév.

Grosse queue
"Plan à 3"
"handgag"

146 pages en accès
avant-première.
C’est quoi cet accès ?

Valable tout 2024.
Simple,
CB ou Paypal,
Discret

Shop Gay

Cyrillo20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Sextoy
Sexshop

Signaler ici si l'histoire ne respecte pas les mineurs, ado, enfants (-18ans) ou toute autre infraction. Merci !

Un voisin... pas si hétéro

Salut, moi, c’est Alex. J’ai 35 ans, je suis homo mais personne ne pourrait s’en douter ! Je suis grand, très carré. J’ai de larges épaules, j’ai la carrure d’un rugbyman. Je suis poilu, sportif, brun avec une de barbe de quelques jours.

J’aime bien sortir et je fais pas mal de rencontres… mais j’ai toujours préféré la qualité à la quantité ! Alors je suis très sélectif. Et ce filtrage semble grave me réussir. Je tombe sur des mecs géniaux. Je suis monté 21 cm et les mecs les sentent bien passer.

Un matin, je me réveille dans les bras d’un beau grec poilu et bien musclé, très viril. Je regarde l’heure. Il est 9h. C’est le week-end. Je referme les yeux ... mais impossible de me rendormir. J’ouvre l’œil et j’ai une vue magnifique sur un beau méditerranéen, Nikos, avec qui je viens de passer la nuit. Il dort encore mais je ne me lasse pas de le contempler, d’avoir envie de lui… On s’est rencontré hier soir, on a dîné ensemble et puis… ça a été super torride ! On a remis ça à l’aube et c’était magique. C’est le repos du guerrier maintenant pour lui. Je me lève alors et je vais me faire un café. Je vais m’assoir sur le balcon et je sirote tranquillement mon café en short sport coton ample, torse nu. Dans mon dos, j’entends un « bonjour » sonore qui me fait sursauter. Je me retourne et je vois sur le balcon mitoyen un beau gosse qui me sourit.

- Je me présente, je m’appelle Matteo. Je suis votre nouveau voisin de palier.
- Salut ! Enchanté, moi, c’est Alex.
- Je viens d’emménager avec ma femme. L’endroit semble très calme, c’est top !
- Bienvenue à vous ! Ouais, le coin est très très sympa, vous allez vous plaire ici !

Je lui tends la main qu’il me serre. Je me mords les lèvres en le voyant. Il est grand, bien baraqué et il a une poigne d’enfer. Il est bronzé, il ressemble à un Italien. Un mec comme je les aime quoi ! Soudain, une femme sort et elle me sourit.

- Moi, c’est Valentina.

Je lui souris et je me dis que c’est vraiment dommage qu’il soit hétéro. A ce moment-là, mon Grec sort à moitié à poil et il me salue en me remerciant pour le café. Je regarde alors les deux voisins qui me dévisagent bizarrement. Mais ils ne disent rien. Je me demande s’ils se doutent que c’est lui qui a beuglé une bonne partie de la nuit. On échange quelques mots puis chacun vaque à ses occupations.

Valentina et Matteo s’avèrent par la suite plutôt distants. On se salue poliment, mais sans plus. Un peu de small-talk, mais rien de plus. A chaque fois que j’aperçois Guiseppe sur le balcon, il bombe le torse, comme un mâle dominant bien hétéro... ce qui me fait bien kiffer ! J’adore son côté viril. J’admire ses bras musclés et j’essaie de m’imaginer à quoi il ressemble torse nu.

Un jour, je sors seulement vêtu d’un caleçon sur le balcon pour étendre une serviette. Mon voisin italien est sur une chaise longue, en train de mater son portable et du coin de l’œil, je vois son regard braqué sur moi. Mais quand je me retourne, il se lève, il me dit bonjour et il rentre dans son appart. Je trouve son comportement assez bizarre. Mais je commence à me demander si je ne le laisse pas indifférent. Ou alors il se sent intimidé car il me sait gay ?

Quelques jours plus tard, je prends mon petit-déjeuner sur le balcon avec un de mes plans réguliers, Josué, un Portugais que j’adore. Il a en effet passé la nuit chez moi. On décide de sortir nu sur le balcon. A part mes voisins directs, personne ne peut nous mater. Je n’ai pas de vis-à-vis à moins de 80 mètres, Mais à un moment, j’entends la porte-fenêtre des voisins s’ouvrir puis :

- Qu’est-ce que tu fais là ?, demande Valentina.
- Oh rien...
Je tends immédiatement une serviette à Josué qui la passe autour de ses reins et je fais de même. Je me retourne et je vois Matteo dans un coin qui nous regarde. Je leur souris et je dis simplement :

- Bonjour, chers voisins !
- Salut, Alex. Bonjour, monsieur, répond Valentina en souriant.

Valentina re-entre dans l’appart. Matteo la suit, sans un mot après avoir jeté un regard derrière son épaule. Josué me demande :

- Il était en train de nous mater avant de se faire gauler par sa meuf ?
- Je sais pas…

Je me pose aussi la question. La situation était vraiment bizarre.

Quelques semaines plus tard, c’est la canicule. J’ai baissé mon store-banne et je profite des courants d’air de la fin de journée, nu, sur ma chaise longue. A un moment, Matteo sort sur le balcon, seulement vêtu d’un caleçon. Il soupire et il s’étire. Il ne semble pas m’avoir remarqué. J’en profite pour mater ce beau mec. Je ne l’aurais jamais imaginé comme ça !

Matteo a 45 ans. Il est sportif, brun, barbu avec un visage carré très masculin. Il a un corps musclé sec avec de beaux biceps et des abdos. Il a une pilosité très abondante sur tout son corps. Ses poils recouvrent tout son corps, mais ils sont encore plus abondants au milieu de son torse et autour de ses tétons. Une ligne épaisse et sauvage de poils noirs descend jusque dans son caleçon. Plus on approche de son pubis, plus ses poils sont épais et longs. Ses aisselles sont hyper velues. Son caleçon moulant laisse entrevoir un petit cul bien sexy. Ses cuisses sont bien musclées, tout comme ses mollets. Ses jambes sont recouvertes d’un duvet noir et épais. Sa queue dans son boxer a l’air imposante, je la devine, recourbée sur de grosses couilles imposantes. J’aperçois la forme de son gland à travers le tissu.

Matteo me tire de mes observations quand il me voit. Il me salut et il referme les yeux. Mais derrière ses lunettes de soleil, j’arrive quand même à remarquer qu’il me mate. Je le mate aussi, aussi ouvertement que lui. Nos regards se croisent parfois, ils se détournent vite. Il regarde alors son portable... mais très vite, ses yeux se dirigent de nouveau vers moi. Tout ce manège me fait vraiment me demander s’il ne serait pas intéressé par les mecs...

Les jours suivants, ce genre de situation se répète. Moi, torse nu et Matteo en caleçon. On ne parle pas, on est sur le balcon, allongé sur notre chaise longue, à profiter de la brise d’air qui souffle. Je peux me rincer discrètement l’œil. Parfois, je croise son regard. Il doit sentir que je l’observe... comme moi, je sens ses yeux posés sur moi. Je suis persuadé qu’il me mate. Mes regards vagabonds ne s’en privent pas non plus.

Quelques jours plus tard, la canicule est terminée. Matteo sort tout de même en caleçon et il se met sur sa chaise longue, sans se préoccuper de moi. Il écoute de la musique avec ses écouteurs Bluetooth et il prend un bain de soleil. Putain ! Je me rince l’œil sans gêne. Je trouve le mec super sexy ! Une vraie bombe ! Puis, je remonte mon store-banne et je me mets aussi à faire bronzette. Quelques minutes plus tard, je me mets sur le dos. A un moment, je tourne ma tête vers lui car je sens qu’on m’observe. Il est debout, un peu penché au-dessus de mon balcon, le regard braqué sur mon cul (du moins je me l’imagine). Quand il me voit, il fait un bond en arrière et il disparait dans son appart. Là, plus de doute n’est permis, il me matait à fond !

Quelques temps plus tard, un samedi, je me fais à manger quand la sonnette de la porte d’entrée sonne. Je vais ouvrir et… je vois Matteo devant mes yeux. Il se tient là. Il ne dit rien. Je finis par prendre la parole :

- Bonjour.
- Salut. Vous auriez une perceuse, s’il-vous-plait ? Je dois percer le béton et je n’y arrive pas avec mes outils.
- Oui, je vais voir ça. Dans la cave, je pense.

On se dirige dans ma cellule de la cave. Sur le chemin, je sens son regard braqué sur moi et sur mon cul. Dans l’ascenseur, on se regarde, sans rien dire. Je le déshabille du regard, je le mate de la tête aux pieds. Et sans gêne, je mate son paquet entre les jambes. Il s’en rend compte et il regarde aussi le mien. On sort de l’ascenseur et on entre dans les caves. Ma cellule est très étroite. Je demande à Matteo de me tenir des trucs. Mes mains frôlent les siennes. Je commence à sentir la chaleur monter en moi. Soudain, je me dis que c’est peut-être un prétexte pour être seul avec moi. Je l’observe et je me demande si je prends mes désirs pour des réalités. Cependant, je fais exprès de faire de grands mouvements pour toucher ses bras. Oh, je sens ses poils qui caressent ma peau. Puis, je me recule à un moment et je me retrouve plaqué contre son torse. Je me sens électrisé. Et bizarrement, Matteo ne recule pas. On est l’un contre l’autre. Je lève ma tête et je vois ses yeux plongés dans les miens... J’y lis alors un désir immense.
Je finis par trouver la perceuse. On remet tout en place et je la lui donne. On remonte… et je suis si chaud… que je veux tenter ma chance. Je lui dis :

- Vous voulez boire une bière ?
- Avec plaisir.

Je suis en fait surpris ... et excité qu’il accepte. On rentre dans mon appart et je lui sers une bière. Je la lui tends et il la prend. Nos doigts se frôlent. J’en prends une aussi. Je me pose à côté de lui sur le canapé. Je vois sa cuisse velue et elle me fait soudain envie. Je fais alors un grand geste et un peu de bière saute sur sa jambe. J’ai réussi mon coup. Je murmure un « Désolé » et j’essuie sa cuisse du revers de ma main. Je vois qu’il a la chair de poule. Le contact de ses poils m’électrise aussi. Je la retire vite et il se met à rire en disant simplement « Merci ». Il me frôle l’épaule comme s’il voulait me donner une petite tape amicale.

Je le regarde alors droit dans les yeux. Lui aussi me fixe, sans baisser le regard. Je vois son regard sauvage, plein d’envie. Je ne me suis pas trompé. Je le rends fou de désir, j’en suis persuadé ! Dans un geste rapide, je pose ma main sur sa cuisse et cette fois, je l’y laisse. Son regard reste plongé dans le mien. Rapide comme l’éclair, il se penche sur moi et il m’embrasse sauvagement. Surpris, je retire ma tête. Il baisse alors les yeux. Sans me préoccuper de quoi que ce soit, je prends sa tête entre mes mains et je lui roule une pelle lente et tendre. Mes mains commencent par sonder son corps pendant qu’on s’embrasse. Elle passe sur son paquet… qui semble vraiment prometteur.

Au bout de 5 minutes, nos lèvres se séparent et je l’entraine dans ma chambre. J’enlève son t-shirt et je découvre son magnifique corps. Mes mains passent sur sa peau douce et au travers de ses poils tandis que je l’embrasse avec passion. Elles passent ensuite sur son short dans lequel je sens un paquet bien rempli. Lentement, je fais descendre son short lentement. Je m’agenouille et j’ai une belle vue sur ses jambes musclées et poilues, ainsi que sur son boxer bien bombé. Avec ma langue, j’embrasse ses cuisses musclées et je remonte doucement vers son paquet. Ma langue passe sous son boxer, vers ses couilles. Je rencontre des couilles poilues que je lèche avidement. Je remonte vers sa teub…j’y arrive enfin… et je me rends compte que son pieu est bien volumineux. Je décide de lui enlever son boxer. Je déballe mon cadeau, libérant une belle massue. Il se retrouve complètement nu.

Matteo me fait me relever et il m’embrasse tandis que ses mains font descendre mon short sur mes chevilles. Il s’empare de ma bosse qui bande déjà bien et il la masse. Puis, il passe sa main dans mon caleçon et il caresse ma queue. Il le fait ensuite glisser sur mes jambes et sa main passe sous mon t-shirt. Il me caresse mon corps. Et il finit par me retirer mon vêtement. Lentement, Il s’allonge sur le lit et je l’admire. Il est magnifique, son corps musclé est parfait, avec une peau bronzée, recouverte de poils. Ses cuisses épaisses tout comme ses énormes biceps me donnent aussi envie. Le mec respire la testostérone.

Sa queue doit faire bien 14 cm au repos. Elle est marron foncée et son gland est rosâtre avec un long prépuce. Ses deux grosses couilles sont bien velues, bien grosses, elles ont l’air bien pleines. Ses fesses sont sexy, un peu bombées et fermes. Son cul (tout comme son dos) est bien poilu aussi.

Je me couche auprès de lui. Je le prends dans mes bras et on s’embrasse sauvagement. Il me fait tellement envie ! Et je crois que je ne laisse vraiment pas indifférent. Ses mains me caressent, sa queue se tend. Il a bien 20 cm entre les jambes. Sa teub est magnifique ! On se roule de grosses pelles tandis que nos mains parcourent le corps de l’autre, soupèsent sa bite, triturent ses tétons.

Après quelques minutes, ma langue descend dans son cou et elle se met à le lécher. Puis, je passe sur son torse que je lèche et j’embrasse. On se roule une pelle hot pendant de longues minutes. Nos langues s’entremêlent, nos lèvres s’embrassent et se massent puissamment, rapidement tandis que nos mains explorent le corps de l’autre, on est plein de désir, on brûle d’envie, Je m’occupe ensuite de ses tétons. Il semble apprécier car il pousse de petits gémissements. Je les lèche et je les mordille, ce qui déclenche chez lui un gémissement. Je passe de l’un à l’autre en m’amusant aussi avec les poils qui les entourent. Puis, je commence à frotter la pointe de ses tétons avec ma langue ou avec mon doigt. Il se met alors à gémir hyper fort. Ses mains se baladent aussi sur mon corps. Son souffle s’accélère. Je continue de lui travailler les tétons puis je passe à ses aisselles. Elles sentent bon le mâle. Je m’en enivre, ma langue joue avec ses longs poils. Puis, elle revient au milieu de son corps. Elle s’enroule dans ses poils frisés et elle les suit au milieu de ses abdos puis de son nombril. J’hume sa bonne odeur qui se dégage de sa peau. Puis, ma langue joue avec les poils de son pubis. Je descends ensuite vers ses couilles, que je commence à lécher. Puis, je remonte à sa bite dressée. Ma langue parcourt tout son morceau et une fois arrivé à son gland, je l’enfonce dans ma bouche ce qui le fait directement gémir.

Sa queue bien dure me remplit la bouche. Je descends et j’arrive à lui faire directement une gorge profonde … ce qui le fait bien gémir. Puis, j’entame de lents allers-retours tout en le regardant droit dans les yeux. Il soutient mon regard en se mordant les lèvres. Ses mains me caressent la tête, m’encourageant à continuer. Pendant ce temps, mes mains s’occupent de ses couilles qu’elles soupèsent et caressent. Petit à petit, je sens ses mains exercer plus de pressions, enfonçant bien sa queue au fond de ma gorge. A un moment, j’arrête de le sucer, avec sa bite à moitié encore dans ma bouche. Il comprend et il se met à m’imposer son rythme. Il me fait descendre et monter sur son morceau qu’il fait bien entrer au fond de ma gorge. Se rendant compte que je supporte bien sa bite en gorge profonde, il m’utilise pour branler sa teub avec ma bouche.

Ensuite, il me fait remonter vers lui, il me roule une grosse pelle. Je sens sa langue contre la mienne ainsi que sa salive qu’il partage avec moi. Au moment où il se retire, un filet de bave coule sur mon menton. Sans réfléchir, il le lèche. Moi, j’ouvre alors ma bouche en grand. Il comprend, il se rapproche et il laisse couler un filet de bave dans ma bouche grande ouverte que je referme... et j’avale son liquide. Puis, à son tour, il ouvre la bouche et je fais couler un filet de bave en lui. Il reste la bouche ouverte, j’y crache alors de gros mollards. Ma bave coule dans sa bouche et dans sa gorge. Je continue ce petit jeu pendant quelques secondes. Il avale ma bave chaude tandis qu’il gémit. Puis, il saisit ma bite et il l’observe avec intérêt. Mes 21 cm bien épais semblent lui plaire. Il enfonce alors mon gland dans sa bouche et il entame une suce bien baveuse tout en me branlant. Il va et vient et je kiffe à mort de voir mon beau voisin hétéro s’occuper de ma queue avec autant d’appétit.

Il me suce la moitié de ma queue tout en masturbant l’autre moitié. Elle est toute mouillée. Il essaie plusieurs fois de faire des gorges profondes ... et au bout de plusieurs tentatives, il y arrive presque. Il reprend sa suce et je gémis fort. Il se débrouille vraiment bien ! Je mate le tableau : mon voisin hétéro a ma bite dans sa bouche et il me suce divinement. Je n’aurais jamais cru sa possible ! J’observe ma queue qui lui ouvre sa mâchoire en grand, qui s’enfonce dans sa bouche avant d’en ressortir.

Après de longues minutes, sa langue passe le long de mon manche, puis le long de mes couilles, qu’il gobe, puis le long de mon périnée. Sa langue traverse mon trou poilu et elle se met à titiller mon anus. Je gémis alors fort, ce qui l’encourage à pénétrer mon trou du bout de sa langue. Il se met à me bouffer le cul à fond. Je gueule fort. Il fait ça super bien. Sa barbe frotte contre ma raie, sa langue me fouille profondément, je gueule à fond. Puis, il fait entrer un doigt… et très vite un deuxième. Il entame des va-et-vient tout en me massant la prostate. Ma queue est dressée au max, je beugle fort. Il me fait ensuite mettre à 4 pattes et il place son gland sur mon trou. Voyant que je n’oppose pas de résistance, il pousse et son gland entre dans mon anus, sans capote. Je souffle de plaisir et il continue une descente lente. Il place ses mains sur mes hanches… Ses grandes mains m’électrisent. Très vite, je sens son pubis velu contre mon cul… que je cambre alors bien. Il semble kiffer car sa queue durcit. Il entame de lents allers-retours amples en poussant un cri de plaisir. Ses mains me tiennent fermement, je ressens sa queue entrer et sortir sur toute sa longueur dans mon trou.

Au bout de quelques minutes, il augmente le rythme tout en me prenant dans ses bras. Je sens alors son corps massif et poilu contre mon dos. Je me sens bien dans les bras de ce mâle puissant. Ses couilles pleines me frappent le cul. Je gémis fort quand sa bite tape au fond de mes entrailles. Il me laisse faire et la cadence devient toujours plus sauvage et rapide. Sa queue me masse la prostate à fond, je sens mon sperme monter dans ma bite. Mais il s’arrête heureusement au bout de quelques minutes… avant de se mettre, à ma grande surprise, à côté de moi sur le lit, à quatre pattes. Il ne faut pas me le demander deux fois. Je me lève et j’attrape son magnifique cul bombé entre mes mains. Je le masse et je l’écarte, ce qui laisse apparaitre un petit trou entouré de poils courts, noirs et épais. Il a l’air bien serré. Ma langue s’enfonce immédiatement dans son trou et je me mets à lui bouffer le cul à mon tour. Il gémit fort.

Je me relève et je lui tapote l’anus. Je saisis un tube de gel et je lui en fous copieusement dedans. J’y enfonce mes doigts et j’entame des va-et-vient… d’abord avec un, puis deux et finalement 3 doigts. Je le doigte bien et il gueule. Il me semble que ce n’est pas la première fois qu’il se prend un truc dans le cul. Je sors alors un gode et je me mets à bien préparer le terrain pour ma grosse teub. C’est comme si son anus avalait mon sex-toy.

Ne pouvant plus résister, je me relève et ma langue passe sur sa raie poilue puis elle remonte le long de son dos. Je sens son corps vibrer. Ma langue se retrouve dans son cou que j’embrasse et que je mordille délicatement. Ma queue tendue glisse contre sa raie. Je donne quelques mouvements de bassin, je sens mon corps musclé frotter contre son dos, je sens mes poils caresser sa peau. Sans utiliser mes mains, j’enfonce ma teub dans son trou serré. Je dois m’y reprendre à plusieurs fois mais finalement, mon gland entre, suivi de ma teub. Je le pénètre lentement, sans pause. Je l’ai bien préparé, ça rentre comme dans du beurre. Je savoure le fond de ses entrailles puis je commence des va-et-vient. Lentement d'abord. Je colle mon corps contre son dos et je l’embrasse tout en le baisant. Son anus est très serré, je sens bien ma queue qui ouvre ses sphincters sur son passage. Son trou palpite d’excitation. Puis, j’augmente la cadence. Il se met à gémir. Mes coups de butoirs deviennent puissants. Je lui fais ainsi l’amour pendant bien 15 minutes, alternant baise lente, sensuelle et puissante, bestiale.

Quand je ressors de son cul, il me place sur le dos et il embroche sa bite dans mon anus. Il colle son corps poilu contre le mien et il entame une baise puissante et sauvage. Je sens les muscles de son corps se contracter sous l’effort. Quel mâle ! Ses poils se frottent contre ma peau. Je kiffe trop ! Il grogne comme un ours. Ses mains saisissent mes hanches et elles imposent un rythme plus bestial à notre baise. Sa queue me martèle tel un marteau-piqueur. Je me branle en même temps et je dois m’arrêter souvent car l’excitation me ferait presque jouir sur le champ. Il me regarde droit dans les yeux, moi aussi. Quel homme ! Quelle aura puissante il dégage ! Quel moment magique !

Il me pilonne ainsi pendant bien 15 minutes, alternant coups lents et coups puissants. Parfois, il se penche sur moi et il colle ses lèvres contre les miennes. Il reste ainsi tout en continuant sa baise. J’admire son corps musclé qui se démène au-dessus de moi. Mes mains passent dans la forêt de poils qui recouvrent son corps. Au bout d’un moment, il plonge ma tête dans ses aisselles qui sentent le mâle. J’en lape le nectar et lui gueule de plaisir. Il me serre très fort contre lui. Je sens sa peau, ses poils et son souffle contre mon corps. Il finit par me demander :

- Tu veux que je jouisse où ?
- Dans mon cul !

Il accélère alors ses mouvements de butoirs. Très vite, je sens alors sa queue se contracter et expulser son jus d’homme qui remplit mon cul. Je sens bien 8 gros jets puissants me fouetter le fond de mes entrailles. Une fois son orgasme passé, ses muscles se décontractent et il retombe sur moi. Il reste 1 ou 2 minutes sans bouger... puis il se relève. Son jus dégouline de mon anus. Il se place alors sous mes fesses et il prend son sperme en bouche. Il approche ses lèvres de ma rosette et il aspire le sperme qui se trouve en moi. Puis, il se relève et il vient me rouler une grosse pelle bien baveuse. Son jus passe dans ma bouche, nos langues jouent avec et je l’avale finalement avec plaisir.

Matteo se met à me branler en matant cette grosse queue bien raide, bien veinée. Alors, il enjambe alors mon corps et il place son trou sur ma queue tendue. Il s’empale sur mes 21 cm et il entame des va-et-vient dessus. Je le laisse se faire plaisir sur ma bite. Il est endurant, il me chevauche sans faire de pause.

A un moment, je lui dis de pivoter. Il comprend. Il pivote de 180 degrés sans que ma bite quitte son cul. Je saisis son torse, je plaque son corps contre moi et je maintiens ses jambes entre mes mains. Je vois dans le miroir de l’armoire en face de moi mes grosses couilles qui pendent et ma grosse queue qui distend son petit anus. J’entame alors des allers-retours dans ses entrailles. Je vois dans le miroir mon cul poilu mener la cadence. Il finit par se tenir accroupi au-dessus de moi et je continue ma baise pendant que mes mains caressent son corps.

Ensuite, je le fais basculer sur le côté, j’embrasse son cou tandis que je reprends une baise lente. Je le prends dans mes bras et j’augmente le rythme. Je le défonce maintenant à fond. Je le pilonne. J’observe dans le miroir ma queue, qui entre et sort rapidement, ainsi que mes couilles qui frappent son cul. Trop bon ! Mes mains parcourent pendant ce temps son corps poilu... J’adore le contact de mes mains avec ses poils.

Je laisse mon excitation prendre son envol et au bout de 5 minutes, je sens que mon gland gonfle. Je jouis fort dans ses entrailles qui se retrouvent bien remplies. Ma bite tressaute et elle ne semble plus s’arrêter d’expulser mon jus. Ce sont des litres de sperme que j’éjacule dans son anus.

Il attend quelques secondes puis il se relève et il vient me poser à côté de moi. J’aperçois son cul qui dégouline de mon jus. Il saisit ma queue et il en déguste les dernières gouttes qui en coulent. Quand il a fini, il se couche sur le lit et je lui fais lever les jambes. Je me précipite sur son trou et je lape le sperme qui en dégouline. Il y en a une bonne quantité. Je me penche ensuite sur son visage et il comprend le message. Il ouvre sa bouche en grand. Je lui crache dans la bouche un gros mollard, un mélange de salive et de sperme. Il reçoit et avale tout en gémissant.

Je me pose à côté de lui et il se colle contre mon corps. Je sens le sien, hyper viril, me serrer fort. Je prends mon amant dans mes bras et on reste quelques minutes comme ça. Je finis par dire :

- J’aurais jamais cru ca possible ! J’aurais jamais pensé t’avoir dans mon lit un de ces jours ! Toi... qui m’excitait tellement sur le balcon !
- Je devais vraiment refouler mes envies... Tu me faisais envie dès que je te voyais en caleçon ou nu.
- C’est vrai ?
- Oui, depuis le premier jour ! Je suis à chaque fois jaloux des mecs qui venaient chez toi... car j’aurais tellement aimé être à leur place. Je me doutais bien que tu couchais avec eux... mais je n’en étais pas sûr... Et j’ai aussi vite remarqué que ça m’excitait que tu me voies à moitié à poil sur le balcon. Je sentais tes yeux remplis d’un désir fou d’envie pour moi... Je sentais ton regard qui me déshabillait !
- Petit coquin ! Et pourquoi justement aujourd’hui ?
- Ma femme est partie avec des copines en week-end !
- Ah, donc on a tout le week-end pour nous tous seuls ?
- Oui.
- Ça te dit une bière... avant de remettre ça ?
- Avec plaisir !

On prend une bière et on va se mettre sur le balcon, à poil. Matteo dit :

- Putain, à chaque fois que je vais sortir sur le balcon, je vais repenser à cette scène et bander...

On rigole en trinquant. Ma main reste sur son paquet bien formé... et très vite, je sens que sa queue se met à frétiller !

Merci à Alex pour ses idées.

Des commentaires ? Des retours ? Vous pouvez m’envoyer un mail (pensez à préciser le titre de l’histoire).

Meetmemz

meetmemz@yahoo.de

TOP AUTEUR 2022 + 2023 MEETMEMZ

Autres histoires de l'auteur :

TEXTE IMPLIQUANT DES MINEURS,
UN ENFANT OU ADO (-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence et à la cruauté. Sous peine de fermer ce site !

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

💦 22 Fév. | 74 pages

Les nouvelles | 19 Pages

Envoie ta première histoire !
Baise dans sa cave Djack
Arran Elio
Prof au sauna Meetmemz
Spartacus Spartacus
Militaires suisses gradés Maxance
Pacha rebeu Meetmemz
Le copain de ma nièce Bugs
Le plombier Geoffrey
Un été à la campagne Meetmemz
Mon voisin rebeu Tymeo
La femelle de Karim Jules
Confinement en famille Meetmemz
Passif Première Franck
Guillaume Amical72
Sodomie devant voyeur Djack
Marc L3vicura
Tel est pris Stephdub
Retour de match Bouleetbite
Sauna Octopus Marco13

ET CE N'EST PAS TOUT !
Il y a 146 pages en + ici

Les séries : 55 pages

Nuits aux campings | 4 | +1 Thomas
1234
Agriculteur S19 | 12 | +1 Amical72
12 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 89 | 10 | 11 | 12
Mon gros membre | 4 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 34
Fuckboy Hétéro | 3 | +1 Julian
1 | 2 | 3
Agent 069 | 9 | +1 Ceven-X
1 | 2 | 34 | 5678 | 9
Bon garçon | 8 | +3 PupOrock
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
New York | 3 | +1 Passif17
1 | 2 | 3
St-Sylvestre | 8 | +1 Bouleetbite
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 678
Combat de lutte | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2
Abdoul | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2023 | 2022 | 2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Sextoy
Sexshop

Chercher sur le site

ATTENTION

HISTOIRE AVEC DES MINEURS, ADO, ENFANT(-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence, à l'absence de consentement ... à la cruauté. Sous peine de devoir fermer ce site !

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.


Octobre 2023 : 3 489 971 pages lues.

Ce site utilise des cookies uniquement pour faciliter la navigation. Aucune données personnelles ne sont collectées ni conservées pour du partage, ou a des fins marketing. ©2000 Cyrillo.biz. Hébergeur : Planethoster Canada

À jour : lundi 23 octobre 2023 à 10:32 .

Retourner en haut