NEWS :
12 Juin

Grosse queue
"Plan à 3"
"handgag"

145 pages en accès
avant-première.
C’est quoi cet accès ?

Valable tout 2024.
Simple,
CB ou Paypal,
Discret

Shop Gay

Cyrillo20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Sextoy
Sexshop

Signaler ici si l'histoire ne respecte pas les mineurs, ado, enfants (-18ans) ou toute autre infraction. Merci !

Premier épisodeÉpisode précédent

Camping avec mon meilleur ami | 5

Comme je vous l’ai raconté dans les quatre premières parties, je suis parti faire du camping dans les Pyrénées avec mon meilleur ami, Paul. Il est marié mais nous sommes partis seuls en vacances pour profiter de la montagne, chose qui n’est pas du goût de sa femme. Nous avons démarré à Cauterets et avec pour but ultime le Pic du Midi. Grandes randonnées la journée, le soir dodo dans une tente commune, mais bien sûr chacun dans son duvet. Pendant ces vacances, tout comme les années d’avant, je n’ai eu aucune pensée cochonne pour lui. Mais un soir, tout a dérapé. Paul m’a avoué son amour pour moi, nous nous sommes embrassés, il m’a baisé tendrement et nous nous sommes endormis dans les bras l’un de l’autre. Et depuis, nous n’arrêtons pas de baiser. Je l’ai même sodomisé ! Cependant, à un moment, tout est parti en vrille. Alors qu’il me baisait sauvagement en pleine nature, on s’est fait surprendre et Paul m’a offert en pâture à des mecs qui m’ont baisé puis à d’autres mecs qui m’ont offert une bonne bukkake.

Le lendemain de cette partie à plusieurs (voir chapitre 3 et 4), nous reprenons notre route. Paul est très silencieux. Je finis par lui demander ce qui se passe. Il me répond :

- Je m’en veux un peu... J’ai des remords par rapport au dérapage d’hier...

- Mais arrête !

- Non, c’est vrai. Je suis désolé de t’avoir forcé à baiser avec tous ces types.

- Tu n’as rien forcé du tout, j’étais consentant !

- Ok... en tout cas, tu peux pas savoir comme ça m’a excité de t’offrir en pâture à tous ces mecs. J’ai adoré les voir te défoncer. Je sais pas pourquoi.

Je le prends alors dans mes bras, je l’embrasse avec passion et je lui dis :

- J’ai adoré, ne t’inquiète pas ! J’étais comme une chienne en chaleur ! Je ne pouvais plus m’arrêter de sucer et de vouloir sentir ces teubs en moi !

Il ne répond rien, il me roule seulement une grosse pelle. Mais vu que du monde arrive, nous reprenons notre randonnée.

Le soir, comme chaque soir, nous dormons sous la même tente que nous avons préparée, à l’écart et à l’abri des regards. Nous ne cessons pas de nous embrasser. Aujourd’hui, il a fait très chaud. Nous sommes plein de sueur et nous décidons d’aller nous laver dans un ruisseau qui coule non loin de notre campement.

Nous nous déshabillons, nous prenons du savon et nous allons main dans la main vers le cours d’eau. Nous nous savonnons et nous nous frottons mutuellement. J’admire son beau corps. Paul fait 1,80m, il a des cheveux bruns, crépus et très fournis, le teint mat, des épaules assez larges. Il porte une barbe de 3 jours. Il est baraqué, avec de beaux « seins » fermes et un ventre rond un peu prononcé. Ses poils sombres recouvrent entièrement son corps. A partir du pubis, ils remontent pour traverser le ventre et vont se perdre dans la masse de poils qui recouvrent son torse. Il est tout aussi poilu sur ses jambes massives. Ses bras puissants sont aussi recouverts de poils, des épaules jusqu’aux doigts. Sur le pubis et les couilles, il a des poils très sombres et très épais. Ses tétons sont énormes et roses. Sa bite est de taille moyenne, très brune, avec un gland rose, le tout surmontant ses grosses boules brunes et poilues. J’adore aussi son cul poilu, bien bombé, bien rond, bien ferme.

Mes doigts passent dans ses poils noirs. Ils le massent et le savonnent. Je vois que ça ne le laisse pas indifférent. Sa queue se met à grossir petit à petit. Il passe ensuite ses mains sur mon corps. Quand il me savonne le dos, je sens sa bite entre sa raie, en train de se frotter contre elle. Je me laisse faire, j’adore cette sensation. La queue est plaquée contre mon cul et je la sens remuer de temps en temps tandis que Paul me savonne. Et bien entendu, ma queue se met aussi à gonfler et se dresser.

On se triture la bite mais on finit par revenir à la tente et nous préparons le repas. On trinque et Paul me dit, un peu de tristesse dans le regard :

- C’est notre dernière soirée ensemble. Demain, nous serons au pic du Midi et après il va falloir rentrer...

- Je sais... Mais ne parlons pas de ça... Laisse-nous savourer ces derniers instants ensemble.

- Mais comment allons-nous... ?

- Pas de « mais » !

Je l’embrasse sans plus attendre. Une fois le repas fini, nous nous installons sous la tente et nous reprenons notre embrassade.

Nous nous roulons de grosses pelles en nous passant les mains sur tout le corps. Puis je descends vers sa queue qui est déjà tendue et je la secoue de haut en bas. Elle est bien dure, elle fait dans les 17-18 cm, elle est assez fine. Je prends son gland en bouche et je m’amuse à le titiller avec ma langue. Puis je descends le long de son chibre et je lui taille une bonne pipe. Pendant ce temps, il me caresse le dos et gémit doucement. Sa queue devient de plus en plus dure sous l’effet de ma suce.

Puis j’enlève mon pantalon et je m’assois sur sa queue. Je pose le gland sur mon anus et je m’enfonce lentement sur son chibre. Il m’ouvre bien. Je descends jusqu’á ce que je me retrouve assis sur ses couilles. Mes propres boules reposent dans ses poils de pubis. Puis je commence à monter et descendre sur la teub tendue. Elle me fait vraiment du bien. Je la sens bien au fond de mes entrailles. Puis je m’étends sur son corps velu et je l’embrasse tout en faisant toujours bouger mon cul le long de sa queue. Ensuite, je me relève, je me mets à genoux au-dessus de lui et il se met à bouger son cul pour enfoncer sa belle teub en moi. Ses coups de bite sont profonds, puissants mais amples.

Il me fait ensuite mettre sur le dos et il me baise tout en m’embrassant. Je sens son corps grassouillet se frotter contre moi, tout comme ses poils qui me chatouillent. Puis, il se relève et accélère le rythme de sa baise. Après quelques minutes, il me relève et m’embrasse passionnément. Je passe mes bras autour de son corps, je le plaque contre moi pour le sentir au plus proche de moi. Sa bite est coincée contre mon aine. On se roule une pelle sensuelle et tendre.

Je me pose ensuite à quatre pattes et il se pose contre mon dos qu’il embrasse tendrement. Son gland trouve le chemin de mon anus sans l’aide de ses mains et il s’enfonce en moi jusqu’à ce que ses couilles frottent mon périnée. Il se met à donner des coups de reins amples et profonds. Je soupire de plaisir. Il se relève, attrape mes hanches et il se met à me baiser. Ses couilles frappent mes fesses, j’adore le bruit qu’elles font, alors que sa queue me baise sauvagement. Puis de tout son poids, il m’entraine vers le bas, sur notre duvet. Il pose ses bras autour de mon torse et il se met à me faire l’amour tendrement, ne bougeant que ses fesses. Je sens son souffle dans mon cou, ça me rend toute chose. Il m’embrasse dans la nuque et il me mordille les oreilles. Je le sens sur moi et en moi, c’est trop bon.

Il me murmure alors à l’oreille qu’il va jouir.

- Oui, vas-y, remplis-moi...

Ses coups de queue sont toujours aussi lents, amples et sensuels. Mais je sens sa queue se durcir et il me remplit le trou. Comme un robinet, il lâche un jus épais et abondant, bien chaud, qui se répand dans mes entrailles. Il m’attire vers lui, de ses bras puissants, il me fait basculer sur le côté et nous nous endormons ainsi, en cuillère, sa queue toujours en moi.

Pendant la nuit, je me réveille. Je ne sais pas au début ce qui m’a tiré de mes rêves mais je me rends vite compte que la queue de Paul s’est réveillée et qu’elle est toute dure, dans mon cul. Lui aussi est réveillé, il me caresse le dos, les épaules. Il m’attire vers lui quand il remarque que je ne dors plus. Il m’embrasse dans le cou. Il se met en même temps à donner des coups de bite. Je sens alors son sperme d’hier soir être tassé, et sous la pression de la queue il coule le long de mon cul. Ses couilles doivent aussi bien être mouillées par ce jus car elles font des « flops » quand elles viennent frapper mes fesses. Il me baise pendant une vingtaine de minutes et il éjacule de nouveau en moi. Il se retire de mon cul et son jus coule lentement mais une grosse quantité en sort, comme s’il n’avait pas éjaculé depuis longtemps.

Il prend ma bite en main et la branle jusqu’à ce que je jute. Et on se rendort. Je suis sur le dos et lui est blotti contre moi, la tête posée sur mon torse. Deux heures plus tard, il se réveille de nouveau et il joue avec ma queue, ce qui me réveille à mon tour. Une fois ma bite bien dure, il la prend en bouche. D’abord lent et doux, il accélère sa suce. Il me fait de bonnes gorges profondes, il va de plus en plus vite. Je sens ma bite durcir et je jouis dans sa bouche. 5 jets énormes vont frapper le fond de sa gorge. Je crois que j’ai pas mal joui car quand il se relève, je vois un surplus de sperme qui déborde de sa bouche. Il semble avoir du mal à tout avaler. Mais il y arrive finalement et il vient vite m’embrasser. On se rendort.

On est réveillé à 7h par le réveil. Je repense aux heures passées. Quelle nuit câline et torride ! Paul se lève pour aller se laver. Il a une bonne trique. Je lui dis :

- Putain, tu as une de ces gaules ! Tu m’as bien dosé et ta bite est quand même encore dure !

- J’ai presque tous les matins la gaule.

Je ne l’avais pas encore vraiment remarqué. Mais je me précipite sur sa queue que je suce jusqu’à ce qu’il jute dans ma bouche. Cette fois encore, je reçois une bonne quantité de sperme. Je me demande comment il peut arriver à faire ça.

On décide plutôt de passer la journée ensemble sous la tente. Nous avons vu une petite ville pas loin donc nous y prendrons le train jusqu’au pic du Midi où nous irons rejoindre Nathalie, la femme de Paul qui devrait nous y attendre.

Nous allons nous laver puis nous baisons ensemble. Nous nous embrassons sans arrêt. Et dès que nous rebandons, on baise. Entre 7h et 15h, je pense qu’on a dû baiser et éjaculer 8 fois chacun. C’est vraiment beau.

Vers 15h, nous avons tellement envie l’un de l’autre, que Paul replonge dans mes entrailles. Mais le soleil tape tellement que nous décidons de sortir et de baiser sous un arbre, à l’air libre. On est dans un coin retiré et nous n’avons entendu personne de la journée. On devrait être tranquille.

Paul s’appuie contre un arbre et je me penche pour le sucer. Je caresse ses belles couilles noires et poilues tandis que je lui fais des gorges profondes. Il me fait retourner et je me cambre. Il place son gland dans mon anus et l’enfonce lentement en moi. Il reprend alors sa baise. J’ai gardé toutes ses jutes dans mon trou et il glisse en moi comme dans du beurre. Sa bite fait des « splashs », ses couilles des « flocs ». Que c’est bon. Il colle son corps contre mon dos et il me baise tendrement. Son cul bouge pour enfoncer sa bite au plus profond de moi tandis que son ventre, qui suit le mouvement, se frotte contre mon dos. Je me laisse faire, j’essaie d’être discret et je savoure ses mouvements de bassin lents et profonds. Tout d’un coup, je vois un mec qui passe. Il nous regarde, à moitié amusé, à moitié choqué. Il continue son chemin et crie à plein poumon :

- Putain, y a deux PD qui baisent !

Cependant, Paul ne se laisse pas distraire et il continue à me donner du plaisir. Il sort au bout de quelques minutes de moi et il va chercher une serviette qu’il pose sur le sol. Je me couche dessus, il me fait relever les jambes et il s’enfonce de nouveau en moi. Il se penche sur mon corps et il m’embrasse. Nous formons une masse de peau, de poils et de sperme qui apparemment donne envie à un mec... qui me surprend lorsqu’il sort sa bite tendue qui touche presque mes lèvres.

Paul se relève et il me dit :

- Vas-y, profite.

J’ouvre alors la bouche et la bite s’y introduit. Je lève les yeux quand j’entends des branches craquées. Le mec qui nous avait surpris en premier semble avoir ameuter quelques mecs avec ses cris. Je vois 4 mecs qui se sont regroupés et qui nous matent, la bite à la main. Le mec que je suce se déshabille complétement. C’est un mec de 40 and, gros, poilu, avec un tatouage sur le bras gauche. Il est brun, il a une barbe soignée et une bite de 15 cm, très épaisse. Il est vraiment dodu. Il a de gros seins, un gros ventre flasque mais il reste très mignon. Il a aussi de très grosses couilles, des couilles de taureau, marron, qui pendent et qui ne pourraient pas rentrer dans une de mes mains.

Le mec écarte les jambes et je le suce tandis que Paul me baise. Je lève de temps en temps les yeux et je vois les 4 mecs qui se paluchent toujours. Deux s’approchent de nous et se baissent. Je me retrouve avec une queue devant moi que je suce, une belle teub de 17 cm bien poilue sur ma gauche et une bite de 20 cm sur ma droite. Je commence à devenir fou. Je prends ces bites les unes après les autres dans ma bouche. Les deux autres mecs s’approchent mais ils gardent quand même leur distance.

Paul, excité par ce spectacle, jouit dans mon cul, sort, un torrent de sperme dégouline de mes entrailles. Il propose mon trou aux mecs mais personne ne semble vouloir profiter de ce cadeau. La bite de 17 cm jouit très vite une quantité honorable de jus sur ma joue. Le gros me laisse le sucer et il me dit de tirer ma langue. Il m’offre une dose mémorable de sperme : Un premier jet jaillit sur mon nez. Un deuxième jet, puissant, est expulsé et va se loger dans mes cheveux. Les trois autres jets sont moins puissants et ils tombent dans ma bouche grande ouverte. Un des deux mecs qui est en retrait, s’approche (un mec de 35 ans, avec une barbe très fournie et 18 cm entre les jambes) et il finit de se branler devant mon visage. Il n’expulse pas beaucoup de jus. Son sperme, blanc et épais, coule sur mon torse. La bite de 20 cm s’enfonce dans ma bouche et jouit au fond de ma gorge une bonne quantité. La dernière queue (14 cm d’un beau mec musclé et imberbe) gicle 4 jets abondants sur ma joue. Je récupère le jus sur mon visage et sur mon corps, puis je l’avale en me branlant et une bonne quantité de sperme est expulsée par terre.

Les mecs partent sans demander leur reste et nous rentrons dans la tente. Nous faisons une petite sieste. Paul me réveille au bout d’une heure et me dit qu’il va aller falloir prendre le train. Je commence à me lever ... quand Paul pose sa main sur ma queue. Il la prend en bouche délicatement. Puis, il commence à pomper mon dard en accompagnant sa suce de mouvements avec sa main.

Puis c’est sa queue que j’enfonce dans ma bouche. Mais d’abord, je décalotte délicatement son gland et je le titille avec ma langue. Puis je lui lèche la bite, ma langue passant sur ses veines saillantes. Je la passe sur toute la hampe. Puis, je l'enfonce bien au fond de ma gorge. Il me caresse la tête en me disant :

- Continue, mon amour, tu fais ça trop bien.

Je m’applique alors pour le satisfaire. Puis je remonte vers lui et je me couche sur son corps velu. Je commence à me frotter sur lui. Je sens qu’il mouille bien. Il frotte son bassin contre le mien. Nos bites sont collées l’une à l’autre et c’est comme s’il me branlait. Je suis sûr que s’il faisait ça assez longtemps, il me ferait jouir.

Mais pour éviter ça, d’un mouvement de rein, je le fais passer sous moi et je me mets à le lécher. Ma langue part de son cou, descend vers son torse. Je lui mordille et titille les tétons puis je descends avec ma langue le long de son ventre, entre ses poils, je hume le parfum de mâle qui se dégage de son pubis et je gobe ses couilles poilues. Puis je lui fais lever ses jambes et ma langue traverse sa forêt de poil pour atterrir sur sa rosette que je lèche. Elle est déjà bien humide. Je plonge ma langue dans son anus et il gémit. Je lui lèche le cul pendant au moins 10 minutes. Puis j’y plonge mon index qui rentre facilement. Je le doigte un peu tout en le suçant. Il gémit encore plus fort.

Ensuite, je le mets en levrette et je m’enfonce en lui. Ma queue est assez large, elle a du mal à rentrer. Mais elle finit par passer. J’entre en lui et quand mes couilles sont plaquées contre sa raie, je l’embrasse dans le dos. Je commence mes va-et-vient, d'abord lents, puis plus rapides et profonds, ressortant presque entièrement ma queue à chaque coup de reins pour mieux retourner m'enfoncer au fond de son trou. Et je me mets à le limer avec rapidité. Il gémit de plaisir. Ma queue sort complétement et re-rentre immédiatement. J’ai envie de la lui faire sentir sur toute sa longueur.

Puis je ressors de ses entrailles et il me place en levrette. Il s’enfonce en moi rapidement et il me baise aussi, sauvagement, avec de grands coups de reins. Il finit par sortir de mon anus car il ne veut pas jouir. Je me relève et me retourne. On se fait face, on s’embrasse. Je le fais basculer sur le dos et j’embroche immédiatement ma queue dans son cul. Je lui mordille le cou, les oreilles, les tétons tandis que je le défonce. J’admire ma bite entrer dans ce cul poilu. Ma queue va et vient dans son trou tandis que ses poils mouillés restent coller sur ma tige et accompagnent mes mouvements de va-et-vient. C’est trop beau ! Puis il me baise de nouveau. Mon cul est en feu, je me suis tellement fait baiser en l’espace de 48 heures...

Nous nous baisons mutuellement pendant de longues et chaudes minutes. J’adore sa queue qui semble inépuisable et ses grosses couilles qui claquent contre mes fesses dans un sensuel bruit. Et j’adore aussi son cul qui est maintenant bien ouvert et qui semble me supplier de le baiser. Quand l’un sort de l’autre, nous en profitons pour nous embrasser, pour nous lécher et pour nous caresser.

Finalement, je lui laboure le cul, je le pilonne pendant bien 10 minutes non-stop. Je n'en peux plus, je ne peux plus retenir mon jus dans mes couilles. J'accélère encore plus la cadence, je sens ma bite gonfler :

- Je vais jouir...

- Oui, vas-y, engrosse-moi !

Ma queue se contracte et je lui envoie cinq jets de sperme épais dans le cul. Je sens le jus lui remplir le cul, se répandre dans son trou et autour de ma queue. Je la ressors, elle est toute blanche, recouverte de foutre.

C’est au tour de Paul de me prendre. Je suis sur le dos et il me défonce. Je vois mon sperme dégouliner de son cul tandis qu’il me baise. Il se penche sur moi, nos corps sont plaques l’un contre l’autre. Il m’embrasse et me dit :

- Je t’aime...

- Je t’aime aussi, mon amour !

Et au bout de quelques minutes, il me remplit dans un cri animal. Il me déverse un jus chaud et épais au fin fond de mes entrailles. Il continue de me baiser, tassant sa semence dans mon cul avide de son jus. Puis il se retire et je me précipite sur sa queue que je nettoie avec passion. Je sens un torrent chaud s’échapper de mon trou et couler le long de mes couilles et de mes jambes.

Voilà les dernières minutes de notre randonnée. Et quelle apothéose ! Nous avons vraiment passé un moment de sexe sensuel et intense. Ces instants vont me manquer.

Nous remballons notre attirail et partons d’un bon pas vers le village où nous prenons le train. Pendant le trajet, nous ne parlons pas beaucoup. On se caresse ou on se tient la main discrètement.

Nous arrivons à destination, nous descendons du train et nous allons à l’écart du sentier touristique. Sa femme arrive une demi-heure plus tard. Elle descend de voiture et nous fait coucou de la main. Puis elle s’approche. Elle me fait la bise et quand elle voit son mari, elle se précipite à son cou et elle l’embrasse. Un sentiment de jalousie m’envahit. Nous allons à la voiture sans dire un mot... J’essaie de retenir mes larmes. Nous avons passé un si bon moment ensemble, seuls, tranquilles, des instants câlins, très sexe... Paul m’a avoué son amour, je sais que je l’aime aussi, de tout mon cœur. Mais il est marié, il a deux enfants.

Je me demande vraiment comment nous allons gérer la suite...

A suivre...

J’espère que vous avez eu bien du plaisir en lisant cette histoire réelle. N’hésitez à me contacter/m’envoyer des commentaires. (N’oubliez pas de préciser le titre de l’histoire).

Meetmemz

meetmemz@yahoo.de

Suite de l'histoire

TOP AUTEUR 2022 + 2023 MEETMEMZ

Autres histoires de l'auteur :

TEXTE IMPLIQUANT DES MINEURS,
UN ENFANT OU ADO (-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence et à la cruauté. Sous peine de fermer ce site !

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

💦 2 Juin | 117 pages

Les nouvelles | 15 Pages

Gavé au zob Fabrice
Cruising mai 2024 Zebulxxx
Mes débuts Yhan13
Au feu rouge Sexysilver
Cocu Dej407
Le livreur L3vicura
Association Verdunois
Moi Hamiasamira Hamiasamira
Il maestro Fabiodimelano
Brigade de nuit Ceven-X
Pause déjeuner Beardy
Imprévu Petitloupcool
La punition Hagahuk
Le branleur de l'étang Fabrice
Les pieds... Zack

Les séries : 102 pages

Un Cul jouissif | 24 | +1 Cul jouissif
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
16 | 17 | 18 | 19 | 20
21 | 22 l 23 | 24
Bénévolat en Australie | 6 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
Dans ma librairie | 8 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
Stagiaire | 15 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15
Abandon total | 3 | +2 Balthazar
1 | 2 | 3
Au parloir | 2 | +1 Passif17
1 | 2
Les soirées de Mr le Comte 2 | 6 | +1 Fabrice
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
Entre vrais mecs | 12 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
1112
Mon couple en main | 5 | +5 Jolecocu
1 | 23 | 45
Vengeance sur Hétéro | 18 | +1 Miangemidemon
1 2 3 4 5
6 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
16 | 17 | 18
Panne de voiture | 3 | +1 Boydu69
1 l 2 | 3

ET CE N'EST PAS TOUT !
Il y a 145 pages en + ici

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2023 | 2022 | 2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Sextoy
Sexshop

Chercher sur le site

ATTENTION

HISTOIRE AVEC DES MINEURS, ADO, ENFANT(-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence, à l'absence de consentement ... à la cruauté. Sous peine de devoir fermer ce site !

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.


Mai 2024 : 3 858 045 pages lues.

Ce site utilise des cookies uniquement pour faciliter la navigation. Aucune données personnelles ne sont collectées ni conservées pour du partage, ou a des fins marketing. ©2000 Cyrillo.biz. Hébergeur : Planethoster Canada

À jour : lundi 18 juillet 2022 à 13:01 .

Retourner en haut